Archives du blog

Carma propose un axe de développement territorial sur le Triangle de Gonesse

Carma est une association créée début 2019 dans l’optique de proposer aux pouvoirs publics un projet de développement territorial pour le Triangle de Gonesse axé sur l’agroécologie. Elle propose de faire des 680 Ha de ce territoire l’un des premiers maillons de la résilience alimentaire de l’Ile de France : diversification des cultures, recours à des méthodes culturales sans engrais chimiques et pesticides de synthèse reconstruction des paysages, formation des jeunes et d’actifs en reconversion, actions d’animation et d’éducation populaire, mise en place d’un cycle d’économie circulaire en y associant tous les acteurs concernés et, au premier chef, les habitants du territoire et les agriculteurs en place.

Elle est forte aujourd’hui de près de 200 adhérents et d’une cinquantaine de partenaires de toute nature : centres d’études et de recherche agronomiques, établissements scolaires et universitaires, agriculteurs et opérateurs d’exploitation, acteurs économiques, structures associatives, réseaux de la transition écologique et sociale, réseaux de l’économie sociale et solidaire. Au-delà du Triangle de Gonesse, son ambition est d’établir des formes de coopération nouvelles public/privé/population pour un nouveau modèle rural et urbain d’agriculture et d’alimentation durables, générateurs de nouveaux emplois de qualité directs et induits (entretien mécanique, transport, équipements de transformation, vente, logistique, écotourisme,) pour toute la métropole du Grand Paris, en commençant par les territoires le plus directement concernés.

Les présupposés et partis pris de Carma :

  • Une conviction : la transition écologique est devenue un impératif sociétal, porteur de solutions en termes économique, sanitaire, social, environnemental. Elle conduit à une réinvention des processus de production de richesse ; elle passe en outre par une relocalisation de l’économie autour de la matière organique et l’invention de nouveaux modèles de valeur entre producteurs/consommateurs
  • Une exigence : les filières de la transition agroécologique doivent générer des emplois durables non-délocalisables et attractifs pour les populations habitantes, notamment les plus fragiles et touchées par la crise
  • Une méthodologie : il s’agit de véritablement partir des personnes et de leurs paroles/propositions, tenir compte du contexte social et environnemental des populations locales, identifier les potentialités territoriales puis articuler les nouvelles coopérations à plusieurs échelles pour faire système
  • Une perspective : du fait des enjeux écologiques et de résilience métropolitains du Grand Paris, le projet Carma qui historiquement est né en 2017 de la contestation de l’artificialisation des sols du Triangle de Gonesse par le centre de commerces et de loisirs géant EuropaCity, est emblématique de ce que « le monde d’après » peut générer comme réponse globale aux différentes crises que traversent nos grandes métropoles mondialisées, à commencer par celle de la dépendance alimentaire, facteur de fragilisation extrême (PM : la région IDF est dépendante à 90% d’importations alors que 49 % de l’espace régional est constitué de terres agricoles).

Ce que propose Carma :

Le projet CARMA sur le Triangle implique que tout le territoire du Pays de France, durement touché par le chômage et la précarité, soit partie prenante. C’est pourquoi la démarche RISOME (Réseau d’Initiatives SOlidaires pour les Mutations agro-Écologiques) vient compléter celle de CARMA. Elle consiste à favoriser et à mettre en synergie les initiatives territoriales liées à la transition agroalimentaire, et plus largement à la transition écologique, autour de quatre outils :

  1. Le Forum du bien vivre sur la consommation alimentaire et la santé, à travers la participation citoyenne et l’éducation populaire
  2. Le Campus des métiers de la Transition écologique sur la formation et l’emploi, visant plus particulièrement la formation des jeunes
  3. Le réseau entrepreneurial sur la création et la conversion d’entreprises, en favorisant la coordination multi-acteurs à travers des formes innovantes comme les Pôles territoriaux de coopération économique -PTCE
  4. Le Centre Régional de Recherches pour L’innovation et le Transfert de Technologies sur les mutations du système alimentaire, comme laboratoire d’innovation et de R&D

Ce que recherche Carma aujourd’hui :
Carma et tous ses partenaires sont aujourd’hui dans les « startings blocks » afin de démarrer ses activités. Ce que l’association recherche c’est :

  • Un ou des territoires d’implantation mobilisés, partageant les convictions du projet
  • Des réserves foncières destinées à l’agriculture rurale et urbaine
  • Des appuis institutionnels permettant de « débloquer » la recherche de financements d’amorce de la dynamique du projet de transition agroécologique

Source : Communiqué Carma

Covid-19, la proximité alimentaire est un impératif absolu !

L’épidémie mondiale de Covid19 et les mesures de confinement qu’elle impose, dont nul ne peut prédire la durée, nous rappellent l’extrême fragilité de notre chaîne alimentaire en produits frais et notamment en fruits et légumes, dont l’approvisionnement dépend bien trop souvent de producteurs espagnols, italiens, nord-africains, mais aussi de pays beaucoup plus lointains.

Le risque est grand d’une rupture de certains des maillons de la chaîne alimentaire : par exemple, les quarantaines pourraient causer un manque de chauffeurs pour les dizaines de milliers de camions qui, comme l’impose le système jusque là dominant, traversent toute la France pour rejoindre Rungis. Sans parler des produits venant de la planète entière par fret aérien qui risquent de ne plus être accessibles. Or les étalages de nos magasins se vident d’autant plus rapidement que la grande distribution fonctionne à flux tendus, avec des stocks limités.                                                         

Nous savons que l’autonomie alimentaire des grandes villes se limite à trois jours d’approvisionnement, et toutes les paroles rassurantes du monde (« il n’y aura pas de pénurie ») ressemblent plus à une incantation qu’à une vraie conscience de la réalité.

La pandémie qui nous frappe est un révélateur du système mondialisé défaillant. Nous le voyons dans tous les domaines ; comment avons-nous pu penser que les masques des soignants, comme nos médicaments, devaient être fabriqués à l’autre bout du monde ? Les pénuries qui s’annoncent imposent, de l’aveu même du pouvoir, une réduction de cette dépendance : produire français ou européen dans tous les domaines stratégiques ; l’autonomie alimentaire du pays et de ses villes doit être une part de ce défi. Ce dont a récemment convenu le ministre de l’agriculture.

En réalité, les seuls approvisionnements stables sont les approvisionnements de proximité. On en veut pour preuve la fréquentation accrue des magasins de producteurs et des ventes directes à la ferme depuis le début de la crise : les consommateurs découvrent tous les avantages des circuits courts pour la production et la distribution. Pourquoi ne pas les rendre pérennes alors même que nous savons que des crises aussi violentes – sinon plus – sont devant nous… notamment à cause du changement climatique que, d’ailleurs, cette agriculture de proximité a également pour effet de combattre avec efficacité. C’est, semble-t-il, une des leçons tirées par Emmanuel Macron dans son discours du 12 mars dernier : Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie au fond à d’autres est une folie. La déclaration récente du Ministère de l’Agriculture va dans le même sens : «Cette crise nous démontre la nécessité d’accélérer la transition écologique et de relocaliser les productions pour garantir la sécurité alimentaire européenne ».    

Déjà, plusieurs métropoles européennes (Barcelone, Milan, Liège) ou nord-américaines (Montréal, Détroit) se sont dotées d’une agriculture qui s’intègre dans l’urbanisme. En France, des municipalités comme Paris – avec son projet Agriparis – ou des associations – comme CARMA qui propose « d’imaginer qu’en Pays de France, on cultive en fruits et légumes et en céréales des produits sains et à prix raisonnables à destination des villes alentour, parce qu’on a réussi à y maintenir des terres agricoles, plutôt que de les soumettre à la spéculation immobilière » deviennent indispensables.

Dans ce contexte à la fois local, national et international, la lutte pour le maintien de la vocation agricole des terres de Gonesse à 15 kms de la capitale prend tout son sens. Comment les autorités peuvent-elles envisager de lotir ces riches terres agricoles dont nous avons un besoin impérieux pour nourrir tout le Nord Est de l’agglomération parisienne,  en fruits et légumes, qui ne seront pas, eux, abreuvés de pesticides ni de conservateurs pour être entreposés pendant des jours voire des semaines…puisqu’ils n’auront besoin, s’ils sont produits sur place, ni de parcourir des milliers de kilomètres dans des milliers de camions polluants ni d’être stockés trop longtemps.

Nous réclamons que les terres du triangle de Gonesse retrouvent leur vocation nourricière historique et ne soient pas sacrifiées pour accueillir un énième pôle de bureaux ou de logistique déjà sur-représentés dans notre région. La solution que nous défendons est tout à fait raisonnable, simple, efficace, bien moins coûteuse, et surtout PERENNE. Afin que, tous, nous du Pays de France puissions bénéficier de produits frais et bons pour la santé. Ceci n’est évidemment pas une option de fermeture sur soi mais une solution mondiale a bien des catastrophes : on sait que l’impossibilité, pour se nourrir, de cultiver leurs terres proches, a conduit à de terribles famines dans nombre de pays africains…

Soyons capables de tirer les leçons de la crise sanitaire et d’arrêter, tant qu’il est encore temps, le massacre des terres agricoles !

Source : Bernard Loup, président du Collectif Pour le Triangle de Gonesse

Initiation à l’agriculture naturelle ce dimanche au Parc du Sausset

Parc du SaussetLe Parc du Sausset vous invite à venir expérimenter différentes techniques de cultures naturelles. Vous pourrez découvrir ce qu’est la culture sur buttes de pleine terre ou en lasagne, mais aussi le semis direct, les associations de cultures et leurs plantes compagnes.

Vous y apprendrez à cultiver une grande quantité de légume et comment se débarrasser des insectes et nuisibles sans produit chimique.

Atelier ce dimanche 14 août, de 15h30 à 19h00.

Seine-Saint-Denis : sur la trace des terres fertiles

9409743-les-eaux-jardinier-homme-d-39-un-lit-avec-une-fleur-a-partir-d-39-un-arrosoirLa rédaction vous propose de prendre connaissance d’un article très intéressant, sur le passé et le présent agricoles de la Seine-Saint-Denis, autrefois appelé le potager de la capitale.

Le concours « De Visu » démarre avec des visites gratuites chez des particuliers ou professionnels, pour mieux découvrir le patrimoine agricole de notre département.

Pour consulter cet article, cliquer ici.

%d blogueurs aiment cette page :