Archives du blog

Un malade du Covid-19 en garde à vue pour avoir frappé une employée de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois

Un homme de 41 ans a été interpellé mardi soir à l’hôpital Robert-Ballanger pour avoir asséné deux coups de points à un agent.

Des soignants au bout du rouleau, des conditions de travail déplorables et un service des urgences submergé. C’est un quotidien pathétique que décrit Thomas Lilti dans la série « Hippocrate » dont la saison 2 est diffusée en ce moment sur Canal plus. Il faut croire que le réalisateur, qui s’est servi de l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois comme décor de sa fiction et où il a ensuite enfilé pour de vrai sa blouse de médecin, n’en a pas rajouté. Deux semaines après la mobilisation d’une centaine de soignants en colère, une nouvelle affaire vient illustrer les difficultés que rencontre le personnel de cet établissement de santé intercommunal.

Ce mardi soir, vers 20h40, un des patients a été interpellé par les policiers de Villepinte qui avaient été appelés pour des violences au service des urgences. Selon nos informations, cet homme de 41 ans est soupçonné d’avoir asséné deux coups de poing à une employée administrative. Atteint du Covid-19, il n’était pas porteur de masque de protection au moment où il a été appréhendé. Pourquoi aurait-il frappé cette femme ? « Il était ivre quand on est arrivé », précise une source policière.

Source et article complet : Le Parisien

Une violente bagarre entre deux collégiens à Saint-Denis tourne au drame avec un traumatisme crânien

Une bagarre a éclaté entre deux collégiens à Saint-Denis a tourné au vinaigre avec un jeune violemment blessé avec un traumatisme crânien. S’il a pu rejoindre son domicile, l’équipe municipale est sur le pont pour calmer les esprits.

Il ne s’agit pas d’une bagarre entre bandes rivales mais d’un pugilat entre deux jeunes garçons pour une raison indéterminée.

Une grosse bagarre entre jeunes pour un différent virtuel évitée de justesse devant la Gare d’Aulnay-sous-Bois

Plusieurs individus s’étaient donnés rendez-vous aujourd’hui 13h pour en découdre devant la gare d’Aulnay-sous-Bois. Si le contexte reste un peu flou, les premières informations dont nous disposons montrent qu’un jeune Aulnaysien s’était « embrouillé » pour une histoire dont la genèse se trouve sur le réseau social Twitter.

Sans rentrer dans le détail de cette histoire ubuesque, l’un des jeunes à Aulnay-sous-Bois semblait avoir manqué de respect pour les jeunes filles Marocaines avec des propos peu élogieux sur leur vertu. Un jeune, qui n’habite pas à Aulnay-sous-Bois, a donc voulu jouer les justiciers. D’un commun accord, les deux jeunes hommes s’étaient fixés rendez-vous pour un duel à l’image de ce qu’il se passait sous l’ancien régime.

Finalement, l’un des protagonistes a déclaré forfait, la partie adverse attendant patiemment que le jeune homme daigne se battre. Peut-être parce qu’en face, contrairement à la philosophie des duels de l’époque où le combat devait se faire à un contre un, plusieurs personnes avaient répondu au rendez-vous.

Ci-dessous, le message peu élogieux d’un des protagonistes, qui attendait dans le froid pour pouvoir s’adonner au pugilat :

Moralité de cette histoire rocambolesque ? Rien ne sert de s’énerver pour une histoire de tweets sur Internet. En venir aux mains pour une simple insulte sur le Net, est-ce vraiment raisonnable ? C’est un peu comme si les blogueurs Aulnaysiens se crêpaient le chignon pour des histoires de popularité. C’est tout bonnement inimaginable et surtout puéril.

Un vigile d’Intermarché violemment agressé par un client qui refusait le masque, ce dernier tabassé par d’autres clients

Le client violent a été sorti du magasin par d’autres personnes présentes dans le magasin. Ils l’ont passé à tabac sur le parking.

Agent de sécurité n’est pas un métier facile, et particulièrement en temps de Covid. L’agression d’un employé du supermarché Intermarché, dans le quartier de la Rose-des-Vents à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), vient allonger la liste des professionnels violentés pour avoir voulu faire respecter l’obligation de porter un masque.

Vers 13 heures, le vigile se trouve aux portes du magasin et il fait remarquer à un client qu’il ne peut pas entrer sans masque sur le visage. Ce dernier n’apprécie manifestement pas d’être interpellé de la sorte.

Le ton monte et le client se précipite au rayon cuisine du supermarché où il saisit un couteau. Mais la lame de l’ustensile se brise, lorsqu’il tente de blesser l’agent au niveau du torse. Direction le rayon bricolage ensuite pour y dérober une autre arme, à savoir un tournevis. C’est là que plusieurs clients réussissent à le désarmer.

«Ils lui ont réglé son compte sur le parking»

« Il s’est fait sortir du magasin et ça ne s’est pas bien passé pour lui. Ils lui ont réglé son compte sur le parking », résume un membre du personnel.

Selon lui, une vingtaine de personnes prennent à partie le client et certains le passent à tabac. À l’arrivée des policiers, celui qui refusait de porter son masque présente des bleus et dit souffrir de nombreuses douleurs. Il est transporté à l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay et placé en garde à vue. Ses agresseurs ne sont plus sur les lieux.

Le salarié du magasin n’avait jamais vu ça : « On a des gens qui râlent à cause du masque mais un gars qui pète un câble comme ça, c’est la première fois. Il était très énervé, il a fait des gestes brusques tout de suite. »

Son collègue agent de sécurité, légèrement blessé au visage, a déposé plainte ce jeudi. « C’est quelqu’un de calme, pas bagarreur. Il est choqué mais réconforté car il a reçu le soutien de tout le monde, poursuit-il. Les clients ont bien défendu l’agent, face à cet homme qui n’est pas un habitué du magasin. » Selon lui, environ 2500 personnes fréquentent quotidiennement l’Intermarché.

Source : Le Parisien

 

Vidéo de la grosse bagarre entre des collégiens de Christine de Pisan et du collège Debussy à Aulnay-sous-Bois

C’est bien d avoir la meilleur police municipale de France. Mais si elle n’est efficace, on paie des impôts pour rien. Au stade vélodrome rue Maximilian Robespierre à Aulnay-sous-Bois. C est inacceptable dans l enceinte d’un stade de foot. Bagarre entre colegien du college Christine de psan et du collège debussy.ou sont les parents ?

Un adolescent frappé par des policiers à Aulnay-sous-Bois, trois familles déposent plainte à l’IGPN

Cinq enfants, âgés de 10 à 15 ans, ont été interpellés par des policiers. L’un d’eux dit avoir été rossé par un agent à plusieurs reprises.

« Qui nous protège de la police, ici ? 15 ans, est-ce que c’est un âge pour se faire tabasser par un policier ? » La rue Maurice-Niles, à Aulnay-sous-Bois, est en colère. Trois familles, habitant ce quartier pavillonnaire,déposent plainte à l’IGPN, la « police des polices », après que leurs enfants, âgés de 10 ans à 15 ans, ont – selon leur récit – fait l’objet d’une interpellation violente jeudi soir.

Noam, le plus âgé, aurait été frappé à plusieurs reprises par l’un des gardiens de la paix. Selon le certificat établi par un médecin de l’hôpital Robert-Ballanger, « les lésions constatées justifient une incapacité totale de travail d’une durée de 4 jours ».

Les deux plus grands pénètrent dans un pavillon inoccupé

Selon le récit des enfants, la scène s’est déroulée à 200 m de chez eux, jeudi vers 19 h 30. Ils étaient six à revenir d’une partie de foot quand, sur le chemin, l’un d’eux a cru voir une « ombre » dans une maison connue pour être inoccupée. Intrigués, les deux plus grands entrent « par le portail ouvert » pour jeter un œil. « On n’a pas escaladé le muret », insistent Josué et Noam, 13 et 15 ans.

Le plus âgé est rattrapé par la police

Là-dessus, une voiture de police arrive. La plupart des gamins restent tétanisés, mais Noam et Sabri, 10 ans, s’enfuient en courant. « J’ai eu peur, c’est un réflexe », dit Noam, sa mère, Elodie, ajoutant « quand on vit ici, même si on n’a rien à se reprocher, on évite la police ». Hasard : à quelques dizaines de mètres vit Théo Luhaka, un jeune homme grièvement blessé lors d’une interpellation en 2017.

Cinquante mètres plus loin, Noam est rattrapé par deux agents et projeté dans une voiture de police. Sabri n’est pas rattrapé. Toujours selon la version des adolescents, c’est à ce moment que les violences commencent.

« Il m’a mis des balayettes, il est tombé avec moi »

« Le conducteur m’a mis un coup de poing au nez », assure Noam, dont le nez était encore gonflé, 24 heures après les faits. L’ado est ramené sur les lieux de l’interpellation, où, dit-il, le même policier serait sorti de la voiture avant de l’empoigner en le tirant par les cheveux, lui arrachant une touffe de cheveux, avant de le frapper aux jambes pour le mettre à terre. « Il m’a mis des balayettes, il est tombé avec moi », se rappelle Noam. La scène se serait déroulée sous les yeux de ses copains. « On suppliait le policier d’arrêter de le taper, assure Josué. Il nous a répondu : c’est mon boulot ! »

Une habitante de la rue, témoin de la fin de la scène, indique que « les plus petits pleuraient, assis sur le muret ».

« J’ai été directement à l’hôpital faire constater les coups reçus »

Les cinq enfants sont ensuite emmenés au commissariat. Deux heures après les faits, les parents sont convoqués au commissariat à 21 h 47 comme le spécifie le procès-verbal de la police.

Source, image et article complet : Le Parisien

Une vidéo virale d’un trentenaire qui sauve une maman d’une agression par un jeune caïd

Vidéo

Qui n’a jamais pris les transports en commun la nuit la boule au ventre, de peur de faire une mauvaise rencontre ? Qui n’a jamais vu une agression tout en étant dans l’incapacité d’intervenir de peur de se prendre des coups violents ?

Chez certaines personnes, le réflexe est inné. Il y a quelques jours dans une ligne de bus de substitution RATP dans le département de l’Essonne, un jeune homme, apparemment violent, s’en est pris à une mère de famille. Selon Le Parisien, ce jeune homme avait bousculé la dame qui ne demandait qu’un pardon. Cela a mis hors d’état l’individu qui s’est mis à gifler la mère de famille.

Des passagers viennent alors s’interposer, la mère insultant le jeune et le dernier voulant en découdre à coups de poing. Un trentenaire fait partie des gens qui s’interposent et empêche la jeune de frapper la femme. Mal lui en a pris, le jeune assène un coup de coude au trentenaire et le gifle en lui faisant perdre ses lunettes.

Ce geste a apparemment fait exploser le trentenaire qui, en l’espace de quelques instants, assène coup sur coup sur l’individu qui se couche sur la banquette arrière du bus, en l’implorant d’arrêter. Le trentenaire fini par arrêter sous les conseils d’autres passagers, et sauve le jeune homme d’une correction encore plus sévère.

Ce geste héroïque sera t-il récompensé par le Président de la République ? Le jeune caïd sera t-il poursuivi et inquiété ? Rien n’est moins sûr…

Pour visualiser la vidéo, cliquer sur l’image ci-contre ou ci-dessous.

 

U!n policier se fait sectionner une oreille par un individu rue du Havre

Scène ubuesque rue du Havre à Aulnay-sous-Bois : dans la nuit de samedi à dimanche, une dispute dans un couple entraine l’intervention des forces de l’ordre. Un homme, à moitié sortie via un Velux, se montrait très agressif mais risquait une chute de près de 9 mètres. Alors que les policiers essayaient de le maîtriser, l’homme a refermé brusquement le Velux sur le crane d’un des policier, lui sectionnant les 3/4 de son oreille.

Le couple a finalement été arrêté, et l’oreille de l’agent recousue. De la cocaïne a été retrouvée dans le domicile, selon Le Parisien.

Des personnes attaquées à coups de couteau et de barre de fer à Aulnay-sous-Bois

couteauDimanche à 5h30 du matin, des individus sont entrées dans une salle de réception situé boulevard Citroën à Aulnay-sous-Bois. Ils se sont mis à attaquer les personnes situées à l’intérieur à coups de couteau et de barre de fer. Deux personnes ont été sévèrement touchées mais leur vie n’est pas en danger. On ignore le pourquoi de cette expédition punitive.

Source : Le Parisien

Deux individus domiciliés à Aulnay-sous-Bois et Pantin agressent au couteau un homme à Goussainville

couteauDeux individus âgés de 23 et 24 ans ont été interpellés et placés en garde à vue le mercredi 23 mars. Pour un simple regard jugé inadéquat, ils se sont mis à frapper un résident d’un foyer à Goussainville et l’ont tailladé avec un couteau de cuisine. La victime, un homme de 42 ans, souffre d’un nez fracturé, de plusieurs blessures au visage dont un œil aurait été touché.

Les deux hommes qui habitent à Aulnay-sous-Bois et à Pantin souhaitaient au départ rendre visite à une amie.

%d blogueurs aiment cette page :