Archives du blog

Rencontre avec Benjamin Rossi, médecin et infectiologue à l’hôpital Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois

Ce livre est un témoignage du Dr Benjamin Rossi : son expérience d’infectiologue, la crise Covid vue de l’intérieur, des propositions sur l’avenir des hôpitaux. Benjamin Rossi est infectiologue à l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois. Il fait partie des 1 000 premiers cas contaminés par la Covid-19. Lorsqu’il reprend son poste 3 semaines plus tard, l’hôpital s’est transformé en champ de guerre, une aile entière auparavant désaffectée accueille en urgence les vagues de patients Covid. Le docteur Rossi intervient régulièrement sur différents médias : LCI, TF1, BFM, radio classique, Europe 1.

Sans pathos, mais avec un remarquable sens du récit, il raconte ici des anecdotes véridiques qui ont pourtant des allures de thriller, et s’interroge sur la part d’humanité des médecins : quel patient sauver ? À quel titre ? Comment tenir et résister au stress ? Comment assumer les espoirs immenses que le public place dans le corps médical, pourtant maltraité au quotidien ? Benjamin Rossi témoigne ainsi de son expérience des deux côtés de la barrière, en apportant un regard lucide, construit et mesuré sur la situation des hôpitaux en France et la gestion de la crise sanitaire.
Il pointe les failles du système et pose une réflexion pour l’avenir. On y trouvera aussi un vrai talent de vulgarisation scientifique sur l’histoire des vaccins et ce qu’est un virus. C’est un témoignage indispensable aujourd’hui sur le sujet de la médecine.

Jeudi 9 décembre 2021 à partir de 19h30

19h30 – apéritif convivial participatif
20H00 précises – début de l’atelier
Salle Dumont, Parc Dumont, face à la gare RER d’Aulnay-sous-Bois.
Le livre sera en vente lors de la soirée grâce à la Librairie Folies d’Encres
Pass sanitaire à présenter à l’accueil ; masque obligatoire

Source : Vivre Mieux Ensemble à Aulnay-sous-Bois

Benjamin Rossi infectiologue à l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois alerte sur le manque de moyens

La déliquescence de l’hôpital public vient surtout de l’indifférence, écrit Benjamin Rossi, infectiologue du Centre hospitalier intercommunal Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois ( Seine-Saint-Denis​). C’est sans doute le système entier qui est à revoir. (…) Ne passons pas sous silence une inexorable chute qui changerait nos vies à tous. »

C’est ainsi que ce médecin, habitué des plateaux télé et des patients Covid-19, conclut son essai à paraître ce mercredi, En première Ligne *. Il y retrace les premiers mois lunaires de l’épidémie, les différentes vagues et leurs lots de débats et de déceptions. Mais insiste aussi sur la situation actuelle des hôpitaux publics, en particulier sur le quotidien de son hôpital de Seine-Saint-Denis, où son service a perdu jusqu’à 60 % des lits faute de personnel. A l’occasion de la parution de ce témoignage, Benjamin Rossi a répondu à nos questions.

Pour vous, le Covid-19 commence par la fièvre et la honte…

J’ai été infecté auprès du premier patient Covid-19 qu’on a pris en charge ! Je suis infectiologue et j’avais donné des cours sur les moyens d’éviter de l’attraper… Après la honte, c’était surtout la colère. Ce patient, on n’avait pas pu lui faire un test Covid-19 pendant une semaine parce qu’on en manquait et qu’on n’avait pas les moyens de le mettre en isolement.

Source et article complet : 20minutes

Un malade du Covid-19 en garde à vue pour avoir frappé une employée de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois

Un homme de 41 ans a été interpellé mardi soir à l’hôpital Robert-Ballanger pour avoir asséné deux coups de points à un agent.

Des soignants au bout du rouleau, des conditions de travail déplorables et un service des urgences submergé. C’est un quotidien pathétique que décrit Thomas Lilti dans la série « Hippocrate » dont la saison 2 est diffusée en ce moment sur Canal plus. Il faut croire que le réalisateur, qui s’est servi de l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois comme décor de sa fiction et où il a ensuite enfilé pour de vrai sa blouse de médecin, n’en a pas rajouté. Deux semaines après la mobilisation d’une centaine de soignants en colère, une nouvelle affaire vient illustrer les difficultés que rencontre le personnel de cet établissement de santé intercommunal.

Ce mardi soir, vers 20h40, un des patients a été interpellé par les policiers de Villepinte qui avaient été appelés pour des violences au service des urgences. Selon nos informations, cet homme de 41 ans est soupçonné d’avoir asséné deux coups de poing à une employée administrative. Atteint du Covid-19, il n’était pas porteur de masque de protection au moment où il a été appréhendé. Pourquoi aurait-il frappé cette femme ? « Il était ivre quand on est arrivé », précise une source policière.

Source et article complet : Le Parisien

Monsieur BALLANGER Robert

Hôpital intercommunal Robert BALLANGER

Parc Robert BALLANGER

Boulevard Robert BALLANGER

Il y a 40 ans , M . BALLANGER Robert disparaissait… Qui aujourd’hui, à Aulnay sous Bois,  l’a connu? Pas les nouveaux Aulnaysiens ni même les Aulnaysiens  de moins de 60 ans et pourtant…

Rappel d’un passé politique qui aura débuté dès l’âge de 20 ans en devenant membre du PCF qu’il restera toute sa vie jusqu’à sa disparation en 1981

  • Participation à la résistance pendant la seconde guerre mondiale, constituant

 un groupe de résistance en Bretagne et devenant vice-président du comité de libération de Seine et Oise

  • Député de Seine et Oise à l’âge de 33 ans de 1945 à 1967 puis de Seine Saint Denis de 1968 à 1981 
  • Président du groupe communiste à l’Assemblée Nationale de 1964 à 1981
  • Conseiller général du Raincy de 1945 à 1958
  • Maire d’Aulnay sous bois de 1971 à 1978

Il aura ainsi assurer 14 mandats au cours de sa carrière politique .

François ASENSI, député maire de Tremblay en France , à la fois son suppléant à l’Assemblée Nationale de 1978 à 1981 et son successeur lui aura rendu en 2011 un hommage vibrant sur les bancs de l’hémicycle de l’Assemblée à l’occasion des trente ans de sa disparition en 1981 dont ces quelques témoignages.

A l’assemblée Nationale : son activité parlementaire laissera une empreinte  mémorable sous bien des aspects où il portera par exemple pas moins de 301 propositions de lois sur la seule législature de 1973 / 1978 sur entre autres, des valeurs telles qu’il aura toujours défendues, l’approndissement de la démocratie et l’amélioration de la vie quotidienne…

Ses multiples interventions, son charisme, ses qualités de tribun populaire toujours prêt à défendre les victimes d’un système qu’il aura combattu , le feront redouter de ses adversaires politiques

A Aulnay sous Bois : Outre ses combats parlementaires, on ne peut oublier l’énergie inlassable qu’il aura déployé comme maire d’Aulnay de 1971 à 1978 avant de passer la main à Pierre THOMAS.

 On lui doit notamment la modernisation de la ville d’Aulnay sous bois telle que nous la connaissons aujourd’hui avec la création de toutes les zones d’activités existantes, l’implantation de Citroen sur sa commune en 1973, son soutien à l’hôpital public qui porte aujourd’hui son nom , son action de développeur et d’aménageur, il sera à l’origine aussi du SEAPFA en 1971, le syndicat intercommunal regroupant Aulnay, Sevran, Villepinte, Blanc Mesnil et Tremblay,  ses efforts à attirer des entreprises sur le site de Paris nord mais sans assister à la pose de la première pierre du site qui se tiendra quelques mois après son décès ou à l’écoute de ses concitoyens, préoccupation permanente, bien avant que l’on ne parle de démocratie participative, il invitera les Aulnaysiens à s’exprimer lors des assises de la vie quotidienne aux débats organisés dans différents lieux de la ville ou encore à l’origine de l’espace Jacques Prévert lieu de culture à Aulnay , etc…

Pendant près de 3 décennies, il aura ainsi marqué la vie politique aulnaysienne par sa forte personnalité, unanimement reconnue par tous.

François ASENSI concluait cet hommage avec fierté et émotions :

«  Robert BALLANGER fut un grand résistant, un homme de conviction, un patriote, un aménageur infatigable , un grand communiste. »

Mais au-delà de son engagement politique au PCF,  il aura su forcer l’estime même de ses adversaires politiques et ainsi que l’exprimait son successeur à la mairie d’Aulnay sous bois lors des obsèques de Robert BALLANGER:

« Cet homme fut de ceux que l’on respecte, que l’on écoute, que l’on aime…, quatre mots peuvent qualifier sa vie d’homme : fidélité, dévouement, courage, créativité. »

Christian PICQ

Sources : Wikipédia/ Discours de M.ASENSI/ Ouvrage sous la responsabilité du service d’information municipale « Aulnay sous Bois, jeunesse d’un vieux pays »

Marlène Schiappa et Agnès Buzyn à l’hôpital Ballanger d’Aulnay-sous-Bois pour évoquer le feminicide

Une terrasse pour « sortir » les enfants malades de l’hôpital Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois

Le service pédiatrique de Robert-Ballanger se dote d’un espace extérieur aménagé. Pour que les bambins hospitalisés « prennent l’air ».

Un petit coin de paradis à l’hôpital. Le personnel du centre hospitalier Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois, vient d’inaugurer une terrasse extérieure couverte au service pédiatrique, au 2e étage de l’établissement. Mobilier confortable, jeux et environnement joliment décoré : « On veut permettre aux enfants hospitalisés de sortir un peu de leur chambre », résument Sophie Cattiaux et Adriane, éducatrices jeunes enfants.

« L’hôpital dispose d’un parc arboré, mais nous n’avons pas toujours le personnel suffisant pour y accompagner les enfants, sans compter que le temps de descendre, ils doivent parfois déjà remonter pour une injection… Cette terrasse permet de pallier ces problèmes », estiment les éducatrices.

3 500 € de dons

Située à l’angle des services de pédiatrie et de chirurgie pédiatrique, cette grande terrasse extérieure, entièrement grillagée, « était grise et bétonnée ». Pas l’idéal pour prendre l’air. L’association « Tout le monde contre le cancer » a donc sollicité plusieurs partenaires pour aménager cet espace, « le rendre chaleureux ». La jardinerie Truffaut a fourni du mobilier, du gazon synthétique, des décorations et même un potager. « Seace », un graffeur du 93, a même mis la main à la pâte pour décorer les murs sur le thème de l’évasion.

Source et article complet : Le Parisien

La série Hippocrate s’invite à l’hôpital Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois

Louise Bourgoin (Chloé Antovska)

« Action ! » Il pourrait s’agir d’une scène classique de tournage si celle-ci n’avait pas lieu dans un hôpital.

Bienvenue à l’hôpital Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois, plus communément appelé le « Chirb » (pour Centre hospitalier intercommunal Robert-Ballanger).

Pendant environ six mois, l’établissement a servi de décor à la nouvelle création originale de Canal+, « Hippocrate », qui sera diffusée en novembre sur la chaîne cryptée. Réalisée par l’ancien médecin Thomas Lilti, la série a été tournée presque intégralement dans des bâtiments désaffectés du Chirb.

De mars à juin, il était possible de croiser, dans l’enceinte de l’hôpital, des acteurs, comme Louise Bourgoin, ou des techniciens, les bras chargés de matériel cinématographique.

Filmer des publicités

Mais la scène n’est pas rare sur ce site. « L’hôpital accueille des tournages depuis 2005. Initialement, il s’agissait essentiellement de films et de téléfilms. Cependant, depuis quelques années, l’offre s’est diversifiée et des séries télévisées ou des publicités sont désormais filmées ici », raconte la direction de l’hôpital, qui reçoit des demandes tous les mois.

Source, image et article complet à retrouver sur Les Echos

Faut-il transférer à Aulnay-sous-Bois la maternité de la clinique de Tremblay-en-France ?

En septembre, la maternité de l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois doit accueillir les quinze lits de la maternité de l’hôpital privé du Vert-Galant, à Tremblay-en-France.
Un transfert qui permet d’éviter la fermeture pure et simple du service dans la clinique privée — descendu sous le seuil critique des 600 naissances par an — et se fera « sans suppression de poste », promettent les deux directions. Ce déménagement va permettre à Ballanger d’atteindre 3 500 accouchements par an.

Source  et article complet : Le Parisien

Une femme agressée au couteau dans l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois pour un mauvais regard

Que s’est-il passé cette nuit dans l’hôpital Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois ? Une femme a été grièvement blessée au couteau dans l’enceinte de l’établissement en croisant un individu, qui venait voir sa fille hospitalisée.

L’homme n’aurait pas apprécié les regards de la femme, ainsi que de l’homme et de la femme qui l’accompagnaient. Pris de furie, il a sorti un couteau de chasse et s’est mis à trancher dans le tas. La femme été grièvement touchée à l’artère fémorale, les autres victimes touchées moins grièvement.

Comment et pourquoi se baladait-il avec un couteau dans l’hôpital ? Il a réussi à fuir…

Monsieur BALLANGER Robert

Hôpital intercommunal Robert BALLANGER, Parc Robert BALLANGER, Boulevard Robert BALLANGER…

et pourtant aujourd’hui, à Aulnay sous Bois, qui a connu Robert BALLANGER ? Certainement pas les nouveaux Aulnaysiens voire même les Aulnaysiens  de moins de 60 ans.

Rappel d’un passé politique qui aura débuté dès l’âge de 20 ans en devenant membre du PCF qu’il restera toute sa vie jusqu’à sa disparation en 1981

  • Participation à la résistance pendant la seconde guerre mondiale, constituant

 un groupe de résistance en Bretagne et devenant vice-président du comité de libération de Seine et Oise

  • Député de Seine et Oise à l’âge de 33 ans de 1945 à 1967 puis de Seine Saint Denis de 1968 à 1981 
  • Président du groupe communiste à l’Assemblée Nationale de 1964 à 1981
  • Conseiller général du Raincy de 1945 à 1958
  • Maire d’Aulnay sous bois de 1971 à 1978

Il aura ainsi assurer 14 mandats au cours de sa carrière politique .

François ASENSI, député maire de Tremblay en France , à la fois son suppléant à l’Assemblée Nationale de 1978 à 1981 et son successeur lui aura rendu en 2011 un hommage vibrant sur les bancs de l’hémicycle de l’Assemblée à l’occasion des trente ans de sa disparition en 1981 dont ces quelques témoignages.

A l’assemblée Nationale : son activité parlementaire laissera une empreinte  mémorable sous bien des aspects où il portera par exemple pas moins de 301 propositions de lois sur la seule législature de 1973 / 1978 sur entre autres, des valeurs telles qu’il aura toujours défendues, l’approndissement de la démocratie et l’amélioration de la vie quotidienne…

Ses multiples interventions, son charisme, ses qualités de tribun populaire toujours prêt à défendre les victimes d’un système qu’il aura combattu , le feront redouter de ses adversaires politiques

A Aulnay sous Bois : Outre ses combats parlementaires, on ne peut oublier l’énergie inlassable qu’il aura déployé comme maire d’Aulnay de 1971 à 1978 avant de passer la main à Pierre THOMAS.

 On lui doit notamment la modernisation de la ville d’Aulnay sous bois telle que nous la connaissons aujourd’hui avec la création de toutes les zones d’activités existantes, l’implantation de Citroen sur sa commune en 1973, son soutien à l’hôpital public qui porte aujourd’hui son nom , son action de développeur et d’aménageur, il sera à l’origine aussi du SEAPFA en 1971, le syndicat intercommunal regroupant Aulnay, Sevran, Villepinte, Blanc Mesnil et Tremblay,  ses efforts à attirer des entreprises sur le site de Paris nord mais sans assister à la pose de la première pierre du site qui se tiendra quelques mois après son décès ou à l’écoute de ses concitoyens, préoccupation permanente, bien avant que l’on ne parle de démocratie participative, il invitera les Aulnaysiens à s’exprimer lors des assises de la vie quotidienne aux débats organisés dans différents lieux de la ville ou encore à l’origine de l’espace Jacques Prévert lieu de culture à Aulnay , etc…

Pendant près de 3 décennies, il aura ainsi marqué la vie politique aulnaysienne par sa forte personnalité, unanimement reconnue par tous.

François ASENSI concluait cet hommage avec fierté et émotions :

«  Robert BALLANGER fut un grand résistant, un homme de conviction, un patriote, un aménageur infatigable , un grand communiste. »

Mais au-delà de son engagement politique au PCF,  il aura su forcer l’estime même de ses adversaires politiques et ainsi que l’exprimait son successeur à la mairie d’Aulnay sous bois lors des obsèques de Robert BALLANGER:

« Cet homme fut de ceux que l’on respecte, que l’on écoute, que l’on aime…, quatre mots peuvent qualifier sa vie d’homme : fidélité, dévouement, courage, créativité. »

Christian PICQ, Rédacteur « Aulnaycap »

Sources : Wikipédia/ Discours de M.ASENSI/ Ouvrage sous la responsabilité du service d’information municipale « Aulnay sous Bois, jeunesse d’un vieux pays »

%d blogueurs aiment cette page :