Publicités

Archives du blog

La concertation sur l’avenir du Centre-Gare d’Aulnay-sous-Bois : le patrimoine bâti

La question sur le patrimoine bâti vient en dernier dans le questionnaire : c’est dire la place que l’équipe municipale attribue au patrimoine. Deux indices permettent de nourrir les plus vives inquiétudes : la disparition des pavillons jumeaux de la rue du 14 juillet et de la rue Gatouillat, derniers témoins du passé cheminot de la ville, l’absence totale de réflexion patrimoniale concertée sur la transformation de l’ex-place Camélinat. Remarquons au passage que cette dénomination ancienne et toujours familière aux habitants du quartier a totalement disparu du dossier, au profit de la « Place des écoles », encore plus ancienne (p9). Ce détail est bien conforme à un procédé langagier de notre premier édile.

Plus inquiétant, le dossier relève la présence d’ « un tissu urbain mixte présentant des entités urbaines contrastées et peu de continuité : ilots mixtes, pavillonnaire moyennement dense, peu bâti, habitat collectif ancien, dents creuses », au début d’un paragraphe intitulé « un quartier(…) qui mérite un embellissement. »

Or c’est cette mixité qui confère son charme au quartier, ces « dents creuses » et ces jardins du «pavillonnaire moyennement dense » qui apportent des espaces verts et de la lumière à nos rues, c’est ce « habitat collectif ancien » affichant des ornementations d’époques révolues qui rehausse sa qualité patrimoniale. Loin de nous l’idée qu’il ne faudrait toucher à rien : le manque de logement est criant. On ne peut nier qu’il faille densifier les centre-ville. Reste à savoir par quel type de logement. Mais l’à-priori que ce type de paysage urbain est en contradiction avec « l’embellissement » est évidemment sous-entendu par les rédacteurs et les commanditaires du dossier. Ce qu’il faudrait, c’est une réflexion sur ce que l’on veut faire de chaque rue, à partir de sa qualité patrimoniale, et procéder de manière chirurgicale, au coup par coup. Ce qui se profile au contraire, c’est la brutale mise à l’alignement d’ilôts entiers avec des immeubles collectifs de 4 étages. Le refus d’imposer dans le PLU de 2015 la construction en retrait est un signe suffisamment éloquent. Puis viendra le temps où, par modification du PLU et du zonage, de nouveaux ilôts pavillonnaires proches du centre seront ouverts à la construction de grands immeubles.

Ainsi, la question posée sur la « mise en valeur du patrimoine bâti » est complètement biaisée. Scindée en « points forts et points faibles », elle n’offre à ceux qui suivent ce schéma logique aucune  possibilité de développer une réflexion d’ensemble.

Il en est de même avec les questions sur les déplacements, la mise en valeur des espaces publics et paysagers, les services publics et les commerces. Le questionnement choisi vise à faire exprimer des vœux pieux sur des aspects partiels, certes importants à l’échelle des individus, mais sans qu’une vision d’ensemble soit suscitée. Rien n‘est fait pour inciter le citoyen à surmonter sa myopie.

Source : communiqué Aulnay Environnement

Publicités

La concertation sur l’avenir du Centre-Gare : la notion de « Centre Gare » d’Aulnay-sous-Bois

La forme du questionnaire écarte d’emblée la possibilité d’une réflexion globale, à l’échelle de la ville, le problème majeur de notre commune, ceci depuis plus d’un siècle, étant celui de la présence de plusieurs centralités qui s’ignorent. Il y est d’ailleurs fait discrètement allusion (p9) dans le dossier de concertation disponible sur le site de la mairie. Le défi de l’aménagement reste celui de lutter contre les coupures urbaines et la ségrégation sociale qu’elles entretiennent. Au XIXe siècle, celle qui séparait d’une part la société paysanne de la séculaire Aulnay-les-Bondis et d’autre part, les nouveaux venus, principalement bourgeois, du quartier du Parc. Une réponse avait été l’ouverture de l’avenue Anatole France qui reliait les deux centres.  Aujourd’hui, l’opposition nord-sud demeure, le sud restant identifié comme « bourgeois » par les gens du nord, et le nord « zone de non-droit » par les gens du sud. Aucune réflexion sur l’aménagement de la ville ne peut faire l’économie de ce problème d’ensemble.

Manque donc dans ce questionnaire la question de savoir comment un aménagement du centre-gare peut remédier à cette coupure spatiale et sociale, pour faire émerger une identité aulnaysienne commune.

Le terme même de « Centre gare » devrait être interrogé. Une autre gare, celle du Grand Paris, va produire une nouvelle centralité dans le nord. Les grands programmes immobiliers le long du CD 115 vont modifier l’équilibre démographique : le développement d’une nouvelle centralité autour du carrefour du Soleil Levant se profile sans qu’une réflexion sur les services nécessaires semble émerger. Et que dire du quartier de 3500 logements projeté sur les terrains PSA ? La carte du début du XXe siècle (p6) du dossier de concertation est à présent totalement obsolète. Le « Centre gare » n’est absolument plus au centre géographique de la commune, et bientôt, il n’aura plus le monopole de la gare.

Les mots ont leur importance : en pérennisant cette expression, on contribue à marginaliser les autres espaces de la ville, à privilégier un quartier et sa population au détriment des autres. Une réflexion devrait donc être engagée sur la terminologie. Puisqu’il s’agit de se tourner vers l’avenir, pourquoi ne pas parler dès aujourd’hui des quartiers « Gare sud » et « Gare nord » ?

Source : communiqué Aulnay Environnement

Conseil de quartier crucial ce mardi 12 décembre concernant l’évolution du quartier Centre-Gare d’Aulnay-sous-Bois

Un conseil de quartier a lieu ce mardi 12 décembre à 19h00 dans la salle du conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois. Ordre du jour : l’aménagement du pôle Centre-Gare Nord.

Ordre du jour complet en cliquant sur l’image ci-contre.

Concertation centre gare Aulnay-sous-Bois par André Cuzon

Le premier élément pour analyser ce problème c’est de situer la centralité de ce centre gare. Le document parle de l’une des « principales  centralités de la ville » : c’est notoirement insuffisant de le dire.

François Asensi aulnaysien maire de Tremblay avait dit dans la concertation sur le SDRIF à l’époque que Aulnay était la « capitale » de l’intercommunalité. En effet la gare d’Aulnay du fait du nœud ferroviaire est un centre pour les communes desservies du Drancy, Le Bourget, Blanc-Mesnil à Villepinte Tremblay et Sevran Livry. Le T4 de plus le relie tant aux Pavillons qu’à Bondy.

Le grand paris va conforter ce rôle central. La ligne 16 est une  rocade ferrée autour d’Aulnay reliant le RER B au Bourget, à Villepinte-Beaudottes, Sevran-Livry vers le RER A vers Noisy-le-Grand en passant par Clichy-Monfermeil.

On peut espérer demain un T4 allant vers Noisy-le-Sec autre nœud ferré.

Aulnay attire aussi les habitants du 77 de Mitry et Villeparisis.

Rappelons que le RER B est la ligne Nord-Sud du réseau RER. Le nombre d’usagers du RER prouve cette centralité.

Il faut mettre en regard la faible densité relative de cet hyper centre. Le développement de la ville s’est effectué du sud au nord et la ville s’est décentrée vers le nord sans pouvoir créer une centralité réelle au niveau de la ville. Les équipements sont dispersés dans les quartiers.
Pour valoriser le centre (gare) d’Aulnay il faut le considérer comme un centre intercommunal (de près de 400.000 habitants): une médiathèque, des salles de réunions variées (connectées image et son)  publiques et privées de tous types, de toutes tailles en tout cas modulaires y seraient à leur place dans le cadre du grand paris et d’une société qui favorise les transports et les connexions du futur.

Ce point de vue je le défends depuis … 20 ou 30 ans lors des débats des différents PLU.

A l’évidence le long des voies ferrées, éventuellement au-dessus, mais aussi très facilement sur le parking Dumont (le contraire d’un centre ville), il faut densifier. Sur le parking Dumont j’ai souvent évoqué R +  10 ou 12 avec des services publics (médiathèque et autres (police, crèches, écoles, université, impôt, sécu, emploi etc), des bureaux et des emplois,  des logements de tous types pour étudiants, retraités ou autres. notre centre gare a été oublié depuis Louis SOLBES ! en 1983.

Le nord de la gare c’est encore pire. La fronde contre SEGURA a gelé les constructions nécessaires à deux pas de la gare entre gare et mairie : le nouveau PLU a été démagogique sur ce point.

Les commerçants dans les années 70 avaient demandé l’abattage des platanes pour garer les voitures : on voit le résultat.

Un PIR (parking d’intérêt régional) indispensable aurait pu y sauver le commerce. La municipalité l’envisage place ex-Camélinat au détriment des tilleuls !

La rénovation de la gare aurait du prévoir un souterrain SNCF gratuit pour tenter de remédier aux nombreuses barrières/frontières qui empêchent de vivre ensemble dans cette ville

La densification du centre seule permettra la préservation de la zone pavillonnaire et limitera le risque des inondations d’orage  qui est du à la platitude de tout le secteur de Roissy à Saint-Denis !

La forêt  de Bondy (et ce qui en reste) nous a légué des rues étroites (anciennes routes forestières) et des embouteillages qui ne vont pas s’arranger. Lors du POS de 1977 il était question d’élargir les rues ce qui avait provoqué une colère importante et le recul de la municipalité.

De même de nombreux trottoirs y compris en centre ville ne sont pas aux normes pour les piétons et en particuliers pour les PMR.

Mais ce n’est pas une raison pour l’inaction.

Nous attendons la bretelle de Bondy Nord, le doublement des ponts de la Croix blanche et de Chanteloup ou d’autres liaisons sur ou sous la gare (jonction de parkings  et de commerces piétonniers…) !

Un mot sur les grands projets.

Le CDG-Express doit s’arrêter à Aulnay, les directs Roissy doivent être supprimés. La rénovation des infrastructures doit être accélérée.

La ligne 17 en plein champ pour Europa City doit être remise en cause et il faut étudier l’implantation de grandes surfaces (Darty, FNAC, Décathlon et autres) au-dessus ou au-dessous ou le long de la gare.

Notre centre gare est envié par toutes les villes autour et leurs habitants : marché et commerces et terrasses…

Nous ne devons pas être des « fainéants », il faut avoir le courage de dessiner le futur centre gare et le futur d’Aulnay et le futur de l’intercommunalité.

Source : communiqué André Cuzon

Suite de la rénovation du centre gare nord à Aulnay-sous-Bois

« Délaissée jusqu’à présent ».

Après la rénovation du souterrain, après la restructuration de la rue du 11 novembre, les travaux du carrefour 11 Novembre / Fernand Herbaut / Commandant Brasseur avancent rapidement.

Avant

Après

Avant

Après

 

Et aujourd’hui , une fresque style trompe l’œil est en cours de réalisation…

… travail d’artiste , dans l’attente de la végétalisation du site.

Fin dans le prochain numéro?

Article de Christian PICQ, riverain

%d blogueurs aiment cette page :