Archives du blog

Catherine Médioni : Loi ultra liberticide pour notre sécurité, nous allons livrer au FN un arsenal juridique dont Hitler aurait rêvé !!

guerre_mondiale« Un peuple de moutons finit par être dirigé par un gouvernement de loups… et il ne faut pas s’en étonner. Comme vous le savez, le projet de loi sur la sécurité et pour lutter évidemment contre le terrorisme terrorisant ne sera bientôt plus un projet mais une loi.« 

Catherine Médioni vous propose de prendre connaissance d’un article de Charles Sannat extrait du « Contrarien matin » en cliquant ici.

Résultats Consultation Départementales 2015 à Aulnay-sous-Bois

consultation_departementales_aulnayLa grande consultation proposée par Aulnaycap concernant les départementales 2015 dans la circonscription d’Aulnay-sous-Bois touche à sa fin. Autant dire que cette élection ne déchaine pas les passions puisque seulement 181 personnes ont bien souhaité y participer.

Les résultants bruts sont les suivants :

  • Claire Dexheimer / Mackendie Toupuissant (FDG) : 23 (12,71%)
  • Guy Challier / Latifa Bezzaouya-Cotrie (PS, EELV, PRG, MGC) : 26 (14,36%)
  • Michèle Taddéi / Daniel Jacob (SE) : 21 (11,6%)
  • Cyril Bozonnet / Marie Vanessche (FN) : 22 (12,15%)
  • Séverine Maroun / Bruno Beschizza (UMP) : 63 (34,81%)
  • Blanc : 13 (7,18%)
  • Abstention  : 13 (7,18%)

Analyse :

Il s’agit ici d’un échantillon de 181 personnes sur une ville de 83 000 habitants. Pour rappel, les sondages d’opinion utilise un échantillon d’environ 1 000 personnes pour toute la France.

Le binôme UMP arrive largement en tête, devant le binôme Socialiste qui lui est talonné par les autres binômes.

Reste à savoir si cela reflétera les résultats ce dimanche soir, après 20h00. L’abstention réelle va t-elle battre tous les records ?

 

 

Départementales 2015 en Seine-Saint-Denis : la Droite Conquérante, la Gauche confiante et le FN en embuscade

93_beschizzaPour la première fois de l’histoire de la Seine-Saint-Denis, l’hypothèse d’un basculement à droite devient une réelle possibilité, après les bons résultats de l’UMP et l’UDI aux dernières municipales. Reste un écueil pour les politiques, et pas des moindres : comment motiver les électeurs à se déplacer alors que d’une part, on ne connaît pas les nouvelles compétences du conseil général et d’autre part, le territoire pourrait être amené à disparaître en 2020 au profit du Grand Paris ? Voici les stratégies des partis.

 PS – EELV, très organisés. Dès la mi-décembre, les deux partis ont présenté un accord afin de présenter des candidats communs. Pourquoi si tôt ? Pour montrer l’existence d’une dynamique commune mais pas seulement. « Lors d’une consultation, près de 30 % des Verts ont refusé l’accord avec le PS, rappelle un élu socialiste. Il fallait donc aller vite pour ne pas donner le temps aux dissidents de convaincre d’autres adhérents. » Une stratégie qui a échoué à Saint-Ouen et Aulnay où des candidats EELV se sont alliés aux communistes. Pour le reste, l’objectif est clair : conserver la présidence. « Nous avons un bon bilan grâce à une politique d’investissement volontaire et nous avons changé l’image du département », assure Mathieu Hanotin, vice-président chargé de la campagne. Le parti table sur 10 cantons à gauche, 6 à droite et 5 indécis

UMP – UDI : la soif de conquête. A l’exception du canton de Saint-Ouen (où le sortant DVD Hervé Chevreau partira en dissident face à l’UDI William Delannoy), les deux partis présentent des candidats communs partout. Avec un objectif : remporter 11 cantons sur 21 pour obtenir la présidence. « Nos électeurs n’auraient pas compris que nous ne partions pas unis », analyse Jean-Christophe Lagarde, patron de l’UDI. « On doit faire avec un redécoupage qui avantage clairement les socialistes et leurs alliés, maugrée Philippe Dallier, président de la fédération UMP du 93. Mais attention au retour de boomerang. Nos victoires aux municipales de mars 2014 sont plutôt des signes encourageants. » Les stratèges du parti prévoient 10 cantons à gauche, 9 à droite et 2 indécis.

PC – Front de gauche : sauver les meubles. Nathalie Simonnet, secrétaire départementale du PC le reconnaît elle-même : « A nous seuls, nous n’obtiendrons probablement pas la majorité absolue. » En 2004, déjà le PC s’était retrouvé à égalité de siège avec le PS, avant de perdre la présidence du département en 2008. Aux dernières municipales, il a perdu plus de villes qu’il n’en a gagnées. Concernant cette élection, le parti pense être sûr de l’emporter sur quatre cantons. Afin d’augmenter ses chances, il tente toujours d’obtenir le ralliement de militants EELV. Ce qui explique que les candidats n’ont toujours pas été désignés sur cinq cantons. « Nous espérons que la ligne anti-austérité séduira au-delà du Front de gauche » lâche Nathalie Simonnet.

Le FN en embuscade. Le parti de Marine Le Pen sera présent partout. S’il n’a pas réussi à attirer des figures de la droite classique comme il l’espérait, il espère clairement jouer les arbitres. « Nous serons au second tour dans deux tiers des cantons car depuis les Européennes, où nous avons atteint plus de 20 % en Seine-Saint-Denis, nous connaissons un dynamisme sans précédent », assure Jordan Bardella, secrétaire départemental.

Source et photo : Le Parisien

Elections départementales 2015 à Aulnay-sous-Bois : qui seront les prétendants ?

electionsLes élections départementales 2015 auront lieu en mars 2015, soit 6 mois environ. Ces élections remplacent, dans le cadre de l’acte III de la décentralisation, les élection cantonales. A Aulnay-sous-Bois, les 2 cantons seront réunis en 1 seul et cette élection permettra d’élire un binôme : un homme et une femme (obligatoire). Il s’agit d’un scrutin majoritaire à deux tours (sauf si un binôme obtient plus de 50% des voix au 1er tour). Aulnay-sous-Bois est aujourd’hui représentée par 2 conseiller généraux :

  • Canton Nord : Gérard Ségura (PS)
  • Canton Sud : Jacques Chaussat (UDI)

Il n’est pas évident que ces deux candidats se représenteront compte-tenu des résultats des dernières municipales 2014, mais rien n’est moins sûr !

Quels seront les prétendants pour ce poste de conseiller départemental ? Qui sera désigné pour défendre les couleurs du PS ? Le  Front de Gauche parviendra t-il à faire émerger quelqu’un ? L’UDI et l’UMP feront-ils cause commune et si oui, qui obtiendra le leadership ? Est-ce que l’UMP, fort de son succès aux dernières élections municipales, fera cavalier seul ? Et si oui, qui représentera l’UDI ? Le Front National s’immiscera t-il dans cette élection ? Y aura t-il des représentants de mouvements dits indépendants ?

Autant de questions qui, nous l’espérons, susciteront l’intérêt pour cette élection…

%d blogueurs aiment cette page :