Publicités

Archives du blog

Le Club D’éducation canine Du Nord Est Parisien d’Aulnay-sous-Bois menacé d’expulsion

Le Club D’éducation canine Du Nord Est Parisien (CDDNEP) d’Aulnay-sous-Bois, situé dans le quartier de Balagny à proximité de l’autoroute A3, est menacé d’expulsion par la municipalité. L’un des cadres du CDDNEP nous a contacté et nous a fait part de sa surprise lorsque le club, qui fête ses 80 ans cette année, a reçu une lettre d’avis d’expulsion il y a quelques jours.

Le club fait circuler une pétition qui a reçu 400 signatures. Vous pouvez apporter votre témoignage et votre soutien en cliquant ici.

Paradoxalement, le cadre du club nous a raconté, non sans amertume, que Gérard Gaudron, alors maire d’Aulnay-sous-Bois, et son adjoint Alain Ramadier (aujourd’hui candidat aux législatives 2017) avaient rendu visite au club en 2007 pour ses 70 ans. A cette époque, le CDDNEP était bien perçu…

Publicités

Le propriétaire condamné à reloger une famille sans-papier qu’il avait expulsé à Aulnay-sous-Bois

mona_aulnay

Le Parisien

Mona et ses enfants pourront retourner dans leur sous-sol du pavillon situé dans le quartier Tour Eiffel à Aulnay-sous-Bois. C’est ce qu’a décidé le tribunal d’instance de la ville en statuant pour la réintégration de la famille Egyptienne (les trois enfants sont nés en France). Cette famille avait été expulsée pour défaut de paiement de loyer le 2 août dernier.

Alors que la famille clame avoir payé pendant des mois un loyer de 1 050 € par mois, sans quittance et en liquide, le fils du propriétaire – et en même temps son avocatexplique au Parisien que la famille avait été logée provisoirement à titre humanitaire, par gentillesse, et que c’est suite à une insulte au propriétaire qu’ils ont été mis à la porte.

En France, l’expulsion de locataires ne peut se faire que par voie judiciaire, qui peut durer des années, toute expulsion manu-militari étant illégale. La famille va donc pouvoir réintégrer son logement moyennant une quittance de 400 € par mois.

Le propriétaire est également condamné à verser 600 € de dommages et intérêts et 600 € pour les frais d’avocat.

Bruno Beschizza quant à lui a écrit à la procureure de la république pour protester contre cette pratique, et souhaite que la justice soit moins clémente. Cependant, le sous-sol étant impropre à une habitation (règles du PLU), la famille risque de se retrouver dans l’illégalité face à une mairie qui souhaite pourtant la protéger.

 

Mona et ses 3 enfants à la rue après une expulsion à Aulnay-sous-Bois, le propriétaire relâché

mona_aulnay

Le Parisien

La famille Egyptienne qui avait élu domicile chez un compatriote avait été expulsée suite à des loyers impayés. Cela avait ému la ville et la classe politique, représentée par la 1ère adjointe, Séverine Maroun.

Depuis Mona et ses 3 enfants (1 an, 3 ans et 5 ans) errent dans les rues, changeant régulièrement de domicile. Le propriétaire, interpellé et mis en garde à vue le soir de l’expulsion, a été relâché faute d’éléments. Le Parisien revient sur cette tragédie, que l’on peut résumer ainsi :

  • Mona était entré illégalement en France pour rejoindre son mari, en 2008. Tous deux sont Egyptiens
  • La famille logeait dans un 20 m² à Paris mais avec les enfants, il fallait trouver plus grand
  • La famille a élu domicile à Aulnay, quartier Tour Eiffel, chez un compatriote
  • La famille payait en liquide son loyer, sans bail, sans encadrement, dans un sous-sol
  • La famille n’a plus payé et 3 mois après, profitant d’une ballade, le propriétaire change les serrures et empêche la famille de retourner à son domicile
  • Si le propriétaire n’est pas pour l’instant inquiété, la ville veut le poursuivre pour non respect des règles d’urbanisme en vigueur dans le secteur
%d blogueurs aiment cette page :