Archives du blog

Effets indésirables post vaccination… Pourquoi le déni et les censures ?

Pour en être au 7ème groupe, c’est que les 6 premiers ont été censurés et arbitrairement fermés, précisément dans le pays des droits de l’homme et du droit d’expression !  La censure pratiquée dans une supposée démocratie devrait toujours interpeller  et inquiéter…..

Le vécu de ces personnes est réel,  bien que tout soit mis en œuvre pour que ces témoignages soient censurés, supprimés ou niés. A chacun de s’informer et de ne pas prendre pour argent comptant la propagande acharnée qui nous est servie pour que le maximum de personnes se vaccinent. Au moins vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été informés ou que vous ne saviez pas  que les injections contre le covid pouvaient engendrer de graves effets indésirables, certains irréversibles et provoquer des décès  ! A chacun, qu’il soit fait  comme il a choisi…..     

Collecte et Article  rédigé  du 12  au 20 mai  2022  par Catherine  Medioni

Une pétition réclame qu’une enquête soit menée pour déterminer les effets indésirables de la protéine spike

Un congrès scientifique pas comme les autres vient de se dérouler en France : le 2e International Covid Summit, accueilli par le directeur de l’IHU Méditerranée, Didier Raoult. En se refusant à rejeter a priori quelque hypothèse de recherche que ce soit, ce congrès aura soulevé des questions qui méritent d’être étudiées et débattues plus largement au sujet des vaccins anti Covid.

Les arguments proprement scientifiques à ce sujet ne manquent pas. Ainsi, Robert Malone, pionnier de la technologie ARN messager, se demande pourquoi la protéine spike générée par les vaccins semble rester dans le corps beaucoup plus longtemps que prévu (avec des conséquences néfastes).

Les effets délétères de la protéine spike dans le corps suite à une infection par le covid ou l’injection d’un vaccin ARN messager méritent d’être étudiés attentivement et en toute objectivité.

Mobilisons-nous pour que les Haut Conseil de la santé publique, le Sénat et l’Assemblée Nationale consacrent une enquête de fond à ce grave sujet de santé publique, qui nous concerne tous.

Sources : 
https://www.laselectiondujour.com/congres-des-conspis-ou-cri-de-conscience-scientifique-linternational-covid-summit-n1552/

lien pour signer et soutenir  la pétition :

https://www.mesopinions.com/petition/sante/congres-conspis-cri-conscience-scientifique-international/177276

Publié  le  11  mai  2022  par  Catherine  Medioni

Les morts fœtales sont en recrudescence depuis le déploiement de la vaccination de masse aux États Unis

Le Dr Peterson Pierre,  membre de l’association America’s Frontline Doctors  a présenté des données concernant le taux de mort fœtale par vaccin administré aux États-Unis, et celles-ci ont mis en évidence un pic des cas depuis que les vaccins COVID-19 sont administrés aux femmes enceintes.

Il a également indiqué que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont enregistré 550 millions d’injections de COVID administrées, avec 3.725 morts fœtales déclarées.  Cela signifie qu’il y a eu un décès fœtal pour 147 651 injections. 

En revanche, il note qu’il y avait eu quatre milliards de piqûres administrées pour d’autres vaccins au cours des années 2006 à 2019, avec 1.368 décès fœtaux, soit un décès fœtal pour 3 millions de piqûres.   » Donc, si vous faites le calcul, vous vous rendez compte que depuis que les injections de COVID sont disponibles, il y a eu une augmentation de 1.925% des décès fœtaux », a-t-il déclaré. 

Environ 23 des 32 futures mères ayant reçu des vaccins Pfizer COVID ont subi des « avortements spontanés » ou des fausses couches, selon la réponse de Pfizer et de la Food and Drug Administration (FDA) à la loi sur la liberté d’information, telle que rapportée l’année dernière. 
On constate également  Une multiplication par plus de 50 du nombre de grossesses extra-utérines qui entraînent également la mort du fœtus.  La plupart des femmes enceintes ne remarquent pas les symptômes de la grossesse extra-utérine à un stade précoce, car si elle présente les signes et symptômes habituels de la grossesse, celle-ci ne peut se poursuivre normalement, l’œuf fécondé se développant à un endroit inapproprié. 

Au Canada, le Lions Gate Hospital a déclaré qu’il constatait habituellement un décès de mort-né par mois, mais en novembre de l’année dernière, 13 décès de mort-né ont été enregistrés en 24 heures. Les CDC ont également indiqué que les injections de COVID ont des effets sur la fertilité, tout en reconnaissant que les résultats des études à long terme en cours ne sont pas encore disponibles.

l’experte en vaccins Pamela Acker et l’ancien dirigeant de Pfizer Michael Yeadon  ont déclaré que les femmes en âge de procréer, en particulier celles qui sont enceintes ou qui allaitent, devraient rejeter complètement les vaccins COVID-19.

 »  Vous ne donnez jamais, au grand jamais, des médicaments, des produits médicinaux, insuffisamment testés, à une femme enceinte  « , a déclaré Yeadon. 

La base de données du gouvernement  des États Unis a montré, jusqu’au 18 mars,  une augmentation sans précédent du nombre de décès  et de blessures enregistrés à la suite de l’administration des vaccins COVID-19 au cours des 15 derniers mois   depuis leur mise en place . Les statistiques ont montré une augmentation massive des effets indésirables signalés, notamment des accidents vasculaires cérébraux (+68.000 %), des maladies cardiaques (+44.000%) et des décès (+6.800%). 

les experts suggèrent  et recommandent donc des études supplémentaires concernant les décès fœtaux associés aux vaccins, en particulier pour les femmes qui ont été vaccinées au début de leur grossesse.

Article  rédigé  le  13  Avril  2022  par  Catherine  Medioni

Le Sénat auditionne ce jour un collectif de femmes traversant des désordres gynécologiques après leur vaccination 

Journée très attendue par de nombreuses femmes regroupées dans un collectif dénommé : «  où est mon cycle ? », le Sénat va mener une enquête pour vérifier que leurs doléances liées à l’apparition d’effets indésirables gynécologiques consécutifs aux injections contre le virus du Covid sont fondées et doivent faire l’objet d’investigations plus poussées.

Règles anormalement abondantes, inexistantes  ou intermittentes, cycles perturbés et fantaisistes,  douleurs pelviennes lancinantes, caillots de sang à la taille inédite… De nombreuses femmes affirment que leur cycle menstruel a été perturbé après qu’elles aient été vaccinées contre la Covid 19. Le collectif Où est mon cycle ?, lancé par Mélodie, ébéniste, en recense déjà plus de 300 sur son compte Twitter. Le collectif a déjà été auditionné le lundi 4 avril au Parlement européen.

Plusieurs d’entre elles vont donc apporter leur témoignage et relater les désordres constatés sur leurs menstruations, dont une Marseillaise qui a dû subir une hystérectomie.

«  J’ai fait ma deuxième vaccination début août et quinze jours après j’ai commencé à avoir des douleurs extrêmement fortes qu’on peut comparer à des douleurs d’accouchement, non-stop jour et nuit et qui ont duré pratiquement trois semaines.  »  Raconte-t-elle.

Souffrant de douleurs intenses, la jeune femme consulte plusieurs médecins.  Les examens révèlent une adénomyose, une endométriose touchant  l’utérus.  Intolérante au traitement hormonal et sans médicament qui ne la soulage vraiment, Julie décide de faire une chirurgie pour apaiser ses souffrances.  «  L’ablation de l’utérus, c’est la seule solution qui se présentait à moi  », affirme-t-elle. 

«  J’ai trouvé un chirurgien qui a accepté de me faire une hystérectomie et depuis j’ai retrouvé une vie normale.  »  Les premières douleurs sont apparues peu de temps après l’injection du vaccin. 

Pour elle, le doute n’est plus permis, le sérum a eu des conséquences néfastes sur sa santé.

D’après l’agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM), 152.302 cas d’effets indésirables ont été rapportés par les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) depuis le début de la vaccination et 4.432 d’entre eux concernaient les troubles menstruels. 

Sur France 3, Julia Maruani, gynécologue libéral et hospitalier à Marseille dit «  qu’il y a des mécanismes qu’on ne connaît pas sur la vaccination et sur les effets sur l’utérus  ».  En février 2022,  le docteur  Kate Clancy, anthropologue médicale à l’Université de l’Illinois  s’est inquiétée la première au sujet d’un éventuel  lien entre règles plus douloureuses et abondantes, et vaccin anti-covid. Ayant eu elle-même des règles anormalement abondantes après avoir reçu une première dose du vaccin Moderna, la scientifique a lancé une enquête conjointe avec sa consœur, la Dr Katharine Lee, post doctorante à l’École de médecine de l’université de Washington. Les chercheuses ont alors recueilli plus de 13 000 témoignages. Les résultats n’ont pas encore été publiés.

Le Sénat parviendra-t-il  à mettre en lumière les désordres gynécologiques constatés pas les femmes vaccinées après avoir subi leurs injections ? Il faudra sans doute attendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois avant de prendre connaissance de leurs analyses et conclusions …

Article  rédigé  le  6  avril  2022  par  Catherine  Medioni

Eudravigilance  au 12 Février 2022

L’effet indésirable suspecté  renseigne sur la gravité.  Il peut être classé comme  « grave » s’il correspond à un événement médical qui entraîne la mort, met la vie en danger, nécessite une hospitalisation, entraîne une autre affection médicalement importante ou prolonge une hospitalisation existante, entraîne une invalidité ou une incapacité persistante ou importante.

Publié  le  23  Février  2022  par  Catherine  Medioni

Plus de 100 000 cas d’effets indésirables suite à l’injection d’un vaccin contre le Covid-19 en France

Déjà trois doses et plus de 50 millions de Français avec un schéma vaccinal complet, d’après les chiffres du ministère des Solidarités et de la Santé. La vaccination contre le Covid-19 s’est accélérée depuis la première dose en décembre 2020 injectée à l’hôpital René-Muret de Sevran, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Plus d’un an après, quels sont les principaux effets secondaires de ces nouveaux vaccins ? On fait le point.

« Une grande majorité des cas déclarés sont des effets non graves, par exemple des réactions comme de la fièvre, une inflammation locale, de la diarrhée, des vomissements », précise l’Agence nationale de sécurité du médicament (l’ANSM). Sur le mois de décembre 2021, pour l’ensemble des vaccins, 75 % des effets indésirables étaient non graves contre 25 % graves. Des chiffres similaires au début de la vaccination.

Source et article complet : Paris Normandie

La blogueuse d’Aulnay-sous-Bois Aurore Buselin témoigne des effets secondaires du vaccin Covid et de ses difficultés

Aurore Buselin

Le sujet de la vaccination et de ses effets secondaire est un débat clivant en France. Beaucoup de témoignages anonymes ou non vérifiables alimentent les réseaux sociaux, mais qu’en est-il de personnes clairement identifiables ?

Notre consoeur d’Aulnay Relais Infos nous fait part de son témoignage sur son expérience avec la vaccination et de ses effets indésirables en vidéo. Aurore est une personnalité locale parfaitement identifiable et sincère dans ses témoignages. En résumé :

  • Aurore et son mari ont connu des effets indésirables parfois graves mais s’en sont remis
  • Pas de connaissances proches décédées suite au vaccin
  • Pas de volonté de faire une 3e dose car privation des libertés et mauvaise expérience avec les deux premières injections
  • Pass sanitaire inacceptable
  • Pressions du gouvernement pour la vaccination jugées disproportionnées

La vidéo de l’interview est accessible ci-dessous :

Pétition pour une commission d’enquête sur les effets indésirables des vaccins Covid-19

Notre lectrice Murielle nous fait part d’une pétition demandant une commission d’enquête sur les effets indésirables des vaccins Covid-19 que nous partageons volontiers. Bien entendu, la rédaction Aulnaycap reste neutre sur ce dossier et est prête à partager les informations des personnes en faveur des vaccins :

« Messieurs, mesdames les Sénateurs,

Considérant que les AMM du produit Pzifer/BioNTech sont provisoires et conditionnelles,

Considérant le principe de précaution qui a été appliqué pour Moderna et Janssen, entre autres, par nos voisins européens, après seulement 1 décès.

Considérant le dernier rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament qui fait état de 906 décès reconnus comme directement imputables au Comirnaty (soit le taux de mortalité le plus élevé de tous les produits disponibles),

Considérant le droit de chacun de disposer d’un consentement libre et éclairé ; ce qui implique que le médecin est tenu de présenter clairement au patient tous les risques d’une conduite thérapeutique. Nota : le consentement doit être libre, c’est-à-dire en l’absence de contrainte, et éclairé, c’est-à-dire précédé par une information.

Nous, citoyens de France, demandons solennellement au Sénat, d’ouvrir une commission d’enquête sur les effets indésirables du produit Pfizer, principalement utilisé sur notre territoire dans le campagne vaccinale.

Cette commission d’enquête devra être indépendante (comprenons bien : excluant tout médecin ou chercheur lié par contrat ou intérêt aux entreprises pharmaceutiques) et permettra de présenter au public une information claire et objective des risques encourus en cas d’acceptation de la vaccination.

Nous, citoyens de France, demandons à ce que, au nom du principe de précaution, la campagne de vaccination soit suspendue tout comme les principes du Pass sanitaire qui, dans ses dernières disposition, induit une vaccination universelle obligatoire.

Vous remerciant d’avance de l’intérêt porté à cette demande.« 

Pour signer la pétition, cliquer ici.

Effets indésirables, cela continue, Hélas

Exemple de dissonance cognitive abondamment pratiquée par nos dirigeants

Comment rester sourd et aveugle à ces témoignages de citoyens anonymes ? Croyez-vous qu’ils inventent leurs déboires pour juste le plaisir de contredire la propagande du gouvernement ? Personnellement j’accueille ces témoignages comme sincères et honnêtes et je ne doute pas un seul instant de leur authenticité.

Article rédigé le 12 novembre 2021 par Catherine, traqueuse de faits cachés et censurés

Des vaccinés consentants ou contraints parlent….. ( 2 )

les témoignages déjà publiés et ci-dessous sont suffisamment éloquents pour ne pas persister à prétendre que la vaccination n’a pas d’effets nocifs ni à retardement sur la santé humaine !

Est-il nécessaire de vous préciser que sur les centaines de témoignages postés chaque jour, je n’en capture que quelques uns donnant un panorama le plus exhaustif possible des dérèglements sanitaires qui surviennet après la vaccination ? Pourquoi les médias écrits et télévisuels n’en parlent jamais ? Cet omerta est inadmissible et scandaleuse et je la dénonce haut et fort !

Captures d’écran et article rédigé le 3 Septembre 2021 par Catherine  Medioni

%d blogueurs aiment cette page :