Archives du blog

Le printemps arrive à grands pas et avec lui, l’entretien des jardins et des espaces verts

Les oiseaux se mettent à chanter, et si le temps est toujours pluvieux avec des risques de gelées, le printemps est dans toutes les têtes avec cette époque si particulière. Le printemps pourrait devenir le point de départ de l’après covid, avec l’arrivée du bon temps et surtout, une grande partie des personnes à risques vaccinées.

Celles et ceux qui ont un jardin savent à quel point l’entretien des arbres, de la pelouse et des parterres naturels est une préoccupation au quotidien. On reconnait une famille heureuse à l’entretien de l’extérieur d’une maison, ou à la gaieté des balcons pour une famille qui vit dans un appartement. L’entretien d’une collectivité locale comme une ville fait partie des signes sur le bien-être des administrés et la bonne gestion de cette commune.

En parlant d’espaces verts, outre les pépinières et le personnel, il est important, voire indispensable, d’avoir des équipements de bonne facture. Et s’il y a bien un poste à ne pas négliger, c’est bien évidemment dans le matériel où il ne faut pas lésiner dans les moyens. Faucheuses, broyeurs de végétaux, aspirateurs à feuilles, éventuellement souffleuses… Car si le printemps apporte son soleil et sa faune en pleine effervescence, tailler les arbres, les arbustes et se débarrasser de la mauvaise herbe font partie du fardeau à consentir pour avoir des espaces agréables, boisés, rafraîchissants quand vient le moment de l’été.

Bien entendu, après l’été viendra l’automne et ses traditionnelles feuilles qui tombent sur le sol, sans oublier ,es glands, les marrons, les noisettes et autres graines qui font de nos chemins un parcours semé d’embûche. Et si la période est propice au bétonnage et à la destruction des grands feuillus pour mettre des arbres en pot, il est impossible de détruire tous les espaces verts, quoique nous ne sommes pas totalement à l’abri de cette folie.

Source : contribution externe

Les arbres du quartier de Nonneville à Aulnay-sous-Bois sont mal entretenus

Une lectrice du quartier de Nonneville nous informe que plusieurs arbres de ce secteur sont mal entretenus, avec des herbes folles qui poussent aux pieds.

Notre lectrice souhaiterait un peu plus de considération de la part des espaces verts pour embellir son quartier et éviter que ces arbres ne servent que d’urinoir pour les chiens.

A moins que les riverains du quartier ne prennent leur bêche et leur binette pour entretenir ces rares espaces de végétation, un désherbage et pourquoi pas, quelques fleurs ne seraient pas du luxe selon notre lectrice.

Le quartier du Gros Saule à Aulnay-sous-Bois en passe de devenir une forêt vierge par manque d’entretien ?

Une lectrice nous relate ses inquiétudes quant au manque d’entretien des espaces verts dans le quartier du Gros Saule à Aulnay-sous-Bois. Selon elle, le quartier est oublié par la commune d’Aulnay-sous-Bois. 
Les arbres et les buissons ne sont plus coupés, la végétation sauvage gagne du terrain. Toujours selon notre lectrice, les terrains concernés appartiennent pour partie au bailleur 3F, qui rejette la faute sur la mairie d’Aulnay, qui a son tour la rejette sur 3F.
Cette citoyenne d’Aulnay qui habite dans le quartier du Gros Saule depuis 35 ans n’a jamais vu son quartier dans un état aussi lamentable. Elle regrette de payer des impôts quand elle constate son environnement proche. De plus, elle éprouve désormais une honte quand elle fait venir des amis ou de la famille des communes alentours dont les quartiers sont en général bien mieux entretenus.
Une honte pour la ville d’Aulnay-sous-Bois selon elle, ville fleurie mais surtout ville abandonné. Elle souhaite désormais que la mairie prenne le sujet à bras le corps car bientôt, les habitants du quartier ne pourront plus ouvrir leurs fenêtres ou sortir, sans oublier la présence en grand nombre de rats.

Pourquoi la décoration florale est parfois si austère à Aulnay-sous-Bois avec des parterres à l’abandon ?

Alors que la ville annonce fièrement plusieurs projets de végétalisation, on remarque que certains parterres comme les deux situés près du collège Simone Veil ne sont pas régulièrement entretenus. « C’est lamentable de voir comment ils sont laissés à l’abandon« , nous explique une riveraine. Et de constater également que le tour des arbres plantés au niveau de la rue Albert Ballet, de la rue de Reims et de toutes les rues adjacentes est laissé à l’abandon, avec des herbes folles qui y poussent.

Notre lectrice constate également qu’à l’automne, les pommes d’ornement servent de projectiles aux collégiens. Et de préciser : « Il vaudrait mieux y mettre des paillis au moment de l’entretien, quand il a lieu! Et c’est rare…« .

%d blogueurs aiment cette page :