Archives du blog

Vidéo. Retour sur un incident entre Praince Germain Loubota et des militants d’extrême-gauche à Aulnay-sous-Bois

Des militants d’extrême-gauche étaient en campagne le 9 juin pour « défendre la liberté d’expression ». Il y avait également quelques représentants de l’association Aulnay Environnement.

Praince Germain Loubota, candidat Reconquête dans la 10e circonscription de la Seine-Saint-Denis et donc candidat d’Eric Zemmour, était venu à la rencontre de ces militants pour, apparemment, apporter son soutien à la liberté d’expression. Mal lui en a pris puisque le candidat a été alpagué par quelques militants surchauffés, dont on reconnait un certain Hervé Suaudeau, totalement hystérique. René-Augustin Bougourd a tenté d’apaiser les choses en discutant avec le candidat Reconquête, mais Hervé Suaudeau était complètement survolté. Pas de liberté d’expression avec des gens comme Praince Germain Loubota, apparemment.

Egalement, il fut étonnant de voir certaines personnes porter un masque en extérieur. En plus de ce mouvement hystérique, des badauds semblaient décontenancés.

Ci-dessous la vidéo de l’incident.

Hommage à Samuel Paty par Sylvie Billard

Cher.e.sAulnaysien.ne.s,

Je me joins à l’hommage national à Samuel Paty(1973 – 2020).

« Professeur d’histoire – géographie

et d’enseignement moral et civique,

assassiné par un terroriste islamiste

pour avoir enseigné et défendu

les valeurs de la République

dont la liberté d’expression. »

Ma pensée va à sa famille, ma solidarité aux enseignants.

Vive la liberté d’expression et vive la France.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Ségolène Royal réticente sur la liberté d’expression relative aux caricatures de Mahomet

L’ancienne candidate à la présidentielle 2007 (perdante au second tour face à Nicolas Sarkozy) et ancienne ministre de l’écologie est sortie de ses gonds en critiquant ouvertement les médias qui diffusent les caricatures de Mahomet. Selon Mme Royal, la liberté d’expression ne devrait pas autoriser d »humilier des millions de personnes et d’injurier tout un groupe d’individus.

Ces déclarations qui ne vont pas dans le sens d’une grande partie de la classe politique Française a provoqué un tollé, notamment auprès des élus de la majorité présidentielle. A l’heure où l’on discute liberté d’expression, laïcité et droit de blasphème, n’y a t-il pas une limite à imposer, comme le suggère Ségolène Royal ?

Source : Huffingtonpost

La loi Avia retoquée par le Conseil Constitutionnel

Gros séisme dans l’univers de la fabrique des lois ! Le conseil des sages vient de censurer les dispositions de la loi Avia qui avait pour objectif de lutter contre la haine en ligne, en accordant aux plateformes de contenus et aux réseaux sociaux, à la fois une obligation assortie de contraintes rigoureuses difficiles à mettre en œuvre, mais également un pouvoir  » dangereux  » de censurer l’expression et l’opinion  » a priori « , sans passer par le contrôle et l’appréciation d’un juge.

En effet, les sages ont estimé que certaines nouvelles obligations à la charge des opérateurs de plateformes internet étaient attentatoires à la liberté d’expression et de communication, droit inaliénable et fondamental constituant un des piliers de notre constitution.

« Pour le juge constitutionnel, l’obligation faite aux réseaux sociaux de supprimer, dans les vingt-quatre heures, sous peine de sanctions pénales, les contenus « haineux » qui leur sont signalés n’est en effet pas compatible avec la liberté d’expression. >>

Ainsi les  » mougeons  » de France et de Navarre que nous sommes (contraction de moutons et de pigeons) peuvent se réjouir de voir réaffirmer ici leurs droits d’expression et d’opinion, ainsi que celui de les faire connaitre et de les diffuser par tous moyens à leur disposition, ce qui est ni plus ni moins le rappel et la confirmation de ce qui est déjà inscrit dans la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen en son article 19 :

» Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. «

Les opposants au texte, dont   Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, dénonçaient les risques de sur-censure par les plates-formes en ligne comme Facebook, Twitter, Snapchat ou YouTube et déploraient qu’un texte aussi liberticide que mal ficelé donne aux GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon] un véritable pouvoir de censure   » a priori  » pas toujours justifié ni nuancé !

Pour Jean-Luc Mélenchon,  » La volonté liberticide est en échec « 

En fait, pour le Conseil constitutionnel, la loi incitait

 « Les opérateurs de plate-forme en ligne à retirer les contenus qui leur sont signalés, qu’ils soient ou non manifestement illicites ». La loi Avia selon leur point de vue portait donc « une atteinte à l’exercice de la liberté d’expression et de communication qui n’est pas nécessaire, adaptée et proportionnée ».

 Il estimait en outre que l’appréciation d’un contenu illicite était difficile à évaluer parce qu’elle pouvait revêtir une technicité juridique absente de leurs compétences, et qu’en plus il fallait également prendre en compte le contexte dans lequel ces contenus étaient proférés.

Ceux qui trouvent intérêt à censurer les propos qui se diffusent sur le net sans autre forme de procès que la suppression  pure et simple des articles ou des commentaires qui les dérangent ou leur font ombrage ( comme nous l’avons vu procéder récemment à Aulnay ),  ou  encore qui en viennent à déplacer le débat démocratique dans les cours de justice, (procès-baillons perdus du maire ) démontrent de fait qu’ils sont incapables de contre-argumenter, voire même comme le souligne avec pertinence Charles Sannat dans sa lettre du 19 juin 2020, pas certains de la supériorité  intellectuelle de leurs arguments….  Les trolls pro-mairie qui sévissent sur les blogs Aulnaysiens en sont la plus éloquente illustration….

Pour autant, sous l’alibi du droit et de la liberté d’expression, est-ce que la haine, les discriminations et les écrits attentatoires à la réputation et à l’honorabilité d’une personne sont autorisées sur internet ?  Absolument pas, car le Conseil des sages réaffirme que la Constitution « permet au législateur de réprimer les abus » de la liberté d’expression.

Dans la même veine, on pourrait espérer que les abus et entraves au droit d’expression et de diffusion soient également réprimés, car penser autrement ne justifie pas la censure !

Article rédigé le 19 juin 2020  par Catherine Medioni

Soirée débat avec Raphaël Serrail le 10 mars de Vivre mieux ensemble à Aulnay-sous-Bois : S’exprimer librement, c’est possible ?

rencontre du 10 mars 2014Nous vous proposons dans la continuité des rencontres précédentes un nouveau rendez-vous pour essayer de comprendre le monde tel qu’il va, ou va moins bien, ou ne nous va pas du tout…

Les « événements de janvier » ont fait surgir des questions dont celle de la liberté d’expression. Après une soirée d’échanges entre adhérents sur le sujet, nous voudrions débattre avec tous et prendre le temps de décortiquer, malaxer, triturer, tailler en morceaux ce sujet ou bien de nous en faire un manteau.

Venez faire une pause avec nous, une pause-café pour un moment convivial : réflexion, partage d’idées, de (dés) illusions et aussi de boissons et grignotis.

Nous recevons le mardi 10 mars 2015 à la salle Dumont Raphaël Serrail, Philosophe et débatteur génial à partir de 20H15 ou 19H30 si vous souhaitez et pouvez nous aider à installer la salle.

Raphaël Serrail : « Parce qu’en participant à des débats publics nous développons notre faculté de communiquer avec nos concitoyens, nous sommes également renvoyés à la fragilité de nos points de vue concernant les problèmes qui agitent nos sociétés. Aussi, l’habitude de pousser les portes de ces « cafés du commerce », comme disent leurs détracteurs, s’est-elle ancrée dans l’organisation de mon temps libre ; autant d’amis à retrouver que d’idées à échanger, le café est désormais devenu aussi bien un besoin qu’une responsabilité, celle d’un engagement dans la communauté des idées,« 

Source : communiqué Vivre Mieux Ensemble

%d blogueurs aiment cette page :