Archives du blog

Le prix du gaz et de l’électricité, un casse-tête pour les logements mal isolés ?

Le conflit en Ukraine nous rappelle combien l’énergie est une arme géopolitique majeure pour de nombreux pays fournisseurs comme la Russie. Une grande partie de l’énergie provient de la combustion des matières fossiles comme le gaz ou le pétrole, dont l’Europe est fortement dépendante. Si l’Allemagne est bien plus touchée que la France par rapport à la fourniture du gaz Russe, tout montre que le moindre incident international majeur peut conduire à une flambée des prix, impactant les ménages dont certains ont déjà du mal à boucler les fins de mois.

Dans ce contexte incertain où la hausse du prix de l’énergie met à rude épreuve les nerfs de tout un chacun, la nécessité de revoir la qualité de l’isolation de son logement, mais aussi l’obligation de se tourner vers sources alternatives pour satisfaire le besoin en énergie sont indispensables pour maîtriser son budget. Les maisons anciennes sont souvent considérées comme des passoires énergétiques qui peuvent être remises au goût du jour avec des travaux d’isolation dont il vous est possible d’obtenir des crédits d’impôts.

Mais au-delà de l’aspect qualité de l’isolation thermique, qu’en est-il de l’énergie et quelles sont les possibilités qui vous sont offertes pour répondre à vos besoins de chauffage (que ce soit des pièces ou de l’eau) ?

Parmi les différentes possibilités, il y a :

  • Le fioul qui n’est certainement plus au goût du jour et dont le coût peut varier considérablement d’une année à l’autre. La chaudière au fioul doit être entretenue par un professionnel (coût d’entretien). De nombreux dispositifs existent pour inciter les ménages à abandonner le fioul pour une énergie plus respectueuse de l’environnement
  • Le gaz (de ville, propane ou butane). C’est l’énergie préférée des Français avec pour la majorité des ménages des tarifs régulés. Le gaz est moins polluant que le fioul mais nécessite aussi un entretien annuel pour la chaudière. Il existe des chaudières à condensation haut rendement qui permettent de réduire l’impact sur l’environnement
  • L’électrique (radiateurs) qui, à défaut de retrouver une chaleur uniforme du gaz ou du fioul, permet de s’abstenir d’entretien particulier. Il existe des radiateurs à fluide dont le rendement est très important
  • L’appoint convecteur ou poêle que l’on place dans la salle principale et qui permet de limiter l’usage du gaz ou du fioul

A cela s’ajoutent des dispositifs comme l’usage de panneaux solaires ou photovoltaïques et qui permettent non seulement de réduire la facture d’électricité, mais aussi de faire un geste pour l’environnement. Le retour sur investissement est de l’ordre de 12 à 15 ans tandis que la durée de vue du dispositif est de 20 ans. Il faut cependant penser à nettoyer régulièrement les panneaux pour éviter une perte au niveau du rendement.

Si vous êtes en pleine réflexion par rapport à vos factures énergétiques, sachez qu’il existe de nombreuses aides de l’Etat qui vous permettront de franchir le pas. Un logement mal isolé, une énergie inadaptée et des appareils mal réglés peuvent engendrer une perte de plusieurs centaines d’euros par an, autant d’argent que vous auriez pu investir ou économiser pour vos vacances.

Source : contribution externe

La transition énergétique, une utopie ou une réalité à portée de main ?

A l’heure où les énergies fossiles sont dans le collimateur des écologistes et où les prix volatiles mettent à rudes épreuves de nombreux foyers précaires, la transition énergétique semble tomber à point nommé. Mais est-ce que la transition énergétique est à la portée de toutes et de tous ?

Alors que de nombreuses personnes, y compris des écologistes, préfèrent la voiture diesel à la voiture électrique, alors que de nombreux foyers continuent de se chauffer au fioul ou au gaz sans chaudière à condensation, alors que le président Macron a promis de construire de nouveaux réacteurs nucléaires, cette transition semble avoir du plomb dans l’aile.

Pourtant, avec un minimum de recherche, un petit investissement au départ et une modification à minima de son mode de vie, on est libre tout un chacun de participer activement à cette transition énergétique. Comme l’indique ce site, de nombreux artisans RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) peuvent proposer leurs services pour changer une vieille chaudière en chaudière à condensation à haut rendement énergétique, une centrale au fioul par une chaudière à granulés ou encore remplacer de vieux radiateurs électriques de type grille-pain en radiateurs électriques modernes à fluide, capables de maintenir une certaine chaleur même une fois éteints.

Cette transition énergétique permet de recevoir quelques avantages comme des crédits d’impôts si le foyer est éligible. Cette transition doit également prendre en compte la partie isolation du logement (notamment au niveau du toit où les déperditions sont les plus importantes, mais aussi le changement des fenêtres simple vitrage par des fenêtres double ou triple vitrage en dépose totale). Il reste beaucoup à faire dans l’hexagone comparé à d’autres pays bien plus avancés comme en Allemagne où les logements sont en moyenne bien mieux isolés, sollicitant bien moins les centrales électriques en période hivernale, notamment lors des pics de froid.

Avec un minimum de volonté politique, une sensibilisation bien en amont dans le cursus scolaire et une campagne rondement menée, la France peut réduire son retard et rentrer pleinement dans l’ère de la transition énergétique. Si les aides permettent à certains de faire le premier pas, des actions coercitives pourraient également pousser les réfractaires à être plus nobles en termes de respect de l’environnement. Enfin, il ne faut oublier que quelques gestes au quotidien permettent de réduire notre empreinte carbone : baisse de la température ambiante dans la maison (18 °C est une bonne température), ne pas prendre sa voiture pour faire moins de 1 km sauf pour faire ses courses, acheter des appareils électriques faible consommation… Il suffit d’un rien pour faire un monde meilleur !

Source : contribution externe

Les habitants d’Aulnay-sous-Bois peuvent aussi bénéficier du programme d’isolation des combles à 1 €

On est en été, les chaleurs sont encore bien présentes mais pourtant, l’hiver se pointe progressivement à l’horizon. Avec ses grandes zones pavillonnaires, Aulnay-sous-Bois fait partie de la zone éligible du programme d’isolation des combles à 1 €.

Ce programme est destiné aux bâtiments de plus de 2 ans. Pour y profiter,  le revenu fiscal de référence de votre ménage doit être inférieur aux plafonds suivants :

  • Foyer de 1 personne : 19 875 €
  • Foyer de 2 personnes : 29 171 €
  • Foyer de 3 personnes : 35 032 €
  • Foyer de 4 personnes : 40 905 €
  • Foyer de 5 personnes : 46 798 €
  • Par personne supplémentaire : + 5 882 €

Si votre maison a moins de 2 ans et si votre foyer fiscal est inférieur ou égal au barème ci-dessus, alors vous allez pouvoir réaliser des économies substantielles. En effet, le programme d’isolation des combles à 1€ vous permettra non seulement de gagner en confort notamment pendant les nuits froides ou les journées caniculaires, mais vous allez également réaliser des économies de chauffage. Les déperdition d’énergie s’effectue en effet, en grande partie, par le toit. Vous pouvez réaliser jusqu’à 30% d’économies sur votre facture de chauffage en renforçant votre isolation.

Le programme d’isolation des combles à 1 € pour laquelle la ville d’Aulnay-sous-Bois est éligible n’est pas qu’un geste économique, c’est aussi un geste supplémentaire pour l’environnement. A l »heure où les été sont de plus en plus chaud, où l’empreinte carbone des activités humaines est de plus en plus perceptible (fonte de la banquise, disparation de glaciers…), cette petite contribution pour notre planète ne sera pas de trop.

Si vous constatez une trop grosse consommation de combustible l’hiver, si votre facture ne cesse d’empirer et si vous ressentez du froid en période de gel ou de vent, il est temps pour vous de renforcer votre isolation. L’isolation peut s’effectuer de l’intérieur, ne insérant de la laine de verre à dérouler, de la laine à souffler, ou encore de fines couches isolantes qui ont des propriétés plus performantes mais dont le coût est plus important. Les principales matières que vous pourrez utiliser sont :

  • La laine de roche
  • La ouate de cellulose 
  • La laine de mouton, la laine de coton, le liège expansé, la laine de chanvre
  • Les isolants minces

Comme vous pouvez le constater, vous avez l’embarras du choix.

%d blogueurs aiment cette page :