Archives du blog

Le conseiller départemental Mohamed Ayyadi s’adresse à Stéphane Troussel au sujet du décrochage scolaire

Monsieur Le President,

Notre département doit se donner les moyens de mener une politique ambitieuse en faveur de la réussite scolaire de notre jeunesse, elle doit montrer davantage qu’elle est une réelle priorité et plus particulièrement dans nos quartiers ou le décrochage scolaire est un phénomène bien ancré.

Comme vous l’avez rappelé lors de la séance du conseil départemental d’avril 2020, nous devons nous ressaisir de cette question plus prégnante aujourd’hui qu’elle ne l’a été par le passé. Nos efforts doivent se concentrer sur cette période post-confinement.

Le creusement des inégalités sociales va très certainement renforcer l’exclusion de certains élèves de nos dispositifs essentiels au maintien de l’égalité des chances pour chacun des élèves de notre département.

Les collectivités locales ont la responsabilité d’anticiper la recrudescence plus que probable, du décrochage scolaire dans nos établissements.

Dans cet optique, le gouvernement a présenté le dispositif « vacances apprenantes ». II permettra, entre autre, a des enfants identifiés comme décrocheurs de renforcer leurs apprentissages et remobiliser les savoirs fondamentaux.

Ce dispositif se matérialisera notamment, par l’ouverture d’établissements pendant les vacances estivales pour des activités de soutien scolaire mais également, des activités culturelles et sportives.

Le ministre de l’Education Nationale a indiqué vouloir privilégier les colleges situés dans les quartiers prioritaires. Ce dispositif sera doté d’un budget de 200 millions d’euros, avec pour objectif de toucher 400 000 élèves. Notre département présente les critères pour être eligible à ce dispositif.

Comme vous le savez, la ville d’Aulnay-sous-Bois, comprend plusieurs quartiers prioritaires, c’est la raison pour laquelle, je souhaiterai que la commune d’Aulnay-sous-Bois, s’inscrivent dans ce dispositif.

Aussi, je vous saurai gré de bien vouloir envisager, en relation avec le directeur académique des services de !’Education nationale, l’integration dans ce dispositif, des colleges : Victor Hugo, Claude Debussy, Pablo Neruda, Christine de Pisan, Gerard Philippe, Simone Veil, Le Parc

Je sais pouvoir compter sur vos engagements en faveur de l’Education et de notre jeunesse et suis disposé a vous rencontrer pour évoquer les modalités d’une intervention coordonnée avec les services de l’Etat.

Je vous prie de croire, Monsieur Le president, en !’expression de ma consideration distinguée.

Source : lettre du conseiller départemental Mohamed Ayyadi à Stéphane Troussel

Mohamed Ayyadi interpelle le département et le Maire d’Aulnay-sous-Bois sur les assistantes sociales

Monsieur Le President, Monsieur Le Maire,

Comme vous le savez, notre pays traverse une crise sanitaire, économique et sociale sans precedent.

Notre département, qui est le plus jeune de France mais aussi le plus pauvre, paie un lourd tribut face a la pandémie.

Cette situation dramatique a intensifie les inégalités sociales mais aussi les inégalités entre les territoires dans la lutte contre le covid-19.

Je souhaite saluer ici l’action des acteurs du département, des communes ainsi que du tissu associatif qui ont su faire face avec courage et determination pour répondre a la détresse des Séquano-Dionisiens.

C’est dans cet esprit qu’il est aujourd’hui plus que nécessaire de renforcer l’offre de service public comme rem part efficace pour lutter contre les inégalités poussées par le coronavirus.

Apres deux mois de confinement, la situation s’est aggravée, avec des consequences sociales dramatiques pour des centaines de families – vous avez d’ailleurs évoqué, Monsieur le President, une augmentation des bénéficiaires du RSA depuis le mois de mars.

II est done extrêmement urgent de rétablir le fonctionnement du service social de notre ville.

En 2014, la municipalité aulnaysienne a pris la decision de mettre fin au service social de notre ville. J’avais d’ailleurs pris part a ce vote par discipline de groupe et c’est est l’une des nombreuses raisons qui m’avaient amène finalement a quitter la majorité de Bruno Beschizza.

Aujourd’hui, je sollicite votre bienveillance afin que nous puissions engager une discussion en vue de rétablir une convention sociale entre la ville d’Aulnay-sous-Bois et le Département de la Seine-Saint-Denis: c’est vital pour l’avenir des Aulnaysiens.

Les assistantes sociales sont essentielles dans le suivi et l’accompagnement d’un public fragilise qui va malheureusement s’accroître en raison de cette pandémie.

II est urgent que la ville et le département puissent travailler de concert dans le but de réduire les
souffrances qu’endurent chaque jour nos concitoyens les plus fragiles.

Pour ma part, je suis disponible et dispose a participer a !’elaboration et a la réussite de ce partenariat dont j’ai l’intime conviction qu’il sera bénéfique pour notre ville.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le President. Monsieur le Maire, !’expression de mes salutations distinguées.

Source : communiqué de Mohamed Ayyadi, Conseiller Départemental de Seine-Saint-Denis

Mohamed Ayyadi répond aux critiques et aux attaques envers l’association Citoyen de Demain

Après mûre réflexion, il ne m’est pas permis de rester silencieux lorsque la noblesse d’une action est remise en cause de manière artificieuse par les propos outrageux sur le blog Aulnay libre.

Sur le fond, mon engagement politique m’expose de fait à des critiques par des adversaires dont certains peuvent faire preuve de malhonnêteté intellectuelle.

Mais que l’on prenne pour cible une association et l’intégrité de son président qui œuvrent avec leurs modestes moyens m’est insupportable.

Les qualités humaines et professionnelles de Monsieur REZZAKI ne sont plus à démontrer.

Enseignant, Docteur en Chimie, récipiendaire des palmes académiques en reconnaissance de son engagement au service de l’Éducation Nationale, il est investi dans la vie associative de notre ville depuis de nombreuses années.

Monsieur REZZAKI a toujours oeuvré pour le vivre ensemble. Il en a fait un leitmotiv qu’il transmet à la jeunesse Aulnaysienne. Ses actions sont nombreuses : lutte contre l’échec scolaire, ateliers éducatifs et culturels, égalité fille-garçon, devoir de mémoire des génocides, actions de solidarités…etc.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’association « Citoyen de Demain » qu’il préside (et dont je ne suis ni membre ni adhérent) mène, avec ses modestes moyens, des actions en direction des personnes en grande difficultés, des personnels hospitaliers et personnels de secours en distribuant régulièrement des repas.

Pour ma part, j’y vois une formidable expression de solidarité et de cohésion sociale là où les esprits chagrins n’y voient que démagogie et trivialité.

Il y a un principe bien connu en science : le point de vue du sujet détermine sa vision de l’objet. Il est alors aisé d’identifier le point de vue de l’auteur de ces inepties. Ce dernier serait d’ailleurs bien inspiré de quitter son clavier et son pupitre de donneur de leçon pour contribuer par des actions concrètes à la solidarité nationale et locale qui s’organise tant bien que mal et très souvent à l’initiative d’associations aux modestes moyens. Soutenir les démarches citoyennes plutôt que critiquer : la municipalité ne pourrait-elle pas ouvrir les portes de sa cuisine centrale pour permettre la préparation de ces repas en cette période de fermeture des écoles ?

Cette crise sanitaire sans précédent et ses milliers de morts devrait nous guider vers plus de sagesse, d’humilité et de compassion. Pourtant, en cette triste période de confinement on ne peut que regretter que certains continuent à s’agiter dans leur bocal sur le ton de l’ironie et du mépris.

A croire que cette situation les laisse de marbre. Leur reste-t-il encore une once d’humanité ? Nous serions en droit d’en douter.

Je m’adresse solennellement à l’administrateur du blog « Aulnay Libre », pour le retrait de cette publication calomnieuse et contenant des contrevérités qui traînent dans la boue la dignité d’une association et de son président. De plus, l’auteur de cette publication sortirait grandi en présentant ses excuses au président de cette association.

Pour ma part, je continuerai à répondre présent à toute sollicitation visant à apporter ma modeste contribution en cette période de crise au service de l’intérêt général. Le fait d’être élu ne nous exonère pas d’être un citoyen à part entière et investi.

Je tiens à remercier et à saluer toutes les associations qui oeuvre dans l’ombre et tous les bénévoles qui font vivre cette formidable solidarité.

Je n’oublie pas les personnels de santé et de secours dont l’investissement est exemplaire et nous démontre la dimension régalienne de ces services.

A tous, je veux leur dire mon admiration et les assurer de mon soutien plein et entier.

Mohamed AYYADI
Conseiller Départemental

Incivilités, agressions, cambriolages…que fait la mairie d’Aulnay-sous-Bois ?

Illustration

Incivilités, agressions, cambriolages… Vous avez été nombreux à nous faire part de la situation qui se dégrade dans le quartier du Vieux-Pays et, plus largement, dans l’ensemble de la ville d’Aulnay.

Ces derniers jours, ce sont nos aînés qui ont subi des agressions ou des tentatives d’agressions. Les Aulnaysiens ne peuvent plus vivre dans la crainte de cambriolages ou d’agression. Les commerçants ne doivent plus vivre dans la peur que l’on porte atteinte à leurs outils de travail.

Nous avons alerté à plusieurs reprises le Maire et ses services pour qu’ils interviennent.

Vous trouverez au verso une copie du courrier que nous lui avons transmis.
Alors que notre ville est fortement équipée en matière de sécurité (3,4 millions € investis), l’insécurité est toujours là.

Il n’y a qu’à regarder dans les villes alentours où les cambriolages ont diminué de 33% au Blanc-Mesnil, de 20% à Bobigny, ou de 15% à Gagny !

Pourtant, à Aulnay, les chiffres restent sensiblement les mêmes, avec 263 cambriolages constatés en 2018, soit plus d’un cambriolage tous les 2 jours !

Bruno BESCHIZZA doit cesser la communication à outrance et défendre les Aulnaysiens. Cette autosatisfaction du Maire est inacceptable. Nous l’invitons à prendre par exemple le RER afin de constater le climat de peur aux abords de la gare d’Aulnay le soir.

Voilà la situation à Aulnay, voilà le quotidien des Aulnaysiens, alors que le Maire se plait à dire l’inverse dans son magazine « Oxygène » !

Nous vous tiendrons informés de la suite donnée, et nous nous tenons à votre entière disposition à l’adresse suivante : rpaulnay93@gmail.com

Source : communiqué RPE Aulnay

Val Francilia à Aulnay-sous-Bois : Benjamin Giami et Mohamed Ayyadi saisissent le préfet

Dans son édition de mars 2019, la mensuel « Oxygène » de la municipalité d’Aulnay fait état d’une réunion publique autour du projet Val Francilia qui verra le jour sur l’ancien site PSA. 

Intitulé « Val Francilia : la concertation commence », l’article évoque une réunion publique qui se tiendra jeudi 28 mars à 18h, avec un « nombre de places limité ». 

A l’heure de la mise en place d’une concertation nationale inédite, voulue par le gouvernement, force est de constater que la situation locale d’Aulnay-sous-Bois est aux antipodes de ce qui se fait à l’échelle de l’hexagone. 

Après de nombreuses critiques des riverains sur le devenir de la place Abrioux, sur le coût de la future piscine, ou encore sur le futur du parc ballanger, le Maire Bruno Beschizza persiste et signe : non seulement il n’a jamais abordé le futur de ce site en conseil municipal, mais il organise une réunion en catimini, avec un nombre de places limité, à l’autre bout de la ville.

Aucune information n’est communiquée sur les modalités d’inscriptions ou sur la façon dont la municipalité va sélectionner les habitants. 

Alors qu’un projet sans précédent de développement industriel, de mise en place de services publics divers et de création de logements doit voir le jour dans les prochaines années, une « concertation » est organisée parmi des personnes triées sur le volet. 

Est-ce ainsi que l’on construit le futur de notre ville, de notre département, et de notre région ? Comment peut-on annoncer une telle réunion alors que le sujet n’a même pas été abordé en conseil municipal ? 

Il est désormais urgent de tous nous rassembler autour d’un projet commun qui respectera les avis de chacun – riverains, élus, associations, acteurs publics et économiques. Bruno Beschizza ne peut décider seul et invoquer une prétendue concertation de la sorte. 

C’est la raison pour laquelle le groupe «  Rassemblement Pour Aulnay » a décidé de saisir le préfet de Seine-Saint-Denis pour l’alerter sur ce manque de concertation criant. Ce projet de Val Francilia ne doit pas se réaliser dans le dos des habitants et des forces vives de la ville.

Benjamin GIAMI
Conseiller municipal
Président du groupe
« Rassemblement Pour Aulnay »

Mohamed AYYADI
Conseiller départemental
Conseiller municipal

Les élus LREM / Agir ont profité de tarifs réservés aux agents pour déjeuner à la cuisine centrale d’Aulnay-sous-Bois

Trois élus d’opposition d’Aulnay-sous-Bois ont récemment déjeuné à la cuisine centrale de la ville, réservée au personnel communal. Problème : alors qu’ils ne sont pas agents, ils ont profité du tarif très préférentiel réservé au personnel municipal, soit 3,86 euros pour un repas complet, hors boisson. Or, le tarif d’un repas pour un non-agent est fixé à une douzaine d’euros – d’autant plus que le site n’est pas censé être accessible à tous.

es faits se sont déroulés le 29 janvier. Un agent de la cuisine centrale a fait remonter l’information à la municipalité pilotée par Bruno Beschizza (LR), lequel ne souhaite pas commenter l’information.

Mais, dans son entourage, on grince : « On ne va pas tirer sur l’ambulance… Ce qui s’est produit se passe de commentaire, surtout en cette période où l’éthique publique est sans cesse remise en cause, comme avec l’affaire Benalla ».

Les opposants disent ignorer la règle des tarifs préférentiels

Contactés, les opposants en question – Leïla Abdellaoui (LREM), Benjamin Giami (LREM) et Mohammed Ayyadi (Agir !) – se désolent de la polémique.

« Décidément, Bruno Beschizza n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent », ironise Leïla Abdellaoui, en référence aux « boules puantes » habituelles qui rythment l’année des élections municipales.

Tous les trois assurent qu’ils n’avaient pas connaissance de cette règle des tarifs préférentiels, votée lors d’un conseil municipal en juin 2016.

« Bien évidemment, si on avait su que ce tarif était réservé aux agents de la ville et non aux conseillers municipaux, nous aurions payé le tarif extérieur », insiste l’élue d’opposition. Qui tacle : « Ce que je note, c’est que ce déjeuner date de fin janvier, ajoute-t-elle. Les bonnes manières auraient voulu que le maire nous prévienne directement afin de régler la différence de… 8 € ».

Source et article complet : Le Parisien

Halte à la récupération politique ! À Aulnay-sous-Bois, il n’y a vraiment plus ni boussole, ni pilote !

Bruno Beschizza, en perte de vitesse dans la ville, il tente d’attirer éperdument les électeurs qui lui filent entre les doigts.

Alors qu’il a détruit, dès son élection, le ciment social construit depuis plus de quinze ans (suppression des assistantes sociales mises en place par le Conseil Général, ACSA vidée de ses moyens …), il se présente aujourd’hui comme le défenseur du petit peuple, allant jusqu’à enfiler un gilet jaune sur les marchés de la ville et courir tous les médias.

Alors que les besoins des habitants de notre ville sont de plus en plus délaissés et que l’exécutif municipal ne maîtrise plus aucun des grands dossiers et empile les erreurs, le maire cherche à faire une récupération politique inacceptable, lui qui a soutenu le candidat François Fillon qui proposait… une augmentation de 2 points de TVA ! Cherchez l’erreur…

Où allons-nous en matière d’urbanisme ? Quand le maire donnera-t-il tous les documents concernant les permis de construire délivrés depuis avril 2014 ?

Quid des projets immobiliers du quartier Mitry-Princet, de la Croix Blanche, du site PSA ?

A part de la communication à outrance et des inaugurations avant l’heure, il n’y a strictement rien de concret aujourd’hui et sans doute rien avant 2020.

Quels résultats réels en matière de sécurité alors qu’il en avait fait la colonne vertébrale de son programme de campagne et qu’il se présentait comme un professionnel ?

Quant à l’école, qu’a-t-il fait depuis 2014, à part l’augmentation des tarifs de cantine qui frappent les familles les plus modestes ?

Depuis l’affaire de l’école Esperance Musulmane de la Jeunesse Française et, dernière bourde en date, la délibération de soutien au CDG Express (qui reléguera encore plus le RER B déjà mal en point), Bruno Beschizza navigue à vue.

Il n’y a plus de pilote à Aulnay-sous-bois.

Il est temps que les forces vives de notre ville se rassemblent pour préparer les prochaines échéances.

Source : communiqué de Mohamed Ayyadi et de Benjamin Giami, conseillers municipaux  LREM à Aulnay-sous-Bois

Préparation aux élections. Déjà ? il n’est jamais trop tard pour bien ou mal faire, selon….

Une publicité électorale de M.Ayyadi à n’en point douter mais un discours déjà dispersé par tout candidat depuis, depuis des décennies, des dizaines de fois déjà vues, déjà lues et relues,   en fait peu d’innovation, il faut absolument se renouveler pour nous faire croire aux miracles :

« Contribution à l’amélioration de votre quotidien »

 Merci, c’est  super , un monde meilleur grâce à M. Ayyadi Mohamed….mais trop c’est trop, impossible d’être dupe quoique les foules sont souvent si malléables.

M.Ayyadi fait partie d‘un nouveau « rassemblement pour Aulnay » créé par 4 représentants, 3 nécessaires pour cette création mais 4, c’est mieux pour pouvoir jouer à …

Quelques précisions :

M Ayyadi, élu PR depuis 2014 , auprès de M.Beschizza,  démissionnaire de son poste d’adjoint et remplaçant automatique du Maire au poste de conseiller départemental en raison du cumul des mandats qui vient d’éditer donc son propre CV en solo,  étrange !

  1. Giami, élu PR depuis 2014 auprès de M.Beschizza, démissionnaire de son poste d’adjoint devenu LREM ou proche ? l’opportunité du moment et qui lors du dernier conseil municipal a critiqué le budget 2018 qu’il l’avait pourtant préalablement voté 4 fois, étrange !

J’ai entendu dire qu’il voudrait devenir Président de la République sous toute réserve bien entendu

Mme Abdellaoui, élue PS sous la mandature de l’ex Maire, M.Ségura je crois et élue PS de l’opposition sous la mandature actuelle, étrange !

Et une quatrième, invitée surprise (selon source du Parisien), Mme Fourgeray, ex élue PRG sous la mandature de l’ex maire,  et élue de l’opposition , étrange !

Bon, il faut de tout pour faire un monde : LR + PS +PRG + LREM = « Rassemblement pour Aulnay »

Donc en résumé, des élus démissionnaires de la majorité municipale du PR, PR qui se cherchent actuellement (mais des démissions aussi à l’époque du mandat précédent), des élus PS/PRG en mal de vivre aujourd’hui et des LREM ou pas loin ? les petits nouveaux du moment, des politiques qui s’opposaient par le passé, même récemment sur les bancs du conseiL municipal , mais ainsi que l’a déclaré M.Giami :

« Toutes les bonnes volontés sont bienvenues quelle que soit l’étiquette politique »

Soit un fourre tout pour accéder au pouvoir suprême ?

 Donc on prend toutes les orientations très divergentes de chacun, on oublie les divergences profondes  du passé, on les met dans un shaker, on secoue mais on secoue beaucoup car elles sont peu perméables et il en sort  «  le rassemblement pour Aulnay…» à base surtout de ….LREM puisque c’est le numéro gagnant du moment , ne dit-on pas que « la fin justifie les moyens » mais quelle fin ?

Ca au moins  c’est du « mieux  vivre ensemble »

Peut-on exprimer des doutes sur cette union de façade ? Donc, chacun jugera…

Source : contribution externe

Compte rendu des actions du Conseiller Départemental d’Aulnay-sous-Bois Mohamed Ayyadi

Le conseiller départemental LREM Mohamed Ayyadi travaille et le fait savoir. Vous trouverez en cliquant sur l’image ci-contre le compte-rendu de l’ensemble de ses actions sur le canton d’Aulnay-sous-Bois.

Les anciens amis de la majorité d’Aulnay-sous-Bois se déchirent, Olivier Attiori tire à boulets rouges sur les dissidents

Ils étaient au départ 43. Ils ne sont plus que 41, car 2 anciens membres de la majorité municipale ont quitté le navire, à savoir Benjamin Giami et Mohamed Ayyadi. Ce dernier est toujours conseiller départemental en Seine-Saint-Denis, mais tout comme Benjamin Giami, il a rejoint La République En Marche d’Emmanuel Macron.

Comme on le sait déjà, en politique, l’amitié et la considération sont deux notions bien éphémères. Tantôt on se tape dans le dos et on s’embrasse en public, puis pour un simple désaccord de point de vue, on fini par se fair littéralement conspuer, dénigrer.

C’est en tout cas l’avis du fidèle et très prolixe (sur les réseaux sociaux) Olivier Attiori, qui n’a que très peu de considération pour ses deux anciens camarades politiques.

En répondant à Marc Masnikosa, cadre LREM à Aulnay, M. Attiori explique :

« Finalement et si je comprends ton raisonnement, vous avez ramassé les canards boiteux des @lesRepublicains, même à #Aulnay ! Que dire…euh merci« 

En précisant plus loin suite à des interrogations de M. Masnikosa :

« Bah j’ai oublié leur nom, mais tous ceux qui se prétende « progressiste » et ont abandonné la majorité municipale pour bifurquer chez vous en attendant des jours meilleurs, comme la plupart des @enmarchefr. tellement insignifiants que j’ai oublié leur nom« 

Insignifiants, canards boiteux… tels sont les propos tenus par un membre de la majorité municipale vis-à-vis de deux anciens membres de la majorité. Comme quoi la politique a vraiment un arrière goût spécial…

Pourtant, M. Ayyadi avait été l’une des personnes influentes de M. Beschiza lors de la campagne des municipales 2014, et M. Giami avait su monter une partie du sud de la ville contre Gérard Ségura (ex-Maire PS) contre son projet d’immeubles dans le quartier Croix-Blanche.

Ne peut-on pas être adversaire politique tout en se respectant, en s’appréciant ?

%d blogueurs aiment cette page :