Archives du blog

Sylvie Billard : mes petites brèves de mai, commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon (1/10)

Cher.e.s Aulnaysien.ne.s,

Après plusieurs articles de fond, voici mes petites brèves en lien avec l’actualité notamment commémorative de ce mois de mai. Ces commémorations doivent être l’occasion de :

  • se souvenir des faits historiques en toute objectivité,
  • confronter les mémoires par rapport aux faits historiques et les expériences ou avis par rapport aux thématiques abordées,
  • réfléchir à ce que l’on éprouve face à ces faits, ce que l’on accepte ou pas et pourquoi,
  • réfléchir à ce que nous voulons pour nous-mêmes et autrui pour aujourd’hui et demain,
  • mettre en avant et en action les valeurs auxquelles nous croyons.

Votre avis m’intéresse. Alors bonne lecture et bon commentaire !

5 mai : Commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon

Plutôt que de condamner ou de plébisciter Napoléon, relisons l’Histoire.

Le saviez-vous ?

  • Après avoir rétabli ces abominations que sont la traite et l’esclavage dans les Antilles françaises en 1802, Napoléon le regretta et les abolit de nouveau en 1815. Mais 1815 n’efface pas 1802.
  • Il mena de nombreuses batailles souvent victorieuses. Mais rappelons-nous qu’après avoir institué la première République Européenne, la France était entourée de monarchies qui voulaient sa chute aussi bien sur le continent qu’aux Antilles où la canne à sucre était le pétrole de l’époque. Napoléon mit fin à la guerre civile en France et protégea la France des attaques des autres puissances européennes par la guerre. La guerre était alors – depuis des millénaires et partout dans le monde – une modalité acceptable de règlement des conflits.
  • Il promulgua de nombreux codes permettant l’égalité de tous devant la Loi… à défaut d’être égalitaires. L’un d’eux, le Code civil, fut adopté par de nombreux pays dans le monde.

Juger l’histoire à l’aune des valeurs de 2021 est anachronique, mais surtout de biais racialistes est irresponsable. Que chacun.e assume son histoire et cherche à construire pour tou.te.s un avenir de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te. s les Aulnaysien. ne. s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Le report du défilé Napoléonien à Aulnay-sous-Bois serait-il dû à la météo ou à une raison politique ?

Napoléon fait partie intégrante de l’histoire de France, Aucun historien ne serait-ce qu’un peu sérieux n’oserait dire que l’empereur n’a pas marqué l’histoire de France. Alors que la France traversait une crise sans précédent avec la Révolution et les guerres déclenchées contre l’Europe entière, le militaire talentueux avait réussi à s’imposer grâce à sa stratégie astucieuse et son sens du commandement. L’espace d’un peu plus de 10 ans, la France était devenue la première puissance Européenne, dominant outrageusement le continent et dictant sa volonté aux nations asservies.

Mais voilà, Napoléon, c’est aussi des paradoxes, des erreurs politiques et des décisions aujourd’hui polémiques. Si Napoléon a instauré le code civil, l’état centralisateur avec ses préfets qui sont les donneurs d’ordre de l’exécutif, le baccalauréat pour sortir les Français de la misère intellectuelle et les départements qui existent encore aujourd’hui, c’est aussi l’homme qui a déclenché une répression horrible en Espagne et qui a restauré l’esclavage. Et c’est bel et bien ce dernier point, la restauration de l’esclavage, dont il est question aujourd’hui.

Bruno Beschizza est un admirateur de l’empereur, comme beaucoup de français. Et comme plusieurs personnalités politiques, ils souhaitent rendre un hommage prononcé à celui qui a modernisé le France et qui l’a poussée jusqu’à son apogée. Mais faire abstraction au côté sombre de Napoléon aurait pu avoir des répercussions politiques.

En effet, Aulnay-sous-Bois est une ville cosmopolite avec une communauté Antillaise et d’Afrique subsaharienne importante. Comme l’expliquait Sylvie Billard dans ses recherches, la communauté Africain subsaharienne a connu l’esclavage via le commerce triangulaire (via les puissances Européennes de l’époque), mais aussi la traite arabo-musulmane (qui a touché notamment la Tanzanie, la Centrafique, le Congo et le Burkina-Faso), sans oublier l’esclavage intra-africain (certaines civilisations Africaines pratiquaient l’esclavage). Honorer la mort de celui qui a rétabli l’esclavage en Europe aurait eu des plus mauvais effets à quelques semaines des élections départementales 2021, notamment pour la paire LR, ultra favorite. La Gauche n’aurait pas hésité à utiliser cet événement pour inciter les électeurs d’origine africaine et antillaise à se détourner du tandem Cannarozzo – Maroun (LR). On voit mal la grande armée Napoléonienne battre en retraite aux premières gouttes de pluie !

Bien entendu, cette commémoration en grandes pompes n’est que partie remise. Comme le dit le cabinet du Maire, cela se fera avant les grandes vacances…certainement après les élections départementales de juin 2021. En attendant, chacun appréciera ou pas l’investissement consenti à commémorer la mort d’un Empereur qui fut un grand homme, mais qui a comme tout un chacun commis des erreurs. On voit mal cependant une grande ville Espagnole honorer de la sorte la mort du général Franco, celui qui parvint à préserver l’Espagne de la seconde guerre mondiale et qui put remettre le pays sur l’échiquier des puissances moyennes Européennes, ou une ville Allemande faire des cérémonies fastueuses pour honorer la disparition d’Otto von Bismarck, le père de l’unité Allemande. Car ces hommes ont eux aussi eu de très gros défauts et fait des choix contestables…

 

Napoléon et le Code civil

Cher.e.s Aulnaysien.ne.s,

Pour faire simple, la droite l’idolâtre parce qu’il incarne l’ordre. La gauche le déteste pour la même raison. Je parle de Napoléon. Son code Civil est lui aussi très décrié. Moi, je veux que chacun.e assume son histoire dans ce qu’elle a de plus et de beaucoup moins glorieux, en toute objectivité et sans juger les siècles passés à l’unique aune de nos valeurs contemporaines.

Concernant le Code civil Napoléonien, et non, ce n’est pas lui qui a rédigé. Mais sa volonté et son autorité furent déterminantes dans l’aboutissement de son œuvre de codification. En 6 ans, il promulgua 5 codes : civil en 1804 (rebaptisé « Code Napoléon » en 1807), de procédure civile (1806), de commerce (1807), d’instruction criminelle (1808), pénal (1810).

Voltaire disait que lorsqu’on voyageait en France, on changeait aussi souvent de lois que de chevaux de poste. Napoléon réussit là où la monarchie absolue et la Révolution avaient échoué : l’adoption d’un Code des lois civiles bien rédigé, facile à interpréter, consacrant le triomphe du droit écrit sur les coutumes et imposant une vision de la société et de l’État.

Portalis, présentant au Corps législatif le « Code civil des Français », déclara : « Dans le calme de toutes les passions et de tous les intérêts, on vit naître un projet de Code civil, c’est-à-dire LE PLUS GRAND BIEN que les hommes puissent donner et recevoir. » Robert Badinter, ancien ministre de la Justice, expliqua dans « Le plus grand bien… » que « Toute entreprise de codification, pour réussir, requiert trois conditions : un moment favorable, des juristes de talent, une volonté politique ». Sous le Consulat et l’Empire, ces conditions furent réunies et le rôle de Napoléon essentiel.

La chute de l’Empire n’arrêta pas l’expansion du Code civil. En France, la poussée démocratique de 1848 lui donna un nouveau souffle et dans de nombreux pays du monde entier, il servit de modèle :

  • En Europe, Grèce (1821), Belgique (1804), Pays-Bas (1837), Portugal (1867), Italie (1865), Roumanie (1864), Espagne (1889), Luxembourg, Monaco, grand-duché de Varsovie créé par Napoléon pour redonner un État aux Polonais (1807), certains États allemands ;
  • À l’international au XIXe siècle : Égypte, République Dominicaine (1825), Haïti (1826), Bas-Canada (1866), tous les pays d’Amérique latine, île Maurice même après la conquête britannique, État de Louisiane aux États-Unis (1808), dans la plupart des pays de l’empire colonial français en Afrique du Nord, Afrique noire et Asie.

En 1960, plus de 70 États s’étaient inspirés du Code civil français. Il serait injuste de voir dans son adoption l’unique effet de la guerre ou de la colonisation : le Code jouissait d’un tel prestige, souvent lié à celui de la Révolution française, que beaucoup de juristes le réclamaient.

Cependant, son aura internationale laissa place à partir du milieu du XXe siècle à de fortes critiques sur certains de ses aspects : oublieux du sort des esclaves et des hommes libres de couleur, consacrant le statut de mineur des femmes mariées, instituant l’autorité absolue du père et du propriétaire, s’opposant à l’esprit d’association. Pour ces raisons, il fut qualifié de « législation bourgeoise et masculine » et de « condensé de l’idéologie bourgeoise ».

En France, il fallut attendre :

  • 1970 pour remplacer la fonction de chef de famille par l’« autorité parentale »,
  • 1972 pour reconnaître l’égalité des droits des enfants issus d’un couple marié ou non,
  • 1975 pour permettre le divorce par consentement mutuel.

Mais de nombreuses parties du Code civil furent peu modifiées. 

Sylvie Billard
L’élue citoyenne de tou.te.s les aulnaysien.ne.s
Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Report des célébrations du bicentenaire de la mort de Napoléon BONAPARTE à Aulnay-sous-Bois

En raison des mauvaises conditions météorologiques annoncées pour le week-end du 15 et 16 mai, la célébration du bicentenaire de Napoléon Bonaparte, prévue sur le Boulevard de Strasbourg et au Parc Dumont, est annulée et reportée à une date ultérieure.

L’exposition, actuellement présente au Cours Napoléon Bonaparte, restera quant à elle installée pendant tout le week-end au même emplacement. Le public pourra donc continuer à la découvrir dans le Cours Napoléon Bonaparte.

Napoléon à l’honneur à Aulnay-sous-Bois pour le bicentenaire de sa disparition

L’empereur Napoléon fait partie des personnages français les plus connus au monde. Apprécié chez certains pour avoir mis de l’ordre après une révolution violente et des guerres interminables, décrié chez d’autres pour son côté expansionniste et esclavagiste, Napoléon fait couler beaucoup d’encre.

Cependant, le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza souhaite mettre ces querelles de côté en mettant à l’honneur l’empereur qui a failli faire de la France la première puissance mondiale. Exposition cours Napoléon du 5 au 15 mai, défilé militaire le 15 mai au Boulevard de Strasbourg, reconstitution historique les 15 et 16 mai au parc Dumont : les historiens apprécieront !

Merci à Aurore pour les photos !

Georges Vauzou, le passionné d’histoire à Aulnay-sous-Bois qui veut participer au trophée Alexandre

Passionné par les tournois historiques sur table, Georges Vauzou espère pouvoir participer cette année au trophée Alexandre, un tournoi et jeu de reconstitution de l’Histoire. Découvrez son portait dans le magazine Oxygène de mars.

 

Pétition à Najat Vallaud-Belkacem pour le retour de Napoléon dans les programmes de CM2

napoleonAlors que l’Europe entière commémore aujourd’hui la bataille de Waterloo, défaite historique de Napoléon qui a bouleversé le cours de l’Histoire de la France et de l’Europe, la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem fait subir à l’empereur une nouvelle humiliation en le bannissant totalement des programmes d’Histoire de CM2.

Auparavant, les élèves du primaire étudiaient ce passage de notre histoire, sous des intitulés de thèmes qui ont varié au gré des réformes : « 1804 : Napoléon Ier, empereur des Français » ou « Le Premier Empire : les grandes réformes de Napoléon Bonaparte« .
Avec la réforme des programmes scolaires commandée par le Ministre de l’Education, toute la partie consacrée aux épopées napoléoniennes, à l’Empire et à la Restauration est supprimée.
Désormais, les élèves passeront de l’étude de la révolution française à celle de la troisième République. Plus de cent ans de l’Histoire de France sont ainsi condamnés aux oubliettes.

Avec l’UNI et l’observatoire des programmes scolaires, je demande la suppression de la réforme des programmes scolaires qui, à coup de rabots partisans et idéologiques, réécrit l’Histoire de France à l’encre de la bien-pensance et de la repentance.

Source : communiqué UNI sur la pétition en ligne accessible sur le même site.

%d blogueurs aiment cette page :