Archives du blog

Un incendie se déclare dans un immeuble à Saint-Denis, des jeunes aident à évacuer les habitants prisonniers des flammes

L’incendie a commencé dans un quartier de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), derrière la Basilique de la ville. Apparemment, des tirs de pétards ou des fusées, tirées par des enfants, seraient à l’origine du sinistre. Il a démarré dans un local technique appartenant au Secours Populaire. « On a préféré évacuer les gens de tout le bâtiment, avec les jeunes, ils ont été très réactifs, ils ont eu un sang-froid pas possible, ils sont intervenus sans réfléchir« , loue Issam Ezryouly, chauffeur-livreur.  

Réactivité et solidarité 

Très vite, les jeunes du quartier ont pris les choses en main pour évacuer les habitants de l’immeuble dans lequel les flammes se sont déclarées. « On a toqué à toutes les portes. Ceux qui pouvaient descendre sont descendus tranquillement tout seuls, on a croisé deux personnes à mobilité réduite, on les a aidées« , raconte Landry Ngang, étudiant en sciences politiques. Les soldats du feu ont rapidement mis fin à l’incendie. Tous les habitants ont loué la bravoure de ces jeunes.  

Source et article complet : FranceTVInfo

Vidéo, violent combat à Epinay-sur-Seine avec des jeunes qui attaquent des policier au cocktail molotov

Une patrouille de police a été attaquée au mortier d’artifice et au cocktail molotov vendredi soir à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, affirme le syndicat Unité SGP Police. Les policiers n’ont pas été blessés, « par miracle » selon le syndicat. 2 personnes ont été interpellées.

Dans une vidéo postée sur son compte twitter, le syndicat montre les projectiles reçus vendredi soir vers minuit par une patrouille de police secours alors qu’elle circulait près d’Orgemont, à Epinay-sur-Seine.

Source : France bleu

Le président Emmanuel Macron se rend en Seine-Saint-Denis pour proposer des stages et des emplois aux jeunes

Emmanuel Macron est attendu aux alentours de 10h30 à Stains. Il sera accompagné d’Elisabeth Borne, la ministre du Travail, et de Sarah El Hairy, la Secrétaire d’Etat à la jeunesse, four inaugurer officiellement les locaux de «L’industreet».

Emmanuel Macron arrive avec plusieurs propositions visant à promouvoir l’emploi et la formation pour la jeunesse. Le gouvernement lance ce lundi une véritable bourse aux stages avec 30 000 offres proposées dans toute la France. Cette plateforme, 1jeune1solution.fr, vise à aider les jeunes diplômées à trouver leur premier emploi. En enveloppe de 6,7 milliards d’euros est consacrée pour la jeunesse afin de relancer les perspectives et ne pas laisser cette frange de la population sur le carreau.

700 000 jeunes arrivent sur le marché du travail et si la plateforme ne propose qu’un peu plus de 10 000 offres, Emmanuel Macron espère pouvoir relancer la machine grippée par une pandémie jamais connue depuis le début des années 1920s. Pour Emmanuel Macron, c’est aussi le début de la campagne des présidentielles 2022. S’il est le grand favori, sa rivale Marine Lepen (RN) commence à lui faire de l’ombre.

 

 

 

Un ancien militaire vire manu-militari des squatteurs de son immeuble au Blanc-Mesnil, il est condamné à la prison

Un ancien militaire et sa compagne vivent dans un immeuble du Blanc-Mesnil depuis des années. Cependant, son hall est régulièrement squatté par des jeunes qui font parfois le tapage bien au-delà de 18h, heure du couvre-feu.

Fortement irrité un soir, l’ex militaire descend et confronte 3 jeunes pour qu’ils déguerpissent et laissent la paix aux résidents. L’un des jeunes bandit alors un cutter, qui fait rebrousser chemin au militaire. C’est alors que ce dernier revient avec une arme et tire à deux reprises, à blanc, en direction des fenêtres. Les jeunes s’enfuient, sauf un qui le défie. Mal lui en a pris, le jeune est alors frappé violemment puis déshabillé, en guise d’humiliation.

Le militaire a été interpellé et a été jugé, selon Actu.fr, mardi dernier. Il écopera de 10 mois de prison de 5 avec sursis. Il aura une détention aménagée pour qu’il puisse continuer à travailler. L’histoire ne dit pas si le jeune contrevenant au couvre-feu s’est acquitté de l’amende forfaitaire…

Le conseil municipal des jeunes de 16 à 20 ans à Aulnay-sous-Bois

Vous avez entre 16 et 20 ans et vous souhaitez adhérer au conseil municipal des jeunes à Aulnay-sous-Bois ? Vous pouvez tenter votre chance et vous inscrire ici.

Si ce conseil municipal n’a aucun pouvoir et est un bon moyen pour la municipalité de dresser un bilan positif de ses actions, cela peut vous permettre de mieux comprendre le fonctionnement et la lecture des délibérations.

La vidéo des deux policiers lynchés dans le quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois, preuve du mal qui couve dans les cités ?

La vidéo prise sur le vif hier lors d’un banal contrôle routier qui a mal tourné dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois a beaucoup fait réagir les réseaux sociaux. Entre les personnes qui exigent une réponse forte pour venir à bout des agresseurs et ceux qui sont plutôt compatissants avec la quinzaine de jeunes qui se sont rués sur les policiers, la société se divise et s’interroge.

Dans la vidéo, on entend bel et bien des complices inciter leurs camarades de « shooter » dans la tête des deux policiers, dont un est à terre. Ces derniers ont fait preuve d’un certain sang froid, décidant de battre en retraite sans utiliser leur arme de service (reste à savoir si, en cas d’usage, la légitime défense aurait été acceptée par les juges).

Dans un quartier qui semble, en partie, échapper au pouvoir régalien, quelle sera la réponse de la municipalité d’Aulnay-sous-Bois ? Est-ce que le ministre de l’intérieur va réagir et venir pour soutenir les policiers ?

D’autres propos surprenants ont été aperçus sur les réseaux sociaux. L’un estime que le jeune homme interpellé aurait été « sauvé » car l’un des policiers l’aurait plaqué à terre et était sur le point de l’étouffer, comme dans l’affaire George Floyd. Etait-ce cependant une raison suffisante pour agresser les policiers ?

On compare souvent le mal des cités à la pauvreté et manque de moyens qui sont accordés aux jeunes. Cependant, dans les quartiers populaires Français des années 50s jusqu’au début des années 80s, notamment dans les corons du Nord-Pas de Calais où beaucoup de foyers n’avaient pas de télévision et dont les toilettes se trouvaient à l’extérieur, il n’y avait pas ce genre de rébellion. Il est difficile d’imaginer que seule la pauvreté et le désespoir seraient la cause de ces agressions.

Vidéo, invitation des jeunes à célébrer le Christ Roi 2020 à Aulnay-sous-Bois

Pour les chrétiens qui nous lisent, des jeunes de la ville nous invitent à fêter le Christ Roi ce dimanche 22 novembre, 10h30.

Ils sont baptisés catholiques et la foi chrétienne compte pour eux. Ils vous donnent rendez-vous sur la page Facebook de l’Église catholique à Aulnay). Ils témoignent en même temps de l’importance de la messe pour eux.

Pour découvrir la vidéo, cliquer sur l’image ci-dessous.

Des affrontements violents entre des jeunes et la police dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois ?

C’est ce qu’affirme plusieurs témoins. La police aurait interpellé deux individus, ce qui aurait fait monter la tension. La police aurait été encerclée avant de se dégager.

La vidéo ci-dessous circule sur les réseaux sociaux. Nous n’avons pas pu à ce jour en vérifier l’authenticité :

L’inquiétante mode du gaz hilarant chez les jeunes qui provoque la mort

Depuis le déconfinement, l’usage récréatif du protoxyde d’azote, récupéré à partir des siphons de chantilly, est en hausse chez les jeunes. Or son usage est très dangereux, et parfois mortel.

A Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), à Périgny (Val-de-Marne) et, depuis quelques jours, à Brunoy (Essonne), à Elbeuf, (Seine-Maritime) ou à Valenciennes (Nord) et Arras (Pas-de-Calais)… Les arrêtés municipaux visant à interdire la vente de protoxyde d’azote aux mineurs ne cessent de se multiplier. Ces gaz d’usage courant, utilisés en cuisine, sont stockés dans les siphons à chantilly. A Paris, aussi, cette défonce aux capsules ne passe pas inaperçue. On les aperçoit désormais dans les caniveaux. Face à l’ampleur du phénomène, la ville de Paris travaille actuellement sur une vaste campagne de prévention auprès des ados.

D’abord observée dans les « free parties » ou les soirées médecine, cette mode s’est au fil du temps démocratisée chez les collégiens, lycéens et étudiants. En 2017, de nombreuses cartouches sont repérées dans les rues de Lille. Sur la période 2018-2019, 47 cas ont été signalés aux centres d’addictovigilance en France, dont 37 cas « graves », selon la direction générale de santé. Parmi eux, 60% ont eu des complications neurologiques.

Source et article complet : Le Parisien

En Seine-Saint-Denis, les jeunes des cités aident les personnes âgées pendant le confinement

On parle souvent des cités de Seine-Saint-Denis pour évoquer des faits divers, mais on oublie que c’est dans ces mêmes cités que l’on trouve souvent le plus grand élan de solidarité.

De nombreuses personnes âgées, très vulnérables au Covid-19 et ne pouvant se déplacer que difficilement, se retrouvent coincées dans leur appartement. Heureusement, des jeunes se dévouent pour apporter les courses et prendre les risques pour aider ces personnes fragiles.

Un bon état d’esprit, une belle leçon de générosité bien loin des noms de quartier des années 70s que l’on rabâche sans cesse et les titres tape-à-l’oeil pour faire le maximum d’audience.

%d blogueurs aiment cette page :