Archives du blog

Une rentrée explosive selon CGT Soproréal Aulnay-sous-Bois !

Depuis la grève du 29 mars et les engagements pris par la Direction de l’Oréal, RIEN n’a évolué dans le bon sens ; nous en sommes toujours au même point, voire pire !

La première évidence est que la parole donnée ne compte pas !! Votre forte mobilisation avait permis l’ouverture d’une négociation qui devait aboutir à :

  • une prime (1500 euros proposés par la CGT), validée par la Direction de Soproréal et la Direction générale pour récompenser l’engagement des salariés dans le projet EQUILIBRE : Reportée
  • une revalorisation salariale pour les personnes discriminées depuis au moins 5 ans : bazardée à 2% pour tous sans aucune analyse individuelle
  • des embauches en CDI : au strict minimum, très loin des besoins réels…….

La Direction de Soproréal et la Direction Générale ont fait semblant d’écouter et de comprendre le malaise, la souffrance des salariés en promettant une réponse rapide « cela ne prendra pas 6 mois ». C’était une stratégie pour gagner du temps et laisser passer l’orage. Leur seule crainte était de voir des salariés reconduire la grève devant le siège social à Clichy !

Sans aucun état d’âme, la Direction continue à appliquer les mêmes méthodes avec autorité et sectarisme ; chaque nouveau projet est source de conflits !

Pour exemple, l’application des nouvelles normes environnementales ISO avec la création d’un vestiaire centralisé impliquera des changements d’organisation, de conditions de travail et bouleversera le quotidien des salariés.

La CGT a fait des propositions dans le respect de la loi : installation des badgeuses à un endroit unique en sortie du vestiaire, compensation en temps pour le trajet lieu de travail-pause et maintien de la salle de pause extérieure existante pour les fumeurs. La Direction, elle, veut essayer de contourner la loi et imposer ses règles ; votre syndicat veillera à la bonne application de la législation.

Autre sujet brûlant : le souhait de la Direction de transférer des compétences du métier de technicien (le changement de format et les réglages) dans celle du métier d’opérateur ! Déjà, la Direction ne se gêne pas de l’imposer aux ouvriers sans négociation avec les organisations syndicales ni respect des accords de classification en vigueur à l’Oréal ! Pour un travail de technicien, l’opérateur se verra octroyer un malheureux 2% à son changement de coefficient ! Pour info, sur d’autres sites de l’Oréal (ex : FABROGI), des accords prévoient 4% garantis !

C’est une grosse erreur de la Direction de croire que la FORCE COLLECTIVE que vous avez montrée

le 29 MARS n’était qu’un mouvement conjoncturel et éphémère.

La CGT demande à la Direction de respecter ses ENGAGEMENTS et d’AGIR.

Nos revendications sont :

  • Augmentation collective des salaires de 200 euros
  • Revalorisation des salaires par niveau d’ancienneté : 200 euros pour 10 ans, 300 euros pour 20 ans, 400 euros pour 30 ans et ..pour les oubliés de la NAO
  • Prime exceptionnelle de 1500 euros pour l’engagement exceptionnel des salariés dans le projet EQUILIBRE
  • Réévaluation de la grille de salaire par coefficient
  • Véritable augmentation garantie de 10% à chaque passage de coefficient (soit 200€ pour 2000€ de salaire)
  • Emplacement unique des badgeuses à la sortie du vestiaire
  • Salle de pause extérieure existante conservée
  • Embauches en CDI de tous les intérimaires et
  • Prime de changement de fonction temporaire de 20 euros minimum par jour (remplacement hiérarchique, de métiers, etc…) déjà appliquée sur d’autres sites !
  • Passage au coefficient 205 pour tous les opérateurs effectuant des gestes techniques

Nos demandes s’inscrivent dans un contexte de relance de l’économie encouragé par le MEDEF qui prône une hausse significative des salaires et aussi du gouvernement déclarant que la croissance doit profiter à tout le monde, sans exception, à tous ceux qui ont été aux avants postes de la crise.

Résultats publiés de l’Oréal au second trimestre :

Semestre exceptionnel de croissance +20,7%, chiffres d’affaires 15,19 milliards € !

Seule une démonstration de force devant le siège de l’Oréal à Clichy rejointe par le mouvement coordonné des salariés des autres entités du groupe : usines, centres de recherche, siège,…. permettra l’avancée de nos revendications

Nous y ajouterons certains renforts, CGT chômeurs, collectifs gilets jaunes, mouvements citoyens divers…

Les médias seront invités, presse écrite et audiovisuelle pour relayer ce mouvement inédit et puissant des salariés du groupe l’Oréal.

La CGT : le seul syndicat à vos côtés dans la défense de vos droits du groupe l’Oréal.

Source : CGT Soproréal Aulnay-sous-Bois

La CGT SOPROREAL à Aulnay-sous-Bois ne veut pas du Super Ouvrier !

Au CSE du 25 juin, une question a fait l’objet d’un débat houleux : le changement de format est-il inscrit dans la fiche de poste de l’opérateur de conditionnement ?

NON, cette compétence technique ne l’est pas mais la Direction veut essayer de le faire croire et interprète dans son intérêt la définition de la fiche de poste qui est appliquée depuis 20 ans au sein de notre usine.

« Performance afin d’atteindre les objectifs de production (temps de changement, amélioration du TMBF…).

Pas de changement de format sur notre fiche de poste !

Cette compétence fait partie intégrante du métier de technicien de production niveau BTS (coefficient 225 à 275) avec un salaire de base allant de 2374 € à 2790 € brut ; rien à voir avec le niveau de qualification d’un opérateur (coefficient 160 à 190) et salaire allant de 1834 € à 2083 brut.

La Direction a donc le projet de transférer des missions du métier de technicien dans celles du métier d’opérateur de conditionnement : le changement de format, les réglages… mais sans évidemment attribuer le niveau de salaire de base du technicien… juste une augmentation de 2% …. C’est l’évolution normale selon la Direction !! Ben voyons !!!

Pour nous CGT, c’est une opposition ferme et définitive et nous disons immédiatement à tous nos collègues opérateurs de conditionnement de ne pas rentrer dans cet engrenage qui n’est ni plus ni moins qu’une escroquerie !

Pour s’en persuader, il suffit juste de se demander ce que cette compétence supplémentaire peut nous apporter comme intérêts tant dans le travail que financièrement ?

Facile à comprendre : encore de la charge de travail, des responsabilités, de la pression, des contraintes et tout çà sans reconnaissance financière !

La CGT a demandé à la Direction de réévaluer la grille de salaire complètement obsolète avant d’ envisager des évolutions dans le métier d’opérateur !

La réévaluation de la grille de salaire des coefficients d’opérateurs de conditionnement ferait évoluer automatiquement toutes les autres grilles et donc toutes les classifications métiers, c’est la voie qu’il faut prendre !

De plus, cette réforme des grilles de classification et de salaire n’a jamais été entreprise, une terrible aberration étant donné l’augmentation du coût de la vie.

Les anciens n’ont jamais eu le salaire qu’ils méritent et eux aussi devront avoir des réévaluations de salaire de plusieurs centaines d’euros !

Les salariés doivent bien comprendre ce qui se joue ; si la Direction arrive à appliquer son projet, c’est purement et simplement la fin des métiers et la création de celui unique du SUPER OUVRIER, poly-compétent, polyvalent avec une régression des niveaux de salaire de tous les métiers. Les courses au supermarché ne se paient pas avec un coefficient mais avec du salaire !

Cela induirait aussi une charge de travail monumentale pour tous les ouvriers qui ne s’arrêteront jamais de « charbonner », seront surveillés à tout instant de leur journée et au bout du compte, épuisés, seront jetés car improductifs et malades !

Les ouvriers ne sont pas les bonnes à tout faire, payés au lance pierres ! La CGT portera ces revendications devant la Direction et selon leur réponse nous vous aviserons de la marche à suivre !

Source : Communiqué CGT SOPROREAL

Un EQUILIBRE à la dérive chez L’Oréal à Aulnay-sous-Bois

Si tout est en ordre dans votre service et que vous êtes satisfait de votre EFA, PARFAIT, vous pouvez tout de même lire la suite cela nous concerne TOUS.

Rendez-vous compte, il y a de quoi se réjouir des 27,9 milliards de chiffre d ’affaires , de l’agilité, de la responsabilité et de l’éthique que prône notre Entreprise et cela grâce à l’investissement de tous dans un contexte de transformation et de crise sanitaire mondiale.

Cependant, à l’usine Soproreal, nouvelle vitrine du Luxe, il en est autrement !

 Une charge de travail qui ne cesse d ’augmenter dans toutes les catégories : cadres, employés, agents de maîtrise et ouvriers avec de nouvelles tâches imposées aux opérateurs logistiques, de conditionnement, de fabrication, de qualité, etc…sans avoir au préalable évalué la pénibilité et l’impact sur nos métiers au quotidien.

Pas de recrutement du personnel pour les services en souffrance et aucune analyse terrain. Pour les travailleurs de l’usine, le résultat des EFA est socialement une catastrophe :

67 salariés sur 228 ont eu une augmentation soit 29 % de l’usine et pour les ouvriers seulement 21 sur 81 soit 27 % avec des pourcentages d’augmentation dérisoires.

DEMORALISANT ! Tous ces facteurs engendrent un climat anxiogène qui dégrade nos conditions de travail et augmente les RPS (risques psycho-sociaux)

Ceci n ’est pas une fatalité .

Heureusement, nous avons le savoir-faire, les compétences, que nous avons notre conscience professionnelle et notre exigence qui pallient  cette totale désorganisation.

Nous sommes légitimes, nos demandes sont légitimes ; ainsi naturellement l’action devient nécessaire.

On nous doit la justice salariale, l’équité et la reconnaissance de notre labeur.

Vos représentants CGT ont alerté la Direction dans l’ensemble des instances et a rendu compte au  personnel de l ’usine de cette situation anormale.

Nous interpellons la Direction une nouvelle fois et leur soumettons nos revendications :

  • L’embauche en CDI pour les services en surcharge de travail (35 équivalents temps plein en moyenne)
  • Une augmentation de 200 €
  • Mise en place de la subrogation pour éviter les situations financières précaires
  • Plan de cessation anticipée d’activité pour les salariés proches de la retraite comme cela se fait partout dans le groupe L‘Oréal.
  • Plan de reclassement ou d’aménagement de poste pour tous les salariés handicapés ou en maladie professionnelle
  • Un réajustement des coefficients en cohérence avec nos métiers.

En conclusion, chacun d’entre nous doit se poser les bonnes questions. Sommes-nous rémunérés à notre juste valeur ? Sommes-nous prêts à continuer à subir cette pression ? Avons-nous les moyens de travailler dans de bonnes conditions ?

Nous reviendrons vers vous dans un délai de 15 jours avec la réponse (ou pas) de la DIRECTION sur nos revendications et aviserons ensemble de l’ACTION à mener.

Source : les élus CGT de l’usine SOPROREAL à Aulnay-sous-Bois

Hold up social à l’Oréal !

Dans nos derniers tracts, nous avions alerté la Direction sur le mal être des salariés et le besoin de reconnaissance après avoir vécu sans aucun doute l’année la plus difficile de leur carrière.

En effet, durant cette année 2020, les salariés de l’usine ont beaucoup enduré, avec d’un côté une crise sanitaire sans précédent et toutes ses contraintes et de l’autre la pression de la Direction pour continuer malgré le contexte la transformation de l’usine vers le  luxe.

Grâce à l’effort de l’ensemble des salariés, nous pouvions espérer légitimement un juste retour en fin d’année, mai s c’est la douche froide, la désillusion la plus complète, un mépris total et assumé, RIEN, vous n’aurez RIEN !

Voilà comment l’Oréal considère ses salariés : des outils de production au service des actionnaires.

A l’usine la colère monte ; de nombreux salariés ne sont plus augmentés depuis des années ; le niveau de vie baisse, la Direction appelle ça « la conscience économique », traduction : exploitation des classes laborieuses.

Pire encore, l ’Oréal ampute le salaire des personnes en arrêt maladie alors qu’elles n’ont pas touché les indemnités de sécurité sociale (IJSS) et leur provoque de graves problèmes financiers qui les rendent ainsi encore plus vulnérables !

Ce n’est pas faute de leur demander de mettre en place le principe de subrogation qui réglerait définitivement le problème comme à l’usine l’Oréal de BRI !!!!!

Une entreprise milliardaire, une usine représentant le luxe et des ouvriers sous payés sans perspectives d’évolutions !  Indécent !

 A l’usine, nous avons le pouvoir de changer les choses et obtenir des avancées ; en se rapprochant des élus CGT nous pourrons mettre en place des actions pour voir nos revendications aboutir.

Sinon ça ne fera qu’empirer !!!

La CGT revendique :

  • 300 euros d’augmentation net
  • La mise en place du principe de subrogation
  • Un plan de CAA

Nous souhaitons que la Direction du groupe l’Oréal entende nos revendications  faute de quoi il faudra que les salariés prennent une décision lourde de conséquence : UN DEBRAYAGE,  UNE GREVE !

Vos délégués CGT porteront votre parole à la prochaine NAO puis selon le résultat nous aviserons ensemble de l’action ou pas à mener.

Source : communiqué CGT Soproréal

 

CGT Soproréal à Aulnay-sous-Bois, parce que nous aussi nous le valons bien !

La crise sanitaire liée au virus COVID-19 a complètement déstabilisé l’économie mondiale et l’industrie cosmétique n’y a  pas échappé.

Dans ce contexte, l e groupe l’Oréal a dû s’adapter et par la mobilisation de ses équipes, de tous ses salariés, réalisé d’excellentes performances.

Grâce à l’effort et l’engagement de tous depuis plusieurs années maintenant et malgré une situation sanitaire compliquée, l’action l’Oréal a grimpé jusqu’à atteindre 25 % de progression avec une moyenne sur  l ’année 2020 de +20% comme le montrent le schéma et le tableau ci-dessous (source : L’OREAL FINANCE).

L’Oréal est une des entreprises qui a versé le plus d’argent à ses actionnaires dans le monde (15ème) malgré la crise et maintenu le niveau du dividende à 3,85 euros par action ; le paiement aux actionnaires est intervenu le 7 juillet.

La famille Bettencourt a en 2020 annoncé une fortune de 50 milliards d’ euros EN H AUSSE  Le chiffre d’affaires de l’O réal , au 30/09 est déjà de 20,11 milliards d’ euros.

De notre côté, à l’usine Soproréal, le projet de mutation vers le LUXE « EQUILIBRE » a continué à se mettre en place malgré des contraintes sanitaires drastiques et la pression exercée par la hiérarchie. Les salariés ont été malmenés tout au long de l’année et la plupart sont épuisés, au bout du rouleau ! Ce sacrifice de leur santé a-t-il une valeur pour l’Oréal ?

La Direction du site a fait beaucoup d’économies pendant cette période ; suppression de tous les événements festifs, fête de fin d’année, fête des anciens, réunions news café, mais aussi des coupes budgétaires sur le budget amélioration des conditions de travail et sur celui d’entretien des locaux ou encore sur le budget restaurant, fermé pendant le confinement, etc… ; tout cela mis bout à bout ce sont plusieurs centaines de milliers d’euros économisées !

Nous fondons beaucoup d’espoir sur les gratifications de fin d’année ; les EFA sont très attendus, avec, nous le souhaitons, des augmentations de salaire conséquentes en corrélation avec les bons résultats du groupe ; il ne peut en être autrement.

En tant que syndicat « partenaire social », nous proposons à la Direction une liste de revendications qui nous le pensons récompenserait la forte implication des salariés dans un contexte anxiogène et contraignant :

  • Une augmentation collective de salaire de 150 euros
  • Une prime intégrée COVID de 50 euros
  • La mise en place du principe de
  • Un salaire d’embauche à 2000 euros
  • Un premier coefficient d’embauche à
  • Un coefficient minimum de 205 pour les salariés de plus de 10 ans d’expérience.
  • Une dotation supplémentaire annuelle aux œuvres sociales du CSE de 20000

Cette liste n’est pas exhaustive et peut être complétée mais ces demandes sont légitimes. La Direction ne peut fermer  les yeux car  au  vue  des bons chiffres du  groupe l’Oréal , il y a  beaucoup d’argent dans les caisses, et il faut le partager équitablement !!!

50 milliards pour la famille Bettencourt, 25% d’augmentation de l’action l’Oréal, et déjà plus de 20 milliards de CA, et combien pour les salariés ?

Sans les salariés, l’Oréal ne serait RIEN, c’est pour cela que nous sommes en droit de demander une juste répartition des bénéfices. Notre implication dans cette période de crise et les risques encourus à venir travailler malgré la pandémie doivent être salués et récompensés par la Direction du groupe d’une manière exceptionnelle !

Nous ferons ensemble les comptes en janvier pour savoir si notre entreprise est juste avec ses salariés.

 La CGT souhaite de bonnes fêtes à tous les salariés, et surtout une bonne santé.

Source : Communiqué CGT Soproréal Aulnay-sous-Bois

Covid-19, la CGT Soproréal en a ras-le-bol du masque au travail !

Avant toute chose, nous voulons que les salariés sachent que leur sécurité est notre priorité ! Malgré cela, pour nous syndicat CGT Soproréal, le port du masque imposé par le groupe l’Oréal est exagéré et surréaliste.

Notre réflexion s’appuie sur des études sérieuses comme par exemple celle publiée « MASKS DON’T WORK » qui ont conclu que le masque n’a pas d’efficacité contre la transmission de virus. Le professeur Denis Rancourt parle d’une illusion de sécurité ! De nombreux spécialistes mettent en avant les problèmes de nocivité du port du masque de façon prolongée avec des pertes de capacité respiratoire ! D’ailleurs, le témoignage des salariés est éloquent : migraines, syncopes, boutons, grande fatigue, oppression.

Bien sûr, notre opinion n’a pas été prise en compte et aucune concertation n’a eu lieu avant la prise de décision de la Direction, ce qui rend inutile ensuite l’avis défavorable à l’unanimité prononcé pas le CSE sur ce protocole.

La Direction, elle, nous dit qu’elle s’appuie sur le protocole national pour les entreprises face à l’épidémie COVID-19 ; sur le masque nous n’avons pas la même lecture, il y a des dérogations de pouvoir le retirer pour respirer : seul dans un bureau, dans un atelier, sur une ligne, etc… Nous demandons à la Direction de nous présenter l’expertise de terrain sur laquelle elle s’est basée pour évaluer les risques.

Nous faisons remarquer à tous que pendant l’épidémie, le groupe l’Oréal a fait travailler ses salariés SANS MASQUES et aussi que les pouvoirs publics, le gouvernement dont le ministre de la santé affirmaient que le masque n’était pas utile, de qui se moque-t-on ? Un jour blanc, un jour noir, on ne peut définitivement pas leur faire confiance !

Il ne faut pas se laisser faire, tout cela est une atteinte à nos libertés ; cela doit rester un principe de précaution, mesuré et réfléchi et pas un dictat.

Malgré la généralisation du port du masque de façon obligatoire, les chiffres des cas de COVID 19 sont en hausse constante, comment est-ce possible ?

Même le ministre de l’économie, personne surprotégée et masquée en permanence, est positif au COVID 19 !
« Phénomène étrange » à noter, la Suède n’a jamais imposé le port du masque, ni le confinement et ne s’en porte pas plus mal !
Et que dire du personnel soignant qui a payé un lourd tribut pendant l’épidémie et pourtant lui il porte le masque tout le temps !
Pour nous salariés de l’Oréal, nous devons continuer à pouvoir respirer quand les circonstances s’y prêtent et refuser d’être muselés !!!!

Notre seule responsabilité est de respecter et protéger les personnes vulnérables en portant de façon stricte le masque en leur présence ; d’ailleurs, pour la plupart d’entre elles, elles ont perdu ce statut de vulnérabilité, ce qui doit nous interroger sur la motivation de cette décision ? L’épidémie n’est-elle plus la même qu’auparavant ? Ou bien le profit est-il plus important que la santé ?

En conclusion, la position de la CGT Soproréal est de ne pas imposer le masque de façon systématique et contrainte, seulement quand il est nécessaire, et bien sûr laisser le libre choix de le porter en permanence ou pas !

La CGT se tient à côté des salariés dans cette épreuve et se battra pour faire valoir ce droit fondamental de pouvoir respirer librement.

Source : communiqué CGT Soproréal

L’Oréal : plus fort que le Covid-19, le profit !

Dans un contexte de pandémie mondiale d’un virus mortel le covid-19, la CGT dénonce l’attitude irresponsable de certaines entreprises d’avoir continué à produire des biens non essentiels en mettant en danger la santé de leurs salariés !

C’est le cas de l’OREAL et de son usine d’Aulnay-Sous-Bois, qui malgré le confinement décrété par le gouvernement et la situation critique en Seine Saint Denis a fait travailler pendant un mois, jusqu’au 14 avril, ses salariés SANS MASQUES, NI GANTS, et une distanciation approximative inhérente au travail dans une usine de production !

Pour une entreprise qui prône le « bien-être », la santé de ses salariés n’est pas la priorité de la direction. Pour satisfaire son obsession productiviste, l’OREAL est prête à mettre en danger ses petites mains, en majorité des ouvriers.

L’entreprise du CAC 40 a annoncé à grand coup de communication dans les médias qu’elle orientait sa production de cosmétiques pour produire du gel hydroalcoolique. Elle informe refuser le mécanisme du chômage partiel et maintenir 100% du salaire aux non volontaires.

D’abord pour ce qui est du maintien de salaire, l’entreprise a créé un dispositif spécial destiné aux salariés de l’usine appelé « absence non travaillées » et qui fait perdre toutes les primes aux non volontaires soit à peu près 10% du salaire. Ce dispositif ne manque pas son objectif d’influencer les salariés dans leurs choix de venir travailler plutôt que de rester confiné !

S’agissant de la production de gel hydroalcoolique pour les services publics EHPAD, la vérité c’est que « ce bon geste » au demeurant a servi d’écran de fumée pour continuer à produire des milliers de parfums, d’échantillons de parfums gratuits et de soins cosmétiques !!!

Cette usine peut de produire du gel hydroalcoolique, pourquoi ne pas l’avoir réquisitionnée entièrement à ce besoin primordial comme la CGT le demande ?

Beaucoup d’efforts et de solidarité sont demandés aux salariés, mais qu’en est-il pour le PDG de l’OREAL et des actionnaires du groupe ?

Vont-ils refuser le versement de leurs dividendes pour « l’effort de guerre » ?

Le PDG Monsieur Agon et la famille Bettancourt vont-ils faire un don financier à la hauteur de leurs fortunes au service public de la santé ?

Pour le 11 mai, la CGT est très inquiète de la reprise générale du travail envisagée en Seine-Saint-Denis car la situation sanitaire reste très grave dans notre département.

Ce ne sont pas les annonces du gouvernement pour le déconfinement qui sont faites pour nous rassurer. Bien au contraire, le risque de contagion pourrait s’amplifier.

Pour la CGT cette décision n’a qu’un but économique au détriment de la santé de la population !
On l’a bien compris, le patronat veut se servir de cette crise sanitaire pour exploiter toujours plus le monde du travail et augmenter ses profits.

Leurs profits, nos morts !!!!

Source : communiqué UL CGT Aulnay-sous-Bois

Covid-19, l’usine L’Oréal d’Aulnay-sous-Bois produit du gel hydroalcoolique à la place du fond de teint

L’usine de cosmétiques a adapté son outil de production pour fabriquer du gel hydroalcoolique, destiné à être distribué gratuitement aux agents de la ville et aux professionnels de santé.

C’est un ballet incessant de petits tubes blancs. Siglés « usine d’Aulnay – interdit à la vente », les flacons passent sous un bec verseur, sont emplis d’un liquide visqueux et transparent, puis scellés et empaquetés par cartons de soixante.

À Aulnay-sous-Bois, l’usine L’Oréal s’est mise au diapason de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 : depuis trois semaines, deux lignes de production habituellement utilisées pour la fabrication de fond de teint sont désormais dédiées à la mise en flacon de gel hydroalcoolique, en parallèle de l’activité habituelle.

Sur le site, dix tonnes de gel hydroalcoolique ont déjà été produites, et douze autres tonnes doivent l’être d’ici la fin du mois. Le tout devant être distribué à la municipalité, principal bénéficiaire pour la protection de ses agents, ainsi qu’aux hôpitaux, pompiers de Paris, aux Ehpad et professionnels de santé du secteur.

Source, image et article complet : Le Parisien

SOPROREAL Aulnay-sous-Bois : Le principe de subrogation malade sans contrainte financière

Vous trouverez en cliquant sur l’image ci-contre un communiqué de CGT Soproréal concernant le souhait de mise en place de la subrogation sans contraint financière.

L’ORÉAL lance son premier incubateur de technologies 4.0 dédié à l’industrie et à la Suply Chain à Aulnay-sous-Bois

Clichy, le 3 juin 2019 – Ce matin, L’Oréal a inauguré le « MYT – Make Your Technology » : le premier incubateur de technologies 4.0 créé pour ses collaborateurs et dédié à l’industrie et à la supply chain

du futur.

L’Oréal développe depuis de nombreuses années des partenariats avec des incubateurs externes de start-ups pour encourager l’innovation technologique. Le MYT a pour vocation de créer cette même démarche d’incubation ; cette fois-ci en interne, pour identifier, développer et implanter des idées grâce aux nouvelles technologies 4.0, tout en formant les équipes aux méthodes agiles (idéation – incubation

  • accélération).

Installé à Aulnay-sous-Bois, berceau historique de l’Industrie et de la Recherche de L’Oréal, ce nouvel incubateur a été mis en place pour les équipes industrie et supply chain de la région EMEA (Europe – Moyen Orient – Afrique). Il prend la forme d’un espace collaboratif de 800m2. Il est doté des dernières technologies de pointe (robots, imprimantes 3D, technologie numérique, réalité virtuelle et augmentée…) et fonctionne avec la coopération étroite d’experts, de start-ups et d’universités. Le MYT apporte ainsi aux équipes tous les moyens de créer, prototyper et transformer leurs projets en réalisations concrètes, pour un déploiement international.

Barbara Lavernos, Directrice Générale Technologie et Opérations de L’Oréal, a déclaré : « Dans un éco-systèmeouvert, nous sommes très heureux d’apporter de nouvelles opportunités à nos équipes pour façonner la beauté de demain, avec des technologies de pointe et des méthodes d’accélération de projets plus agiles. Le MYT est une fabuleuse aventure humaine, qui vise à développer l’intraprenariat, la collaboration et à transformer plus rapidement des idées gagnantes pour notre industrie et notre supply chain. C’est un levier essentiel dans notre transformation digitale et technologique du champion de la beauty tech que nous voulons être ».

Un appel à projets, lancé en janvier 2019, auprès des collaborateurs de l’industrie et de la supply chain de L’Oréal de la région EMEA (Europe – Moyen Orient – Afrique), a rassemblé plus de 160 idées. Après sélection des projets par l’ensemble de cette communauté (via une plateforme), ce sont 14 équipes, de 5 nationalités différentes et venant de 12 sites européens de L’Oréal, qui ont intégré le MYT en avril pour développer leurs projets en deux phases (incubation, puis accélération).

Source et article complet : Zonebourse

%d blogueurs aiment cette page :