Archives du blog

Le policier au Blanc-Mesnil Arnaud B. qui aurait tué sa compagne était atteint de troubles psychiatriques

Après la découverte macabre du corps d’une femme de 28 ans dans sa baignoire de son logement situé rue David-d’Angers dans Paris 19e, de nombreuses questions se posent sur le passé du policier Arnaud B. en poste au commissariat du Blanc-Mesnil. Celui-ci serait armé, dangereux et conduirait une Peugeot 208 de couleur blanche.

Alors que les recherches sont en cours, de nombreuses informations nous parviennent sur le passé de ce policier apparemment fragile et violent. Avant son entrée au commissariat du Blanc-Mesnil, Arnaud B. était affecté à la compagnie territoriale de la circulation et de la sécurité routière de Seine-Saint-Denis (CTCSR). On apprend qu’en 2018, Arnaud B. avait fait une tentative de suicide après une déception amoureuse.

Hospitalisé dans une unité psychiatrique d’un hôpital de Seine-et-Marne, Arnaud B. était suivi de près par les médecins et avait dû rendre son arme (qu’il n’a récupéré que récemment). Outre ces troubles, Arnaud B. était connu pour ses accès de violence contre sa compagne, si bien qu’il avait été mis en garde-à-vue. Il a suivi un programme spécifique pour lutter contre les violences faites aux femmes, mais avait pu garder son poste.

Arnaud B. est aujourd’hui injoignable, son téléphone étant éteint.

Un groupe venu d’Aulnay-sous-Bois sème la pagaille lors du concert du rappeur Jul, supporter de l’OM, à l’AccorHotels Arena Paris

Le rappeur marseillais Jul était à Paris à l’AccorHotels Arena pour rencontrer ses fans parisiens. Mais la fête a été gâchée par une poignée d’imbéciles. Des scènes d’émeutes ont été observées à l’entrée et à l‘intérieur de la salle de spectacle parisienne avant, pendant et après le concert le mercredi 13 novembre, quatre ans après les attentats qui ont ensanglanté Paris et endeuillé la France. Présente sur place, Chloé nous a livré son témoignage. “Vers 19h, il y a eu une émeute à l’extérieur. Une trentaine de personnes a commencé à allumer des fumigènes. Ils ont cherché à forcer le passage. Ce qu’ils n’ont pas eu à faire puisqu’ils sont rentrés dans la salle comme dans du beurre.” Plusieurs personnes ont été tabassées et ont eu le crâne en sang selon les témoignages recueillis.

Joints par notre journaliste Ambre Godillon, le Collectif Ultras Paris (CUP) et ses leaders nient toute implication ou revendication dans ces évènements. Les jeunes individus auteurs des actes seraient, toutefois et en partie, bien issus d’un groupe membre du Collectif Ultras Paris, qui auraient décidé de ces exactions de leur propre chef.

Selon plusieurs témoignages recueillis par la rédaction de Yahoo, un groupe venu d’Aulnay-sous-Bois (93) aurait également participé aux violences commises à l’intérieur de la salle.

Source et article complet : Yahoo

%d blogueurs aiment cette page :