Publicités

Archives du blog

Violent accident sous le pont du Collège Debussy à Aulnay-sous-Bois

Dimanche dernier, un accident a été constaté au niveau du pont de la RN370, qui sépare le quartier Savigny du quartier du Gros Saule, au niveau du collège Debussy. Un camion serait à l’origine de ce drame.

La vitesse dans cette rue est toujours excessive malgré une limitation à 30 km/h. En 2014, des barrières pour avertir de la limitation en hauteur des véhicules ont été installées, mais ont été détruites depuis.
Le camion fut garé suite à l’accident sur le parking face au mini club, sur la petite place à cet endroit. Le parking est dans un piteux état, beaucoup pensent qu’il s’agit d’une décharge. Certains jeunes du quartier s’y rassemblent aussi pour des barbecues géants, et de nombreuses nuisances sonores.
Des débris se trouvent encore un peu partout suite à l’accident.
Merci à « Val Aulnay » pour les photos.
Publicités

Harlem Désir et des élèves du collège Debussy à Aulnay-sous-Bois chez BASF aujourd’hui

harlem_desirDix-huit élèves du collège Debussy d’Aulnay se rendront aujourd’hui au siège de l’entreprise BASF à Levallois (Hauts-de-Seine). Ils y rencontreront un ancien élu municipal socialiste.Le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Harlem Désir, sera également présent.

Le but : permettre aux jeunes de comprendre les bénéfices d’une double culture franco-allemande à travers des entreprises implantées à la fois en France et en Allemagne. Avec un focus sur l’alternance et l’importance de maîtriser une langue étrangère. Les élèves de 3e découvriront notamment lors de cette journée les activités du leader mondial de la chimie, qui fête cette année son 150e anniversaire.

Source et image : Le Parisien

Le collège Debussy d’Aulnay-sous-Bois au-delà des préjugés sur les Roms

college_debussy_aulnayDes élèves du collège Claude-Debussy d’Aulnay-sous-Bois ont réalisé un court-métrage sur un campement rom situé à proximité de leur établissement avec cette question : pourquoi y a-t-il si peu d’enfants roms scolarisés ?

« C’est parti de réflexions de certains élèves du collège envers les Roms qui nous ont choqués ». Kensia, d’abord sur ses gardes, est intarissable. Elle et trois de ses camarades – Kendra, Mohammed et Sarah – se remémorent pourquoi ils ont choisi le campement rom situé tout à côté de leur collège comme sujet d’un atelier journalisme, lancé en début d’année par deux de leurs professeurs d’histoire géographie, Younes Baassou et Lahoucine Belkaïd.
« Beaucoup d’élèves en parlaient. Ils disaient que c’étaient des gens mauvais et des fainéants, qui ne voulaient pas aller à l’école. Alors, on a décidé simplement d’aller leur demander pourquoi ils ne venaient pas à l’école », renchérit Mohammed.

Le court-métrage réalisé par ces élèves de 4e au regard étonnamment lucide livre plusieurs réponses à cette interrogation. Dans ce reportage de quatre minutes, les habitants du campement rom se confient, timidement, mais ils se confient : pas d’argent pour acheter cahiers et livres, peur du regard de l’autre et de ses moqueries, peur aussi de se faire expulser pendant que les enfants sont à l’école. Younes Baassou, à l’origine du projet, complète : « il y a encore d’autres facteurs. En France, la loi rend obligatoire la scolarisation de tous les enfants, mais souvent celle-ci est liée au fait d’avoir une adresse. Et comme là, ils n’en ont pas… »

Tourné avec l’aide d’un journaliste de l’agence Reuters, Morade Azzouz, qui est venu épauler bénévolement les élèves sur ce projet, le reportage a été projeté mercredi 4 juin au festival académique de Créteil. Il est le fruit d’une trentaine d’heures de travail, dont une journée entière passée sur le camp situé à proximité du boulevard Chagall, à quelques encablures du collège. Dans ce bidonville peuplé par quelque 200 personnes, la plupart d’origine roumaine, il a aussi fallu faire appel à un interprète pour pouvoir communiquer. Mohammed en a retenu quelques mots : « buna ziua, ça veut dire bonjour et multumesc, c’est merci », se souvient-il, le sourire aux lèvres.

Article complet à consulter en cliquant ici.

Aulnay-sous-Bois : automobilistes stoppés rond-point Debussy par des hommes en jaune

Rond_Point_DebussyHier, en fin de matinée, plusieurs personnes vêtues de gilets jaunes (une personne était en bleu) tentaient d’arrêter les automobilistes au niveau du rond-point Debussy pour une quête. L’arrêt des véhicules a provoqué par moment un léger embouteillage sur ce secteur où de nombreux véhicules transitent dans les quartiers du Gros Saule et Savigny via la RN2.

Nous ne savons pas quel était le motif de cette quête et si cela respectait ou non la loi (arrêt de la circulation par du personnel non agréé). Des signalements d’arnaque avaient été formulés dans le passé (fausses actions de solidarité), cependant rien ne prouve qu’il s’agit ici des mêmes individus qui ont sévi dans le passé.

 

 

Aulnay-sous-Bois : Accalmie au collège Debussy

Debussy_AulnayLe calme semble revenu au collège Debussy, à Aulnay-sous-Bois, et les cours devraient reprendre normalement lundi. Parents et enseignants s’étaient mobilisés il y a dix jours, après plusieurs départs de feu au sein même de l’établissement. Les profs demandaient notamment le départ pur et simple de la principale du collège. Ils semblent avoir été entendus. Un nouveau principal « par intérim » devrait arriver lundi. Officiellement, il ne fait que remplacer la chef d’établissement, en congé maladie. « Mais il devrait rester jusqu’à la fin de l’année », affirme un père d’élève, soulagé. C’est en tout cas ce qu’a annoncé, mercredi, un représentant de la direction académique lors d’une rencontre avec les parents d’élèves. La crise avait conduit le maire UMP Bruno Beschizza à écrire lui-même à la direction académique.

Source : Le Parisien du 31/05/2014

Aulnay-sous-Bois : Opération Collège mort à Debussy après de graves incidents et incendies criminels

Debussy_AulnayAUJOURD’HUI, DES PARENTS d’élèves se sont donné rendez-vous devant le collège Debussy d’Aulnay-sous-Bois et appellent à une journée Collège mort. Ils viennent ainsi soutenir les enseignants, remontés depuis plusieurs jours après une série de graves incidents.

Mardi après-midi, une poignée d’élèves sont entrés dans l’enceinte de l’établissement en sautant par-dessus la grille et ont mis le feu à un arbre proche d’un bâtiment où se trouve l’atelier des Segpa (sections d’enseignement professionnel et adapté) et le dojo de sport. Deux agents du collège ont tenté d’éteindre l’incendie avec des extincteurs mais il a fallu attendre l’arrivée des pompiers pour y parvenir.

Pendant les quarante minutes qui ont été nécessaires pour circonscrire le feu, l’alarme incendie n’a pas fonctionné. Et la direction de l’établissement n’a pas procédé à l’évacuation du bâtiment. « On a appris cet incident à 17 heures, par des bruits de couloirs, explique un enseignant. Pour toute l’équipe, ça a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. »

Le lendemain, les professeurs de ce collège de 700 élèves classé en zone d’éducation prioritaire (ZEP) ont exercé leur droit de retrait. Hier encore, la quasi-totalité des enseignants n’ont pas fait cours et les élèves sont rentrés chez eux.

S’ils sont si mobilisés, c’est parce que les problèmes se sont multipliés ces dernières semaines au collège Debussy. Il y a deux mois déjà, des collégiens ont jeté des pierres dans le dos d’une enseignante. Il y a deux semaines, d’autres ont tenté de mettre le feu dans une salle de sciences de 3 e . Et lundi, les pompiers sont également intervenus devant l’établissement pour éteindre un incendie, au rond-point situé en face du collège. « On se sent en insécurité pour nous mais aussi pour les élèves, poursuit le professeur. Et, surtout, tous ces problèmes sont liés à une mauvaise gestion. Voire à une non-gestion du collège par la direction. »

Vent debout contre la principale du collège, en poste depuis trois ans à Debussy, les professeurs n’y vont pas de main morte et dénoncent des problèmes de communication, un manque de compétence dans la gestion administrative… et demandent le départ pur et simple de la principale.

A la direction académique, on ne tient pas à s’exprimer sur ce point. Mais on reconnaît que la « situation est complexe » et qu’un audit a été diligenté ces dernières semaines au collège pour « tenter de comprendre les différents dysfonctionnements et de trouver des solutions ». Déjà, depuis mardi, une équipe mobile de sécurité (EMS) a été dépêchée sur place pour apaiser les choses, sécuriser le collège et lancer une médiation avec les élèves.

Source et image : Le Parisien du 23/05/2014

Bientôt un nouveau gymnase à Aulnay-sous-Bois sur le terrain du collège Debussy

220px-Collège_claude_debussy,aulnayNous venons d’apprendre qu’un permis de construire aurait été signé en décembre dernier, pour la construction d’un nouveau gymnase, situé sur le terrain du collège Debussy (secteur Savigny).

Depuis 2007, un projet de nouveau gymnase était à l’étude, avec comme terrain potentiel le terrain découvert du Vélodrome. Mais la découverte de vestiges d’un cimetière mérovingien a momentanément gelé le projet.

Ce gymnase ne serait pas dédié qu’au collège, puisque des associations sportives en bénéficieront. Affaire à suivre…

%d blogueurs aiment cette page :