Archives du blog

Conseil municipal du 6 octobre 2021 : Compte-rendu des délibérations de Sylvie Billard 6/7

Cher.e.s Aulnaysien.ne.s,

Suite au Conseil Municipal du 6 octobre dernier, en voici les points forts.

Délibération n° 25 : protocole d’accord entre SEQENS et la Ville d’Aulnay-sous-Bois portant sur la transformation du Site Jupiter – p. 783

263 logements. Patrimoine vieillissant. Rénovation d’ampleur nécessaire

J’ai émis des réserves sur ce protocole, car il y a un besoin :

  • d’une réelle implication des habitants,
  • d’un pilotage stratégique et opérationnel, non technocratique comme cela a été le cas à la Morée,
  • d’une dimension environnementale affirmée : quelles sont les ambitions au niveau des matériaux des voiries et des bâtis ? de la végétalisation des parties communes, toits, murs ?
  • d’une dimension énergétique clairement posée : HQE, Énergie passive, positive ?

D’une manière générale, il faut dire halte à la bétonisation d’Aulnay-sous-Bois. Les habitants des quartiers nord ont aussi droit à de l’espace.

Ousouf Siby : ce quartier a besoin de rénovation. La concertation est nécessaire. On parle d’humain. On bouleverse leur vie. Les habitants ne sont pas au courant. Il faut porter ce projet auprès des habitants.

Il faut une offre de relogement avec des loyers en adéquation avec les revenus

Démolition : 263

Reconstruction : 203

Pourquoi ce delta ?

Denis Cahenzli, Maire adjoint : Cette convention nous protège d’une éventuelle interruption du programme. On est loin du projet. Nous avons présenté aux 2 derniers Conseils de Quartier l’idée d’une déconstruction totale ou partielle. Cela a été très bien pris. Nous avons réalisé un diagnostic en marchant. Le projet est bien perçu par les personnes que nous avons rencontrées. Concernant l’énergie, nous allons construire pour baisser les charges. Il n’est pas nécessaire de l’inscrire dans le protocole, car les lois nous imposent de mieux construire. La géothermie va générer des économies de 15 à 20 % pour les locataires.

Bruno Beschizza, Maire : C’est une obligation légale. On en est au début des choix.

Jupiter est l’éternel oublié de l’ANRU. L’ANRU 2 est fini. Les budgets sont clos. Il faut boucler tous les budgets. Tout s’est fait pendant la période covid. Concernant l’« évaporation » des 60 personnes, nous verrons comme les accueillir dans la zac des Aulnes toute proche. Les habitants du Nord ont le droit à des espaces verts et à du beau.

Guy Challier : C’est une obligation légale.

Ajout post Conseil municipal

Se réfugier derrière la Loi ou les normes n’est pas pertinent, car elles peuvent être non ou mal appliquées, ou appliquer de différentes manières.

Exemple de non application

L’exemple de la Morée est de ce point de vue édifiant, comme illustré dans le reportage photos que j’ai réalisé dans l’un des immeubles de cette copropriété : https://aulnaycap.com/2021/04/24/sylvie-billard-ou-sont-passes-les-millions-de-la-moree-a-aulnay-sous-bois-episode-4/

Cette seule photographie qui en est extraite illustre le fait que la poste d’entrée de cet immeuble est en simple vitrage. Le hall est donc froid l’hiver.

Exemple d’application dévoyée

Le rapport de MM. Girometti et Leclercq sur la qualité d’utilisation du logement montre que :

« La qualité des appartements produits par les promoteurs – leur superficie réduite, leurs plafonds de plus en plus bas, leur conception incohérente, leur mono-orientation qui réduit la luminosité et empêche tout courant d’air en été, voire l’absence d’espaces de rangement et de cave – régresse depuis dix ans. Ce constat inquiétant est établi, une fois de plus, dans le rapport de l’architecte François Leclercq et du directeur de l’établissement public d’aménagement EpaMarne, Laurent Girometti, remis, ce mercredi 8 septembre, à la ministre du logement, Emmanuelle Wargon.

Ce travail vient corroborer les résultats d’une récente enquête de l’Institut des hautes études pour l’action dans le logement (Idheal), “Nos logements, des lieux à ménager”, rendue publique le 27 août. Elle mesurait ce recul avec précision, entre 2000 et 2020, à propos des logements vendus sur plan.

Le rapport recoupe aussi le baromètre de l’association Qualitel, qui, chaque année, interroge les habitants sur leur degré de satisfaction dans leur logement et dont la dernière édition, parue en octobre 2020, soulignait “le manque criant d’espace et l’exiguïté des lieux”, selon Bertrand Delcambre, son président, ainsi que le rapport de Pierre-René Lemas sur la qualité des logements sociaux, remis le 15 janvier. Les confinements ont, en outre, nourri le mécontentement des usagers et renforcé leur besoin d’espace

« La qualité des logements neufs baisse depuis vingt ans, quoi qu’en disent les promoteurs. Leurs superficies se réduisent, les espaces de rangement disparaissent, les appartements sont moins lumineux et de plus en plus souvent mono-orientés, ce qui est préjudiciable notamment au confort d’été, sans oublier les parties communes des immeubles, de plus en plus mesquines… C’est l’implacable démonstration d’une étude originale de l’Institut des hautes études pour l’action dans le logement (Idheal), révélée le 27 août au cours des Entretiens d’Inxauseta, qui réunissent tous les acteurs français du logement, un week-end par an, au Pays basque.

« Crash test » du confinement

Sont sacrifiées sur l’autel de la rentabilité les entrées, mais surtout les chambres, dont la superficie moyenne est désormais de 10,41 mètres carrés, avec « une seule possibilité de positionner un lit double et aucune de lui adjoindre une commode ou un bureau », observent les auteurs. Le confinement a d’ailleurs, selon eux, été un « crash test » révélant l’impossibilité de cohabiter, travailler, étudier ou se distraire ensemble dans de tels appartements

Ces constats déplorables interpellent et exigent des actions politiques fortes. Je comprends que l’objet de cette délibération soit de préserver la continuité du programme. Il conviendra donc ensuite d’exiger de nos élus des orientations précises sur la qualité et le bien vivre des espaces intérieurs et extérieurs, privés et publics.

  • Et vous, quels sont vos avis et quelles sont vos propositions sur ces sujets ?

Au plaisir d’échanger avec vous,

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

votre.elue.citoyenne@gmail.com

Vidéo : Rénovation de la copropriété de la Morée à Aulnay-sous-Bois

Mitry_Aulnayjpg

Vidéo

Les couleurs verdâtres des tours de la copropriété à Aulnay-sous-Bois sont en train de disparaitre : une couleur blanche apparaît, une fois les opérations de calfeutrement effectuées. Décidé en 2005, le Plan de Sauvegarde de cette copropriété en difficulté touche bientôt à sa fin : les ascenseurs ont été pour partie remis aux normes, les fenêtres ont été changées, l’isolation refaite…

Si les problèmes de sécurité et d’emploi n’ont pas disparu pour autant, un meilleur habitat pourrait peut-être donner un nouveau souffle pour ce quartier. L’avenir (dans 10 ans ?) nous le dira…

Pour accéder à la vidéo de cette rénovation, cliquer sur l’image.

Des préfabriqués prennent place parc de la Morée dans le quartier de Mitry d’Aulnay-sous-Bois

Mitry_Aulnay_1Plusieurs préfabriqués ont été installés, vendredi dernier, sur le parc de la Morée, situé dans le quartier de Mitry à Aulnay. Des engins sont venus poser les équipements, au milieu de tours de la cité.

Tout de suite, les rumeurs ont circulé : s’agissait-il des prémisses de la tant redoutée ouverture de la rue du 8 Mai 1945 sur le rond-point du collège Debussy ? Il s’agirait en fait d’équipements pour la réfection de certaines tours et la réparation de certaines canalisations.

Mitry_Aulnay_2En tout cas, ces préfabriqués font la part belle des discussions des riverains du quartier.

Aulnay-sous-Bois : La température remonte à la Morée

La_moree« Quelques degrés en plus. La chaleur est un peu revenue depuis samedi dans les 898 appartements de la Morée, à Aulnay-sous-Bois. Dans cette copropriété en difficulté, le chauffage donne depuis le mois d’octobre de sérieux signes de faiblesse. Avec le retour du froid, les habitants excédés ont manifesté la semaine dernière sous les fenêtres de l’administrateur judiciaire.

Le recours à une chaudière alimentant les logements sociaux de l’OPH d’Aulnay semble avoir permis d’améliorer les choses, comme l’explique l’administrateur judiciaire, Philippe Blériot : « La température a enfin dépassé les 20 °C dans les logements. » L’administrateur accuse l’entreprise Coriance, qui exploite le réseau de chaleur, de ne pas remplir ses obligations. Il a d’ailleurs assigné la société devant le tribunal de Bobigny. L’audience aura lieu vendredi. « On cherche à nous rendre responsables de dysfonctionnements », réagit Frédéric Turin, directeur du développement et de l’énergie chez Coriance. Selon lui, la situation est loin d’être réglée : « Il ne faut pas s’attendre à des miracles. Le réseau est vétuste et nous ne pouvons intervenir sur le patrimoine de la Morée. » Les installations du réseau relevaient jusqu’à la fin 2012 d’un syndicat de copropriété et doivent passer dans le giron de la ville en ce début d’année.« 

Source : Le Parisien

Aulnay-sous-Bois: une pétition pour avoir du chauffage à la cité de Mitry

La_moree« Depuis le mois d’octobre, des habitants d’une résidence de 18 bâtiments grelottent. Les acteurs du dossier se renvoient la balle.

Dans le quartier de Mitry-Ambourget, à Aulnay-sous-bois (93), les habitants de la copropriété de la Morée, transis de froid dans leur appartement, sont à bout de nerfs. Une partie des 897 appartements n’est en effet plus chauffée.

Un résident, installé depuis dix ans, fait part de son mécontentement: «Je suis obligé de porter deux pantalons. C’est simple, il fait la même température qu’à l’extérieur». Plus de 400 résidents ont lancé mardi un cri d’alerte en remettant mardi après-midi une pétition aux élus de la ville, qui soutiennent leur démarche.

La copropriété fait l’objet depuis 2007 d’un plan de sauvetage coordonné par la mairie. La dégradation progressive des 18 bâtiments construits dans les années 1960, résulte d’une organisation juridique complexe et de la mauvaise gestion des syndicats de copropriété.

Daniel Carleshi, directeur général des services techniques de la ville d’Aulnay, garantit que «la ville entreprend des travaux d’urgence mais ce n’est pas de notre responsabilité aujourd’hui. La chaudière marche, mais le réseau interne, vieillissant et obstrué, est défaillant.»« 

Article complet à lire dans Le Figaro

Aulnay-sous-Bois : La cité de la Morée grelotte de froid depuis octobre

Odette_Moree_Aulnay« Odette ouvre la porte en claquant des dents. Elle serre contre elle une couverture et rajuste son bonnet de laine. « Je le garde même la nuit, pour dormir », explique cette femme de 64 ans. En seize ans, cette locataire de la rue des Aulnes, à Aulnay-sous-Bois, n’a jamais rien connu de tel. Eric, son petit-fils de 34 ans, s’apprête à aller acheter un radiateur d’appoint. Comme tant d’habitants de la Morée depuis trois semaines. Dans cette copropriété de 800 logements du quartier Mitry-Ambourget, sortie de terre dans les années 1970 et sous administration judiciaire, le chauffage, qui arrive d’ordinaire par le sol, se fait désirer depuis octobre.

La ville pourrait installer une chaudière mobile

« On vit tous dans le salon depuis deux semaines, près du chauffage d’appoint », explique la maman d’Ines, 10 mois, enveloppée en permanence dans une serviette de toilette. Douches rares, rhumes à répétition, triple épaisseur de vêtements, chacun s’organise. « J’ai relevé 8 degrés dans la chambre quand il faisait très froid dehors », déplore Ghislaine, retraitée en rez-de-chaussée qui garde son petit-fils.

« Depuis vendredi, nous avons recueilli 410 signatures », assure Richard Freund, qui mobilise ses voisins pour trouver une solution.

L’administrateur judiciaire, qui gère la copropriété dans le cadre d’un plan de sauvegarde, envisage d’attaquer l’exploitant du réseau de chaleur Coriance. M e Philippe Blériot, dans une lettre au maire PS d’Aulnay, pointe les carences de l’entreprise, qui « non seulement ne respecte pas ses obligations contractuelles, mais en outre ne communique aucune information et agit avec un mépris insupportable pour les habitants et l’administrateur provisoire ».« 

Source et article complet à retrouver dans Le Parisien du 29/01/2013. Image : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :