Publicités

Archives du blog

Les associations DZPAB et QCBE se réjouissent de participer au forum des associations d’Aulnay-sous-Bois

logo QCBEAlors que l’an dernier les associations DZPAB et QCBE avaient été traitées de façon inacceptable par la majorité municipale d’Aulnay-sous-Bois, conduite par le maire de l’époque Gérard Segura, nous nous réjouissons de tenir un stand commun cette année pour informer les Aulnaysiens sur les tenants et aboutissants de la future modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU) et surtout pour prendre les avis de chacun sur leurs attentes en matière d’urbanisme dans les années à venir.

Rappelons que les deux associations que nous présidons ont dû se montrer déterminées pour que des projets urbanistiques dont personne ne voulait ne voient le jour ces dernières années.

Pour le dossier « Croix-Blanche », nous restons donc optimistes pour qu’un beau projet  respectant le cadre environnemental et architectural voie le jour. 

Rappelons à Bruno BESCHIZZA ses promesses de campagne : un projet ne dépassant pas 10 logements, avec la création d’un équipement public (crèche ou maison de quartier), un square et une mairie annexe. Benjamin GIAMI, ancien président de l’association QCBE qui a rejoint l’équipe municipale et qui est Maire-Adjoint, suit bien évidemment ce dossier sur lequel nous comptons aujourd’hui beaucoup et pour lequel nous restons particulièrement déterminés à ce que ces infrastructures-ci voient le jour.

Même chose concernant le projet de la rue des Saules, suivi par l’ancien président de l’association DZPAB, Stéphane FLEURY, qui a également rejoint l’exécutif municipal en tant qu’adjoint au Maire. 

Après avoir été traitée avec mépris et arrogance par la précédente majorité menée par Gérard SEGURA, l’arrivée de Bruno BESCHIZZA sonne comme l’espoir d’aboutir enfin à une construction de qualité et adaptée au tissu pavillonnaire environnant, en cohérence avec le programme électoral de l’actuel Maire d’Aulnay-sous-Bois. 

Rappelons que dès 2010, la DZPAB, dans une démarche citoyenne inédite, avait élaboré un projet d’une dizaine de maisons passives repris dans les colonnes du Parisien ! Il est temps de le concrétiser ! 

Par conséquent, non seulement nous comptons sur la détermination de Messieurs FLEURY et GIAMI pour faire avancer nos projets respectifs dans le bon sens, mais nous comptons participer de toutes nos forces aux orientations de la ville d’Aulnay-sous-Bois en matière de projets urbanistiques. 

Nous espérons être des interlocuteurs privilégiés pour les concertations sur le futur PLU. 

Nous nous ferons les relais des habitants de nos quartiers respectifs pour que l’avenir d’Aulnay ne se fasse pas sans eux ! 

Source : communiqué DZPAB et QCBE

Publicités

Aulnay-sous-Bois : L’association Q.C.B.E. bâillonnée !

logo QCBELa Direction du service des associations de la mairie d’Aulnay a interdit à l’Association de Défense de l’Environnement du Quartier de la Croix-Blanche Q.C.B.E d’être représentée au Forum des associations de samedi 7 septembre.

Pourquoi une telle décision ? Est-ce parce que nous représentons des riverains qui ne souhaitent pas la construction de 60 logements dans des immeubles atteignant 14 mètres de hauteur dans un quartier pavillonnaire ?

Est-ce parce que nous avons récupéré assez de signatures pour contraindre le Maire à organiser un référendum de quartier, comme il s’y était engagé ?

Ce qui vient de se passer est très grave : la démocratie locale n’existe plus, les associations qui s’opposent à des projets municipaux sont bâillonnées. Tout ceci se fait au mépris de toute règle démocratique. C’est une honte !

A Aulnay, si vous portez la voix des riverains de votre quartier et que vous vous opposez à la mairie, vous êtes interdit de forum des associations.

Sachez que le mois de septembre sera décisif dans la suite du projet sur le terrain de l’ancien Hôtel des Impôts.

Le Maire a beau dire qu’une décision sera prise très prochainement, il se trompe : mis en minorité à plusieurs reprises par le Comité de pilotage Croix-Blanche, son insistance n’a fait que renforcer notre détermination à défendre notre quartier ! Nous ne lâcherons rien !

Source : Communiqué QCBE

Communiqué de l’association Q.C.B.E. concernant le dossier Croix-Blanche à Aulnay-sous-Bois

logo QCBELes représentants de l’association Q.C.B.E se sont rendus à la dernière réunion du comité de pilotage qui a eu lieu lundi 3 juin à l’Hôtel de Ville.

Personne ne pourra nous reprocher de continuer le débat sur le devenir du terrain de l’ancien centre des impôts, malgré l’interdiction municipale aux riverains d’assister à ces réunions.

C’est ce que l’on appelle la démocratie participative à Aulnay-sous-Bois…

Nous regrettons néanmoins de nous rendre à des réunions qui ne sont que des redites, où les responsables municipaux refusent le débat entre les membres du comité de pilotage, interdisent à ces membres de se prononcer à main levé sur les projets qu’on leur impose, ou soulignent à tour de bras « le manque de respect » des membres de QCBE dès l’instant qu’ils osent émettre une critique sur les projets qu’on leur a imposés.

Cette ambiance « cour d’école » entretenue par nos responsables municipaux est plus que regrettable. Les insinuations sur leurs opinions diverses ou la nature de leurs diplômes l’est tout autant. C’est triste et relativement affligeant.

Que la Mairie se rassure. L’association Q.C.B.E. continuera à informer les riverains, malgré l’absence d’informations de la municipalité. Rappelons que cette dernière n’a jamais répondu à nos courriers (envoyés sous divers recommandés), comme la loi l’y oblige pourtant.

Ce n’est pas grave. Nous avons bien compris que notre association pouvait en gêner plus d’un et que le dialogue n’était pas la première des vertus de la municipalité.

Ce qui compte pour l’association Q.C.B.E, c’est d’échanger avec les riverains du quartier et de voir à quel point elle est soutenue par la population, au travers notamment des dons qui continuent d’affluer.

Source : communiqué de Benjamin GIAMI,  Président Q.C.B.E.

Philippe Gente interpellé par l’association Croix-Blanche à Aulnay-sous-Bois

Philippe_Gente« Monsieur l’Adjoint au Maire,

Nous venons de lire le tout dernier Oxygène n°178, en date du 13 mai 2013, et la page 14 nous a quelque peu interloqués…

Vous n’avez cessé de nous répéter qu’aucun architecte n’était mandaté pour le projet Croix-Blanche et aujourd’hui, nous apprenons que l’agence « Dialogue Urbain » (qui s’était occupé des scenarii du mois de juin 2011 et dont les plans masse avaient fait l’unanimité auprès des habitants sur leur manque de réflexion et leur médiocrité) semble toujours faire partie du projet selon le rédacteur de l’article, Monsieur Lombard.

Serait-ce une erreur de ce rédacteur ? Ou bien comptiez-vous informer les membres du Comité de Pilotage que le travail du programmiste était couplé avec cette agence ?

Par ailleurs, dans quelles conditions le marché de maîtrise d’œuvre (toujours un marché public) a t-il été passé ?

Enfin, maintenez-vous que le dernier mot reviendra au Conseil municipal, comme nous pouvons le lire dans le dernier paragraphe de l’article en question , et contrairement aux promesses de Monsieur Segura d’organiser un référendum de quartier si une pétition de plus de 1 000 signatures lui parvenait ? A moins que vous ne reveniez à nouveau sur une telle annonce ?

Les habitants du quartier se sont pliés aux exigences de la Municipalité en matière de concertation dans le cadre de la démocratie participative. Mais les riverains commencent vraiment à se lasser de ces changements de ton, de ces revirements à répétition, et se posent de nombreuses questions quant à la capacité de nos dirigeants locaux à prendre des décisions franches. Le passage en force n’est ni la solution pour la Municipalité, ni pour les habitants du quartier.

Voyez-vous, en vous envoyant un tel mail, nous n’espérons pas avoir de réponse de votre part. Nous savons que depuis un certain temps vous avez pris la décision (ou peut-être l’a-t-on prise pour vous) de ne plus répondre à l’association QCBE. En revanche, si nous persistons à vous écrire, c’est pour laisser des traces écrites destinées au juge administratif qui aura à trancher, tôt ou tard, sur nos différends, et qu’il puisse se rendre compte que nous faisons preuve de bonne foi à l’égard de la municipalité.

Car malheureusement nous comprenons (« enfin » vous vous direz !) que l’issue démocratique et référendaire, tant promise par Monsieur le Maire, ne verra jamais le jour.« 

Souce : Lettre de l’Association de Défense du Quartier de la Croix-Blanche et de ses Environs (QCBE)

Aulnay-sous-Bois : Lettre de l’association Croix-Blanche à la société Pil’astre et à Gérard Ségura

logo-QCBE2« Monsieur,

Nous avons bien reçu votre compte-rendu concernant le futur projet Croix-Blanche transmis par les services de la Mairie. Malgré le nombre important de personnes travaillant à la Démocratie participative (certaines présentes lors de la réunion du 20 février dernier d’ailleurs), il semblerait que personne n’ait pris le temps de relire ce document et de corriger un certain nombre d’inexactitudes.

Il est regrettable de constater la légèreté sur laquelle est toujours traité ce dossier, que ce soit par la Municipalité et vous-même aujourd’hui.

Même si l’ensemble des informations ne vous a pas été transmis durant cette réunion, chacun des membres du Comité de pilotage s’est présenté à tour de rôle. Il a été également indiqué dans l’appel d’offres auquel vous avez répondu que vous travaillerez avec les riverains du quartier représentés par les membres du Comité de pilotage, constitué de commerçants, d’élus de quartier, de représentants d’associations (en l’occurrence, les associations Aulnay Environnement, Capade Sud, Q.C.B.E et Sud Aulnay).

L’Association Q.C.B.E, comme l’a si bien dit Monsieur le Maire, n’est en aucun cas votre interlocuteur principal, bien que nous ayons récupéré 1300 signatures et non 1800 comme indiqué dans votre compte-rendu. D’ailleurs nous pouvons regretter le fait que le Maire ait décidé de traiter une aussi grosse association de la sorte, mais nous nous plions aux bonnes volontés de Monsieur Segura, afin de donner une chance au dialogue et à la concertation.

L’Association Q.C.B.E a donc vocation à transmettre les demandes des riverains concernant le futur projet Croix-Blanche.

Si, effectivement, vous devez travailler en prenant en compte les interventions des membres du Comité de pilotage, la moindre des choses est de reconnaître un minimum vos interlocuteurs et d’éviter ce genre de confusion malheureuse. Nous sommes donc en droit de nous poser la question sur le professionnalisme engagé et de la qualité d’écoute et de prise en compte des demandes faites lors de cette dernière réunion.

En ce qui concerne les souhaits de l’Association Q.C.B.E, nous nous permettons de vous les rappeler. La liste que vous avez établie ne concerne pas les seuls souhaits de l’Association Q.C.B.E (d’ailleurs, en relisant cette liste, on constate certaines contradictions qui ne peuvent être émises par un seul interlocuteur). Les demandes de l’Association Q.C.B.E sont des demandes que nous avons toujours revendiquées, depuis le début de notre action en juin 2011 :

  • respect du PLU actuel / respect de la zone UG (10 mètres de hauteur de bâtiments, 40 % d’espaces verts, 2 places de stationnement par logement, etc.)
  • conservation de la Mairie annexe et rajout d’un second équipement de quartier (type crèche, lieu de vie etc.)
  • prise en compte des équipements alentours (écoles)
  • prise en compte de la présence d’eau à moins de 3 mètres en sous-sol,
  • éventualité d’un scénario – privilégié – comportant des pavillons.

Nous demandons tout simplement le respect du cadre de vie actuel aussi bien pour les habitants actuels que pour les futurs arrivants. Pour l’Association Q.C.B.E, la préservation du cadre de vie et du PLU en vigueur doivent être une priorité par rapport à l’enveloppe financière.

Enfin, nous avons posé la question du devenir du terrain et du projet en cas de non respect des délais fixés par la Convention avec l’EPFIF (Établissement Public Foncier d’Ile de France) et non l’EFIFE que nous ne connaissons pas. Pour un professionnel du bâtiment, travaillant régulièrement sur ce genre d’opérations, cette confusion nous laisse perplexes. Nous vous laissons néanmoins le bénéfice du doute.

Dans l’espoir que vous preniez en compte les demandes émises par l’Association Q.C.B.E et que dorénavant, l’ensemble des membres du Comité de Pilotage aura votre attention, nous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées. »

Source : lettre de l’association de Défense du Quartier de la Croix-Blanche et de ses Environs à la société Pil’Astre

Annexe : Compte-rendu de la société Pil’astre

Communiqué : L’Association QCBE en colère et désormais en lutte contre le cynisme de nos élus !

logo QCBE« Comment la Mairie peut-elle mépriser à ce point les riverains et les associations ?

Vendredi 25 et Samedi 26 janvier, nos élus ont « présenté » les projets d’aménagements du quartier sud de la ville d’Aulnay-sous-Bois. Sous le signe de la pseudo concertation – c’est ainsi que le Maire le présentera dans son journal « Oxygène » – nous souhaitons avant tout manifester notre déception face à l’attitude de nos élus. 

La Com’ ça suffit ! Il est enfin temps d’écouter les associations de riverains, et non de se montrer en affirmant haut et fort que le dialogue avec les associations est réel. C’est faux ! 

Comment la Municipalité peut-elle justifier le manque d’écoute au sein du Comité de pilotage Croix – Blanche, où elle impose devant témoins toutes ses volontés ? 

Rappel des faits : 

  • Le comité de pilotage se crée le 18 avril 2012 : le Maire essaye d’imposer des salariés de la Mairie n’habitant même pas le quartier. Début de fronde avec des riverains qui se lèvent et s’en vont pour manifester leur opposition à ce déni de démocratie.
  • Juin 2012, Le Comité de pilotage obtient de Philippe Gente, devant témoins, la non-modification du PLU et un référendum de quartier : retour en arrière du Maire, quelques jours plus tard, qui annonce que l’on a rien compris, sans oublier son adjointe qui justifie ce retournement de situation en déclarant « qu’elle s’est senti menacée » !
  • Des riverains osent assister aux réunions du Comité de pilotage et voient comment nous sommes traités par les adjoints du Mairie : décembre 2012, la Municipalité décide alors de faire un huis-clos avec une pseudo caméra qui nous filme en Mairie, relié à un Internet qui ne fonctionne pas !
  • Le Comité de pilotage demande à nouveau, dans son intégralité, de ne pas modifier le PLU du terrain de l’ancien Hôtel des Impôts : refus de la Mairie !
  • Le Comité de pilotage demande de respecter les promesses de 2008 et de mettre en place un référendum du quartier suite aux 1300 signatures obtenues : refus de la Mairie !
  • Vendredi 25 et samedi 26 janvier, la Municipalité annonce un programme de 45 logements et une modification du PLU – toujours sans concertation au sein du Comité de pilotage et donc sans prendre en compte l’avis des riverains et des associations.

Et le Maire OSE PARLER DE CONCERTATION ? 

C’en est trop pour l’Association QCBE qui ne peut plus tolérer ce cynisme de nos élus ! Elle a donc pris la décision d’intensifier son action auprès des riverains et de consulter un avocat. Si la démocratie n’est pas là pour nous protéger et nous défendre, le droit et la justice sont là.

Benjamin GIAMI, Président de l’Association QCBE

Séverine DELAMARE, Vice-Présidente QCBE« 

Source : Communiqué de l’Association de Défense du Quartier de la Croix-Blanche et de ses Environs

Aulnay-sous-Bois, dossier Croix-Blanche : « Stop à la désinformation ! »

logo-QCBE2« Comment la Mairie peut-elle traiter de la sorte une association qui a battu le pavé sans relâche pour récupérer 1 300 signatures auprès des riverains du quartier de la Croix-Blanche ?

Le Maire Gérard Ségura s’est engagé à organiser un référendum de quartier si une pétition recueillait plus de 1000 signatures. Aujourd’hui, son adjoint Philippe Gente nous dit qu’il n’est pas favorable à la tenue d’un référendum car « ce serait difficile de l’organiser ».
Pourquoi avoir fait une telle promesse ? Ne vous y trompez pas : sous l’illusion d’une pseudo-concertation, la communication est difficile voire inexistante.

La preuve : lors du comité de pilotage, auquel aucun riverain n’a eu le droit d’assister, l’ensemble des personnes présentes ont demandé à ce que le projet du terrain de l’ancien Centre des Impôts respecte le P.L.U. Refus de la Mairie qui insiste pour étudier toutes les possibilités de modification du PLU, et donc monter jusqu’à plusieurs mètres au-dessus de la limitation actuelle ! Nous refusons cette démocratie de façade, et nous refusons de servir de faire-valoir.

Nous sommes absolument outrés devant tant d’intransigeance, et surtout après que le Maire publie dans le dernier « Oxygène » que tout va bien. Trop c’est trop, on ne peut plus être traités de la sorte ! Jusqu’où va donc aller la Municipalité dans la désinformation ?

Nous avons tout fait pour tenir bon et faire porter la voix des riverains. Aujourd’hui, si nous décidons de continuer à participer à ces réunions, c’est pour savoir ce que compte faire la Mairie. Mais nous ne nous faisons aucune illusion. Sachez seulement une chose : nous ferons tout pour que votre voix soit entendue, et nous n’excluons aucune piste, y compris le recours en justice s’il faut en arriver-là.« 

Source : Communiqué de l’Association de Défense du Quartier de la Croix-Blanche et de ses Environs

Aulnay-sous-Bois : L’association QCBE reprend sa pétition contre le projet Croix-Blanche

logo-QCBE2« Après la dernière réunion du comité de pilotage qui s’est tenue à huis-clos, sans possibilité pour les riverains d’y assister, où Monsieur Gente, adjoint au Maire Gérard Segura, a déclaré ne pas être favorable à l’idée d’organiser un référendum de quartier,l’association QCBE a décidé de reprendre sa pétition

 
Conformément à la promesse de Gérard Segura d’organiser un référendum de quartier si une pétition recueillait plus de 1000 signatures (rappelons que nous sommes aujourd’hui à 1 300), l’association QCBE sera là pour rappeler au Maire qu’il a pris un engagement écrit et qu’il ne peut se soustraire à une promesse de campagne
 
Nous avons donc pris la décision de battre à nouveau le pavé, sous la pluie et le froid s’il le faut (nous enverrons la facture des angines et autres possibles pharyngites à la municipalité) pour recueillir de nouvelles signatures et expliquer aux riverains comment la municipalité traite ses administrés. 
 
Avec 1 500 signatures, puis 2 000, voire 2 500, peut-être que le Maire reconnaîtra-t-il qu’il est grand temps d’écouter les riverains qui demandent un projet qui respecte le PLU du quartier et qu’il ne peut imposer par la force des mesures que personne ne veut ?
 
Benjamin GIAMI, Président de l’association QCBE
Séverine DELAMARE, Vice-présidente« 
Source : Communiqué de l’Association de Défense du Quartier de la Croix-Blanche et de ses Environs
%d blogueurs aiment cette page :