Archives du blog

Hadama Traoré s’adresse au premier ministre concernant Mickaël Harpon et la gestion dramatique de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Bonjour Mr Le premier ministre,
Je m’appelle Hadama TRAORÉ et je suis le co-fondateur d’un mouvement citoyen et politique nommé « La révolution est en marche ». Je le décris comme un mouvement philosophique basé sur la « métaphysique politique ».

Depuis janvier 2018, nous alertons le président de la république sur la gestion dramatique de la ville d’Aulnay-Sous-Bois, par le Maire LR, Mr Bruno BESCHIZZA. 

Suite à la réponse négative du président de la république, nous nous sommes tournés vers vous en votre qualité de chef du gouvernement. Je vous ai notamment sollicité au sujet des agissements de certains policiers en désaccord avec le code de déontologie et l’exemplarité que requiert le métier. Je vous avais transmis des propositions à mon sens élaborées, afin de travailler sur un rapprochement police – population. Vous m’avez répondu et je vous en remercie.

Lors de l’affaire « Mickaël HARPON », le mouvement LREEM a été contacté par la « communauté des sourds et malentendants ». Ils nous ont certifiés que Mickaël HARPON n’était pas une personne radicalisée. Nous avons rencontré plusieurs de ses proches, dont une policière en activité à la préfecture de police de Paris. Très proche de lui, elle nous a confirmé ce que les sourds disent à propos de Mickaël HARPON et notamment son mal être à cause du traitement qu’il subissait au travail.

Au vu des éléments que nous avions en notre possession,  mais également compte tenu de notre encrage sur le territoire Français et de l’attente des personnes sourdes et malentendantes que nous accompagnons depuis 3 ans, nous nous devions de prendre position. Nous avons choisi d’intervenir au nom de la liberté d’expression. J’ai souhaité mettre en place une mobilisation qui nous a été interdite. Et pourtant les motifs en avaient été clairement exprimés auprès de la préfecture et ce n’était en rien pour défendre un crime.

J’ai par la suite été interpellé à tort le mercredi 8 octobre 2019 vers 18h pour apologie du terrorisme devant mes proches.

À ma sortie de garde à vue, j’ai été atteint psychologiquement. Noirci, dénigré et calomnié par tous nos partenaires. S’en est même suivi des désaccords avec mes proches. Pour me relever j’ai dû puiser dans ma croyance aux valeurs de la nation française mais également dans la force du droit.

Le 30 octobre 2019, Jean-Charles Brisard, directeur du Centre d’analyse du Terrorisme, annonce que la piste d’un attentat terroriste est exclue. Je vous ai alors sollicité afin d’être réhabilité. Vous m’avez répondu en m’affirmant que le ministre de l’intérieur Mr CASTANER sera mis au courant. Cette demande a bien été portée auprès de Mr CASTANER et de nouveau je tiens à vous en remercier.

Cependant, la réponse de Mr CASTANER n’était pas à la hauteur du préjudice que j’ai subi. Elle est même pour moi incompréhensible. Mr CASTANER disposait en sa possession de tous les éléments prouvant notre véritable intention. Mr CASTANER en date du 8 octobre 2019, s’était permis d’effectuer un message incendiaire lourd de conséquence. Mon avocate Maître SCEMAMA a renvoyé une lettre dans le but d’avoir une audience avec Mr CASTANER. Il était question de discuter des répercussions de son message sur Facebook.

Depuis Mr Jean MESSEHA, le porte-parole du Rassemblement National s’est permis de me qualifier de criminel. Mr Bruno BESCHIZZA le Maire de la ville d’Aulnay sous-bois en pleine campagne électorale pour les municipales, où j’étais candidat, a fait allusion au fait que j’ai été arrêté pour apologie du terrorisme.

Je sais que vous êtes actuellement près des français et françaises afin que nous sortions d’une crise sanitaire sans précédent. Malheureusement, je suis dans l’obligation de vous solliciter car j’ai besoin d’être réhabilité politiquement pour me présenter à la présidentielle 2022. J’en appelle à votre vœu de protéger l’ensemble des Français que ce soit dans le cadre d’une crise sanitaire ou suite à la désinformation politique. 

Dans l’attente de vous lire, je vous prie de croire en l’expression de ma haute considération.

Ps : Le lien amazone de mon livre écrit suite à ma mise en garde à vue pour apologie du terrorisme. Mon livre se nomme « je les accuse de désinformation » :

https://www.amazon.fr/BANLIEUES-ACCUSE-DESINFORMATION-HADAMA-TRAORE/dp/B084DGX144

Hadama Traoré répond à une tribune de Louis Aliot (Rassemblement National) le concernant

À la suite de la tribune de Louis ALIOT, député du Rassemblement national, parue le 9 octobre 2019 sous le titre « Hadama Traoré : symbole des renoncements français » et illustrée par ma photographie, je tiens à apporter à vos lecteurs et lectrices les précisions suivantes.

Cet article comporte de fausses informations et me prête des propos que je n’ai jamais tenus, des positions que je n’ai jamais exprimées, de telle sorte qu’il est de nature à porter atteinte à mon honneur et ma considération.

En premier lieu, je suis présenté comme un « ennemi de la France », « défiant ouvertement l’état », ou encore comme « symbole de (…) la faillite de l’intégration en France ». Né en France, français, les combats que je mène au travers du mouvement que j’ai co-fondé, La Révolution Est En Marche, me placent bien au contraire en ardent défenseur des valeur républicaines.

Critiquer l’état et ses défaillances ne fait pas de moi un de ses ennemis.

Je laisse à l’auteur de la tribune que vous avez publiée les amalgames incompréhensibles auxquels il s’est livré ou les accointances qu’il me prête, lesquelles accréditeraient ses thèses.

En second lieu, je suis accusé dans cet article d’avoir « lancé un appel à manifester en faveur du terroriste islamiste Mickaël Harpon » ou d’être « le gardien de la mémoire de l’ignoble assassin Mickaël Harpon ».

J’y suis encore accusé de compter parmi ceux qui font l’apologie du terrorisme et de l’assassinat de policiers.

Je n’ai jamais, d’une quelconque manière, apporté mon soutien à Mickaël HARPON ou aux actes qu’il a perpétrés.

Immédiatement après les attentats, j’ai condamné avec vigueur l’horreur des attaques de celui qui est alors présenté comme un terroriste islamiste, tout en m’associant à la douleur des familles et des proches.

Engagé auprès des sourds et des malentendants, j’ai cependant pris l’initiative d’une enquête auprès des proches de Mickaël HARPON, tant dans son milieu personnel que dans son milieu professionnel.

J’ai alors proposé une autre thèse que celle avancée : la thèse d’une folie meurtrière motivée par un mal-être, souhaitant ouvrir de nouveaux débats que nos dirigeants n’étaient pas prêts à soulever.

Mon appel à la mobilisation ne portait que sur la désinformation qui entourait cette tragédie.

Enfin, aujourd’hui, il ne fait plus aucun doute que les meurtres des fonctionnaires de la Préfecture ne peuvent être rattachés d’une quelconque manière à une organisation terroriste islamiste.

Il semble que le geste de Mickaël Harpon soit davantage la conséquence d’un « délire mystique et suicidaire », « sur fond de frustration professionnelle, aggravée par son handicap de surdité ».

Peu nombreux sont les médias qui ont relayé cette information qui conforte mon analyse.

Emporté par la force de mes convictions, je n’ai peut-être pas mesuré l’émotion que susciterait le rassemblement auquel j’ai appelé.

Mais mon message ne pouvait souffrir d’aucune mauvaise interprétation. Que vos lecteurs sachent que pour l’heure, aucune suite n’a été donnée au placement en garde à vue pour apologie du terrorisme dont j’ai fait l’objet.

Source : droit de réponse de Hadama Traoré

Hadama Traoré placé en garde à vue menace pour acte d’intimidation sur une personne exerçant une fonction publique

Hadama Traoré, militant associatif de La Révolution est en Marche et habitant à Aulnay-sous-Bois, a été placé en garde à vue pour « menace, acte d’intimidation sur une personne exerçant une fonction publique ou d’utilité collective, menace de crime contre les personnes et outrage ».

M. Traoré avait appelé à manifesté en faveur de Mickaël Harpon, terroriste présumé qui a tué 4 policier à la préfecture de Paris. Un nouveau coup dur pour M. Traoré, déjà poursuivi par la justice suite à des plaintes du ministère de l’intérieur et du maire d’Aulnay-sous-Bois.

La manifestation de soutien à Mickaël Harpon, terroriste présumé qui a tué 4 policiers, annulée au grand dam d’Hadama Traoré

Hadama Traoré, militant politique de la Révolution est en Marche, souhaitait organiser à Gonesse une manifestation de soutien à Mickaël Harpon, personne soupçonnée de terrorisme qui a tué 4 policiers à la préfecture de Paris.

Bien que le préfet ne souhaitait pas au départ interdire cette manifestation qui a fait des remous dans la classe politique, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a tapé du poing sur la table et a ordonné d’interdire cette manifestation.

Si Hadama Traoré avait condamné l’acte qui a provoqué la mort de 4 policiers, il voulait laver l’honneur de Mickaël Harpon, estimant qu’il n’était ni un terroriste ni un musulman radicalisé, et que son handicap avait provoqué son geste. Dans une vidéo, il indiquait vouloir « cracher à la gueule » de celles et ceux qui insultaient l’image de Mickaël Harpon.

Selon les dernières informations, des vidéos de décapitation ont été retrouvées sur l’ordinateur de Mickaël Harpon, qui fréquentait une mosquée connue pour des positions radicales.

%d blogueurs aiment cette page :