Archives du blog

Quand le ridicule ne tue pas : mettons du rouge à lèvre avec Jean-Christophe Lagarde

rouge_a_levreLe 8 mars dernier, comme chaque année, on fêtait la journée internationale des droits de la femme. Comme chacun sait, même si d’énormes progrès ont été réalisés, les femmes subissent encore et toujours de la part de leur conjoint ou collègues un comportement parfois patriarcal, un tantinet misogyne. Des associations se sont créées pour lutter contre cela, et les pouvoirs politiques européens ont pris à bras le corps ce problème. Même dans les entreprises privées, un effort a été appliqué pour réduire les disparités salariales entre les hommes et les femmes.

Si on attendait de la part des politiques une réponse sérieuse, avec une synthèse des actions entreprises, avec pourquoi pas un résultat chiffré, d’autres ont voulu faire passer un message par l’humour, comme l’en atteste la photo ci-contre où l’on peut apercevoir Jean-Christophe Lagarde, patron de l’UDI.

Le message véhiculé pourrait ainsi être : « toutes les femmes mettent du rouge à lèvre, donc on en met pour montrer notre solidarité« .  Le patron de l’UDI aurait-il voulu passer un message à ses compagnons Les Républicains dont certains fustigeaient la théorie du genre en brandissant le livre « Mehdi met du rouge à lèvres », pour faire campagne notamment auprès de l’électorat musulman ?

Difficile de comprendre la stratégie d’un capitaine dont le bateau semble prendre l’eau : Hervé Morin et le Nouveau Centre souhaitent prendre ses distances avec l’UDI, le petit parti Alliance Centriste a montré également quelques signes d’hostilité vis-à-vis de la maison mère, et le Parti Radical via Yves Jego alerte sur la tempête en cours en disant « tout va bien, on coule… ».

Drôle de stratégie en effet pour un parti donc l’existence même s’avère de plus en plus incongrue au regard des choix politiques lors des dernières élections…

 

Une pétition pour protester contre l’exclusion de Rama Yade du Parti Radical

Rama_Yade_Aulnay_chaussat

Vidéo

Quelle image donnez-vous au Parti radical ? Quel crime affreux a bien pu commettre Rama Yade pour  être sanctionné aussi durement ? Pourquoi n’avons-nous pas été consultés ? N’avions-nous pas mieux à faire en pleine campagne régionale ?

A défaut d’avoir entendu notre Président Laurent Hénart, curieusement silencieux, nous vous disons notre étonnement et notre opposition à l’exclusion de Rama Yade.

Dans nos fédérations, cette décision a provoqué la colère de nos adhérents dont beaucoup ont décidé de rendre leur carte. Vos laconiques réponses ont ajouté au trouble et nous ont profondément affectés.

Tout nous indigne dans cette décision !

Sur cette commission de discipline qui a exclu Rama Yade :

Quelle est la légitimité de la Commission de Discipline et des Conflits et de son président qui ont pris cette décision ? Où est le PV entérinant l’élection par le Comité exécutif de ce président ?

Pourquoi Maître Arnaud-Kriger-Metzger, dans des déclarations troublantes faites à Médiapart, se revendique toujours président de la dite commission ? Quel est l’acte qui lui a fait perdre  sa présidence et son appartenance à la Commission et qui l’a exclu des membres de cette commission (puisqu’il dit ne plus y avoir  été convoqué !) ? Et quels sont les motifs de cette mise à l’écart ? 

Sur la procédure d’exclusion de Rama Yade :

  • Qui sont ces « cadres du Parti Radical »  qui ont demandé l’exclusion de Rama Yade  puisque vous dites avoir agi à leur demande ?
  • Le plus troublant : vous avez tout d’abord indiqué dans la presse qu’il s’agissait seulement d’une proposition d’exclusion faite par la Commission de Discipline sur laquelle le Bureau du Parti ne devait se prononcer que le 4 novembre. Pourquoi ensuite alors annoncer dans la presse que Rama Yade était d’ores et déjà exclue ?
  • Pourquoi ne pas avoir attendu d’être sûr que Rama Yade ait la notification de cette exclusion avant de l’annoncer publiquement ? Et pourquoi le Président n’en a-t-il pas informé les membres du COMEX ?

Sur la décision d’exclusion de Rama Yade :

  • pourquoi la sanctionner maintenant pour des faits qui remontent à plus d’un an?
  • Qu’on soit ou non d’accord avec elle, a-t-on encore le droit de débattre dans notre parti ? A-t-on encore le droit de saisir la justice quand on s’estime lésé ? En quoi tout cela contrevient à nos statuts ?
  • Sur le front républicain : comptez-vous retirer les radicaux des listes d’union avec l’UMP puisque Nicolas Sarkozy a rejeté publiquement le front républicain ?

Parce que nous sommes foncièrement attachés à l’idée de justice, à la démocratie interne et à l’unité de notre parti, nous vous demandons de sursoir à cette décision d’exclusion lors du Bureau national du 4 novembre prochain.

Source : lettre envoyée  à la rédaction

Pétition : cliquer ici

Bisbille au sein de l’UDI en Seine-Saint-Denis et tout particulièrement à Aulnay-sous-Bois ?

udi_93Depuis la démission de son président fondateur Jean-Louis Borloo, l’UDI connait quelques passages troubles, gérés cependant avec plus ou moins de succès. 4 prétendants se sont présentés à sa succession, à savoir au premier tour :

Seulement deux ont pu se qualifier pour le second tour en arrivant en tête : Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin.

A Aulnay-sous-Bois plus qu’ailleurs, la situation semble s’envenimer suite à des différents entre ténors du Parti.

Au premier tour, Jacques Chaussat (au centre sur la photo), également adjoint à Aulnay-sous-Bois et conseiller général de la Seine-Saint-Denis, a affirmé dans un communiqué que le Bureau du Parti Radical de la Seine-Saint-Denis avait opté pour l’homme fort de l’UDI en Seine-Saint-Denis, Jean-Christophe Lagarde. Ceci a fait réagir vivement Billel Ouadah, conseiller départemental UDI et militant au Blanc-Mesnil et à Aulnay-sous-Bois (à gauche sur la photo), en dénonçant un déni de démocratie. En effet, seuls 5 membres du bureau s’étaient exprimés en la faveur de Jean-Christophe Lagarde pour plus d’une centaine de militants. Au niveau du Parti Radical Aulnaysien, Billel Ouadah et Amar Amrane a soutenu Yves Jégo alors que d’autres comme Arnaud Kubacki ont soutenu Hervé Morin.

Suite aux résultats du 1er tour, Amar Amrane et Billel Ouadah ont appelé à soutenir Hervé Morin (Bien que le candidat perdant Yves Jégo appelle à voter Jean-Christophe Lagarde). Dans un tweet assez spécial, Hervé Morin remercie Billel Ouadah en tant que président d’Aulnay Radical, pouvant prêter à confusion. Offusqué, Jacques Chaussat sort un communiqué Sibyllin en guise d’attaque indirecte sur son ancien compagnon de route (Billel Ouadah a mené la campagne de Jacques Chaussat en 2008 dans le cadre des élections cantonales). Il y fait allusion à son parcours politique (« Il est même inquiétant que les valeurs radicales soient bafouées par de tels personnages au parcours souvent sinueux et opportuniste« ).

Ceci a fait vivement réagir Karim Bellili, responsable du Nouveau Centre à Aulnay et ancien colistier de Jacques Chaussat, qu’il critique ouvertement :

« je suis vraiment écœuré de ce genre de communiqué, je ne sait, qui à bafoué ? ceux qui négocie leur place a titre personnel ?, qui assure leurs arrière?, leur futur confortable?, au détriment d’une équipe qui a mis le candidat « bien assis sur son siège » d’élu municipal. soit disant un « Aulnaysien » avec un résultat au dernière municipal , je vous rappel de moins de 20%« 

Enfin Yannick Hoppe (à droite de la photo), ancien directeur de la Stratégie de la campagne des municipales 2014 de Jacques Chaussat, a via un échange sur le réseau social Facebook vivement attaqué Billel Ouadah :

« Billel Ouadah peut-il nous confirmer ou infirmer 1) qu’il est adhérent UDI de la Seine-Saint-Denis 2) qu’il occupe des fonctions au sein du bureau départemental de l’UDI 77 3) qu’après avoir quitté le Parti Radical, il a été adhérent de l’Alliance Centriste puis qu’il est redevenu récemment radical 4) qu’il est présenté par un candidat comme Président d’Aulnay radical 5) qu’il entretient donc une regrettable confusion quant à la fonction actuellement occupée démocratiquement par Jacques Chaussat ?« 

M. Ouadah répond par l’affirmative aux questions 1) et 4) et à la négative aux autres.

Quoiqu’il en soit, les esprits semblent s’échauffer ici plus qu’ailleurs. Les résultats du second tour permettront-il au Centre Aulnaysien de se ressouder ?

 

 

Communiqué de Jacques CHAUSSAT, Président du Parti Radical de la Seine-Saint-Denis

ChaussatCertaines personnes se réclamant du Parti Radical, proclament ici et là, le soutien des radicaux de Seine-Saint-Denis à un candidat qualifié pour le second tour des élections pour la présidence de l’UDI.

Elles n’en n’ont ni la compétence ni le pouvoir. Il est même inquiétant que les valeurs radicales soient bafouées par de tels personnages au parcours souvent sinueux et opportuniste.

Je confirme donc que le président du Parti Radical, Laurent Hénart, a expressément demandé à tous les radicaux de ne pas se prononcer sur leur choix pour le second tour avant la réunion du comité exécutif, dont je fais partie.

J’invite donc tous les radicaux de Seine-Saint-Denis à respecter cette demande et à ne pas se laisser influencer par des manœuvres politiciennes de quelques « marginaux » de la politique.

Source : communiqué de Jacques CHAUSSAT
Président du Parti Radical de Seine-Saint-Denis

%d blogueurs aiment cette page :