Publicités

Archives du blog

Les élus socialistes, du parti radical de gauche et communistes d’Aulnay-sous-Bois s’indignent de l’arrêté anti-affiche sur le sida chez les homosexuels

sida_homo_aulnayLe Maire d’Aulnay-sous-Bois a décidé, sans aucune concertation et dans une opération manifeste de communication personnelle, d’interdire par arrêté municipal la diffusion sur la commune d’une campagne nationale organisée par le Ministère des Affaires sociales et de la Santé et visant à la réduction des risques de transmission des maladies sexuellement transmissibles et en particulier du SIDA.

Cette campagne, conçue par Santé Publique France, repose sur le constat alarmant de l’Institut de veille sanitaire qui signale une forte recrudescence des infections sexuellement transmissibles, notamment chez les jeunes hommes homosexuels.

Les campagnes de prévention restent le moyen le plus efficace pour lutter contre la propagation du virus. Les associations ont insisté pour délivrer à l’occasion du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, des messages forts pour la protection et le dépistage des personnes particulièrement touchées, des messages diffusés en tous lieux, pour gagner en efficacité. En effet, certaines oppositions à cette campagne ont demandé qu’elle ne soit pas présente sur l’espace public, mais dans certains lieux particuliers comme si l’homosexualité devait être cachée ou réservée à certains quartiers.

Aussi, les Élus Socialistes, du Parti radical de Gauche et les Élus Communistes – Front de gauche d’Aulnay-sous-Bois tiennent par cette déclaration à exprimer leur totale opposition, sur la forme comme sur le fond, à cette décision.

Sur la forme, cette décision unilatérale, sur un sujet pourtant très sensible, a été prise sans aucune concertation ni des élus du conseil municipal, ni des acteurs locaux, en particulier, puisque c’est l’alibi invoqué, ni des représentants des parents d’élèves de la commune.

Et, là où la forme rejoint le fond, cet arrêté invoque de manière manifestement illégale car peu motivée, un « affichage contraire aux bonnes mœurs et à la moralité » et « des images portent atteinte à la dignité aux risques (sic !) de heurter la sensibilité de l’enfance et de la jeunesse ».

Puisque ce sont donc les images de ces affiches qui sont la justification de cet arrêté et que celles-ci représentent des couples d’hommes, c’est donc bien l’homosexualité qui est jugée comme « portant atteinte à la dignité » par la démarche de M. Beschizza comme « contraire aux bonnes mœurs et à la moralité ». Et en quoi la dignité des personnes est atteinte lorsque l’on montre des couples habillés s’enlaçant ?

Chacun sait bien que s’il s’agissait de couples hétérosexuels sur ces affiches, cet arrêté n’aurait pas vu le jour. Et d’ailleurs, aucun arrêté semblable n’a été pris concernant des messages à caractère publicitaire où une femme enlace un homme, ou encore quand le corps des femmes est utilisé pour promouvoir telle ou telle marque. [NDLR : partie supprimée car procédure en cours]

Il y a 34 ans, en France, était votée la dépénalisation de l’homosexualité, par une majorité de parlementaires, mais d’ailleurs pas par tous les parlementaires, comme certains débats nationaux l’ont rappelé ces derniers jours.

Il est plus que temps de donner une autre image de notre ville, une ville réellement respectueuse de la diversité de ses habitants, une ville où l’humanisme est la règle de conduite, une ville où on ne joue pas sur les peurs dans un contexte national déjà tendu. C’est la responsabilité du Maire de la commune de veiller particulièrement à cela. C’est cette responsabilité qui aura ici fait défaut.

Source : communiqué des élus PS, PRG et Communistes

Publicités

Ahmed Laouedj derrière Claude Bartolone pour les régionales 2015 en Ile-de-France

laouedjLe Parti Socialiste et le Parti Radical de Gauche ont récemment paraphé un accord politique en vue des élections régionales de décembre prochain.

Cet accord prévoit pour la Seine-Saint-Denis la présence d’Ahmed Laouedj, Président de la fédération du PRG de la Seine-Saint-Denis sur la liste d’union dirigée par Claude Bartolone en position éligible au soir du second tour.

Les militants Radicaux de gauche se félicitent de cet accord et s’engagent à mobiliser toutes les énergies militantes et citoyennes afin de faire gagner cette liste de progrès.

Le contexte actuel de notre pays, marqué par une crise de crédibilité du personnel politique et une régression sans précédent de l’électorat, qui profitent aux tenants d’un discours populiste et démagogique, impose que les forces de gauche et écologiques prennent conscience de la gravité de la situation et agissent pour préparer les conditions de la victoire en barrant la route aux forces réactionnaires.

Les Radicaux, pour leur part, comptent prendre toute leur place pour créer les conditions de l’union et de la victoire.

Source : communiqué PRG. Ahmed Laouedj est conseiller municipal d’opposition à Aulnay-sous-Bois

Ahmed Laouedj chef de file du PRG en Seine-Saint-Denis pour les Régionales 2015

laouedjNous apprenons dans le Parisien que le conseiller municipal d’opposition Ahmed Laouedj sera chef de file pour le Parti Radical de Gauche (PRG) en Seine-Saint-Denis pour les Régionales 2015. Ahmed Laouedj avait déjà été sur les liste PS/PRG en 2010 au premier tour des Régionales en Ile-de-France avant d’être éjecté suite à la fusion des listes de Gauche au second tour. S’il n’y a aucun suspens, il faudra attendre quelques jours avant de savoir s’l y aura une liste unique PS/PRG, ce qui serait très étonnant dans le cas contraire…

Un certain nombre de militants écologistes n’iront pas à la valse des appareils d’EELV et du PS pour les cantonales en Seine-Saint-Denis

EELVAlors que nous payons les factures impayées de 20 ans d’abandon des banlieues et de tergiversations sur la laïcité, que le peuple grec vient de voter pour la mise en oeuvre d’une nouvelle espérance continentale, que Grenoble est un formidable laboratoire hexagonal pour changer de cap vers une société plus écologique, que dans quasi totalité les départements de France, les élections cantonales voient naître des alliances adaptées au cas par cas à la promotion d’un personnel politique intègre au-delà des étiquettes et des appareils, mercredi 28 janvier 2015, en Seine-Saint-Denis l’appareil d’EELV 93 et le parti socialiste entendent célébrer dans l’indifférence des populations leur improbable et dérisoire union.

Cette union factice dans un grand nombre de cantons ne repose ni sur un projet partagé, ni sur une vision commune de l’avenir de notre territoire, ni sur une méthode démocratique de sortie de crise.

La sénatrice EELV, Aline Archimbaud, pourtant réputée pour son attachement au rassemblement de la gauche et des écologistes, n’a pu cautionner ni les méthodes de cet accord , ni le déni des règles démocratiques qui l’a produit : comme des dizaines de militants des deux partis, elle a déclaré publiquement sa prise de distance avec cette mascarade…

Nous n’irons pas au meeting du 28 janvier 2015, nous ne cautionnerons pas un accord bidouillé à quelques-uns, et qui, n’interroge pas les échecs que nous vivons depuis 2012 et ne porte plus aucune ambition de transformation de la vie politique. C’est pourquoi, nous appelons l’ensemble des militants, écologistes et socialistes, aspirants à une gauche
transparente, porteuse de l’intérêt général, soucieuse du respect de la démocratie, à faire de même.

Nous souhaitons avant tout défendre des idées plutôt que des postes et c’est pour cela que nous entrons en résistance pour porter d’une nouvelle espérance écologiste et progressiste.

Source : communiqué de militants EELV

Mobilisation pour le droit de vote des étrangers à Aulnay-sous-Bois

droit_vote_etrangers_aulnay_0002« « Je n’avais jamais vu autant de femmes venir à une de nos initiatives. Il y a beaucoup de jeunes, et même des associations! C’est vraiment un sujet qui mobilise. » Zohra, militante du Parti radical de gauche, avait le sourire mardi soir. Le meeting organisé par la fédération du PRG (Parti des radicaux de gauche) du 93 en faveur du droit de vote des étrangers aux élections locales a vu affluer près de 200 personnes au Théâtre Jacques-Prévert, à Aulnay-sous-Bois. « Beaucoup de gens se sentent concernés », estime encore Zohra, qui a dû attendre l’âge de 45 ans pour pouvoir mettre un bulletin dans l’urne.

Ernst Bellevue, éducateur d’Aulnay, est venu signer la pétition, l’air sérieux. Né de parents haïtiens, le jeune homme estime qu’« il ne faut pas négliger cette question ». « En France, on en parle, mais pour l’instant c’est tout », regrette-t-il. Le candidat Hollande l’avait pourtant promis, mais l’espoir des militants s’amenuise peu à peu. Micheline comptait sur une figure du PRG, la ministre Christiane Taubira, « pour être notre porte-drapeau ». « Mais il y a déjà le mariage homosexuel. On ne peut pas faire que des réformes sociétales. La priorité, c’est le chômage », soupire-t-elle.

Les militants du 93 ont rassemblé 6000 signatures

Au micro pourtant, les appels à la mobilisation se succèdent pour faire inscrire ce droit dans la Constitution. « Nous n’avons pas la majorité des trois cinquièmes, mais il ne nous en manque pas beaucoup », assure ainsi Jean-Michel Baylet, responsable national du PRG venu « féliciter » les militants du département d’avoir rassemblé plus de 6000 signatures sur le sujet. Après lui, d’autres élus de gauche prennent la parole. Du PS, il y a le président du conseil général, Stéphane Troussel, le maire d’Aulnay, Gérard Ségura; puis le maire Europe Ecologie de Sevran, Stéphane Gatignon, et, pour le Front de gauche, l’adjoint au maire de Tremblay, Madani Ardjoune (remplaçant le député François Asensi), tous résolus à obtenir enfin ce droit promis par François Mitterrand dès 1981.

« Il est temps de le faire », lance Djamel Attalah, un ancien de la Marche des Beurs de 1983. Ahmed Laouedj, patron du PRG en Seine-Saint-Denis, mise en tout cas sur la poursuite de cette campagne, notamment en direction des élus du centre et de la droite. « On ira jusqu’au bout, comme on s’attaquera à la dépénalisation des drogues douces ou le contrôle au faciès », indiquait-il récemment.« 

Source : Le Parisien

Aulnay-sous-Bois : Meeting pour le droit de vote des étrangers (rappel)

droit_vote_etrangers_aulnay_0001« AULNAY. Ce sera demain soir, à l’espace Jacques-Prévert à Aulnay-sous-Bois. Particulièrement actif sur la question, le Parti radical de gauche organise un meeting en faveur du droit de vote des étrangers aux électionslocales, avec de nombreux élus de gauche du département. Jean-Michel Baylet, président du PRG, y prendra aussi la parole, ainsi que l’un des initiateurs de la Marche des Beurs de 1982.

Demain à 19 heures, au Théâtre-cinéma Jacques-Prévert, 134, rue Anatole-France, à Aulnay. »

Source : Le Parisien

Le PRG d’Aulnay-sous-Bois et Gérard Ségura se mobilisent pour le droit de vote des étrangers aux élections locales

droit_vote_etrangers_aulnay_0001Ceux qui ont fait le marché du Galion dimanche dernier ont peut être reçu un tract de la part de militants et d’un élu du Parti Radical de Gauche d’Aulnay, en faveur du deroit de vote aux étrangers aux élections locales.

Ce tract tout en jaune (couleurs du PRG) affirme un « OUI » franc et massif pour le droit de vote des étrangers aux élections locales, résidant légalement en France depuis 5 ans. Parmi les soutiens Aulnaysiens, nous notons :

  • Ahmed Laouedj, Adjoint au Maire et président du PRG 93
  • Gérard Ségura, Maire et Conseiller Général
  • Leïla Abbdellaoui, Présidente des Centres Sociaux d’Aulnay-sous-Bois
  • Daniel Goldberg, député de la Seine-Saint-Denis (à noter que le tract indique député d’Aulnay-sous-Bois, les électeurs des Pavillons-sous-Bois et de Bondy Sud-Est apprécieront)

droit_vote_etrangers_aulnay_0002Ce tract n’indique pas que les étrangers de l’Union Européenne peuvent déjà voter aux élections locales, dans le cadre de la réciprocité européenne.

En guise d’argument, nous pouvons lire :

« Parce que tous ceux qui apportent leur contribution à toutes les facettes de la vie de notre pays, qu’il s’agisse de la vie économique, associative, culturelle, artistique… doivent pouvoir se prononcer sur les enjeux locaux !

Parce que c’est faire le choix de l’intégration républicaine et de la cohésion nationale.

Parce que ce droit est aujourd’hui effectif dans 15 pays d’Europe (l’Irlande, le Luxembourg, la Belgique, l’Espagne, le Portugal…) sur les 27 membres de l’Union Européenne et que refuser cette avancée démocratique ce serait aller à contre sens de l’histoire.

Parce que cette loi c’est l’application du principe d’égalité « mêmes droits, mêmes devoirs » hérité de la Révolution Française et qui permet à la République de sortir grandie et de garantir le même contrat social pour tous les résidents du territoire.

Parce qu’il s’agit d’égalité Républicaine et que nous savons que les communautarismes prospèrent davantage quand l’égalité est bafouée et la capacité de s’intégrer déniée.« 

Vous pouvez dès à présent, si vous êtes favorable, participer à la pétition en cliquant sur la deuxième image de l’article. Cette pétition est à remettre au 36 avenue de Sévigné à Aulnay-sous-Bois.

Un grand meeting de soutien a lieu le mardi 26 février, 19h00, au théâtre Jacques Prévert (134 Avenue Anatole France).

%d blogueurs aiment cette page :