Archives du blog

Débordements à Aulnay-sous-Bois lors du feu d’artifice du 14 juillet et intervention des CRS

artifice_aulnayAlors que la rédaction était sur place pour couvrir ce traditionnel événement, les choses se sont gâtées à la fin du spectacle par des personnes éméchées qui jetaient des pétards à proximité de la foule.

Notre correspondante Aurore Buselin a eu la peur de sa vie et nous a témoigné son agacement. Ci-dessous son témoignage sur la situation :

« je suis très en colère, en rentrant du feu d’artifice, j’ai eu la plus belle peur de ma vie, on a été évacué par les CRS, ça se battaient a grands coups de pétards…la foule courait dans tous les sens…« 

La rédaction d’Aulnaycap regrette et condamne ces incidents qui ont ruiné une soirée pourtant magnifique.

A Aulnay-sous-Bois, un homme suspecté de vendre ces engins explosifs dans les cités

medium_petardsJeudi, les policiers ont découvert sur un parking de Bagnolet 250 tubes de lancement de feux d’artifice. Le même soir, à 23 heures, deux acheteurs ont été contrôlés. Dans leur voiture, trente mortiers de calibre 50 ont été saisis. Cette découverte a permis de remonter jusqu’à un fournisseur, à Aulnay, soupçonné de vendre des mortiers au détail, notamment aux Courtillières. Il a été interpellé et une perquisition a eu lieu chez lui où les policiers ont mis la main sur de nombreux pétards et 13 500 EUR. L’homme, qui n’était pas connu des forces de l’ordre, n’a pas pu fournir d’explication sur l’origine de ces engins explosifs, ni sur ce qu’il comptait en faire. Il a été remis en liberté et l’enquête se poursuit.

A Pantin, vendredi, des personnes été arrêtées à la suite de tirs de mortiers. Dix de ces engins ont été découverts dans une voiture ainsi que d’autres matériels permettant de lancer des feux d’artifice. Deux autres personnes ont été interpellées. Le simple fait de détenir ce type de dispositif explosif relève en effet de la contravention. L’utilisation de ces pétards — qui a déjà eu des conséquences dramatiques — est, elle, passible d’un an à sept ans de prison.

Source : Le Parisien du 01/07/2014

Des habitants de Blanc Village de la Rose des Vents d’Aulnay-sous-Bois, victimes de pétards/mortiers !

dégâts toiture véranda AR de la maisonUne habitants du quartier pavillonnaire Blanc Village, situé dans la partie Est du secteur de la Rose des Vents, nous a envoyé quelques photos qui montrent les dégâts occasionnés sur sa maison par les pétards-mortier.  Dans la nuit du 15 au 16 juillet et pendant la journée du 16 juillet, de nombreux pétards ont été lancés sur des pavillons, ce qui a causé des dégâts considérables. De plus, cette habitante nous explique qu’il y aurait environ 12 heures de bruit pas jour/nuit, ce qui deviendrait insupportable !

 Les « festivités  » commencent généralement vers 14h00 pour se terminer à 2/3 heures du matin, et cela dure depuis plusieurs jours. Cette habitante se dit choquée par les déclaration du Maire Gérard Ségura, qui indique que tout va bien sans incident majeur dans Le Parisien. Plusieurs habitants ont demandé l’interdiction de vendre de tels explosifs afin de préserver un semblant de tranquillité dans le quartier.

Côté dégâts, la toiture de la véranda a été amochée, et des éclats sont tombés sur la terrasse. Heureusement, l’habitante nous signale qu’aucune victime n’est à déplorer.  Cependant, un pétard aurait explosé à 1,50 mètre du berceau dans lequel se trouvait un bébé de 9 mois ! Le bruit et la fumée ont été tels que le bébé, ainsi que deux enfants (3 et 7 ans) ont été traumatisés.

gouttière façadeCertains trouvent ça drôle de faire claquer des pétards à l’intérieur de propriétés privées. Savent-ils qu’ils peuvent mettre la vie des résidents en danger ?

Une plainte a été déposée.

Et chaque matin, le spectacle est désolant : la rue jonchée d’emballages d’explosifs. Le nettoyage n’est effectué que le Lundi.

Selon l’habitante, l’impunité garantie à ces individus est hors norme, il n’y aurait plus de sécurité dans son quartier…

Seine-Saint-Denis : L’interdiction des pétards prolongée par la préfecture

medium_petardsAu regard des multiples incidents liés aux mortiers de feu d’artifice, la préfecture de Seine-Saint-Denis a décidé d’interdire jusqu’à demain matin « l’acquisition, la détention et l’utilisation des artifices de divertissement conçus pour être lancés par un mortier ». L’arrêté de la préfecture de police de Paris s’arrêtait lui, le 15 juillet. Lundi, à Aubervilliers, un adolescent de 15 ans s’est grièvement blessé à la main en manipulant un de ces engins pyrotechniques extrêmement puissant. Au cours des deux nuits du 13 et 14 juillet, 58 personnes, dont 32 mineurs, ont été placées en garde à vue pour détention ou usage d’artifices ou tirs de mortiers en direction des forces de l’ordre. 26 d’entre eux ont été déférés au parquet de Bobigny, les autres seront convoqués ultérieurement.

Source : Le Parisien du 17/07/2013

14-Juillet : saisie de 173 mortiers interdits à Aulnay-sous-Bois

medium_petardsA deux jours du 14-Juillet, 173 mortiers interdits à la vente ont été saisis vendredi matin à Aulnay-sous-Bois, selon les informations recueillies par Europe 1. Cette saisie intervient alors que, dans la nuit de jeudi à vendredi, trois personnes ont été grièvement blessées à la main en manipulant ce type d’engins à Paris, Arcueil et Montreuil.

Source : Europe 1

Aulnay-sous-Bois : Des tirs de pétard sèment la panique au collège Christine de Pisan

medium_petards« Suite aux incidents du 29, il n’y aura pas classe, ni cantine jeudi 30 mai ». C’est par un SMS émanant de la vie scolaire, que les parents d’élèves du collège Christine-de-Pisan, à Aulnay-sous-Bois, ont appris que les cours ne seront pas assurés aujourd’hui. En revanche, l’établissement reste ouvert. Un accueil sera effectué ce matin de 9 heures à midi.
Hier, vers 10 heures, des tirs de pétards à l’intérieur des locaux ont créé un vent de panique parmi les élèves. La direction a décidé dans un premier temps de regrouper les collégiens dans la cour de récréation. C’est alors qu’une deuxième série d’explosions a retenti dans la cour, semant un peu plus la confusion. « La direction a choisi de prévenir les parents, qui sont venus chercher les enfants, et de fermer l’établissement jusqu’à la fin de la matinée », explique-t-on à l’inspection académique.

Réunion avec les parents ce soir

Les tirs de pétards seraient le fait d’un petit groupe d’élèves scolarisés dans l’établissement. Affolés par le bruit, « des enfants se sont mis à pleurer », raconte l’un des collégiens. Aucun n’aurait été blessé. En revanche, l’événement a déclenché une crise d’asthme chez une fillette, incommodée par la fumée.
Mokhtaria Kebli, conseillère municipale d’Aulnay chargée de l’action éducative, s’est émue de la situation. « Je viens tout juste d’apprendre la nouvelle, déclare-t-elle, alors que j’ai passé l’après-midi avec des habitants du quartier. Nous avions parlé de tout autre chose. C’est le signe que pour eux ces phénomènes sont devenus banals. »
Ce collège réputé difficile accueille 600 élèves pour la plupart issus de la cité de l’Europe. Il est classé en ZEP (zone d’éducation prioritaire). L’élue ne s’avoue pas totalement surprise par ces débordements : « La situation sociale est devenue explosive dans ces quartiers où la paupérisation va croissante et où les moyens humains donnés aux établissements diminuent. »
Une réunion d’information avec les parents est prévue ce soir à 18 heures au collège.

Source : Le Parisien du 30/05/2013

%d blogueurs aiment cette page :