Archives du blog

Pourquoi deux hommes ont-ils failli mourir sur la friche PSA à Aulnay-sous-Bois le 12 octobre 2020 ?

Cher.e.s aulnaysien.ne.s,

Pourquoi deux hommes ont-ils failli mourir sur la friche PSA à Aulnay-sous-Bois le 12 octobre 2020 ?

Plusieurs dizaines de voitures et de caravanes sont entrées sur une partie encore vacante de la friche PSA pour s’y installer. Trois hommes ont tenté de brancher au transformateur électrique le chauffage de leurs caravanes : il faisait 5° cette nuit-là. Ils ont été grièvement brûlés par l’arc électrique qui les a atteints : l’un à 20 % du corps, les deux autres à 70 % ont vu leur pronostic vital engagé. Heureusement, ils sont aujourd’hui sortis d’affaires.

Ce terrain étant clos, qui a autorisé son accès ? Qui l’a ouvert ? Pourquoi avoir fait rentrer de nuit une trentaine de caravanes soit environ 70 personnes sur un terrain non viable et équipé d’un transformateur extrêmement dangereux, alors qu’il était évident que ces personnes chercheraient à s’y brancher ? Pourquoi ces personnes ont-elles accepté ce risque de mort ?

D’après nos sources, voici les réponses à ces questions. Mme Maroun, première adjointe, aurait contacté le maire qui aurait demandé au service de sécurité d’ouvrir le site. Mme Maroun est ensuite venue sur le terrain. Les caravanes étant branchées sur des groupes électrogènes, les gens du voyage (GDV) lui ont demandé l’autorisation de se brancher sur le courant. Elle leur aurait alors dit « de se débrouiller ». L’accident s’est produit après son départ. L’envie de rendre service, louable, ne peut se concrétiser au péril de la vie des personnes aidées. Par ailleurs, aucun élu ne semble avoir pris de nouvelle des blessés.

Les GDV ont accepté de s’installer sur ce terrain au péril de leur vie, car ils ne trouvaient pas d’aire d’accueil disponibles. Voici pourquoi :

Contexte : Les lois du 31 mai 1990 et du 5 juillet 2000 obligent certes les communes ou leurs groupements à mettre à disposition des GDV des aires d’accueil et terrains aménagés, dans le cadre d’un schéma départemental d’accueil et d’habitat des GDV. L’État verse certes des subventions publiques pour aménager des aires et les collectivités les perçoivent certes. Mais les schémas départementaux sont rarement respectés par les collectivités notamment d’Île-de-France où le taux de réalisation d’aires d’accueil de 30% – le plus bas de France – cache de grandes disparités au sein de chaque département, comme l’attestent les deux schémas suivants.

La Seine Saint-Denis, qui accueille pourtant une forte communauté de GDV, accuse un important retard. Par exemple, l’aire de Tremblay – provisoire depuis 16 ans – a fait l’objet d’un permis de construire jamais mis en œuvre. Les GDV y vivent dans des conditions indignes et dangereuses comme l’ont montrées différents articles du Parisien. Que sont devenus les budgets votés et les subventions publiques perçues depuis des années ? L’État contrôle insuffisamment l’utilisation des subventions qu’il verse pour la réalisation des aires d’accueil et l’accompagnement des GDV. À Aulnay-sous-Bois, l’aire est inadaptée à l’accueil de familles semi-sédentarisées.

Conséquences : Leurs demandes d’accès aux aires étant souvent rejetées faute de place, les GDV sont alors obligés d’entrer parfois illégalement dans des terrains inadaptés et vivent dans l’angoisse d’expulsion ou d’accident. Il est tellement dur de trouver une place que -lorsqu’ils en ont une- les GDV y restent de peur – s’ils se déplacent – de ne pas en retrouver à leur retour. De ce fait, ils sont forcés d’abandonner leur mode de vie nomade et vivent dans des endroits souvent misérables, mal équipés, excentrés, mal adaptés à leurs besoins.

Au-delà des difficultés d’accès à une aire, à l’eau et l’électricité, les GDV – pour la plupart français depuis plusieurs siècles et à ne pas confondre avec les Roms – subissent de nombreuses atteintes à leurs droits :

  • civils et politiques : liberté d’aller et venir, de s’installer et s’inscrire sur les listes électorales : 75% ne votent pas ;
  • économiques, sociaux et culturels : marché du travail, logement, éducation ;
  • santé : leur espérance de vie est inférieure de 15 ans à la moyenne nationale.

Solution : Face à cette situation inacceptable, il convient de rappeler avec la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) « l’universalité et indivisibilité des droits de l’homme » : civils et politiques, au logement, à l’éducation, sociaux, à l’emploi sur l’ensemble du territoire européen, national et particulièrement au sein de Paris Terre d’Envol et à Aulnay-sous-Bois.

Nous concluons en disant : « il faut respecter la Loi pour que les GDV puissent la respecter ».

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les aulnaysien.ne.s

Antoine Sauser

Représentant des gens du voyage

 

Des espaces verts à proximité du carrefour de l’Europe à Aulnay-sous-Bois couverts de détritus et de défécations humaines

Une habitante à proximité de la cité de l’Europe nous raconte son calvaire qu’elle subit depuis des mois. Selon elle, les migrants Syriens et les Roms seraient les responsables. Ce qu’elle reproche ? Des espaces verts situés à proximité du carrefour de l’Europe à Aulnay-sous-Bois seraient utilisés comme décharge et comme toilettes à ciel ouvert. Résultats : odeurs et apparition de maladies dans les parages.

Son témoignage est le suivant :

« Bonjour voici une petite video des ordures laisser par les room et les syriens. Dernière nos habitations à cote du rond point de l’Europe .
C’est inadmissible il viennent faire leurs besoins a cette endroit. Cela est irrespirable !« 

Des migrants Syriens et des Roms font la manche à proximité du Rond Point de l’Europe. Cependant, il n’y a pas de preuve formelle que ce sont eux qui causent ces désagréments, même s’il existe des soupçons. Les habitations à proximité du Novotel sont impactées.

Vous pouvez découvrir une vidéo de ce carnage en cliquant sur l’image ci-dessous :

Bruno Beschizza sanctionne les mendiants Syriens et Roms qui ne respectent pas le code de la route à Aulnay-sous-Bois

refugies_syriensSi l’arrêté anti-mendicité que Bruno Beschizza a voulu mettre en place à Aulnay a été retoqué par la justice, l’édile utilise toutes les possibilités que la loi lui confère pour mettre fin à cette pratique.

En s’appuyant sur l’article R412 – 43 du Code de la route, la police municipale peut verbaliser les mendiants Roms et Syriens, qui traversent la route dans des endroits non autorisés (passages piétons).  Dans Le Parisien, la première adjointe Séverine Maroun indique que cela va dans le sens de la protection des piétons et des enfants (nombreux sont les mendiants à faire la manche avec un enfant sous le bras).

Du côté de l’opposition, cette initiative semble inefficace.

Des migrants syriens investissent Aulnay-sous-Bois ?

refugies_syriens

zamanfrance.fr

Plusieurs lecteurs et lectrices ont informé la rédaction que plusieurs familles Syriennes (au moins 4) auraient investi les alentours de la zone de la Fosse à la Barbière à Aulnay-sous-Bois. Souvent visibles avec une pancarte « Je suis Syrien » ou « Syrians », des mères avec enfants demandent la générosité des automobilistes au niveau du rond-point où se trouvent les magasins But et H.Market (grand rond-point situé entre le carrefour de l’Europe et le centre commercial O’Parinor).

Une lectrice nous informe que ces familles ont transité par l’Allemagne et la Belgique et ont atterri à Aulnay-sous-Bois faute d’avoir trouvé un hébergement dans Paris ou alentours. Elle aurait reconnu l’accent Syrien, très caractéristique et différent du Maghreb.

Cependant, le doute subsiste, et quelques lecteurs nous affirment que les Syriens n’ont pas l’habitude de mendier. Certains affirment même que des Roms auraient pu se déguiser en Syrien pour s’attirer la sympathie des automobilistes. Mais tous s’accordent à dire que ces personnes parlent bien l’Arabe, ce qui n’est pas forcément permis à tout ceux qui n’ont pas cette langue comme langue maternelle.

Syriens ou Roms, des familles se trouvent malgré tout en déshérence et ont besoin d’une aide de toute urgence. Des personnes souhaiteraient que les autorités locales ou religieuses puissent venir en aide à ces personnes, une lectrice évoquant que la Grande Mosquée de la RN2 aurait dû être utilisée pour héberger ces malheureux dans le besoin. Ou peut-être que les militants alter-mondialistes, d’extrême-gauche ou écologistes voudront bien venir à leur rencontrer et leur offrir un toit, avant que les autorités ne daignent les accueillir de manière plus décente.

Si vous êtes volontaire pour les aider, merci de nous contacter directement pour vous mettre en relation avec l’une des lectrices volontaire pour améliorer leur condition.

 

Valérie Pécresse nettoie un ancien Camp de Roms à Aulnay-sous-Bois

Pecresse_Aulnay_Question_2Tout est bon pour gagner les prochaines élections régionales en Ile-de-France. Après le forfait de Jean-Paul Huchon et la possible investiture de Claude Bartolone côté Socialiste, Valérie Pécresse, dans une action coup de poing, a montré devant la presse qu’elle était capable de nettoyer un ancien camp de Roms.

Rendre la région Ile-de-France plus propre, tel est l’un de ses objectifs.

Valérie Pécresse devrait selon les sondages remporter cette région stratégique en décembre 2015.

Dossier complet à lire ici.

Rencontre pour un autre regard sur les Roms d’Aulnay-sous-Bois le 15 novembre

roms_aulnay_flyerLe collectif de soutien aux familles Roms d’Aulnay-sous-Bois vous invite à une rencontre le samedi 15 novembre 2014, de 16h30 à 19h00, à la salle Dumont, à proximité de la gare RER B. Elle aura pour thème : « un autre regard sur les Roms d’Aulnay ». Vous trouverez ci-contre l’affiche de cet événement.

Vidéo : Un camp de Roms derrière L’Oréal / Soproréal à Aulnay-sous-Bois ?

Roms_Loreal_Aulnay

Vidéo

Derrière Soproréal / L’Oréal dans la zone industrielle des Mardelles, un étrange va-et-vient a attiré l’attention d’un grand nombre de lecteurs d’Aulnaycap, à qui ils ont transmis l’information. Sur la rue Blaise Pascal, à l’abri des regards, des personnes de la communauté Roms veillent devant une parcelle qui a été apparemment détruite il y a peu. Quelques cabanes sont visibles depuis la rue.

Selon les informations recueillies, la police est parfaitement au courant de la situation : ce site serait surveillé nuit et jour, et des patrouilles de polices ont été remarquées notamment le matin.

Pour certains, ce camp comptait plusieurs dizaines de cabanes avant que les forces régaliennes n’agissent pour les détruire, sans l’avis du Préfet. Nous n’avons pas pu confirmer cette information.

Beaucoup s’inquiètent sur le coût qu’engendrera la destruction et la réhabilitation du site, à l’image des camps de Roms de la RN2 ou de Garonor.

La rédaction a filmé le (reste du ?) camp de Roms situé donc derrière Soproréal, la vidéo est accessible en cliquant sur l’image.

Une adolescente de 12 ans mariée de force dans un camp d’Aulnay-sous-Bois : réaction de Bruno Beschizza

Roms_Parinor

Vidéo

Trois personnes ont été interpellées mercredi dans un campement sauvage situé près du boulevard André Citroën d’Aulnay-sous-Bois pour avoir enlevé et séquestré durant une semaine une adolescente de 12 ans pour mariage forcé.

Bruno Beschizza félicité les forces de police pour cette intervention qui a permis de mettre un terme à un véritable trafic d’être humain.

Bruno Beschizza se félicité que face à de telles pratiques tribales, l’ordre républicain puisse régner partout.

Source : communiqué de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, transmis par Michel Cadart

Vidéo : à la découverte des restes du camp de Roms près de Bricoman à Aulnay-sous-Bois

Roms_Aulnay_Bricoman

Vidéo

C’est fait ! Les quelques centaines de personnes qui occupaient illégalement un terrain le long de la RN2, près de Bricoman, ont été évacuées. Pelleteuses et buldozers s’affairent pour déblayer les détritus qui jonchent encore ce terrain. La rédaction d’Aulnaycap est allée voir sur place ce qu’il en était, aujourd’hui, 24h00 après l’évacuation.

De nombreux objets parfois insolites sont encore entreposés sur le terrain. Des tables, des chaises, une caravane broyée, des matelas et autres objets récupérés par le Roms et utilisés quotidiennement.

Aujourd’hui, mise à part les employés qui déblayent le terrain, les nouveaux occupants sont les mouches, les guêpes et les pies.

Pour visionner la vidéo prise ce matin présentant les restes du camp, cliquer ici ou sur l’image ci-contre.

Aulnay-sous-Bois : évacuation du camp rom de la RN2

Camp_Roms_Aulnay

Vidéo

L’évacuation du campement rom situé le long du boulevard Chagall, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a commencé ce mardi matin, en présence d’un dispositif policier mobilisé dans ce cadre.

Selon le maire UMP, Bruno Beschizza, le site accueillait encore 450 personnes. L’évacuation était au départ annoncée pour le 15 juillet, date à laquelle le collectif de soutien aux Roms d’Aulnay s’était déjà mobilisé.

Les familles ont repris le chemin de l’errance tandis que les pelleteuses sont désormais en action pour entamer le nettoyage du site.

Source : Le Parisien du 29/07/2014
%d blogueurs aiment cette page :