Publicités

Archives du blog

En Ile-de-France, chaque année, 2650 personnes découvrent leur séropositivité

La propagation du VIH reste préoccupante en Ile-de-France. Pour y remédier, l’agence régionale de santé multiplie les initiatives, comme la 1e semaine de dépistage, qui débute ce mardi.

L’idée de la 1re Semaine régionale de dépistage du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), responsable de l’apparition du sida, organisée du 11 au 15 juin, est partie d’un constat. Triste, mais implacable. « L’épidémie résiste au niveau local. Les campagnes nationales ne suffisent pas, indique Aurélien Rousseau, le directeur général de l’Agence régionale de Santé (ARS). Au regard de la situation en Ile-de-France, il y a vraiment du sens à organiser cette semaine de dépistage. ».

Source et article complet : Le Parisien

Publicités

Les élus socialistes, du parti radical de gauche et communistes d’Aulnay-sous-Bois s’indignent de l’arrêté anti-affiche sur le sida chez les homosexuels

sida_homo_aulnayLe Maire d’Aulnay-sous-Bois a décidé, sans aucune concertation et dans une opération manifeste de communication personnelle, d’interdire par arrêté municipal la diffusion sur la commune d’une campagne nationale organisée par le Ministère des Affaires sociales et de la Santé et visant à la réduction des risques de transmission des maladies sexuellement transmissibles et en particulier du SIDA.

Cette campagne, conçue par Santé Publique France, repose sur le constat alarmant de l’Institut de veille sanitaire qui signale une forte recrudescence des infections sexuellement transmissibles, notamment chez les jeunes hommes homosexuels.

Les campagnes de prévention restent le moyen le plus efficace pour lutter contre la propagation du virus. Les associations ont insisté pour délivrer à l’occasion du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, des messages forts pour la protection et le dépistage des personnes particulièrement touchées, des messages diffusés en tous lieux, pour gagner en efficacité. En effet, certaines oppositions à cette campagne ont demandé qu’elle ne soit pas présente sur l’espace public, mais dans certains lieux particuliers comme si l’homosexualité devait être cachée ou réservée à certains quartiers.

Aussi, les Élus Socialistes, du Parti radical de Gauche et les Élus Communistes – Front de gauche d’Aulnay-sous-Bois tiennent par cette déclaration à exprimer leur totale opposition, sur la forme comme sur le fond, à cette décision.

Sur la forme, cette décision unilatérale, sur un sujet pourtant très sensible, a été prise sans aucune concertation ni des élus du conseil municipal, ni des acteurs locaux, en particulier, puisque c’est l’alibi invoqué, ni des représentants des parents d’élèves de la commune.

Et, là où la forme rejoint le fond, cet arrêté invoque de manière manifestement illégale car peu motivée, un « affichage contraire aux bonnes mœurs et à la moralité » et « des images portent atteinte à la dignité aux risques (sic !) de heurter la sensibilité de l’enfance et de la jeunesse ».

Puisque ce sont donc les images de ces affiches qui sont la justification de cet arrêté et que celles-ci représentent des couples d’hommes, c’est donc bien l’homosexualité qui est jugée comme « portant atteinte à la dignité » par la démarche de M. Beschizza comme « contraire aux bonnes mœurs et à la moralité ». Et en quoi la dignité des personnes est atteinte lorsque l’on montre des couples habillés s’enlaçant ?

Chacun sait bien que s’il s’agissait de couples hétérosexuels sur ces affiches, cet arrêté n’aurait pas vu le jour. Et d’ailleurs, aucun arrêté semblable n’a été pris concernant des messages à caractère publicitaire où une femme enlace un homme, ou encore quand le corps des femmes est utilisé pour promouvoir telle ou telle marque. [NDLR : partie supprimée car procédure en cours]

Il y a 34 ans, en France, était votée la dépénalisation de l’homosexualité, par une majorité de parlementaires, mais d’ailleurs pas par tous les parlementaires, comme certains débats nationaux l’ont rappelé ces derniers jours.

Il est plus que temps de donner une autre image de notre ville, une ville réellement respectueuse de la diversité de ses habitants, une ville où l’humanisme est la règle de conduite, une ville où on ne joue pas sur les peurs dans un contexte national déjà tendu. C’est la responsabilité du Maire de la commune de veiller particulièrement à cela. C’est cette responsabilité qui aura ici fait défaut.

Source : communiqué des élus PS, PRG et Communistes

François Fillon ne condamne pas le refus du Maire d’Aulnay-sous-Bois d’afficher une campagne de prévention contre le sida

franois_fillonSi Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, a refusé la nouvelle campagne d’affichage de prévention contre le sida chez les homosexuels dans sa ville, François Fillon, candidat arrivé en tête à la primaire chez Les Républicains, ne le condamne pas.

Cependant, le Sarthois indique qu’il aurait accepté l’affichage dans sa commune, mais comprend que certains maires soient choqués par les images, notamment vis-à-vis des enfants.

Centre régional d’information et de prévention du sida (Crips)

sidaLe Crips est un centre de ressources pour tous ceux qui s’impliquent, en Île-de-France, dans la prévention du sida et des conduites à risque chez les jeunes. Et il est lui-même un acteur de la prévention.

Créé en 1988 à l’initiative du conseil régional d’Île-de-France, avec le soutien de la Direction générale de la santé et de la Mairie de Paris, le Centre régional d’information et de prévention (Crips) du sida a, au fil du temps, étendu son champ d’action est avant tout un centre de ressources destiné aux professionnels des secteurs éducatif, sanitaire et social, de même qu’à tous ceux qui s’impliquent dans la lutte et la prévention du sida, des hépatites et des conduites à risque (consommation de drogue et d’alcool, violence faite à soi ou aux autres). Il reçoit à ce titre 10.000 visites par an.

Prévention dans les lycées et les CFA

En parallèle, c’est aussi un acteur de la prévention auprès des lycéens et apprentis franciliens. Chaque année, ses animateurs vont ainsi à la rencontre de 140.000 d’entre eux dans les établissements scolaires de la région. Ils en reçoivent par ailleurs 15.000 au Cybercrips, lieu d’échanges ludique et pédagogique situé au pied de la tour Maine-Montparnasse. Et ils en rencontrent 25.000 sur des stands lors de manifestations diverses, la plus importante étant chaque année le festival Solidays.
 
L’équipe du Crips est composée d’une cinquantaine de personnes, dont des animateurs, mais aussi des médecins, des psychologues et des documentalistes.
 
Contacter le Crips Île-de-France : 14, rue Maublanc, 75015 Paris – Tél. : 01.56.80.33.33 – Fax : 01.56.80.33.00 – Site Web : www.lecrips-idf.net
Source : Région Ile-de-France
%d blogueurs aiment cette page :