Archives du blog

Mode d’emploi estival de la place Abrioux à Aulnay-sous-Bois

Notre maire avait promis de « faire à nouveau un lieu de vie convivial » de la place des Écoles, restée 70 ans place Camélinat, puis place Abrioux par sa volonté souveraine. Écoutons l’un de ses plus brillants propagandistes :

« Ce sera […] au tour des adultes qui pourront profiter en famille et entre amis d’un espace piétonnier, arboré où il fera bon manger, boire, festoyer, se reposer ou simplement observer le temps qui passe… En attendant, la nouvelle place Jean-Claude Abrioux avait déjà fière allure sous le soleil d’hiver. On a hâte de la découvrir en période estivale. » (Robert Ferrand, Aulnay libre, 1er février 2020)

Alors, pour cet été nous nous permettons de donner les quelques conseils suivants :

Panoplie de l’Aulnaysien avisé qui voudra profiter de ce

« véritable pôle de vie, convivial et sécurisé »

     (idem,27 janvier 2020) 

À noter que l’association Aulnay environnement avait écrit au Maire pour s’inquiéter d’une transformation qui allait transformer la place en « point chaud » en période de grande chaleur, et qu’aucune réponse précise n’a été donnée.

Source  sympathisante de l’association Aulnay Environnement

Au caprice du roi pour inaugurer la place Abrioux à Aulnay-sous-Bois

Samedi matin, on festoyait place Abrioux. C’était le triomphe d’un parti. Un parti qui fêtait la défaite du parti vaincu. C’était la défaite de tous ceux qui pensaient qu’on pouvait supprimer le parking sans arracher les tilleuls, ceux qui par centaines, avaient signé une pétition pour les défendre. La défaite de tous ceux qui prêtaient foi à la lecture du rapport de la commission patrimoniale du département, considérant la place comme de qualité patrimoniale, à préserver. C’était la victoire de l’urbanisme brutal, qui se moque de l’histoire et fait table rase du passé. La victoire d’un parti qui confond démocratie représentative et monarchie de droit divin, et considère tous ceux qui ne partagent pas ses vues comme des grincheux, des y’a qu’à, des faut qu’on, des déclinologues, bref, le parti du mépris de l’avis des autres, ou tout simplement du mépris des autres. Le parti du rouleau-compresseur et du tapis rouge déroulé pour le promoteur.

Un parti qui porte au pinacle la trouvaille de son chef : poser des oliviers en pot sur une place, comme symbole de paix. C’est la paix des cimetières. Le cimetière des promesses électorales : « Après diverses études menées en concertation avec la population, je mettrai au suffrage des habitants différents projets qui respecteront le cadre de vie existant ». On nous dira qu’il s’agissait là du terrain de l’hôtel des Impôts, avenue de la Croix Blanche.

C’est surtout qu’on était en mars 2014, et qu’il s’agissait de gagner les élections. Il est vrai que la place Abrioux, c’est autre chose. Bruno Beschizza, qui a tout décidé, du nom jusqu’aux plantations, sans rien vouloir entendre, a voulu en faire la vitrine de sa mandature. De ce point de vue, parachuter des arbres poussés à quelques milliers de kilomètres est sans doute une bonne idée.

Source : Aulnay Environnement

 

NB: Aulnay cap, n’a pas eu l’info de cette inauguration.

Pourquoi? Mystère….

Que se passe-t-il sous la place Abrioux à Aulnay-sous-Bois ?

Ce qui se passe sur la place Abrioux, nous le savons : une « végétalisation » hors sol qui n’a rien à voir avec les espèces locales, ni avec les façades du début du siècle dernier qui ornent le côté nord de la place ; ce qu’on pourra un jour nommer le « style Beschizza ». Tout étant affaire de goût (nous sommes tentés de dire : de bon goût) et comme les avis sont partagés, inutile de nous étendre sur ce qui nous apparaît comme une belle illustration de l’urbanisme brutal qui à grande vitesse défigure notre ville.

Certains diront que c’est toujours mieux que le parking aérien précédent. Nous leur répéterons qu’une autre solution était possible, celle d’un parking en silo avec façade végétalisée rue des Écoles, à la place de l’ancienne perception. Sa contenance aurait été moins grande, mais il n’est pas du tout sûr que ce parking souterrain soit utilisable au-delà de la moitié de sa capacité, soit l’équivalent du parking d’autrefois. Pourquoi ?

Des bruits courent : le deuxième niveau du parking serait inondé, de même que celui du nouvel immeuble Trevi .

On est très tenté de prêter foi à ces rumeurs : elles sont nourries par les riverains, qui entendent jour et nuit le bruit du pompage.

Venez place Abrioux écouter le doux chant des pompes !

Nul n’ignore que d’autres parkings souterrains sont régulièrement inondés. Ce n’est pas faute d’avoir averti la municipalité que l’affleurement de la nappe phréatique justifiait que l’on y réfléchisse à deux fois.

Mais nous avons affaire à une équipe municipale qui ne peut concevoir qu’on soit d’un avis différent du sien, et que les habitants, qui sont sur place depuis bien plus longtemps que notre maire actuel, puissent avoir une expertise. Il n’a donc jamais été question de leur demander leur avis, puisque la loi permet d’aller contre le bon sens. Nous pouvons faire confiance à l’imagination de la première adjointe pour nous fournir une explication et nous divertir encore : la dernière fois, toute l’eau venait de foreuses ! Avec la fin des travaux, il faudra trouver autre chose.

Autre question : où va toute cette eau ? Dans le réseau des eaux pluviales ! Financés par la Région, des réservoirs ont été crées pour pallier les crues qui affectent depuis des décennies tout le sud d’Aulnay. La surcharge du réseau causée par ce pompage ne va-t-elle pas annuler l’amélioration que l’on pouvait attendre de ces équipements ?  Sans parler de la dissolution du gypse qui va s’intensifier. N’oublions pas que la situation ne fera que s’aggraver : d’autres immeubles vont encore surgir en remplacement du centre Le Camus, et sur le dernier côté de la place, le maire a déjà pré-vendu au promoteur de Trevi le terrain du legs Pecoroni, donné pour des usages scolaires. Et l’eau qui ne parviendra pas à s’infiltrer dans tous ces parkings souterrains se reportera évidemment vers les sous-sols des pavillons et des immeubles anciens. Sans parler de la consommation débridée d’énergie de toutes ces pompes.

De cette équipe d’écologistes de la dernière heure avant les élections, il n’y a qu’une chose à dire : un stage de mise à niveau s’impose !

Source : communiqué Aulnay Environnement

La place Abrioux à Aulnay-sous-Bois enfin revégétalisée avec un vieil olivier

Ce 22 octobre 2019 restera dans les mémoires de tous les vrais amoureux de la place Abrioux ! L’olivier promis par le Maire dans son discours inaugural est enfin arrivé ! Réjouissons-nous sans arrière-pensée de voir la nature réaffirmer sa présence dans ce décor devenu entièrement minéral.

Les centaines de personnes qui ont signé  la pétition contre l’abattage des tilleuls doivent reconnaître combien ils avaient tort de s’obstiner à défendre des arbres qui avaient perdu leur droit de cité dans notre ville. Comme notre Maire et ses adjoints avaient raison de traiter de telles initiatives par le mépris !

En effet, dans un contexte de réchauffement climatique et sur un site où l’on pompe frénétiquement l’eau de la nappe, il faut reconnaître combien le choix d’un arbre adapté à la sécheresse est sage et approprié. Et n’oublions pas que lorsqu’on aime, on ne compte pas ! Un olivier vaut bien vingt tilleuls terriblement affectés par les maladies. (Il faudra cependant veiller à ce qu’à chaque voyage en Italie, tous veillent à ne pas ramener  la responsable du « complexe du dessèchement rapide de l’olivier », cette bactérie qui fait rage dans la péninsule !).

Nous cherchons souvent des raisons d’être fiers d’être Aulnaysiens. Voilà qui doit nous contenter. Après nous avoir mis sous le patronage de L’Empereur avec le Cours Napoléon Bonaparte, notre Maire se pose en émule d’Athéna, (justement la déesse de la sagesse) qui offrit l’olivier à la ville qui porte son nom !

Aulnay-sous-bois, la nouvelle Athènes !

La place Abrioux, notre acropole !

Pour ceux qui trouveront ce parallèle trop savant, avouons tout de même notre ignorance : dans quelle mythologie y a t-il un dieu pour le ridicule ?

Source : communiqué Aulnay Environnement

La place Abrioux à Aulnay-sous-Bois : aujourd’hui une piscine, demain une centrale thermique ou une glacière

Aulnay Environnement manifeste contre le parking souterrain Abrioux et la dénomination du parc rue Jules Princet, futur « Cours Napoléon Bonaparte »

AUJOURD’HUI UNE PISCINE : Notre première adjointe nous avait invités à « écouter les experts » en indiquant que l’eau ne venait pas de la nappe phréatique, mais résultait de l’usage d’une foreuse. Jouez avec nous : cherchez la foreuse sur la photo !  Madame, sachez que l’expertise des habitants, familiers des inondations, cela existe !

DEMAIN UNE CENTRALE THERMIQUE : le récent épisode de canicule, en montrant combien le ravalement très clair de l’annexe du collège était éblouissant, nous a fait prendre conscience d’un autre vice fondamental de conception de la future place : avec la disparition de l’ombre des grands tilleuls, que ne compensera jamais la présence de quelques arbres en pot,  cette grande place bétonnisée réverbérera intensément la lumière, sans parler de la façade du nouvel immeuble entièrement « en pierre de taille massive » ! Et n’oublions pas que le projet du maire, pour sa prochaine mandature, est d’offrir au même promoteur le terrain disponible au sud : à ce moment, la place en été sera un des grands « points chauds » de la commune. Et en hiver une glacière, puisqu’en cette saison, le soleil ne passe pas au-dessus des immeubles de 5 étages ! Tout cela relève de la simple observation et du bon sens!

En attendant, pour nous consoler, le discours d’inauguration nous a offert quelques perles bien réjouissantes à ajouter à la décision de nous doter d’un « cours Napoléon Bonaparte ». Pour vanter cette victoire du béton sur le patrimoine arboricole, on a parlé de « végétalisation », avec  la présence d’un olivier, et on a invoqué Marcel Pagnol ! Et dans ces catacombes, on nous a promis de la musique et des parfums ! Le chant des cigales et des parfums au tilleul ?

Source : Communiqué Aulnay Environnement

La municipalité d’Aulnay-sous-Bois en froid avec Aulnay Environnement concernant la place Abrioux

Après tant de courriers sans réponse, voici d’un coup deux lettres de notre maire.

L’une, peu amène ; nous reprochant de ne pas prendre des renseignements auprès de ses services et de faire de l’intox (qu’on  relise notre  communication sur la place Abrioux, nous n’avons fait que poser des questions) , l’autre encore moins amène, nous renvoyant à  la Cada (*) si nous voulons en savoir plus sur Val Francilia.

Comment s’étonner que le climat de confiance soit assez médiocre ?

Pour une fois, nous avons donc une réponse : ce n’est pas encore la nappe qui déborde parking Abrioux.

Nous voilà rassurés. 

Pouvons-nous à ce propos hasarder une suggestion à nos édiles?

Suivre une formation : « comment communiquer avec humour ? »

  (*) CADA : La Commission d’accès aux documents administratifs est une autorité administrative indépendante chargée de veiller à la liberté d’accès aux documents administratifs et aux archives publiques ainsi qu’à la réutilisation des informations publiques.

Elle peut être saisie par les personnes (physiques ou morales) qui se sont vues opposer une décision défavorable en matière d’accès aux documents administratifs ou de réutilisation des informations publiques. La commission peut aussi être saisie, à titre de conseil, par les administrations sollicitées en ces matières.

Source : communiqué Aulnay Environnement

Mystère Place Abrioux à Aulnay-sous-Bois : mais d’où diable vient cette eau ?

Images prises samedi 20/4/219 13.30

D’un robinet laissé ouvert ?

D’une canalisation malencontreusement percée ?

De la pluviosité exceptionnelle de ces derniers jours ?

EN TOUS CAS, CERTAINEMENT PAS DE LA NAPPE PHRÉATIQUE !

On nous a répété, les uns, qu’elle était à 3 mètres de profondeur, les autres qu’elle était au-dessous du niveau du parking !

Et là, on n’en est encore qu’à 1,5 mètre environ !

Le mystère reste entier.

Et tous les jours, on pompe de bon cœur !

Source : communiqué Aulnay Environnement

Complément d’information aux riverains de la place Abrioux à Aulnay-sous-Bois : une municipalité qui ne manque pas d’air

Présenter la place Abrioux comme « minéralisée et revégétalisée dans l’esprit d’un éco-quartier » relève d’un singulier accommodement avec les faits.

Ni la lettre, ni même l’esprit de la notion d’éco-quartier n’ont étés respectés.

Quelques critères définissant l’écoquartier Ce qu’a fait la Mairie
Limiter l’usage de la voiture

en faveur du vélo, avec des pistes cyclables

Un parking souterrain de 110 places

là où il n’y en avait que 42

Favoriser la biodiversité 19 tilleuls centenaires en pleine terre

remplacés par 10 arbres en pot

Réduire

·        les consommations d’énergie et d’eau

·        la production de déchets

?
IMPLIQUER LES HABITANTS UNE RÉUNION PRIVÉE SUR INVITATION

DEUX MOIS AVANT LE DÉBUT DES TRAVAUX

Depuis plus de deux ans, Aulnay Environnement demande une concertation : aucune réponse !

Nous nous réjouissons que la place soit rendue aux piétons, sauf que toutes les nuisances du chantier ne sont pas dues à l’embellissement de la place, mais au parking souterrain !

Nous pouvions avoir une belle place sans avoir à creuser un trou gigantesque qui ne peut qu’affecter le comportement d’une nappe phréatique à moins de 3 mètres de profondeur !

Nous préférons certes une place sans voiture, mais nous pouvions en garder le charme avec une solution alternative : un parking en silo de 42 places sur le terrain de l’ancienne perception, solution jamais étudiée !

Nous aimerions aussi voir le retour des commerces sur la place, mais cela ne se décrète pas, surtout dans des immeubles de luxe comme la « Villa Trevi » !

Alors que rien n’a été prévu pour préserver la viabilité économique de la boulangerie !

Pourquoi tous ces travaux (6M€ !), pourquoi toutes ces nuisances ?

Pour permettre aux promoteurs de construire sur de petites parcelles des immeubles de grande hauteur sans parking !

Ici, pas d’écoquartier, mais une pépinière pour promoteurs !

Source : communiqué Aulnay Environnement

Travaux Place Abrioux à Aulnay-sous-Bois : le point sur les constructions par Benjamin Giami

Le groupe « Rassemblement Pour Aulnay » a enfin pu récupérer, jeudi 17 janvier 2019, les permis de construire des  immeubles et du parking en construction Place Abrioux, ex-Place Camélinat, qu’il a réclamés depuis plus de deux mois.

L’immeuble Place Abrioux, ce sont :

  • 45 logements et 2 commerces prévus,
  • 18m de hauteur,
  • R+5 étages,
  • 59 places de parking en sous-sol (si un logement fait plus de 80m2, il doit obligatoirement avoir 2 places de parking).

L’immeuble de la Rue de la République, en lieu et place de l’ancien garage, ce sont :

  • 16 logements,
  • 16,95m de hauteur,
  • R+5 étages (attique compris),
  • Seulement 2 places de stationnement en surface,
  • Et aucune place de parking prévue en sous-sol !

Le promoteur a en effet bénéficié d’une disposition du code de l’urbanisme (art. L 152-6-4), lui permettant de ne pas créer de places de parking. Néanmoins, cet accord de permis de construire est à la discrétion du Maire : il aurait donc pu refuser le permis de construire. Pourquoi Bruno Beschizza a-t-il donné son accord pour un immeuble ne prévoyant pas de places de parking ?

Les conséquences seront donc multiples en termes de qualité de vie pour les riverains, alors que nous savons que le plan de circulation et de stationnement est devenu extrêmement compliqué.

Quant au parking de la place Abrioux, ce sont :

  • 101 places de parking prévues pour un coût de près de 6 millions € aux frais des Aulnaysiens,
  • 2 niveaux de sous-sol,
  • Une profondeur de 5m hors-fondations,
  • 2 750 m2 de surface totale affectée au stationnement,
  • Une entrée et une sortie du même côté.

Néanmoins, contrairement à ce qui a été annoncé, le permis de construire n’a été accordé que sous réserve de l’accord de la Police de l’Eau qui sera rendu fin février 2019.

Cette Police de l’Eau doit donc déterminer si un danger peut être causé en raison de la profondeur du parking et des conséquences sur la nappe phréatique. Certains riverains se demandent si cette nappe phréatique peut se déverser aux alentours.

Nous demandons au maire de réunir la population et de répondre à toutes les questions que se posent les riverains avant de prendre toute décision qui aura des conséquences inévitables sur la vie du quartier.

Nous vous tiendrons informés de la suite donnée, et nous nous tenons à votre entière disposition à l’adresse suivante : rpaulnay93@gmail.com

Source : communiqué de Benjamin GIAMI, Conseiller municipal, Président du Groupe « Rassemblement pour Aulnay »

Information de dernière minute du « Rassemblement Pour Aulnay » concernant la place Abrioux

Alors que nous réclamons depuis plus d’un mois d’avoir accès à plusieurs permis de construire dont celui de la place Abrioux (ancienne place Camélinat) :

Le Maire Bruno Beschizza organise via son service de l’urbanisme une réunion en catimini sur le devenir de la place lundi 10 décembre 2018 à 19h00 au restaurant La Bottega, place Abrioux !

Pourtant, le préfet, détenteur du contrôle de légalité, vient d’ordonner au maire de transmettre à l’association Aulnay Environnement toutes les informations relatives à ces constructions.

Pourquoi Bruno Beschizza refuse-t-il de transmettre les informations concernant les permis de construire, et pourquoi organise-t-il cette réunion à huis clos, en laissant les habitants de côté ?

Pour rappel, le coût municipal du projet du parking souterrain de la place Abrioux est de :

6 millions d’euros € pour 110 places, soit 55 000€ la place de parking aux frais des Aulnaysiens !

Sans oublier un futur immeuble rue de la république dénombrant 16 logements…sans places de parking ! Il y a donc eu dérogation du PLU, et les habitants en paieront le prix fort.

Et le Maire ose nous parler d’une bonne gestion des finances municipales, en totale transparence…

Il est important que tout le monde soit au courant ce qu’il se passe à Aulnay. S’il le faut, nous mobiliserons un huissier pour obtenir ces permis de construire.

Source : communiqué des membres du Rassemblement pour Aulnay

%d blogueurs aiment cette page :