Archives de Catégorie: Médias

Preuve de censure du droit à l’information et du droit d’expression

Un article publié sur cogito portant sur la recherche de sperme des non vaccinés et sur  l’augmentation mécanique de leur prix parce qu’il se raréfie pour les  PMA  a été immédiatement supprimé de la toile ! il faut croire que ce genre d’information dans le désormais ex pays des droits de l’homme dérange au plus haut point…. Il est aussi une preuve factuelle que des autorités usent de tous leurs pouvoir pour empêcher la divulgation de ce type d’information qui démontre l’état d’esprit réel des citoyens vis à vis de cette vaccination imposée en laquelle ils n’ont aucunement confiance….

Ce sont aussi les preuves de la défiance grandissante des citoyens envers leurs dirigeants dont ils soupçonnent de plus en plus la déloyauté, les mensonges, la félonie, la perversion, les manipulations et la malveillance à leur endroit.  Voici le lien de l’article initialement publié qui a disparu  :

https://cogiito.com/a-la-une/21-000-daugmentation-de-prix-sur-le-sperme-des-non-vaccines/

En lieu et place vous trouverez ce message :

La vérité c’est que la page a réellement existé, l’article a bien été rédigé, mais des censeurs qui ne se nomment pas font une guerre acharnée aux informations qui contredisent les pseudos bienfaits de la vaccination, un peu trop surévalué en regard des pléthoriques effets indésirables rapportés et délibérément non enregistrés par les organismes dont c’est pourtant le travail !

Il y a clairement un déni des maladies, des handicaps et des décès provoqués et induits par cette vaccination. Nos autorités jouent une course contre la montre pour vacciner un maximum d’êtres humains  dont désormais les adolescents et les enfants qui pourtant guérissent fort bien du virus tandis que beaucoup d’entre eux une fois vaccinés décèdent ou développent de graves pathologies qu’ils n’avaient pas avant leurs injections ! (  Ce que nos dirigeants osent faire se nomme génocide et crime contre l’humanité ! )

Mais finalement en cherchant bien,  ( et qui cherche vraiment finit toujours par trouver ), l’article sur le sperme des non vaccinés très recherché est publié sur d’autres supports :

Cependant vous avez beau cliquer sur d’autres liens sur la recherche Google concernant ce sujet, vous n’arrivez plus sur l’article annoncé  !  Par exemple Wikistrike….

Dans l’ex pays des droits de l’homme, trop de signaux indiquent que nous nous engageons dans un monde où les citoyens n’auront plus aucune liberté, où ils seront surveillés, contrôlés et pistés par les nombreuses technologies numériques détournées par des malfaisants  avide de pouvoirs, d’argent et de privilèges. Il appartient à cette humanité de ne pas laisser faire et de tenir tête à des dirigeants qui ne veillent absolument pas à leur plus grand bien !

Recherches et article  rédigé  le  13  septembre  2021  par Catherine  Medioni

Les données inquiétantes de pharmacovigilance Covid diffèrent de la propagande rassurante et mensongère du gouvernement

La pharmacovigilance est la discipline qui recueille les signalements d’effets délétères ou indésirables suite à l’administration d’un acte médical, à la prise d’un médicament ou suite à une vaccination. Les patients qui constatent une dégradation de leur état de santé dans les heures ou les jours qui suivent la prise d’un traitement ou d’une vaccination ont la possibilité soit d’alerter leur médecin qui fera remonter les signalements, soit de s’adresser directement à l’agence régionale de santé.

Il se trouve que depuis la vaccination Covid à grande échelle, des citoyens vaccinés qui étaient en bonne santé se sont plaints auprès de leur médecin d’une modification désagréable de leur état  sanitaire suite à l’injection du vaccin, phénomènes qu’ils n’avaient jamais observés auparavant, sans que ce dernier prenne véritablement au sérieux les symptômes désagréables et parfois invalidants observés et rapportés.

Ce déni des effets indésirables par le corps médical et cette absence de considération des plaintes et des inquiétudes des vaccinés posent question, au point que las de n’être point entendus, des groupes Facebook se sont ouverts sur la thématique du recensement des effets indésirables consécutifs  à la vaccination. Ainsi chaque vacciné qui déplore des effets désagréables mais également  chaque proche de vacciné témoin de la dégradation de la santé de l’un des leurs, témoignent et rapportent les faits dans les moindres détails…. Ils sont ainsi des milliers à raconter leur histoire, mettant en lumière ce qui n’est jamais divulgué dans les médias  dominants qui au contraire affirment que la vaccination est efficace, protège et n’a pas d’effets secondaires !

Certains vaccinés qui étaient convaincus que la vaccination était la meilleure prophylaxie pour contrer le covid déchantent car ils l’ont attrapé de nouveau en dépit de leurs deux doses…. Des familles pleurent un de leur membre ou un ami pourtant en pleine forme avant la vaccination…. D’autres  encore ne souhaitaient pas être vaccinés en raison d’une santé déjà fragile, se sont laissés convaincre par leur entourage et le regrettent au vu des conséquences dommageables qu’ils subissent désormais….

Et pendant ce temps là, le gouvernement  relayé par les medias en boucle, exige une couverture vaccinale totale, présentée comme la seule alternative à l’éradication de la pandémie !

Comment le discours dominant peut-il être autant démenti par les remontées du terrain qui subissent une censure effrénée et rageuse ?  Pourquoi la voix de ceux qui expérimentent une toute autre réalité suite à leur vaccination et qui souhaitent témoigner et alerter est-elle autant étouffée et déniée ?  Que se  cache-t-il  donc derrière  ces deux réalités qui coexistent sur le même monde ?  Qui dit la vérité ?  Qui ment ? Et surtout qui  des deux positions  a intérêt à mentir ? 

Quel intérêt auraient les victimes des effets délétères du vaccin à alerter si ce dernier était totalement efficace et inoffensif ?  Tous les vaccinés aspiraient à minima sortir des confinements, des couvre-feux  et des restrictions sur leurs libertés individuelles. Ils avaient tous envie que les vaccins fonctionnent , mais la réalité dans la vraie vie semble toute différente….

Inversement, pour quelles raisons  Emmamuel Macron et son gouvernement font un prosélytisme acharné pour promouvoir la vaccination du plus grand nombre en affirmant sans sourciller que c’est la méthode la plus efficace pour éradiquer la pandémie et revivre normalement,  si les retours de pharmacovigilance  dans notre pays, mais également en Grande Bretagne, aux  Etats unis, en Israël  et ailleurs en Europe sont inquiétants et invitent au principe de prudence et de précaution ?

Dans un tel contexte de retours mitigés, préoccupants, voire carrément négatifs pour certains vaccinés, ne serait-il pas du devoir du gouvernement de suspendre l’obligation vaccinale pour ne pas prendre le risque de se rendre coupable et d’être accusé de génocide envers le peuple français ?

Aujourd’hui plusieurs vaccinés ne seraient pas morts du Covid mais de la vaccination contre le Covid ! Est-ce seulement concevable ? Admissible ?  N’y a-t-il pas matière à remise en cause de la stratégie du tout vaccinal et à réflexion avec un moratoire ?

Un  « suivi hebdomadaire des effets indésirables des vaccins »  publié par l’agence nationale de sécurité du médicament (  ANSM  ) a été méticuleusement épluché par un collectif de personnalités dont les fonctions  professionnelles ne sauraient prêter le flan aux soupçons  de «  complotisme  », de défiance ou encore d’extravagance….

Ces  personnalités  sont  :

  •  Laurent MUCCHIELLI (sociologue, directeur de recherche au CNRS),
  •  Hélène BANOUN (pharmacien biologiste, PhD, ancienne chargée de recherches

 à  l’INSERM),

  •  Emmanuelle DARLES (maîtresse de conférences en informatique à Aix-Marseille   Université),
  •  Éric MENAT (docteur en médecine, médecin généraliste),
  •  Vincent PAVAN (maître de conférences en mathématique à Aix-Marseille Université)
  •  Amine UMLIL (pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier, unité de « pharmacovigilance/CTIAP (centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques)/Coordination des vigilances sanitaires » du Centre hospitalier de Cholet).

Ces personnalités ci-dessus nommées ont donc minutieusement examiné les rapports détaillés sur chacun des quatre vaccins utilisés en France en y observant ce qui est dit sur les effets « graves » (par opposition aux effets non-graves qui sont les petites réactions locales immédiates après l’injection).

En date du 8 juillet 2021, soit au terme d’environ 6 mois de campagne vaccinale, 5,2 millions de doses avaient été administrées, dont près de 53 000 à des mineurs. La pharmacovigilance française du vaccin AstraZeneca rapporte un total de près de 43 000 effets ou évènements indésirables, dont 9 637 (soit 22,5%) classés comme « graves » parmi lesquels on trouve des réactions immédiates à la vaccination, des affections du système nerveux (paralysies notamment), des problèmes vasculaires (thromboses, AVC notamment), des problèmes respiratoires et / ou cardiaques graves, enfin des problèmes cutanés très importants, des affections hématologiques et des troubles graves de la vision et/ou de l’audition.

Ce collectif constate que la même analyse peut être faite sur les 4 vaccins qui ont des effets indésirables graves, mais en partie différents, (surtout neurologiques et nerveux pour  Moderna et Janssen et davantage cardiaques pour le Pfizer).

En  additionnant  les conséquences les plus graves mentionnées pour chacun des 4 vaccins, on dénombre :

  •   plus de 15 000 événements indésirables graves, parmi lesquels
  •   près de 1 800 hospitalisations,
  •   plus de 2 800 mises en jeu du pronostic vital et….
  •   près de 1 000 morts.

Le tout en seulement 6 mois !!!  A titre de  comparaison, il y a eu  863 homicides en France sur l’ensemble de l’année 2020. A eux seuls donc, les vaccins anti-covid ont fait plus du double de victimes que les homicides.

Les  remontées et les constats de la pharmacovigilance d’autres pays rejoignent et appuient malheureusement  les constats répertoriés par L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire française !

Au royaume uni,  le rapport de pharmacovigilance du 22 juillet dans sa seconde partie détaille les effets indésirables de la vaccination :

  • chocs anaphylactiques,
  • paralysie de Bell (paralysie faciale),
  • thromboses (71 décès de ce type avec l’AstraZeneca),
  • troubles menstruels et saignements vaginaux,
  • myocardites et péricardites (surtout avec le Pfizer),
  • réactions cutanées sévères (surtout avec le Moderna),
  • syndromes de Guillain Barré (surtout avec l’AstraZeneca) et enfin …
  • des « événements à l’issue fatale », c’est-à-dire des morts.

Dans le détail donc , à la date du 14 juillet 2021, l’agence britannique reconnaît 999 morts liés à l’injection du vaccin AstraZeneca, 460 liés à celle du Pfizer et 31 autres, ce qui porte le total à près de 1 500 morts.

Aux Pays-Bas, le centre de pharmacovigilance, dans sa dernière actualisation du 4 juillet 2021, faisait état  de 16,5 millions de doses administrées, principalement le Pfizer (11,8 millions de doses, contre 2,8 millions pour AstraZeneca, 1,3 million pour Moderna et 600 000 pour Janssen). A cette date, 93 453 déclarations d’effets indésirables avaient été remontées concernant les conséquences de la vaccination anti-covid,  dont  les thromboses dans le cas des vaccins AstraZeneca et Janssen. Enfin, le centre comptait  448 décès rapportés comme liés à la vaccination, concernant principalement des personnes âgées et principalement le vaccin Pfizer.

En Europe, la pharmacovigilance de l’Agence européenne du médicament, à la fin du mois de juin, avait déjà enregistré environ 9 000 décès liés à la vaccination uniquement pour le vaccin de Pfizer, notamment du fait de complications cardiaques, pulmonaires ou cérébro-vasculaires, inclues des morts par Covid (un comble pour les vaccins anti-covid…). Par ailleurs, ces données livrent également un deuxième constat très préoccupant, qui est le fait que ces risques d’effets indésirables graves concernent non seulement les personnes âgées de plus de 65 ans, mais aussi les nourrissons et les adolescents (12-17 ans). En d’autres termes, les vaccins génétiques anti-covid utilisés en Europe présentent des risques d’effets indésirables graves (pouvant aller jusqu’à la mort) dans des catégories de la population qui ne sont nullement menacées par la Covid.

Les professionnels de santé du collectif ReinfoCovid et de la Coordination Santé Libre ont ainsi montré que, en dessous de l’âge de 45 ans, la balance bénéfice/risque est très défavorable à la vaccination génétique anti-covid. Concernant  les enfants et les adolescents, elle relève même d’une forme de violence sur mineurs qu’il serait par conséquent criminel de généraliser.

Aux États-Unis, la pharmacovigilance est consultable sur le site de la Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) et leurs données sont très fiables. Six chercheurs anglais ont ainsi analysé  un échantillon de 250 déclarations de décès attribués aux vaccins anti-covid dans la VAERS. Il en résulte que les deux tiers des déclarations ont été faites par des médecins et qu’elles sont également fiables à 86%. Or le constat qui ressort des données américaines est plus saisissant encore car en recherchant dans ces données les décès liés à la vaccination, il est possible non seulement d’avoir un comptage détaillé pour chaque vaccin anti-covid, mais de surcroît de pouvoir comparer ces résultats avec ceux de tous les autres vaccins administrés depuis plus de 30 ans dans ce pays. Au 16 juillet 2021, date à laquelle 160 millions d’Américains avaient été intégralement vaccinés, les vaccins anti-covid sont liés à plus de 6 000 décès, 91% d’entre eux étant attribuables aux seuls vaccins de Moderna et Pfizer (deux entreprises pharmaceutiques/biotechnologiques américaines, Janssen étant la filiale belge d’une autre entreprise pharmaceutique américaine, Johnson & Johnson).

En outre les fichiers des Etats Unis permettent de comparer la létalité des vaccins Covid avec celle de tous les autres vaccins pratiqués durant 30 ans. Ce fichier affiche un total de 16 605 décès pour l’ensemble des vaccins sur toute la période.

A elle seule et en seulement 6 mois, la vaccination anti-covid représente donc 36% de la totalité de la mortalité vaccinale dans ce pays depuis 30 ans.

Aux Etats-Unis, en 6 mois, la vaccination anti-covid a tué 5 fois plus de personnes que la vaccination anti-grippe  saisonnière en 30 ans. Ceci  ne fait que prouver et confirmer que nous sommes bien en présence de vaccins d’un nouveau genre, dont la dangerosité est évidente et inédite. 

Comme le fait très justement remarquer ce collectif de chercheurs qui préfèrent  s’appuyer sur les faits et les chiffres pour juger de l’efficacité et de l’innocuité des vaccins anti-Covid, plutôt que de s’en  tenir strictement à la propagande  gouvernementale offensive qui entoure et prône la vaccination à tout va,  la question des effets indésirables graves des vaccins anti-covid fait l’objet d’un déni  manifeste  non rapporté par les médias dominants, et d’un silence absolument scandaleux de la part du gouvernement et des principales agences sanitaires (Agence nationale de sécurité du médicament, Haute autorité de santé, Haut conseil de santé publique, etc.).

Pourquoi ?

Et ce collectif de conclure son travail et son analyse :

«   Cette mortalité vaccinale (qui n’est que la pointe émergée de l’iceberg des effets indésirables graves) est donc inédite, elle est particulièrement grave et sa dissimulation l’est plus encore. Soyons clair : dissimuler d’une façon ou d’une autre un tel danger est tout simplement criminel vis-à-vis de la population. Même réduite à ses plus élémentaires principes de déontologie (primum non nocere), l’approche de cette question en termes de santé publique devrait conduire à suspendre d’urgence la campagne vaccinale, à étudier beaucoup plus en détail les données de cette pharmacovigilance (en particulier selon les classes d’âge et en fonction des différents facteurs de risque) et, au terme d’une analyse bénéfices/risques méticuleuse, à déterminer à quelles catégories bien précises de la population il est possible de proposer la vaccination sans risque que les effets indésirables graves soient plus nombreux que les formes graves de la Covid dont elle sensée les protéger. Tout autre approche ne relève pas de la santé publique mais de postures idéologiques ou d’un marketing commercial. Et l’histoire a déjà montré (sur le tabac, sur les pesticides, sur la pollution aux hydrocarbures, etc.) que ces postures et ce marketing étaient responsables de véritables crimes contre les populations civiles. Que ces crimes soient commis au nom du Bien ou au nom de la Santé ne devrait en aucun cas aveugler sur leur réalité et leur nature. Toutes celles et ceux qui s’y adonnent pourront être désormais considérés comme complices de cette nouvelle mortalité vaccinale inédite dans l’histoire de la médecine.  »

Recherches,  veille journalistique et article rédigé du 30 juillet au 1er Août  2021  par  Catherine  Medioni

Mohamed le natif d’Aulnay-sous-Bois remporte avec brio « Top Chef » 2021

Mohamed a convaincu les 70 bénévoles de la Croix-Rouge invités à départager les deux finalistes qui étaient à égalité après les points distribués par les chefs du jury: Hélène Darroze, Paul Pairet, Michel Sarran et Philippe Etchebest. Son menu proposant des plats de la cuisine française avec des touches méditerranéennes a ravi les palais des personnes présentes.

Interrogé par «Le Parisien», le chef qui a grandi à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, a confié qu’il utiliserait une partie de ses gains pour récompenser ses parents pour tout ce qu’ils avaient fait pour lui. «Je vais les emmener un peu à la mer. Ça va leur faire du bien», a-t-il dit. Le reste de l’argent sera investi dans des «projets» dont il n’a pas précisé la teneur.

Source : 20minutes

Football, la ligue des nations enflamme Aulnay-sous-Bois selon BFM TV

Le tournoi de football où plusieurs nations des quartiers peuvent s’affronter atteint une renommée internationale avec une couverture spéciale BFM TV :

Diffusion de l’émission Top Chef à Aulnay-sous-Bois ce mercredi 21 avril

Bien que l’émission ait été tournée en novembre dernier, l’épisode 11 appelé « la guerre des restos » sera diffusée ce mercredi 21 avril à 21h05 sur M6.

Avec 6 candidats en lice le 21 avril 2021, les restaurants de prestige vont devoir rivaliser d’audace et de créativité pour convaincre François Régis Gaudry et les critiques gastronomiques. Aucun cadeau ne leur sera consenti, la perfection est exigée et de nombreux candidats risquent de passer à la trappe pour ne pas avoir supporté la pression.

« La cantina », « Côté Sud » et « Chez Renata », 3 restaurants du centre ville avaient été « réquisitionnés »

Pour obtenir un avant-goût de cet affrontement à la toque, cliquer sur l’image ci-dessous :

Le patient Daniel de 47 ans en réanimation à l’hôpital Ballanger d’Aulnay-sous-Bois à cause du Covid n’est pas un acteur

C’est l’une des rumeurs les plus folles sur les réseaux sociaux : le patient Daniel, sportif de 47 ans placé en réanimation à l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois, n’est pas un acteur. Pourtant, de nombreux internautes criait à la supercherie, prétextant que le patient n’était pas intubé. Le reportage a été réalisé par les journalistes RMC puis repris par BFM TV.

L’hôpital a été contacté et confirme que l’équipe RMC est bien allée sur site le 16 mars pour effectuer un reportage en réanimation. Les complotistes ont une fois de plus échoué.

L’aventurier des radios libres avec Jean Ducarroir, un habitant d’Aulnay-sous-Bois

Il aurait pu devenir professeur d’université. Au lieu de cela, il sacrifia six années de sa courte existence à la cause des radios libres. Jean Ducarroir (1950-2003) fut de toutes les aventures, au Larzac, à Malville, devant la prison de la Santé, dans une librairie de Saint-Denis, sous les combles du Parti socialiste, dans des usines occupées, sous les lambris d’un ministère, etc.

Trois fois aux prises avec la justice, deux fois condamné puis amnistié, il fonda la Fédération nationale des radios libres et veilla, après l’élection de François Mitterrand, à la sanctuarisation du tiers-secteur radiophonique.

Il fut l’âme de ce mouvement à nul autre pareil. Jean Ducarroir était un habitant d’Aulnay-sous-Bois.

Source : Editions-Glyphe

Bruno Beschizza dit non au confinement devant les journalistes de France 2 à Aulnay-sous-Bois

Cet après-midi, Bruno Beschizza a reçu une équipe de journalistes de France 2 dans le quartier du Gros Saule pour évoquer les difficultés des habitants en ces temps de crise sanitaire

Pour Bruno Beschizza, le couvre feu qui perdure sans aucune perspective de sortie et la menace d’un nouveau reconfinement ajoutent des difficultés quotidiennes supplémentaires aux habitants, en particulier lorsque l’on vit dans des quartiers d’habitat collectif. Le reportage a été diffusé ce soir durant le journal de 20 Heures sur France 2 où le maire a dit NON au principe d’un nouveau confinement.

L’enfer du chantier de la ligne 16 et de ses bruits à Aulnay-sous-Bois devient un enjeu national

Nous l’évoquions dans un article précédent, les riverains de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois subissent des nuisances extrêmes avec 20h de travaux non-stop sur le chantier de la ligne 16. Les murs tremblent, le bruit est infernal. La Société du Grand Paris a promis une indemnisation à hauteur de 30% des loyers pour les foyers impactés.

C’est BFM TV qui en parle dans une brève qui montre à quel point les gens souffrent de ces bruits, sans compter le sommeil impossible pour les enfants. Ci-dessous l’extrait vidéo :

Amélie Machado met Aulnay-sous-Bois à l’honneur dans l’émission Ninja Warrior de TF1 !

Retrouvez l’aulnaysienne Amélie Machado dans l’émission Ninja Warrior : le parcours des héros de TF1 !N’hésitez pas à la soutenir devant votre écran.

Vous pourrez découvrir son portrait en février dans le magazine « Oxygène ».

%d blogueurs aiment cette page :