Publicités

Archives de Catégorie: Société

Ne pas oublier qui que ce soit lors de la disparition d’un proche avec la distribution de cartes de décès

La disparition d’un proche est toujours un cap difficile à surmonter. C’est à ce moment là que l’on peut compter sur de véritables amis, des personnes qui peuvent vous aider à surmonter cette épreuve, et qui vous accompagneront tout au long des commémorations jusqu’à l’enterrement ou l’incinération du corps.

Les membres de la famille, les proches, les amis, les collègues et les connaissances qui ont compté sur le défunt sont bien souvent disséminés un peut partout en France et parfois à l’étranger. Afin de les prévenir et des les remercier de leur présence aux obsèques, la diffusion de carte de remerciement décès prend tout son sens. Avec ces cartes décès que vous pouvez commander en ligne et que vous pouvez personnaliser pour en faire des cartes de condoléances ou un faire-part de décès, vous allez pouvoir réunir autour du défunt les personnes qui ont pu compter dans son existence.

Que ce soit pour annoncer le décès ou remercier les personnes qui auront fait le déplacement et qui vous accompagneront dans votre deuil, il vous faudra identifier au travers d’une liste celles et ceux qui sont susceptibles de venir lors de la cérémonie funéraire et surtout, bien récupérer leurs adresses postales, à l’heure où une grande partie de la communication devient impersonnelle par email. Ces cartes de remerciement devront s’appuyer sur un modèle sobre mais suffisamment personnalisé afin de montrer à quel point la présence de la personne comptait à vos yeux. N’hésitez pas à choisir différents modèles en fonction des relations qu’avaient les proches avec le défunt : membre de la famille, collègue de travail, collègue associatif, ami d’enfance, voisin…

Bien entendu, la carte n’a de sens que si elle contient un message émanant du plus profond de votre personnalité. Un petit texte simple mais émouvant, avec si possible une citation bien connue, sera apprécié des proches. Vous pouvez bien entendu laisser libre court à votre imagination pour personnaliser le texte en fonction du rôle et des relations des destinataires par rapport au défunt. Envoyez si possible ces cartes dans les deux semaines suivant l’enterrement ou l’incinération du défunt, et n’hésitez pas à vous faire aider si besoin est.

Un décès peut être imprévisible, soudain, sans crier garde. Il est important de préserver l’image du défunt, qu’il ait été une personnalité politique, une personnalité associative, une figure locale ou un simple citoyen ayant participé ou non à la vie de la collectivité. Même après la mort, sa personnalité reste à jamais ancrée dans les mémoires et quoi de mieux que de faire lui faire honneur en invitant et en remerciant le maximum de personnes qui ont fait le déplacement pour les funérailles. Que vous soyez pratiquant ou non, que vous soyez religieux ou agnostique, ces petits gestes seront bien appréciés par l’entourage du défunt.

Enfin, n’oubliez pas qu’à l’heure du tout numérique, il est toujours bon de rendre hommage à une personne qui nous est proche via un témoignage que vous pouvez publier sur l’un des blogs ou au travers des réseaux sociaux.

Source : contribution externe.

Publicités

A la découverte de la régie d’Aulnay-Sous-Bois

Aulnay cap est allée à la rencontre de La Régie de Quartier sise 4 allée d’Oslo à Aulnay sous Bois, elle a pour but d’améliorer le cadre de vie des habitants de ce quartier avec une équipe composée de 50 salariés sur les différentes structures ; 30 bénévoles (y compris le conseil d’administration) ; 500 adhérents sur le secteur famille et 200 adhérents pour activité « sport ».
Et les habitants, de monter des projets répondant à leur besoin, leur attente dans divers domaines.

Il en résulte la création de services de proximité : second œuvre du bâtiment, espaces verts, traiteur, salon de coiffure, café club, épicerie solidaire, activités famille (sorties culturelles, couture, rencontres inter générationnelles à travers par exemple des jeux de sociétés, des journées de solidarité en partenariat avec l’ensemble de nos partenaires privés/publics ainsi
que bailleurs sociaux.

Soixante-dix jeunes du quartier ont participé en 2018 à nos chantiers éducatifs . Ils ont contribué à la remise en état de parties communes (nettoyage, peinture) d’immeubles pour Emmaüs, de locaux au lycée Fénelon, et aussi pour les besoins de la ville d’Aulnay sous Bois grâce aux marchés passés avec ces derniers. Ce qui a permis de financer des formations pour le permis de conduire, des séjours découverte,…

A travers les chantiers solidaires qui s’adressent aux seniors en grande difficulté sociale, avec des jeunes filles et garçons de 16 à 20 ans, sous la direction d’un encadrant technique de la régie de quartier, de partenaires tels que Bricoman, Emmaüs, sera remis en état fin mars chez une locataire une pièce de son logement (dépose de papier peint, dalles plafond, application de l’enduit et peinture).

Par ailleurs, la régie accompagne des habitants qui organisent des maraudes en direction des sans abris. Il leur est distribué des repas, des vêtements, des couvertures et est établi un lien avec ces personnes.

A l’épicerie sociale, les mercredis, au sein de « La Maison Blanche » qui permet à 80 personnes de bénéficier d’un panier repas garni par Carrefour dont 30 sont livrés à domicile pour les personnes à mobilité réduite.

Toujours à « La Maison Blanche » la CAF y tient une permanence et y sont organisés différents ateliers, activités.

La dernière en date, animée par le secteur famille, concerne une sortie en Belgique qui a rencontré un beau succès, à savoir une centaine de personnes. Autre initiative importante, la journée citoyenne invitant les habitants à participer à la propreté de leur environnement.

Et enfin nous accueillons des collégiens, des lycéens pour découvrir le monde du travail et ceci dans le cadre de leur scolarité.

Ci dessous, la galerie photos fournie par la régie de quartier, que je remercie.

 

 

La cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois infestée par les rats et où les pères et maris ont démissionné

La cité de l’Europe, c’est 800 familles entassées les unes sur les autres et un chômage endémique. Les portes des caves ont été condamnées pour éviter les trafics de drogue et, « du coup, on a des poubelles en permanence dehors, c’est très sale », s’énerve Fatou. « Tôt le matin, quand je pars au travail, vers 4 heures, je vois des rats… », renchérit une autre maman exaspérée. Les poubelles, le manque d’entretien des bâtiments : les habitants se sentent abandonnés, délaissés. Pourtant, ici, c’est la solidarité et le respect qui priment. « Dans notre culture [sénégalaise, malienne…], on écoute les anciens, les mamans. Nos enfants nous respectent, on est les mieux placées pour leur parler, alors on le fait. » Chaque année, le 31 décembre, elles patrouillent de nuit dans la cité par brigades de dix mamans pour éviter que les voitures ne brûlent ! Dans le petit parc, au centre des bâtiments identiques et symétriques, les petits frères et petites sœurs participent au grand nettoyage avec application.

Mais où sont les hommes, les pères, les maris ? « Oh, eux, ils n’aiment pas faire ça, relève une maman, un peu cynique. Ce sont les femmes qui font tout ici. Elles travaillent, élèvent les enfants, nettoient, gardent les petits-enfants, on a la vie dure… » Djénébou est épuisée mais, avec Fatou, sa grande copine, elle prend son balai comme un bâton de pèlerin, pour montrer que la cité ne doit pas seulement remplir la colonne des faits divers, que c’est leur maison, et que les mères peuvent beaucoup, même âgées, fatiguées et parfois malades, à cause de leur métier épuisant. Il est presque 16 heures, elles ont acheté de la viande, des saucisses pour faire un barbecue, avec les jeunes. Où sont-ils d’ailleurs, tous ces jeunes ? « C’était vendredi hier soir, ils sont sortis, ils dorment, ils vont venir vers 17 heures, on va les attendre et partager ce moment avec eux, mettre un peu d’ambiance. » La police n’est pas revenue depuis plusieurs semaines… Une victoire pour ces mamans militantes.

Source et article complet : Paris Match

Avec Internet, bientôt plus besoin de se déplacer pour obtenir un document

Vous habitez en Seine-Saint-Denis mais vous êtes né bien loin, en province ou ailleurs. Pour certaines démarches administratives ou pour souscrire à un prêt immobilier, on peut vous demander certains documents comme un acte de naissance ou encore le livret de famille. Si autrefois, il fallait retourner dans la mairie où se situe votre lieu de naissance, vous faisant faire des centaines de kilomètres juste pour cette démarche, il est possible aujourd’hui de réaliser la plupart de ces opérations en ligne, via un portail accessible sur Internet.

Différents sites sont ainsi disponibles pour obtenir ces documents où vous pourrez, gratuitement ou non, recevoir les pièces demandées en indiquant vos coordonnées.

Certains documents sont indispensables pour renouveler son passeport ou sa carte d’identité, et malgré toute la rigueur que l’on peut avoir dans le classement des documents administratifs, il n’est pas rare que certains de ces documents s’égarent.

On a souvent tendance à décrier Internet, ses abus, ses dérapages. Véritable lieu d’échange et d’expression, Internet est souvent mis à mal par certains groupuscules qui dénoncent le côté mercantile et le flicage des informations. Cependant, comme l’en atteste ce billet, ce formidable outil peut également rendre de fiers services et faire gagner un temps considérable en quelques clics. Sans compter le bilan carbone très positif, compte-tenu de l’absence de déplacement, souvent effectué en voiture.

On peut désormais presque tout faire sur Internet, et à défaut d’être parfait, cet outil a considérablement modifié la société humaine et sa manière de communiquer.

Source : contribution externe

16eme salon du vin et du goût à Drancy

 À l’approche des fêtes de fin d’année, la 16e édition du Salon du vin et du goût ne faillira pas à la tradition : il sera une belle source d’inspirations.

La cuvée 2018 du salon organisé par l’AFM Téléthon et la ville de Drancy s’annonce particulièrement goûtue, avec sa quarantaine d’exposants. Ils présenteront des spécialités culinaires des différentes régions de France, des vins de différents terroirs, mais aussi de l’artisanat. C’est une très bonne occasion, à quelques semaines de la fin de l’année, de réfléchir à quelques cadeaux. Vous pourrez faire vos achats, mais aussi déguster sur place des produits de grande qualité.

L’intégralité de la location des espaces est ainsi reversée à l’association qui tiendra aussi un stand où seront vendus plein de petits objets. Et puisque vous prendrez assurément un sac pour faire vos emplettes, emportez avec vous quelques jouets qui prennent la poussière au fond de vos armoires, pour les déposer sur le stand de Century 21. Cette collecte se fait au profit des Restos du cœur

 

** Salon du vin et du gout, les 1er et 2 décembre,

gymnase Joliot Curie, 107 avenue Jean Jaurès, 93700 Drancy

ouvert le samedi et le dimanche de 10 h à 18 h.

Il y a 15 cm de neige et la France panique

Ces derniers jours ont été particulièrement chaotique en France, et plus particulièrement en région Parisienne : la neige a non seulement provoqué des embouteillages monstres (ce qui était prévisible), mais a également entraîné la fermeture d’écoles, de magasins, de bureaux de Poste… Les trains ne circulaient plus, sans parler des bus. Une partie de la France semblait paralysée.

Si la journée de Mercredi était particulièrement horrible du fait des routes non sablées et d’un certain manque de préparation, la journée de jeudi, pourtant beaucoup plus abordable, a été également éprouvante pour les parents avec les écoles fermées ou en effectifs réduits, les trains qui circulaient au ralenti, et les bus toujours interdits de circulation.

Pourtant, cet épisode neigeux n’a rien d’exceptionnel. Même si le « réchauffement climatique » nous a habitué à des hivers particulièrement doux, il n’était pas rare d’avoir, dans les années 70s/80s, des journées à -10°C, des routes avec des congères, des trottoirs enneigés. Pourtant, cela n’empêchait pas les voitures, et même les camions, de rouler. Les trains circulaient. Les écoles restaient également ouvertes, pour la plupart. Et les employés faisaient tout leur possible pour rejoindre leur lieu de travail (à l’époque, il n’était pas question de travailler à distance, le télé-travail n’existait quasiment pas).

Cet après-midi, un nouvel épisode neigeux est attendu. On imagine bien la panique cet après-midi sur les route la veille du week-end. Et pourtant, un peu de prudence, une meilleure organisation et de la proactivité permettraient de passer certes une journée difficile, mais surmontable. Comme quoi, la société évolue, mais notre capacité d’adaptation elle semble aller dans l’autre sens…

Bus incendié, violences et révoltes dans le quartier de Savigny à Aulnay-sous-Bois pour Yacine ?

Depuis la mort de Yacine dans des circonstances étranges dans une cave de la copropriété Savigny paire à Aulnay-sous-Bois, rien ne va plus dans ce quartier.

Il n’est pas rare d’avoir une nuit agitée, d’avoir des voitures brûlées, des altercations avec les forces de l’ordre. Si l’affaire Yacine a certainement échauffé les esprits, on peut se demander à qui profite le crime, sachant que la famille du défunt a demandé le calme.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup se demandent pourquoi nous ne parlons pas des manifestations pacifiques et des circonstances étranges de la mort du jeune homme. Il est vrai que l’on essaye de limiter les « copier/coller » du Parisien et que l’on essaye de proposer des informations justes et pertinentes. Les images de la manifestation ont été largement relayées, et « La Révolution est en Marche » a sauté sur l’occasion pour mettre en avant le mal-être de certains quartiers.

Concernant la mort de Yacine, nous ne pouvons pas relayer des informations non vérifiées. Des autopsies ont eu lieu, des experts se sont prononcés, une enquête est en cours et la justice décidera. Ce n’est pas à nous de reporter la culpabilité sur tel ou tel organisme.

Pour revenir au sujet, le quartier de Savigny était autrefois paisible, même les émeutes de 2005 l’avaient quasiment épargné. On peut se demander maintenant quel est le but des émeutiers, si ce n’est faire fuir les commerces et les (de plus en plus rares) personnes qui peuvent encore, de par leurs moyens, faire vivre le commerce de proximité.

Espérons que les associations qui veulent œuvrer pour le bien-être des quartiers puissent faire passer un message de calme et de paix avant qu’il ne soit trop tard…

Le classement du Figaro des villes les plus dynamiques de France, Aulnay-sous-Bois en difficulté

Le Figaro a fait une analyse sur les plus grandes villes de France par rapport à différents critères sur le plan économique et social.

L’étude est disponible ici.

Si Aulnay-ous-Bois s’en sort pas trop mal sur le plan de la couverture de la 4G et sur le nombre d’entreprises créées, elle est à la traîne sur le plan du salaire médian, sur l’indice de pauvreté, et au niveau de l’emploi.

Au niveau de la croissance démographique, malgré de nombreuses constructions, celle-ci reste plutôt stable. Les villes du Blanc-Mesnil et de Saint-Denis semblent plus en difficulté qu’Aulnay-sous-Bois.

Quand vos courriers sont ouverts par les agents de La Poste

Cela vous est certainement déjà arrivé : vous envoyez votre courrier correctement timbré, il comporte une petite pièce en plastique ou une feuille de papier, vous pensez avoir fait le plus dure et hop : le destinataire reçoit le courrier en lambeaux, souvent dans une enveloppe plastique avec une petite lettre d’excuse de La Poste.

Que s’est-il passé ? Et bien ce n’est pas un bourrage de la machine de tri qui a détruit votre courrier ni même une erreur de manutention, mais une personne – ou un groupe de personnes – qui a délibérément ouvert votre courrier en l’arrachant d’une manière bien peu habile.

Pourquoi le courrier a été ouvert ? Tout simplement parce ce que votre courrier contenait quelque chose qui ressemblait à une pièce de monnaie ou à un billet de banque.

Lors de l’affaire de l’Anthrax (pour les plus anciens qui s’en souviennent), un petit malin avait glissé une pièce de plastique avec un peu de farine et hop, comme par hasard, le service de tri donne l’alerte en disant qu’il y avait peut-être une alerte à l’Anthrax. Cependant, si ce service n’avait pas ouvert l’enveloppe (à cause de la pièce en plastique), et bien cette lettre aurait été acheminée sans grabuge.

Moralité : si vous voulez donner de l’argent liquide à un membre de votre famille, ne le faites pas par voie postale, mais optez pour un virement électronique. Il existe de nombreuses façons de le faire gratuitement.

PS : cela est arrivé à un membre de la rédaction. Le courrier ne contenait rien d’autre d’une lettre au format billet, l’enveloppe est arrivée déchiquetée, dans un sac plastique, avec la lettre en bon état. La moindre des choses aurait été de rembourser le prix du timbre…

Le centre d’exploitation des lignes 16 et 17 sera construit sur l’ancien site PSA à Aulnay-sous-Bois

On se demandait ce qu’allait devenir le site PSA à Aulnay. Après la vente de quelques parcelles à des entreprises de logistique et à Carrefour, nous apprenons que la société du Grand Paris prévoit d’installer le centre d’exploitation des lignes 16 et 17 sur l’ancien site PSA à Aulnay.

La Société du Grand Paris va investir  592 millions dans ce centre. Cela créera 350 emplois, avec comme objectif de rendre opérationnel l’infrastructure pour 2023.

Le centre sera connecté à la ligne 16 par un tunnel d’environ 1,5 km. A environ un kilomètre du centre, le raccordement à la 17 se fera par une voie en viaduc, puis un ouvrage de franchissement existant sous l’A104 (il semblerait que ce soit une partie de cette ligne où la rédaction d’Aulnaycap a fait un reportage).

%d blogueurs aiment cette page :