Archives du blog

Théo Luhaka, jeune violemment blessé lors d’une interpellation à Aulnay-sous-Bois, sort un album

Théo Luhaka est handicapé à vie suite à une interpellation musclée de la police en 2017 dans le quartier de la Rose des Vents. Le jeune homme tente désormais de se reconstruire et se lance dans une carrière musicale en sortant son premier album. 

Sur BFM, il explique :

« C’était plus une thérapie personnelle. Parce que pour avancer, il faut savoir parler. Beaucoup de gens me demandent comment je vais. Ça n’ira plus jamais, dans le sens où je suis handicapé à vie. Je pourrai toujours aller mieux qu’hier. Mais ça n’ira plus jamais comme avant.« 

Reste à savoir s’il trouvera le succès escompté.

Un simple blâme pour les deux policiers renvoyés devant les assises pour l’affaire Théo à Aulnay-sous-Bois ?

Deux des trois policiers poursuivis pour «violences volontaires avec circonstances aggravantes» à l’encontre de Théo Luhaka, lors de son interpellation, le 2 février 2017 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ont été entendus ce mercredi lors d’un conseil de discipline.

Renvoyés aux assises mais punis d’un simple blâme par leur hiérarchie ? La sanction proposée à l’issue du conseil de discipline de deux des trois policiers poursuivis pour « violences volontaires avec circonstances aggravantes » dans l’affaire Théo ne manquera pas de faire parler.

Les deux agents, dont l’auteur du coup de matraque télescopique ayant entraîné une rupture du sphincter anal du jeune homme, ont été entendus ce mercredi.

« Cette instance consultative dans le processus de sanction administrative a rendu un avis en proposant un blâme, explique une source proche du dossier. Il appartient désormais au préfet de police de confirmer ou d’infirmer cet avis. »

Selon nos informations, le conseil de discipline a suivi la proposition la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne. Aucune décision n’est prise à ce stade mais toujours selon nos informations, Didier Lallemant jugerait la sanction trop faible au regard des faits.

Source et article complet : Le Parisien

Théo Luhaka victime d’une arrestation brutale à Aulnay-sous-Bois pousse Mbappé à s’engager plus

Victime d’une violente interpellation policière en 2017 – qui avait déclenché « l’affaire Théo » -, cet ex-apprenti footballeur avait alors reçu le soutien de plusieurs joueurs connus. Il se réjouit des récentes prises de position des footballeurs français sur des sujets sociétaux.

Il était jusqu’à ses 22 ans et ce 2 février 2017 Théodore Luhaka. Il est devenu, malgré lui, le temps de quelques semaines, « l’Affaire Théo ». Il y a trois ans, cet animateur sportif, aux rêves de footballeur professionnel, était interpellé à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dans le cadre d’un contrôle d’identité. Une séquence qui a changé sa vie. Le 26 novembre dernier, trois des quatre policiers en charge ce jour-là du contrôle ont été renvoyés devant une cour d’assises pour « violences volontaires ». Cette affaire avait, à l’époque, suscité de très vives réactions et poussé le président de la République d’alors, François Hollande, à se rendre au chevet de Théo Luhaka.

Source et article complet : L’Equipe

La démonstration implacable d’une lourde série de manquements policiers à Aulnay-sous-Bois concernant Théo

Dans une décision qui intervient après trois ans d’enquête sur ce dossier de violences policières, la Défenseure des droits pointe une liste édifiante de comportements contraires à la déontologie des forces de sécurité, à tous les niveaux de la hiérarchie.

« Petite altercation avec des jeunes, ramenez-nous un petit véhicule ! » Quand le message du gardien de la paix B. passe sur les ondes de la police d’Aulnay-sous-Bois ce jeudi 2 février 2017, l’affaire ne paraît pas très sérieuse. Presque banale. Un après-midi d’hiver comme un autre sur la dalle située devant le centre culturel de la ville, lieu habituel du trafic de drogue de cette ville de Seine-Saint-Denis. Aux pieds du chef d’équipage qui s’exprime à la radio, gît pourtant un jeune homme de 22 ans, mains menottées dans le dos. Théodore Luhaka est très grièvement blessé après avoir reçu un coup de matraque au niveau de l’anus.

Une « petite altercation » donc, qui a donné naissance à « l’affaire Théo », un dossier emblématique des violences policières ayant provoqué des émeutes urbaines et l’intervention du chef de l’Etat, François Hollande, qui s’était rendu au chevet du jeune homme. Alors que l’information judiciaire est sur le point d’être clôturée, la Défenseure des droits, Claire Hédon, publie, mardi 24 novembre, une « décision », que Le Monde a pu consulter. Il s’agit d’un travail d’enquête de plus de trois ans, mené par une équipe de juristes qui a eu accès à l’ensemble du dossier d’instruction, aux rapports de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), à des documents administratifs inédits et qui ont auditionné toutes les personnes impliquées.

Il ne s’agit pas pour l’institution de se prononcer sur les infractions commises dans cette affaire mais d’évaluer l’intégralité des faits au regard du code de la déontologie qui régit l’action des forces de l’ordre et de proposer des sanctions au ministère de l’intérieur. Le débat judiciaire a jusqu’à présent gravité principalement autour de la blessure anale du jeune homme, qui gardera une infirmité à vie et autour de la qualification de viol aggravé, retenue lors de l’ouverture de l’information judiciaire, et abandonnée ensuite par le parquet dans ses réquisitions. La procureure de la république a demandé en octobre 2020 le renvoi de trois des quatre fonctionnaires impliqués devant la cour d’assises pour violences volontaires.

Source et article complet : Le Monde

Théo Luhaka, blessé à l’anus en 2017 lors d’une interpellation à Aulnay-sous-Bois, sort de son silence

Le parquet de Bobigny a indiqué mercredi avoir demandé que trois policiers soient jugés par une cour d’assises pour « violences volontaires » à l’encontre du jeune homme.

Absent des médias depuis plusieurs mois, Théo Luhaka, grièvement blessé lors d’une interpellation policière à Aulnay-sous-Bois en 2017, est sorti de son silence ce dimanche. Invité sur le plateau d’Affaire suivante, celui qui est devenu un symbole des violences policières a notamment réagi à la demande du parquet de Bobigny, mercredi, du renvoi devant les assises de trois policiers pour « violences volontaires » sur le jeune homme.

Le 2 février 2017, Théo, à l’époque âgé de 22 ans, avait été gravement blessé par un coup de matraque télescopique au niveau de la zone anale lors d’un contrôle de police dans la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois. Le jeune homme en a gardé des séquelles irréversibles, notamment une incontinence demandant une prise en charge quotidienne.

Source et article complet : BFM TV

Affaire Théo à Aulnay-sous-Bois, trois policiers renvoyés devant les assises

En février 2017, Théo a été grièvement blessé suite à une intervention policière à Aulnay (Seine-Saint-Denis). Trois policiers sont renvoyés aux assises annonce le parquet.

Alors que les faits remontent à février 2017, personne n’a oublié à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et encore moins dans la cité des 3 000. C’est au coeur de cette cité que Théo Luhaka a été grièvement blessé lors de son interpellation, le 2 février 2017.

C’est un nouveau rebondissement, ce mercredi 7 octobre 2020, dans l’affaire Théo puisque le parquet de Bobigny a annoncé dans un communiqué avoir « requis le renvoi de trois policiers devant les assises ».

Source et article complet : Actu.fr

Le procès des 4 policiers ayant interpellé Théo à Aulnay-sous-Bois va pouvoir commencer

Le juge d’instruction attend désormais les réquisitions du procureur pour renvoyer les quatre policiers mis en examen dont un pour viol devant la justice. Le procès pourrait avoir lieu en 2021.

rois ans après les faits, l’enquête est enfin bouclée. Le juge d’instruction chargé de l’affaire Théo, du nom du jeune homme qui avait reçu un coup de matraque au niveau de la zone rectale lors d’une arrestation à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, a en effet terminé ses investigations, ouvrant ainsi la voie à un procès, selon nos informations. Quatre policiers sont mis en examen, dont l’un pour viol.

Le magistrat attend désormais les réquisitions du procureur pour renvoyer les policiers devant la justice. Le fonctionnaire qui a porté le coup de matraque sera-t-il jugé pour viol ? C’est la question juridique au cœur de ce dossier. Pour les médecins, l’arme a heurté la bordure de l’anus sans le pénétrer. Le viol pourrait donc ne pas être retenu.

Mais les policiers pourraient malgré tout être jugés aux assises pour « violences ayant entraîné une infirmité permanente« . Car selon la toute dernière expertise, le jeune Théodore Luhaka aura des séquelles à vie. Il souffre notamment d’incontinence.

« Des faits extrêmement graves »

Pour son avocat maître Antoine Vey, peu importe la qualification de l’infraction, « ce qui importe c’est qu’on ne puisse pas banaliser des faits extrêmement graves« . Et l’avocat de rappeler que 27 coups de matraque et de pieds ont été portés contre son client. 

Source et article complet : RTL

Des policiers auraient eu des propos racistes contre Théo Luhaka à Aulnay-sous-Bois, Castaner attaque

Selon StreetPress, des policiers auraient tenu des propos racistes ou humiliants contre Théo Luhaka suite à son interpellation musclée à Aulnay-sous-Bois.

Une enquête est en cours, Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a décidé vendredi de saisir la justice concernant l’affaire des messages, commentaires et montages racistes et sexistes publiés par des policiers et des gendarmes dans un groupe Facebook privé. 

Théo Luhaka, jeune d’Aulnay-sous-Bois blessé lors d’une interpellation, estime avoir subi le racisme

Un peu plus de trois ans après un contrôle policier à Aulnay-sous-Bois lors duquel il avait été grièvement blessé, Théodore Luhaka s’est lancé dans l’écriture de morceaux de rap. Celui qui avait reçu une visite de soutien du président de la République de l’époque, François Hollande, à son chevet d’hôpital, avant d’être dans le collimateur de la justice pour une affaire d’«escroquerie en bande organisée», prévoit la sortie de son album pour le mois de juin. Il devrait servir à financer, comme l’a rapporté le 26 mai Le Parisien, un projet associatif que Théo mène avec l’association très critiquée SOS Racisme.

Entre autres thèmes abordés dans ses textes, le jeune aulnaysien revient sur son quotidien depuis les blessures physiques qu’il a subies, décrivant son état d’esprit face aux événements qui ont suivi. «J’remercie les vrais en temps de crise, maintenant c’est la « remontada », tu connais l’objectif, faites passer ce massage à ceux qui m’ont trahi», raconte-il par exemple dans l’un de ses morceaux, cité par le quotidien francilien. «Ils oublient ce que j’ai subi parce que je souris, ils m’ont traité de voleur, menteur, fraudeur, ils m’ont traité de sale nègre, de dealer, ils ont sali ma famille, nous ont condamnés au pire», écrit-il encore.

Source et article complet : RT

Nouvelle cabale contre l’ancien commissaire d’Aulnay-sous-Bois Vincent Lafon

Dans la nuit de samedi à dimanche à l’Île-Saint-Denis, une personne qui vraisemblablement venait de commettre un vol sur un chantier a été appréhendé par une patrouille de police, alors qu’il tentait de fuir en plongeant dans la Seine. Dans une vidéo, on entend des policiers rire et proférer des propos racistes après avoir arrêté l’individu.

Suite à la diffusion de cette vidéo, deux policiers ont été suspendus le temps que l’enquête fasse le nécessaire. Et cette nouvelle affaire cause de nouveau des tracas à l’ancien commissaire d’Aulnay-sous-Bois, Vincent Lafon, qui est aujourd’hui commissaire à Asnières-sur-Seine et chef de district dans le département des Hauts-de-Seine.

Un commissaire de terrain, proche de ses hommes mais conspué par ses détracteurs

Que ce soit pendant le mouvement des gilets jaunes ou pendant le confinement, des « bavures » policières ont été commises, avec des personnes frappées parfois sans raison, des personnes âgées plaquées au sol et des jeunes interpellés manière « Inspecteur Harry ». Pourtant, jamais les commissaires responsables des hommes ayant commis ces actes n’ont été inquiétés. Pourtant, certains médias comme Le Parisien tirent à boulets rouges sur le commissaire Lafon, qui n’était pas présent au moment des faits (il se trouvait sur l’autre rive de la Seine, sur le terrain, pour accompagner ses hommes).

Nous avions rencontré M. Lafon qui nous avait accordé une interview au sein du commissariat d’Aulnay-sous-Bois, interview que vous pouvez (re)découvrir ci-dessous :

M. Lafon nous avait expliqué son métier, les difficultés du terrain, ses missions d’investigation, sa prévention auprès des habitants, les difficultés logistiques, les tensions dans les quartier, le manque de respect pour les forces de l’ordre… Une chose est sûre, Vincent Lafon, malgré son grade, est un homme de terrain. Cependant, il s’est retrouvé dans la tourmente suite à une interpellation brutale d’un automobiliste il y a près de 10 ans. Il fut de nouveau dans la tourmente avec l’affaire Théo (une vidéo prise d’une caméra de vidéo surveillance montrait que Théo Luhaka s’était rebellé lors de l’interpellation. Vincent Lafon n’était pas présent au moment des faits). Puis c’est maintenant au tour de cette nouvelle interpellation, à l’Île-Saint-Denis, où Vincent Lafon se retrouve de nouveau sous les feux des projecteurs, alors qu’il n’était pas présent sur la vidéo.

Une personnalité qui cristallise les émotions

Bien entendu, Vincent Lafon n’est certainement pas exempt de défauts. Sa méthodologie principalement axée sur le terrain et l’action, son franc parler qui ne plait pas aux personnalités politiques et son tempérament qui gêne ses supérieurs lui donnent cette « popularité ». On pourrait lui reprocher sa personnalité et sa volonté d’agir, là où d’autres commissaires ne souhaitent prendre aucun risque pour ne pas altérer leur carrière.

Exercer dans les forces de l’ordre dans les quartiers parfois difficiles où les forces de l’ordre sont mal perçues n’est pas un long fleuve tranquille. D’autant plus que les moyens mis à disposition aux policiers ne répondent pas aux besoins du terrain, comme l’en atteste la vidéo de la visite guidée du commissariat d’Aulnay-sous-Bois par ce même commissaire Lafon :

En attendant, nous ne jetterons pas la pierre à M. Lafon, et nous laisserons les enquêteurs faire leur travail avant de critique. S’il est véritablement lié à cette affaire, laissons la justice rendre le verdict. En attendant, est-ce vraiment le moment de jeter un commissaire en pâturé compte-tenu des relations tendues entre la police et les jeunes de certains quartiers ?

%d blogueurs aiment cette page :