Publicités

Archives du blog

La FCPE et la RPE à Aulnay-sous-Bois se mobilisent contre le non-remplacement des enseignants absents

Tract 26 mars_FCPE_NNCe samedi 26 mars, une grosse mobilisation de la FCPE et des RPE de nombreuses écoles d’Aulnay-sous-Bois est attendue. Cette manifestation aura lieu devant l’Inspection Académique à 9H00, avenue Anatole France. Les manifestants nous font part du ras-le-bol des parents et des enseignants face aux non-remplacements des enseignants absents dans les écoles de la ville.
Tous les parents ont été invités à  rejoindre cette manifestation.
Le non-remplacement des enseignants absents engendre de nombreux problèmes dans les écoles, à savoir :
  • La répartition tous les matins par les directeurs/directrices des enfants dans d’autres classes. 1 enseignant absent c’est 27 enfants à repartir. Lorsque 4 ou 5 sont absents (comme à l’école du parc pendant les mois de janvier et février),  c’est donc 135 enfants à repartir sur les 5 classes restantes !
  • Une grande dégradation de la qualité et de la continuité des cours.
  • De grandes difficultés pour les enseignants restant à gérer des classes de plus de 40 élèves

Source : communiqué FCPE Ecole Nonneville à Aulnay-sous-Bois

Publicités

Les deux classes de Clis de l’école Nonneville 2 à Aulnay-sous-Bois ne délocaliseront pas à Gagny

ecole_nonneville_aulnayEn tout cas, au moins jusqu’en septembre 2016. C’est une victoire de l’ensemble des parents d’élèves qui se sont battus contre ce projet, mais aussi d’une partie du personnel d’enseignement, plutôt hostile à cette démarche qui s’est effectuée en dehors d’une concertation approfondie.

Le Directeur Adjoint de la DSDEN a lui-même annoncé la décision de surseoir à ce projet. Dans le communiqué de la FCPE Nonneville accessible en cliquant ici, on peut lire :

« la violence que représente in tel projet muri en dehors de tous les acteurs de la communauté scolaire, et en particulier les parents était inadmissible et voué à l’échec« 

La FCPE de l’école Nonneville d’Aulnay-sous-Bois dit stop à la délocalisation d’une classe CLIS

ecole_nonneville_aulnayMonsieur le Directeur Académique des Services de l’Education Nationale,

Nous avons appris récemment que vous avez décidé de « délocaliser » à Gagny une des 2 classes CLIS 3 (Classe d‘Inclusion Scolaire pour déficients visuels) de l’école Nonneville 2.

Avec les parents, nous soutenons la mobilisation des enseignants qui se battent pour défendre un dispositif qui a fait ses preuves depuis des années.
Votre décision est inacceptable parce que cela met tout simplement en péril la réussite de la scolarisation des enfants qui seraient touchés par cette mesure.

En effet :

  • Pour certains enfants, la continuité et la stabilité de la prise en charge scolaire sont essentielles tant en terme de lieu (ce sont des enfants qui ont à construire des repères qui leur sont propres), qu’en terme d’environnement humain. Les liens tissés avec patience au cas par cas par les enseignantes spécialisées et les ATSEM spécialisées sont primordiales à la réussite de « l’inclusion scolaire ».
  • Les réseaux humains, sociaux et sanitaires mis en place au fil des années permettent d’apporter des réponses aux besoins des enfants. Ils sont indispensables à leur réussite scolaire. Une délocalisation arbitraire et précipitée serait de ce point de vue catastrophique.

Notre conseil de parents d’élèves du groupe scolaire Nonneville s’oppose pour cette raison à cette décision technocratique, et dénonce l’absence de concertation, la précipitation de la mise en oeuvre de cette décision qui nie les exigences pédagogiques, éducatives et sanitaires auquel un service public digne de ce nom se doit de répondre. Le projet de délocalisation pour la rentrée de septembre doit être stoppé.
Les échanges que nous avons multipliés avec les enseignants, les familles nous conduisent à poser des exigences soulevées par l’annonce de ce mauvais projet et nous demandons :

  • Le retrait sans condition du projet de délocalisation de la classe de CLIS 3 en septembre 2015
  • A vous et à Mme la Rectrice rendiez publics les besoins de scolarisation des enfants déficients visuels sans réponse aujourd’hui. Il y a une insuffisance de CLIS 3 sur le département. Plutôt que délocaliser, il faut créer de nouvelles classes de ce type selon un maillage articulé aux besoins, permettant de limiter des temps de transports superflus !
  • Nous voulons la confirmation que tous les partenaires essentiels à une telle prise de décision, et clairement nommés dans le Bulletin officiel n° 31 du 27 août 2009, aient été consultés : l’I.A.-D.S.D.E.N, le groupe technique départemental de suivi de la scolarisation des enfants et des adultes handicapés, la C.D.A.P.H., et services médico-sociaux qui ont à intervenir dans les écoles pour contribuer à la réalisation des P.P.S. Et nous voulons en connaitre les résultats !
  • La mobilisation des moyens financiers par l’Etat qui à ce jour laisse à la charge des collectivités le financement des équipements et installations adaptées. La localisation des CLIS sur le département ne doit pas être fondée que sur le seul critère de la richesse relative de la commune d’accueil ! L’Etat doit garantir aux enfants, à leurs enseignants et accompagnants l’environnement spécifique et adapté, gage de leur réussite scolaire.
  • Que tous les acteurs de la communauté scolaire et acteurs de la prise en charge des handicaps (avec leurs associations et leurs syndicats) se mettent autour d’une table afin de définir à long terme un projet départemental rendant possible l’inclusion scolaire de tous les enfants déficients visuels et visant sa réussite.
  • Nous vous demandons Monsieur de recevoir une délégation de parents et de représentants de parents d’élèves dans les plus brefs délais.

Source : lettre de la section locale FCPE

Une centaine de parents d’élèves ont manifesté à la mairie d’Aulnay-sous-Bois contre l’école le samedi matin

parents_eleves_aulnayUn groupe d’une centaine de parents d’élèves d’Aulnay-sous-Bois s’est rassemblé, samedi matin, devant la mairie afin de protester contre les nouveaux rythmes scolaires. Réclamant « un scrutin transparent pour le choix de la demi-journée supplémentaire », ils ont ensuite occupé la salle des mariages, sous la surveillance de policiers municipaux et dans un climat tendu.

« C’est déplorable, réagit-on au cabinet du maire UMP Bruno Beschizza. Des fonctionnaires ont été bousculés. Certains instrumentalisent les attentes des parents à des fins politiques. » « C’est regrettable, mais nous sommes face à des élus qui refusent d’entendre la souffrance des parents et des enfants », répond Moktharia Kebli, du collectif des parents d’élèves.

Source et image : Le Parisien

Aulnay-sous-Bois : Bilan de la fête de fin de cycle au Lycée Jean Zay

fete_fcpe_aulnayJe tiens en notre nom à remercier tous les personnels du lycée Jean Zay pour ce moment convivial que nous avons passé ensemble.
Depuis plusieurs années,les lycéens souhaitaient cette fête de fin de cycle.
S’ils ont été la cheville ouvrière de cette soirée,ils ont été accompagnés par toutes les catégories professionnelles de l’établissement.
Sans compter leurs heures,le personnel de cuisine,le personnel administratif,les surveillants,conseillers d’éducation,les enseignants et le personnel d’encadrement ont fait de ce moment un succès.
Nous les avons aidé et avons pu voir une autre façon de vivre le lycée.
Cet endroit n’est plus simplement un lieu d’instruction mais un lieu de partage,de vie et de respect.
Nous remercions aussi la municipalité qui a prêté estrade et plantes vertes.

Jean Louis KARKIDES
Président FCPE du lycée J.Zay

FCPE Bourg Maternelle d’Aulnay-sous-Bois : Chacun doit prendre ses responsabilités

IMG_20130513_083423Après plusieurs mois de désamiantage de l’ancien site du CMMP, le terrain dépollué subit depuis le 6 avril un dépôt de milliers de tonnes de terre et de gravats probablement pollués.
Les riverains ont alerté. Le collectif des victimes de l’amiante et les représentants FCPE de l’école maternelle ont demandé à la municipalité d’entamer des actions visant à évaluer les dangers de cette terre pour les riverains, les enfants de l’école maternelle et d’évaluer la conduite à tenir.

La rentrée scolaire de printemps approchant, nous nous devions de réagir en tant que représentants de parents d’élèves responsables. Nous avons donc organisé, avec une vingtaine de parents,  l’occupation ce matin du bureau de la directrice. Les parents ont été informés par voie de tract. La plupart n’étaient au courant de rien.

Nous avons obtenu :

  • L’information officielle de la directrice et l’inspectrice qui découvraient visiblement la situation et ont pu ainsi se saisir enfin du dossier.
  • La présence de l’inspectrice et de l’adjointe à l’enseignement pour une réunion de crise immédiate.
  • La décision de ne plus utiliser la cour d’école attenante au terrain saccagé par des milliers de tonnes de terres d’une provenance très douteuse.
  • L’engagement de la mairie d’une réunion avec les représentants de parents vendredi pour nous remettre les résultats des analyses de terre.

Nous demandons maintenant que chacun – à son niveau – prenne ses responsabilités :

  • IMG_20130513_093923Parents : Les parents de notre groupe ont décidé dès ce mardi de retirer leurs enfants de l’école en organisant une garde tournante jusqu’aux résultats d’analyse.
  • Associations : Nous avons exercé notre devoir d’alerte en informant les parents, les autres associations de parents d’élèves, par voie de tract ce matin et en relayant l’appel à témoin pour découvrir les auteurs.
  • Autorités : La mairie, l’inspection et la préfecture doivent évaluer maintenant les mesures conservatoires et de protection potentielles afin de ne pas exposer inutilement les enfants à des polluants éventuellement très dangereux1. Nous avons demandé la mise sous bâche des gravats et de réfléchir à une fermeture éventuelle de l’école.

La situation est particulièrement traumatisante après plus de 10 ans de combat très difficile pour obtenir une dépollution satisfaisante du terrain de l’ancienne usine d’amiante. Le mieux qu’il puisse nous arriver est que notre alerte et les mesures que nous demandons d’envisager, soient inutiles. Enfin, même si nos questionnements sont gênants, nous ne rentrerons dans aucune tentative de polémique qui ne ferait que distraire des responsabilités que nous exposons et exerçons.

Source : communiqué FCPE Bourg

Communiqué de la FCPE à propos de l’usine d’amiante d’Aulnay-sous-Bois

Mur_Amiante_Aulnay_Cimetiere_3« Contrairement à ce qui est annoncé la dépollution de l’ancienne usine d’amiante n’est pas terminée.
La FCPE Bourg maternelle et Bourg 1 primaire d’Aulnay-sous-Bois à informé ce matin les parents que les travaux de dépollution de l’ancienne usine d’amiante d’Aulnay sont loin d’être terminés.
L’ensemble des parents et des enseignants se sont révélés très surpris par cette nouvelle totalement contraire à ce qui a été annoncé en réunion aux parents d’élèves / dans le journal municipal / et dans les médias.
Or la décision de réintégration des élèves semblait acquise par les autorités. En effet un courrier de l’inspection, communiqué aux média par la mairie, indique que « la direction des services départementaux de l’Education Nationale de Seine-Saint-Denis est favorable à la réintégration (…) en cours d’année » dans les murs de l’ancienne école attenante au chantier de dépollution. Cette décision de la mairie et de l’inspection se base sur un «  référendum réalisé auprès des familles a été majoritairement favo­rable à cette décision : plus de 90 %  ». Or les familles ont été questionnées sans être informées de la poursuite des travaux de dépollution.
Les parents étaient déjà intervenus pour repousser (il est vrai sans difficulté) l’idée d’une réintégration durant les vacances de Noël.
Les parents d’élèves se posent une question supplémentaire qui n’a pas pu avoir de réponse lors de la réunion informelle avec tous les parents [1]: Tant que la dalle de béton armé n’est pas posée sur le terrain de l’usine, y-a-t-il une nouvelle possibilité de remontée d’amiante? En conséquence, ne faut-il pas repousser la réintégration après l’été?
Les parents de la FCPE Bourg Maternelle et Bourg 1 primaire suivent attentivement le dossier de l’amiante depuis plus de 10 ans et participent au collectif sans qui la « dépollution » aurait été faite à l’air libre au bulldozer. Ils ne veulent pas gâcher cet exemplaire chantier et les précautions qui ont été prises suite à une nouvelle volonté de précipitation.
Vous trouverez en pièce jointe le tract diffusé ce matin à l’ensemble des parents d’élèves ainsi que quelques photos très explicites du chantier prises le 10 janvier dernier.
[1] Lors de la réunion publique du 5 décembre dernier, les parents étaient invités à passer par petits groupes devant la tablette 3D et pour des visites de l’école. Il n’y a pas eu de réunion commune où les informations de la mairie, du maître d’œuvre, et des association auraient pu être confrontées.

Vous trouverez en pièce jointe le tract diffusé ce matin à l’ensemble des parents d’élèves ainsi que quelques photos très explicites du chantier prises le 10 janvier dernier.

Pour toute déclaration, merci de contacter la présidente de la FCPE Bourg Maternelle et Bourg 1 primaire Christelle Lebaron au 06 89 38 29 68.

Bien cordialement.

Les parents d’élèves FCPE Bourg Maternelle et Bourg 1 primaire« 

Source : Communiqué FCPE Ecole du Bourg

%d blogueurs aiment cette page :