Archives du blog

L’instrumentalisation de la justice à Aulnay-sous-Bois, ça suffit selon René-Augustin Bougourd

Trop, c’est trop ! Le feuilleton judiciaire initié par notre Maire n’aura-t-il donc pas de fin ? Combien de temps encore utilisera-t-il le budget de la commune pour poursuivre une action destinée à éprouver moralement et financièrement ceux qui ont exercé leur droit de s’élever contre un abus de pouvoir de 2016, celui de retirer des affiches sur la prévention du sida validées par le Ministère de la Santé? Un arrêté jugé illégal par le Tribunal Administratif dès 2017 ! Deux fois déjà, Bruno Beschizza a été débouté par la justice, mais il s’obstine.  Sans parler de la longue liste des autres procédures qu’il a perdues. Critiquer ses décisions exige la plus grande prudence, quand le discours de ses porte-voix est d’une agressivité débridée. Voilà comment on bâillonne le débat démocratique.

Or ces affiches destinées à sensibiliser particulièrement les homosexuels aux dangers du sida, à une époque où on sait que la vigilance se relâche, allaient dans le sens du bien public. Elles visaient également à éduquer toute la population.  L’homophobie est un autre fléau qui fait des victimes : tous ceux qui se drapent dans les « bonnes mœurs » de l’hétérosexualité doivent admettre que tout geste de tendresse librement consenti entre adultes est une manifestation de la liberté des êtres humains, et que si l’on n’est pas gêné de voir la représentation de ces gestes entre personnes de sexe différent, il doit en être de même quand il s’agit du même sexe. C’est la stricte conformité de la devise républicaine et la base même de toute lutte contre l’homophobie. La gravité du phénomène impose de dépasser la sphère privée. Cela justifie un débat entre citoyens, plus ou moins avancés dans cette prise de conscience. Voilà ce qui va dans le sens de l’ordre public comme de la santé publique, et donc des intérêts de la population aulnaysienne. S’il ambitionne de jouer « les bons pères de famille », le premier édile doit partir de l’idée que son rôle est aussi de contribuer à l’éducation de la population, en particulier des jeunes, et non d’entretenir une morale héritée du XIXème siècle, en abusant de son pouvoir pour verrouiller tout débat public.           

C’est ce débat que voulaient les citoyens contre lesquels Bruno Beschizza s’obstine. C’était un acte courageux. Nous ne pouvons que leur rendre hommage et les remercier de ce courage, eux qui paient deux fois cette instrumentalisation de la justice à des fins politiciennes : les frais occasionnés par leur défense, et, par le détournement de leurs impôts, ceux provoqués par le plaignant, et payés par la commune. Sans parler du temps et de l’énergie vampirisés par un homme qui non seulement ne débourse pas un sou, mais ne prend même pas la peine d’assister aux audiences. 

René-Augustin BOUGOURD

Affaire communiqué de Jordan Bardella : Le blog Aulnaycap relaxé

Un jugement de la cour d’appel de Paris était rendu aujourd’hui concernant l’affaire du communiqué de Jordan Bardella (RN) qui contenait un propos sur une prétendue « illégalité » de cumul des mandats de M. Beschizza pendant quelque mois en 2015-2016 (Maire, Conseiller Départemental, Conseiller Régional). La 17ème chambre du tribunal de Paris avait relaxé M. Bardella et, par la même occasion, Arnaud Kubacki, alors directeur de publication du site Aulnaycap qui avait relayé le communiqué.

La cour d’appel a confirmé la relaxe pour Messieurs Bardella et Kubacki. La justice a donc considéré que le blog Aulnaycap n’avait pas enfreint la loi en publiant ce communiqué, le blog aillant l’habitude de relayer des communiqués de personnalités locales toutes tendances confondues.

M. Beschizza peut toujours se pourvoir en cassation.

Municipales 2014 à Aulnay-sous-Bois : Pour Bruno Beschizza, il faut « Un message positif aux entreprises »

cope_beschizzaSon projet prioritaire :redynamiser le territoire à partir des terrains PSA
« Il faut envoyer un message positif aux entreprises. Il faut qu’Aulnay se débarrasse de l’image du garage Renault qui avait brûlé en 2005 ». Mais Bruno Beschizza, conseiller régional, secrétaire national de l’UMP en charge des questions de sécurité, refuse de se limiter à cette seule thématique et dénonce les « gesticulations » du maire actuel autour de PSA. « Le point de départ, c’est la redynamisation du territoire, à partir de ce site exceptionnel, en suivant de grands exemples européens. La sécurité est une condition pour y parvenir », affirme-t-il, en avançant un programme précis : faire tourner la police municipale « 24 heures sur 24 », instaurer « un vrai système de vidéoprotection », pour lutter contre le cambriolage, le racket, le deal et le vol à la tire ».

Source : Le Parisien du 05/02/2014

L’UMP vise plusieurs villes en Seine-Saint-Denis, dont Aulnay-sous-Bois

LOGO_UMPL’UMP a beaucoup d’ambition pour les municipales 2014 et le fait savoir. Ainsi, on apprend que le parti de Jean-François Copé vise plusieurs villes en Seine-Saint-Denis, dont Aulnay-sous-Bois. Pour rappel, la ville avait été gérée par la droite de 1983 à 2008. Gérard Ségura, Maire PS, ne l’avait emporté en 2008 que de 204 voix.

S’il est vrai que le Maire sortant semble impopulaire dans nombre de quartiers pavillonnaires de la ville, son image semble toutefois quelque peu préservée dans les quartiers résidentiels du Nord de la ville. Des collectifs sont venus à son soutien récemment. L’abstention, le score du FN et la répartition UMP/UDI seront les clés du succès ou non du nouveau décoré de la légion d’honneur.

A droite, Jacques Chaussat (UDI) semble très populaire dans les quartiers Sud et certains quartiers Nord de la ville. Bruno Beschizza (UMP) bénéficie quant à lui d’une dynamique et d’un soutien massif de militants en provenance de Paris. Rendez-vous au soir du 1er tour des élections municipales…

Jean-François Copé est venu remotiver les militants UMP à Aulnay-sous-Bois

cope_beschizza« Ne nous oubliez pas ! », « On est avec vous! »… Bain de foule, embrassades et applaudissements nourris, mercredi soir, à Aulnay-sous-Bois, c’est un accueil digne d’une rock star que plus de 300 militants UMP ont réservé à Jean-François Copé. Sur le parquet de la salle Chanteloup, le président du parti d’opposition tenait sa toute première réunion publique en Seine-Saint-Denis, escorté par les élus locaux et les ex-ministres Valérie Pécresse et Hervé Mariton.

La campagne s’annonce difficile

Un lancement en fanfare pour une campagne municipale qui s’annonce délicate. Dans le département acquis à la gauche, les militants peinent parfois à garder la flamme. « Même si la droite est un peu plus présente avec les élections, on se sent un peu laissés pour compte… », glisse Vincent, employé d’une cantine d’Aulnay et résident de Villepinte, une commune communiste perdue par l’UMP en 2008. « Ici, quand on distribue des tracts, on nous regarde de travers. Il faut en avoir, de la foi, pour soutenir la droite en Seine-Saint-Denis », renchérit Liliane, sa mère.

Dans le département, seul un quart des quarante communes sont détenues par l’UMP. Et le parti espère bien ravir quelques mairies en 2014. A commencer par celle d’Aulnay. « Votre mission, c’est de faire gagner Bruno Beschizza! Je suis très heureux en voyant l’enthousiasme de celles et ceux qui sont avec toi », a lancé Jean-François Copé au candidat, avant d’entamer une diatribe contre le gouvernement.

Et tant pis pour Janick et Gérard qui attendaient des réponses « pour faire bouger les choses à Montreuil. » « Notre ville, on dirait que l’UMP ne sait pas qu’elle existe… En 2014, s’il faut choisir entre le PS, le PC et les Verts, on restera couchés », annonce Madame. « Vous le savez, vous, qui est notre candidat? », se risque Monsieur, « remonté ». En fin de meeting, les deux retraités iront même poser la question au patron de la fédération UMP du 93, Eric Raoult. Et celui-ci de les remettre entre les mains de Manon Laporte, fraîchement investie.

Source et image : le Parisien du 29/11/2013

Bruno Beschizza et Eric Raoult alertent le préfet contre un « charcutage » des cantons en Seine-Saint-Denis !

Bruno_BeschizzaLe futur redécoupage des cantons en Seine-Saint-Denis continue d’agiter la droite. Eric Raoult, patron de l’UMP 93 et maire du Raincy, et le conseiller régional Bruno Beschizza ont adressé un courrier au préfet lui demandant « d’assurer une réelle transparence ». La réforme, qui sera appliquée en 2015, prévoit de passer de 40 à 21 cantons. Chaque secteur comptera deux élus qui se présenteront en binômes. La nouvelle carte doit être élaborée par le préfet. Déjà, l’UMP dénonce des « méthodes empreintes d’une grande opacité », avançant que les propositions faites dans d’autres départements « sont des copier-coller du PS ». La lettre met en garde la préfecture contre tout « charcutage ».

Source : Le Parisien du 04/11/2013

%d blogueurs aiment cette page :