Archives du blog

Quand certains ne balayent pas devant leur porte à Aulnay-sous-Bois

Nous vivons une période difficile, inédite et terrible pour les plus fragiles : épidémie de Covid, confinements, restrictions et désormais le pass sanitaire. Les personnes non vaccinées vont devoir se priver de plusieurs loisirs et services, une campagne de vaccination forcée est imposée en s’appuyant sur des doses de laboratoires Américains pour la plupart.

Si pour ma part je n’adhère pas aux thèses complotistes (je n’ose imaginer que ceux qui nous gouvernent nous veulent du mal à ce point), je comprends que beaucoup se posent des questions sur ce qui nous est imposé (la léthalité du Covid-19 est plutôt faible chez les plus jeunes et les dernières informations montrent que ces vaccins ne protègent pas ni de la propagation du virus ni de la mort, même s’ils semblent réduire les cas graves). Ainsi comme nos grands-parents sont vaccinés contre la grippe et pas nous, on peut aller les voir sans problème, sans risque pour leur santé. Ce n’est pas le cas, selon les spécialistes et ceux qui nous gouvernent, avec les vaccins anti-Covid.

Le débat est en place, certaines chaînes de TV donnent la parole à ceux qui sont contre la vaccination obligatoire pour tous, d’autres font passe-plat avec la communication du gouvernement. C’est ainsi, et libre à chacun de se faire une idée. Certains cependant n’hésitent pas à insulter l’autre camp, notamment ceux qui sont pour la vaccination et qui catégorisent les « anti-vax » de complotistes, parfois d’abrutis ou de personnes sans cervelle. C’est bas, mais si cela leur permet de montrer leur « supériorité » supposée, pourquoi pas.

Notre blog est la cible d’attaque depuis plusieurs jours par un autre blog politique (qui ne dit pas forcément son but), notamment notre rédactrice Catherine Medioni. S’il est vrai que les articles de Mme Medioni peuvent être critiqués et qu’il est possible que certaines données ne soient pas fiables (pour rappel, nous sommes blogueurs bénévoles, pas des journalistes de BFM qui gagnent 8000 € par mois avec une logistique infinie), certaines attaques sous la ceinture me paraissent disproportionnées. Quand ce même site annonçait des âneries, jamais nous n’avions osé critiquer car, de notre point de vue, l’erreur est possible, et chacun est libre d’aborder une information à sa façon, notamment quand on est bénévole.

Ce n’est pas mon habitude de répondre à ces attaques et ces bassesses d’un autre blog mais face à cette attitude contre Catherine Medioni, je ne pouvais rester sans réponse. Il serait bon que ce blog se mette à balayer devant sa porte et se fasse une auto-critique. Plusieurs articles et faits ont en effet défrayé la chronique :

  • Quand on annonce que Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, allait devenir ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron quand on sait la fidélité de ce dernier à sa famille politique et à Nicolas Sarkozy, il y a de quoi rire ou pleurer. Pourquoi pas la première adjointe Séverine Maroun ministre de la Culture ? Ou le désormais conseiller départemental Frank Cannarozzo le prochain homme qui va aller dans l’espace avec la fusée d’Elon Musk ?
  • Quand on fait des remontrances à longueur de journée pour soutenir l’écologie et que l’on roule en Diesel pour faire dans l’année plusieurs allers retours de plusieurs centaines de kilomètres pour rejoindre sa résidence secondaire, est-ce vraiment approprié ? Je roule en Diesel également (Crit ‘R 2 mais peu importe) et je rejoins avec ma famille mon lieu de vacances en voiture, et si l’écologie m’importe beaucoup en faisant des gestes au quotidien (petits trajets à pied, circuit court au niveau de l’alimentation, jamais de clim dans la voiture…) jamais je n’oserai critiquer les autres sur leur manque d’action pour la planète car je pourrais faire beaucoup plus de mon côté
  • Quand on pousse les gens à aller voter mais que l’on ne va pas aller voter soi-même, quel crédit accorder ? Bien-sûr il peut y avoir un événement familial mais la procuration existe et quand on est engagé politiquement, c’est la moindre des choses à faire. Surtout quand on rabâche que M. Beschizza va bétonner et détruire Aulnay, le minimum est de se faire entendre avec son bulletin

Il y a plein d’autres éléments où je pourrais revenir dessus mais je vais m’arrêter là. Encore une fois, on peut critiquer les articles de Catherine Medioni, moi-même je n’y adhère pas totalement (même si je ne suis pas vacciné et que je ne compte pas vraiment le faire pour le moment). Mais de là à faire des articles pour tenter un buzz pour démonter encore une fois de jeter le discrédit, il y a un pas. Nous respectons la ligne éditoriale des autres blogs et nous ne remettons pas en cause leur travail (bénévole), on s’attend à un peu de réciprocité.

L’association de soutien à la majorité municipale d’Aulnay-sous-Bois veut « démasquer les menteurs »

Depuis maintenant près d’un an, vous recevez dans vos boîtes aux lettres des coupures de presse tronquées et des tracts anonymes.
Ils ne sont jamais signés…mais visent toujours à tenter de salir le Maire.

Tous ces documents anonymes sont à chaque fois tirés à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. Des questions se posent ! Qui les réalise ? Qui les imprime ? Qui les distribue ? Qui paye tout ça ? Et avec quel argent ?

Dans le tract accessible en cliquant sur l’image ci-contre, l’association de soutien à la majorité municipale d’Aulnay énumère les sujets et apporte « des réponses », notamment sur l’indemnisation des agents, le financement d’une association cultuelle et le bétonnage de la ville.

René Augustin Bougourd regrette le sectarisme et les manœuvres de la liste Aulnay En Commun

Je ne sais par quelle erreur, je viens de recevoir de la part de la liste Aulnay en Commun une invitation pour un séminaire de stratégie électorale. Je suis au regret de décliner cette invitation, car je suis en désaccord total avec votre stratégie.

Pour moi, la priorité est de voir partir une équipe qui, massacrant notre paysage urbain, associe en outre le sectarisme, la mauvaise foi et le mépris des habitants, avec le recul des services sociaux, de forts soupçons de pratiques contraires à toute éthique et la condamnation de la Cour Régionale des Comptes. J’appelle de mes vœux un désistement en faveur de la liste d’opposition municipale la mieux placée à l’issue  du premier tour. Or je constate jour après jour que la liste ABC coupe tous les pont possibles avec la seule liste capable de réunir des voix de droite modérée et des progressistes de tous bords. Le choix est clairement celui d’une triangulaire dont la liste Beschizza ne pourra que sortir gagnante. Ce n’est donc pas le bien des Aulnaysiens qui est l’objectif prioritaire. C’est pour les Partis Socialiste et Communiste un moyen de prendre date jusqu’aux élections suivantes, dans l’espoir que le discrédit qui frappe la mandature Ségura (et que pour ma part je trouve injuste) commencera à s’atténuer en regard de l’écœurement suscité par une seconde mandature Beschizza.  Il s’agit seulement pour ces partis de se « refaire une virginité » en surfant sur l’indignation légitimement soulevée par la réforme des retraites. Pour la troisième composante de cet attelage dont beaucoup doutent de la solidité, la sympathique utopie de promouvoir des citoyens « de base » a débouché, au vote majoritaire, sur le choix  de mettre en tête de liste des représentants des « vieux partis ». Je ne vois pas là le vent de renouveau qui permettra de renverser le rapport de force dans notre ville. Je voudrais bien me tromper, mais je ne parviens pas à y croire.

Dans le cas d’une victoire de la liste AEC, je ne peux qu’être effrayé de constater que le sectarisme risque de ne pas disparaître des pratiques, à la lecture de la déclaration en réponse à l’union locale CGT qui exigeait un avis sous peine de représailles. Après avoir répondu sur le sujet, et avoir brièvement taclé Bruno Beschizza, on s’attaque longuement à celui qui semble être l’adversaire privilégié. On prend le temps de s’indigner que le candidat Giami puisse rendre hommage à Robert Ballanger dans l’avant-propos de son livre -programme.  Robert Ballanger, ne vous en déplaise, n’est pas la propriété des partis de gauche, il appartient à l’histoire d’Aulnay. Lire qu’il s’agit « d’indécence » me révulse, quand Benjamin Giami rompt ici avec l’une des choses qui m’écœurent tout particulièrement dans les discours de l’équipe Beschizza, ressassant le dénigrement de la mandature Ségura, passant sous silence tout ce qu’elle a eu de positif, et  s’attribuant tout le mérite de ce qu’elle avait préparé. Avez-vous observé que le même avant-propos rendait aussi hommage à un homme dont vous semblez vous-même vouloir faire oublier le nom ? Pourquoi ne vous indignez-vous pas aussi de l’hommage rendu à Gérard Ségura ? Ce que j’apprécie au plus haut point, même chez un homme de droite, c’est la probité intellectuelle, qui consiste entre autres à n’ignorer ni le contexte, ni le passé. Où est cette probité dans votre déclaration ?

Vous vous référez aux « Jours heureux », nom donné au Programme du Conseil National de la Résistance. Ayez l’honnêteté de reconnaître que dans  ce Conseil, il y avait à peu près autant de gens issus de la droite que de gens de gauche ! Des gens qui, au-delà de leurs attaches partisanes, voulaient le meilleur pour leurs compatriotes. Je ne vois rien dans le programme publié par Benjamin Giami qui n’aille dans ce sens, au strict niveau communal. Si ce programme municipal est mauvais, éclairez-moi, au lieu de vous concentrer dans vos déclarations sur celui du gouvernement sur les retraites, qui sur bien des points, est effectivement révoltant, mais n’est absolument pas du ressort de Maire ! Certes, se réclamer la République en Marche, c’est une sacrée casserole, mais mes amis socialistes n’en traînent-ils pas aussi une belle, avec la réforme EL KHOMRI ? Pensez-vous que les électeurs aient la mémoire si courte ?

Avez-vous entendu comme moi le candidat communiste au Havre déplorer que la candidature du Premier Ministre allait transformer un scrutin municipal en référendum pour ou contre la réforme des retraites, et protester qu’on allait ainsi leur voler le débat démocratique ? Eh bien, c’est précisément ce que vous êtes en train de faire !  

René-Augustin BOUGOURD, citoyen impliqué

%d blogueurs aiment cette page :