Archives du blog

Communiqué de Dominique Vidal et Sylvie Guy, candidats du POID au premier tour des élections législatives sur la 10e circonscription

Le résultat du premier tour de l’élection législative dans la 10e circonscription de Seine-Saint-Denis confirme, en les accentuant, les caractéristiques des résultats nationaux. 63 % des électeurs de notre circonscription ont, par l’abstention, le vote blanc ou nul,  refusé de participer au vote.

Ce rejet dépasse les 70 % et même 75 % dans les bureaux de vote populaires de Savigny, Bougainville, Malraux à Aulnay. Plus de sept électeurs sur dix, l’électorat ouvrier et populaire a dit clairement : cette élection est illégitime. Le rejet est général.

Le député PS sortant Daniel Goldberg est éliminé dès le premier tour. Sur la ville d’ Aulnay, il ne recueille que 14,77 % des suffrages. Toujours à Aulnay, le candidat de la République en marche arrivé en tête , Billel Ouadah perd 2 500 voix  par rapport à celles obtenues par Macron le 23 avril (4 206 voix pour Ouadah contre 6704 pour Macron). La candidate de la France insoumise, Ambre Froment, elle, obtient 14,75 % des voix et arrive en 3e position. Elle perd 7 889 voix par rapport au résultat de Mélenchon au 1er tour des présidentielles (il avait obtenu 10 214 voix – 33,81 % à Aulnay).

La candidate de la France insoumise paie ainsi le prix de la politique de division par son mouvement, notamment le refus d’une candidature commune avec Hamon pour l’abrogation de la loi El Khomri. La campagne de son parti n’a pas convaincu. Reconnaissant la légitimité de Macron comme président, se proposant pour être son Premier ministre dans le cadre d’une cohabitation, appelant à faire de l’Assemblée nationale fantoche de la 5e République un cadre de résistance substitué aux grèves et aux manifestations, Mélenchon a dérouté une large fraction de ses électeurs qui avaient pris au sérieux son appel à en finir avec la 5e République et à élire une Assemblée constituante.

Par leur abstention massive, les travailleurs et les jeunes d’Aulnay-sous-Bois, de Pavillons et de Bondy Sud-Est , comme ceux de tout le pays, ont ainsi exprimé leur conviction qu’il n’y a aucun enjeu à cette élection. C’est un fait : sous la Ve République, l’Assemblée nationale a comme seul pouvoir d’enregistrer et d’accompagner les décisions du président.

Contre ce gouvernement ultra réactionnaire qui veut tout détruire, seule la lutte de classe unie permettra de sauver le Code du travail, la Sécurité sociale et les droits ouvriers et de mettre en échec la tentative d’inscrire dans la Constitution l’état d’urgence permanent.

Au deuxième tour de l’élection, pour les travailleurs et jeunes, pour les citoyens attachés à la défense des conquêtes sociales, nul cas de conscience à avoir !

Billel Ouadah, candidat officiel du président élu Macron et Ramadier élu LR au conseil municipal, sont partisans de la casse du Code du travail et  de la Sécurité sociale. Ramadier soutenait Sarkozy-Fillon qui avaient ou voulaient supprimer des milliers de postes de fonctionnaires, notamment des fonctionnaires territoriaux ; Ouadah/Macron a dans son programme la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires.

Les travailleurs et jeunes ne voteront ni pour l’un ni pour l’autre dimanche 18 juin.

Il ne fait pas de doute que le large mouvement d’abstention et de rejet s’exprimera à nouveau au second tour, frappant d’illégitimité l’Assemblée issue du scrutin. Pour défendre le Code du travail menacé de façon immédiate, la seule issue réside  dans le combat pour forger l’unité ouvrière et ainsi bloquer et défaire ce gouvernement illégitime et sa politique.  

Notre candidature – comme dans 63 autres départements – posait au centre la nécessité de construire un parti ouvrier indépendant démocratique pour aider la classe ouvrière à combattre. 142 électeurs sur la circonscription, 91 sur Aulnay, dans ce mouvement général de rejet, ont tenu, en votant pour nous, à exprimer leur accord.

Au-delà de ces élections, dans cette extraordinaire phase de décomposition et de confusion qui s’ouvre, une discussion est nécessaire et nous souhaitons la mener avec l’ensemble des travailleurs et militants, quels que soient leur vote et leur sympathie pour le PS, le PC, le PG, La France insoumise :

La classe ouvrière ne peut renoncer à agir et combattre. De quels instruments a-t-elle besoin ? Faut-il des syndicats ? Faut-il un parti ? Faut-il un parti ouvrier ?

Notre journal La Tribune des Travailleurs, un journal partisan de la lutte des classes,  ouvre ses  colonnes à cette discussion.

Nous vous invitons à notre réunion publique

VENDREDI 16 JUIN, à 19h30, salle Dumont (face gare RER).

Source : communiqué POID

Réunion publique du comité d’Aulnay-sous-Bois du POID pour présenter les candidats Dominique VIDAL et Sylvie GUY

Le Parti Ouvrier Indépendant Démocratique (POID) vous convie à une réunion publique le 19 mai à 19h30, salle Dumont (boulevard Galliéni), pour présenter ses candidats dans la 10ème circonscription de la Seine-Saint-Denis : Dominique Vidal et Sylvie Guy.

Plus d’information sur le document d’invitation en cliquant ici ou sur l’image ci-contre.

Sylvie Guy et Dominique Vidal investis par le POID dans la 10ème circonscription de la Seine-Saint-Denis

Dominique Vidal, postier au centre de tri de Roissy, et Sylvie Guy, directrice d’école maternelle en retraite, ont été investis par le Parti Ouvrier Indépendant Démocratique (POID) dans la 10ème circonscription de la Seine-Saint-Denis (Aulnay-sous-Bois, Les Pavillons-sous-Bois, Bondy Sud-Est) pour les législatives 2017.

Dans un premier tract de campagne, la paire dénonce les dangers qui pèsent sur la Poste et les hôpitaux publics. A noter que les analystes les plus pointus remarqueront que le tract ne parle que du 11 juin 2017 (premier tour des législatives), sans parler de la date du second tour. Pourtant, avec toutes les surprises actuelles, le POID pourrait très bien rêver de créer la surprise…

Le Parti Ouvrier Indépendant Démocratique réclame justice pour Théo

communique-theoToute la population de Seine-Saint-Denis, les jeunes, les familles, les travailleurs, tous nous sommes saisis d’horreur depuis qu’a été connue la nouvelle du viol du jeune Théo par des policiers à Aulnay-sous-Bois le 2 février dernier. « Un enfant de la ville s’est fait massacrer par des policiers », s’est écriée une habitante de La Rose-des-Vents lors de la marche de soutien à Théo le 6 février.

Partout, c’est l’horreur et surtout la colère, l’indignation, la révolte.

« Justice pour Théo ! », ont crié les familles manifestant à Aulnay-sous-Bois.

Oui, justice pour Théo !

Les jeunes de nos cités sont déjà victimes de toutes les injustices, résultat de la politique du gouvernement :

  • le chômage de masse,
  • le travail précaire,
  • les salaires de misère,
  • la remise en cause du droit aux études.

Et pour seul horizon… l’appel à s’enrôler dans l’armée pour mener des guerres contre les peuples partout dans le monde.

Et à toutes ces injustices, s’ajoutent le harcèlement policier, les provocations quotidiennes et gratuites, les insultes, les humiliations.

Et maintenant, le viol de Théo !

Trop, c’est trop !

Les familles qui manifestent, les jeunes qui se révoltent, ont raison : justice pour Théo !

Maintenant, les coupables doivent être châtiés. Châtiment des policiers responsables de ces crimes et de ceux qui essayent de couvrir leurs agissements !

Justice pour Théo, châtiment des coupables : ces exigences sont celles de toute la population de Seine-Saint-Denis, de tous les jeunes de Seine-Saint-Denis, tous solidaires de Théo et des siens.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique (POID 93) et Jeunesse révolution (JR 93) apportent tout leur soutien à Théo, à sa famille, à ses proches.

Le Parti ouvrier indépendant démocratique de Seine-Saint-Denis et Jeunesse révolution de Seine-Saint-Denis sont disponibles pour toute démarche, initiative, permettant d’obtenir le châtiment des coupables.

Source : communiqué POID 93

Comité aulnaysien pour l’unité pour la défense du code du travail : NE TOUCHEZ PAS AU CODE DU TRAVAIL !

appel unitaire aulnaysien ne touchez pas au code du travail le 7 janvier 2016Le gouvernement poursuit son offensive contre les statuts, contre le Code du travail dénoncé comme trop « lourd, compliqué, obsolète ».

En particulier, les rapports Combrexelle et Metling veulent imposer des accords d’entreprise dérogatoires au Code du travail, aux conventions collectives et statuts, mettant fin à la hiérarchie des normes.

N’est-ce pas justement ce que demande le patronat : remettre en cause le Code du travail ?

N’est-ce pas ce  que demande le MEDEF, pour faciliter les licenciements ou les accords d’entreprise de baisse des salaires ?

Le Code du travail a été arraché par la lutte des classes, par les combats ouvriers depuis des décennies. Il ya urgence, le gouvernement prépare un projet de loi.  Il faut  défendre  le Code du travail !

Premiers signataires : Michel LEFEBVRE, POID – Miguel HERNANDEZ, syndicaliste et conseiller municipal Front de Gauche (PCF) – Patrick CHARLES ANGELE , syndicaliste Fonction publique territoriale (Région) – Nathaly CHARLES – ANGELE, POID – Sylvie GUY, retraitée Education nationale, syndicaliste – Jean- Philippe FAURE, traducteur – Dominique VIDAL syndicaliste postier – Jean – Christophe CICERON, militant syndical hospitalier – Jean-Louis GUY, POID – Patrick LASBLEYE, syndicaliste – Milaine LAURENARD, La Poste – Claude GILBERT, syndicaliste bâtiment – Mickaël JOULIN, employé communal – Jean-Louis KARKIDES, citoyen aulnaysien – Ghislaine GUERIN, postière – Danièle BRIDOT, POID – Maria CONCHON, militante syndicale Hôpital Ballanger

Source : Appel unitaire du POID.

Annexe : Lettre de Michel LEFEBVRE, secrétaire du POID d’Aulnay 

%d blogueurs aiment cette page :