Publicités

Archives du blog

Fraude aux allocations en Seine-Saint-Denis: 8 salariés du conseil général arrêtés

handicapAu total seize personnes ont été placées en garde à vue après enquête sur une vaste escroquerie aux allocations handicap et vieillesse qui a duré plus de dix ans pour plusieurs millions d’euros.

Source et article complet : L’Express
Publicités

Le Conseil régional des jeunes, c’est qui, c’est quoi ?

Le Conseil régional des jeunes, c’est qui, c’est quoi ?

Tu as entre 16 et 23 ans ? Tu as des idées à défendre ? Rejoins le Conseil régional des jeunes pour les exprimer et agir pour la jeunesse francilienne !
Dépose
ta candidature
ici

Composition du Conseil régional des jeunes 2013-2015

En 2014, c’est plus d’action, en particulier :
  • la poursuite du travail d’un groupe « santé » sur le thème du trouble du comportement alimentaire et de l’obésité chez les jeunes,
  • d’un groupe « environnemment » sur le développement durable,
  • d’un groupe « culture » sur le travail transversal avec les services régionaux, et d’un groupe « orientation et emploi »,
  • sur la mise en place d’une plateforme d’orientation régionale,
  • la préparation d’une expo photos pour la Semaine du patrimoine,
  • le lancement du projet « CRJ d’un jour », un grand rassemblement de conseils de jeunes implantés sur le territoire régional le 5 avril 2014.
Contact
115, rue du Bac, 75007 Paris
crj@iledefrance.fr
www.facebook.com/crj.idf
Twitter : @crjidf

Réforme territoriale : les élections départementales à nouveau programmées en mars 2015

Manuel_VallsAprès 3 modifications successives, les élections départementales auront bien lieu en Mars 2015, et non en décembre 2015. Une partie des conseillers généraux sera renouvelée.

Cette annonce a été faite par Manuel Valls dans son discours de politique générale, le 16 septembre.

Seine-Saint-Denis : Stéphane Troussel critiqué par la Droite et le Centre

TRoussel_93La droite départementale a la dent dure avec Stéphane Troussel. Pour Jean-Michel Bluteau, président du groupe UMP, l’homme fort de l’assemblée est « sectaire, partisan et méprisant ». Le conseiller général de Villemomble, dénonce le financement de projets dans les villes « proches politiquement ». « Le conseil général a subventionné une école à Pierrefitte et une piscine à Clichy alors que ce n’est pas ses compétences, s’insurge-t-il. Pour notre conservatoire à Villemomble, nous n’avons rien eu. Dans le même esprit partisan, Stéphane Troussel a toujours refusé de voter un vœu que nous proposions sur le Grand Paris. » Le président du conseil général rappelle que les engagements pour Pierrefitte et Clichy-sous-Bois avaient été pris avant le moratoire (NDLR : décision prise en janvier 2012 qui suspend toute aide à l’investissement de communes).

Du côté de l’UDI, Stéphane Salini se dit « déçu ». « Il est certes arrivé après un vieux briscard de la politique mais les habits sont trop larges pour lui. Il n’a pas su imposer sa légitimité même au sein de son propre camp », tacle le centriste qui pointe « une gestion à la petite semaine, sans ambition, sans prospective. « Je l’appelle Monsieur + d’impôts et – de services, poursuit l’élu. Pour le reste il est dans une posture politicienne. Aujourd’hui, il pense davantage à La Courneuve qu’au département. »

Au Front de gauche, malgré la fronde budgétaire (huit élus du groupe, dont trois vice-présidents, ont voté contre le budget 2013 qui est passé de justesse), on est plus clément. « Par rapport à la période Bartolone, il y a eu des efforts importants pour mieux nous associer à la construction commune de la politique départementale », reconnaît Pierre Laporte, le président du groupe. Très vite, le conseiller général pointe les efforts insuffisants du gouvernement, pourtant socialiste, en direction de la Seine-Saint-Denis. « Nous avons reçu quelques dizaines de millions d’euros alors qu’il nous en faudrait plusieurs centaines. Et on ne parle plus de la dette de l’Etat relative aux non-compensations sur les allocations de solidarité dont Bartolone réclamait le remboursement. Du coup, notre situation financière est plus grave que dans les années Sarkozy. »

Source : Le Parisien du 04/09/2013

Vincent Capo-Canellas, Sénateur de la Seine-Saint-Denis sur le Tarif unique pour le Pass Navigo : « C’est un cadeau empoisonné pour les usagers ! »

CP VCC Pass Navigo« Le Sénat a débuté aujourd’hui l’examen d’une proposition de loi visant à instaurer un tarif unique pour le Pass Navigo.

Vincent Capo-Canellas, sénateur de la Seine-Saint-Denis et maire du Bourget, s’étonne que cette question soit « importée au Parlement par le groupe communiste » alors qu’elle relève des compétences du STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France) et du Conseil régional d’Ile de France.

« Aujourd’hui, vous nous demandez de solder un différend interne à l’actuelle majorité régionale. » affirme le sénateur, rappelant que cette proposition de loi est l’héritage d’un accord conclu au moment des élections régionales pour construire une majorité « rouge/verte/rose » autour de Jean-Paul Huchon.

Pour Vincent Capo-Canellas, la mise en place d’une tarification unique du Pass Navigo serait contre productive pour les usagers eux-mêmes.
En matière de transports en Ile-de-France, la priorité doit être accordée aux investissements dans le réseau et non dans le financement d’une mesure démagogique.
Réseau de plus en plus saturé, retards quotidiens, inconfort, avaries matérielles, manque d’information, de propreté, de sécurité pour les voyageurs… le constat est simple. La réponse, pour Vincent Capo-Canellas, l’est aussi : « L’urgence, c’est d’agir pour décongestionner les réseaux de transports collectifs franciliens. »

Or, en proposant la tarification unique, la majorité régionale, relayée par ses alliés au Sénat, condamne les Franciliens à voyager dans des rames bondées, dans des trains vétustes, qui tombent en panne et arrivent en retard… « C’est un cadeau empoisonné pour les voyageurs. »

Quant au financement, le sénateur regrette qu’on demande aux entreprises franciliennes de supporter le coût de cette promesse alors qu’elle devrait être prise en charge sur le budget du STIF.

L’harmonisation du taux du versement transport conduirait à prélever entre 500 et 800 millions d’euros de plus sur les entreprises franciliennes. « Augmenter le versement transport, ce serait encore alourdir la fiscalité des entreprises ! » déplore le sénateur. A l’heure où tout le monde s’accorde à vouloir favoriser la compétitivité de nos entreprises, « Ce serait un mauvais coup pour l’emploi en Ile-de-France ! »

Vincent Capo-Canellas conclut : « L’enjeu du Grand Paris Express est de favoriser l’attractivité de notre territoire et la croissance économique. Nous ne pourrons relever ce défi que si des investissements conséquents sont réalisés pour doter la métropole francilienne d’un réseau de transport performant. » »

Source : Communiqué de Vincent Capo-Canellas, Sénateur-Maire de la Seine-Saint-Denis

L’UCGF se mobilise pour faire entendre la voix des Conseillers Généraux dans les débats qui s’annoncent en 2013

new_UCGF_NewCommuniquePresse2013_« Alors qu’elle s’apprête à fêter en 2013 son 40ème anniversaire, L’Union des Conseillers Généraux de France, qui représente l’ensemble des conseillers généraux dans toute la diversité de leur appartenance politique et de leur territoire, s’est réunie en Assemblée Générale le 28 novembre dernier. A l’ordre du jour, le projet de loi sur la réforme du mode de scrutin, examiné le matin même en Conseil des Ministres. La question du scrutin binominal a suscité une réaction unanime de la part des conseillers généraux présents tous partis et tous genres confondus qui refusent que cette réforme se fasse sans concertation et sans avoir été consultés. Le Conseiller général ne saurait être la variable d’ajustement des réformes des collectivités territoriales des gouvernements successifs.« 

Source : communiqué UCGF

Seine-Saint-Denis : 18 collèges sans budget

9 janv 18  collèges refusent de voter leur budget18 collèges (sur 120) ont refusé de voter leur budget 2013, afin de protester contre la baisse de l’enveloppe de fonctionnement alloué par le Conseil Général de la Seine-Saint-Denis. Ces collèges seront ainsi sous tutelle.

La baisse serait de 7% environ, ce qui a un impact sur le déroulé de l’enseignement. Pour sa part, le Conseil Général rappelle que, via une mutualisation, le tarif du gaz a baissé de 15% et que l’enveloppe allouée au Plan Éducatif Départemental a été augmenté de 800 000 €.

Source : Le Parisien. Pour consulter l’article complet, cliquer sur l’image ci-contre.

%d blogueurs aiment cette page :