Archives du blog

Le conseiller départemental Mohamed Ayyadi s’adresse à Stéphane Troussel au sujet du décrochage scolaire

Monsieur Le President,

Notre département doit se donner les moyens de mener une politique ambitieuse en faveur de la réussite scolaire de notre jeunesse, elle doit montrer davantage qu’elle est une réelle priorité et plus particulièrement dans nos quartiers ou le décrochage scolaire est un phénomène bien ancré.

Comme vous l’avez rappelé lors de la séance du conseil départemental d’avril 2020, nous devons nous ressaisir de cette question plus prégnante aujourd’hui qu’elle ne l’a été par le passé. Nos efforts doivent se concentrer sur cette période post-confinement.

Le creusement des inégalités sociales va très certainement renforcer l’exclusion de certains élèves de nos dispositifs essentiels au maintien de l’égalité des chances pour chacun des élèves de notre département.

Les collectivités locales ont la responsabilité d’anticiper la recrudescence plus que probable, du décrochage scolaire dans nos établissements.

Dans cet optique, le gouvernement a présenté le dispositif « vacances apprenantes ». II permettra, entre autre, a des enfants identifiés comme décrocheurs de renforcer leurs apprentissages et remobiliser les savoirs fondamentaux.

Ce dispositif se matérialisera notamment, par l’ouverture d’établissements pendant les vacances estivales pour des activités de soutien scolaire mais également, des activités culturelles et sportives.

Le ministre de l’Education Nationale a indiqué vouloir privilégier les colleges situés dans les quartiers prioritaires. Ce dispositif sera doté d’un budget de 200 millions d’euros, avec pour objectif de toucher 400 000 élèves. Notre département présente les critères pour être eligible à ce dispositif.

Comme vous le savez, la ville d’Aulnay-sous-Bois, comprend plusieurs quartiers prioritaires, c’est la raison pour laquelle, je souhaiterai que la commune d’Aulnay-sous-Bois, s’inscrivent dans ce dispositif.

Aussi, je vous saurai gré de bien vouloir envisager, en relation avec le directeur académique des services de !’Education nationale, l’integration dans ce dispositif, des colleges : Victor Hugo, Claude Debussy, Pablo Neruda, Christine de Pisan, Gerard Philippe, Simone Veil, Le Parc

Je sais pouvoir compter sur vos engagements en faveur de l’Education et de notre jeunesse et suis disposé a vous rencontrer pour évoquer les modalités d’une intervention coordonnée avec les services de l’Etat.

Je vous prie de croire, Monsieur Le president, en !’expression de ma consideration distinguée.

Source : lettre du conseiller départemental Mohamed Ayyadi à Stéphane Troussel

Conflit entre le département de la Seine-Saint-Denis et Aulnay-sous-Bois concernant les crèches municipales

Bruno_Beschizza_SarkozyBruno Beschizza n’accepte pas la baisse des aides départementales aux crèches municipales et le fait savoir ! 780 000 €, c’est le manque à gagner pour les crèches de la ville en provenance du département présidé par Stéphane Troussel.

Bruno Beschizza a décidé de contre-attaquer et va distribuer 15 000 tracts pour dénoncer cette situation, devant les crèches et les écoles. Pour M. Beschizza, cette baisse pourrait coûter à la ville 60 places en crèches.

Séverine Maroun, 1ère adjointe et conseillère départementale, a lancé une pétition en ligne accessible en cliquant ici.

Stéphane Troussel ne croit pas au projet de bénévolat pour le RSA à Aulnay-sous-Bois

TRoussel_93Interrogé par Le Parisien, Stéphane Troussel, président du département de la Seine-Saint-Denis, qualifie de « coup de communication » les propos de Séverine Maroun de proposer 7 heures de bénévolat aux allocataires du RSA à Aulnay-sous-Bois.

Selon lui, bien que 10 agents municipaux sont chargés du projet d’insertion des allocataires du RSA, celui-ci est une allocation nationale gérée par le département. Par conséquent, la ville n’a pas d’autonomie ou de décision à prendre pour y insérer des conditions particulières.

Stéphane Troussel ajoute également souhaiter que le RSA soit « re-nationalisé », car des départements pauvres comme la Seine-Saint-Denis croulent sous les charges liées au RSA, alors que les plus riches s’en tirent mieux. A titre de comparaison, M. Troussel indique les habitants du 93 paient 152 € de leur poche pour un RSA de 525 €, alors que ceux du 92 n’en versent que 75€.

 

 

L’adjointe d’Aulnay-sous-Bois Séverine Maroun veut conditionner le RSA en Seine-Saint-Denis à l’obligation de bénévolat

Maroun

Maroun

Alors que le conseil départemental du Haut-Rhin a voté le conditionnement du versement du RSA à 7h00 de bénévolat obligatoire par semaine (ce qui est critiqué par l’Etat), la conseillère départementale Séverine Maroun souhaite mettre en place le même dispositif en Seine-Saint-Denis.

L’adjointe à Aulnay-sous-Bois a ainsi adressé un courrier à Stéphane Troussel, président du Conseil Départemental.  Elle lui demande de « réfléchir à mettre en place l’obligation pour le bénéficiaire (du RSA) d’effectuer au moins 7 heures de bénévolat au service de l’association de son choix ». Une offre similaire par rapport au Conseil Départemental du Haut-Rhin.

Pour Madame Maroun, une absence « quelconque activité est un frein à l’insertion professionnelle ». Cela« pourrait rassurer un employeur quant aux qualités professionnelles attendues». 100 000 habitants touchent le RSA en Seine-Saint-Denis

Stéphane Troussel estime quant à lui que « le RSA est une prestation de solidarité nationale » et que « toute mesure visant à départementaliser le RSA, qu’il s’agisse du montant de l’allocation ou du bénévolat obligatoire, crée une inégalité de fait entre les bénéficiaires du RSA, selon leur département d’origine ».

Est-ce que Madame Maroun arrivera à convaincre quelques élus de Gauche pour faire passer le projet (la Droite n’a pas la majorité dans le département) ?

Source : Le Parisien

10 ans après les émeutes qui ont enflammé les banlieues : Bruno Beschizza maire d’Aulnay-sous-Bois s’explique sur Europe 1

Bruno_Beschizza_SarkozyCe matin dans la matinale d’Europe 1, Bruno Beschizza revenait sur le 10ème anniversaire des émeutes de 2005. L’édile d’Aulnay explique :

  • Comment les dealers tiennent les cités et apportent indirectement un certain calme pour effectuer le trafique
  • Pourquoi il faut de l’activité et des entreprises pour faire revivre les quartiers
  • Comment les policiers font du bon boulot mais aussi pourquoi la justice est laxiste en relâchant les dealers 48 heures après leur interpellation

Pour écouter les propos de Bruno Beschizza (ainsi que ceux de Stéphane Troussel), cliquer ici.

Les élèves de 6ème de Seine-Saint-Denis auront bien un chèque de 200 € par le département

JusticeLe tribunal administratif de Montreuil a tranché : la délibération du département qui prévoit d’accorder pour chaque élève de 6ème dans les collèges publics de Seine-Saint-Denis obtiendront un chèque de 200 €. Cette délibération avait été attaquée par Hervé Chevreau (DVD, maire d’Epinay-sur-Seine) et par la droite départementale. Les élus de droite réclamaient le même dispositif pour les élèves de 6ème dans les établissements privés. 

La droite va certainement faire appel.

Source et article complet : Le Parisien

Les élèves de 6ème du public en Seine-Saint-Denis auront-ils le droit au chèque réussite ?

7emeCollege_AulnayRéponse ce vendredi avec un premier verdict du Conseil d’Etat. 200 € devaient être donnés aux collégiens de 6ème suite à une promesse de campagne des socialistes lors des élections départementales de 2015. Au total, 18 000 élèves devaient en bénéficier. Seulement le recours d’Hervé Chrevreau met à mal ce dispositif, puisque le Maire d’Epinay souhaite que les élèves du privé soient également bénéficiaires de la prime.

Source et article complet : Le Parisien

Le torchon brûle entre le département de la Seine-Saint-Denis et la ville d’Aulnay-sous-Bois sur les assistantes sociales

Bruno_Beschizza_SarkozyBruno Beschizza avait déjà il y a quelques mois indiqué qu’il revenait sur une convention signée entre la ville et le département à propos du partage des coûts sur l’action des assistantes sociales. Ce service, financé à 80% par le département et le reste par la ville (en plus des loyers et dépenses courante) est devenu une nouvelle bataille politique entre Bruno Beschizza et le président du département, Stéphane Troussel. Le Maire d’Aulnay-sous-Bois ne veut plus supporter un coût qui devrait, selon lui, être porté intégralement dans le budget du département.

Tous les détails sont dans Le Parisien.

Communiqué de la délégation contre la fermeture du centre de dépistage de la tuberculose

delegation_tuberculoseVendredi 19 juin 2015, une délégation composée de Miguel Hernandez, conseiller municipal PCF-Front de Gauche à Aulnay, Michel Lefebvre, responsable du POI sur la ville, et de représentants des 500 signataires de la pétition contre la fermeture du centre de dépistage de la tuberculose de l’Hôpital Ballanger, s’est présentée à l’entrée du Conseil départemental à Bobigny.

Deux lettres recommandées (LR/AR) étant restées sans réponse, une lettre ouverte à Stéphane Troussel, président du Conseil départemental, diffusée sur la ville, faisait savoir que si aucune réponse n’était donnée, la délégation se présenterait ce vendredi 19 juin à 10 h.

La délégation n’a pas été reçue par le Président du Conseil départemental, Stéphane Troussel (PS) ni par des élus mandatés.

Pourtant, l’actualité démontre l’importance du maintien des structures de dépistage de la tuberculose, qui est loin d’être une maladie éradiquée : un cas de tuberculose à l’école Nonneville d’Aulnay ; 5 CRS d’une caserne de Limoges atteints, …

Deux membres du cabinet du Conseil départemental et de Pierre Laporte, vice-président chargé de la Santé (Front de Gauche), nous ont expliqué :

« – Notre première lettre LR/AR ne leur a pas été communiquée, la seconde a été reçue tardivement et ils n’avaient pas retenu de notre lettre ouverte que nous nous présenterions ce vendredi à 10 h.

– Il ne fallait pas se tromper de cible : c’est l’Agence régionale de santé d’Ile de France (c’est-à-dire le Ministère de la Santé) et la Caisse Primaire d’Assurance-Maladie qui ont dénoncé en 2014 la convention qui les liait avec le Conseil général du 93, concernant les sept centres de dépistages de la tuberculose. L’ARS a exigé une réorganisation des centres de dépistage, le Conseil départemental a accepté de concentrer sur trois centres de dépistage (Montreuil, St Denis et Aubervilliers) , qui ont été modernisés, chaque centre devenant polyvalent.

Mais l’ARS refuse de verser les 1.3 millions d’euros promis pour les centres de dépistage, considérant qu’en Seine St Denis, ils coûtent trop cher comparativement à ceux du reste de l’Ile de France, et qu’il y a un manque de clarté dans les financements !

Selon le membre du cabinet, c’est tout le financement de la santé sur le département (dépistage des cancers, centres de sécurité sociale …) qui est remis en cause.

Lire la suite

Une délégation au conseil départemental ce jour contre la fermeture du centre de dépistage à Ballanger

Mycobacterium tuberculosisUne délégation avec Miguel Hernandez (Conseiller municipal PCF d’Aulnay), Michel Lefebvre, responsable POI et des 500  signataires de la pétition contre la fermeture du centre de dépistage de la tuberculose à l’hôpital Ballanger Aulnay se présentera aujourd’hui  à 10h00 devant le Conseil départemental 93 (Parvis de la Préfecture).

Elle exigera d’être reçue pour que Stéphane Troussel, président du Conseil Départemental 93, annule la fermeture des 4 centres de dépistage, dont celui d’Aulnay. Rappelons qu’un cas de tuberculose a été constaté sur l’école Nonneville !

Source : communiqué délégation

%d blogueurs aiment cette page :