Archives du blog

Arrivée cet automne de médicaments et traitements contre la Covid-19 pour pallier aux imperfections des vaccins

Les différents vaccins proposés aux Français jusqu’à présent ne font pas l’unanimité, que ce soit au sein de la classe politique et ou chez les scientifiques, même si tous s’accordent à dire que le développe de cas graves est en nette diminution.

Pour sauver des vies (les vaccins ne garantissent pas 100% de succès, loin de là) et faire face aux mutations de la Covid-19 (les vaccins perdent de leur efficacité au bout de 6 mois et se montrent moins efficaces contre le variant Delta comparé à la souche originelle du virus), des laboratoires ont mis au point des médicaments pour renforcer le corps avec des anticorps monoclonaux ou polyclonaux. Il y a aussi, en cours de test, des traitement préventifs et des traitements après infection pour diminuer les formes de cas grave.

Ces médicaments sont attendus en automne cette année. Les personnes réfractaires aux vaccins pourront se tourner vers une autre solution pour se protéger du virus et de ses mutations.

Pour les non-vaccinés, une sensation d’être mis au ban de la société

Si une majorité de français est vaccinée, soit par conviction, soit par dépit, une minorité non négligeable a décidé de faire l’impasse sur la vaccination et ce, pour des raisons diverses et variées (croyances, peur, manque de conviction sur l’efficacité des vaccins, solidarité avec les membres de la famille qui ne veulent pas se faire vacciner…). Et si en règle générale, les non-vaccinés acceptent la décision des vaccinés – et vice et versa -, la mise en place du pass sanitaire a creusé un profond fossé qui sépare deux parties de la population, parfois des familles.

Pour les non-vaccinés, de nombreuses activités sont désormais proscrites. Certaines sont anecdotiques, d’autres bien plus problématiques. Parmi les restrictions, on peut noter :

  • La non-possibilité de manger dans un restaurant même en terrasse. C’est une contrainte modérée dans la mesure où l’on peut très bien manger chez soi ou prendre des repas à emporter, mais les personnes non-vaccinées qui aimaient boire le café en terrasse ou au comptoir doivent faire l’impasse, y compris pour les plus fragiles qui ont besoin de contact humain
  • L’impossibilité de se rendre dans certains hypermarchés. Là aussi, la contrainte n’est pas élevée, on peut se rendre dans un supermarché ou acheter certains produits spécifiques via Internet
  • De nombreux endroits sont désormais prohibés pour celles et ceux qui n’ont pas leur pass sanitaire, à commencer par les cinémas, les salles de spectacle. Là aussi, ce n’est pas contraignant, les films et autres productions étant disponibles légalement sur Internet quelques mois après, mais cela peut être frustrants, notamment chez les cinéphiles
  • Les parcs d’attraction, de nombreux lieux touristiques nécessitent désormais le pass sanitaire
  • Beaucoup plus problématique, l’impossibilité, y compris pour les enfants, de faire du sport en club à partir de fin septembre sans pass sanitaire. Ces enfants risquent de perdre beaucoup au niveau capacité physique, mais aussi d’être perturbés au niveau mental, le sport en club étant pour beaucoup de jeunes une bouffée d’oxygène et un moyen d’échapper aux écrans
  • Enfin, dans plusieurs corps de métier, de nombreux salariés ou employés vont se retrouver sans salaire

Si toutes et tous – ou presque – respectent le choix de celles et ceux qui se sont fait vacciner, ces nouvelles contraintes risques fort bien de laisser des séquelles, les dépistages PCR ou antigéniques étant contraignants et, bientôt, payants.

Si personne ne doute – ou presque – de l’efficacité des vaccins, ceux-ci sont loin d’être parfaits :

  • Les études montrent qu’ils ne protègent pas à 100%, et loin de là, et qu’ils ne permettent pas d’enrayer la transmission. Les personnes âgées vaccinées contre la grippe pouvaient accueillir leurs petits-enfants et arrières petits-enfants même non vaccinés (pour une large majorité d’entre eux). Avec ces vaccins anti-covid, ce n’est pas le cas
  • Plusieurs pays qui ont mis en place une grande campagne de vaccination remettent en place des restrictions avec, pour certains vaccins, la nécessité d’appliquer une 3e dose
  • Au début de la pandémie, on nous parlait d’immunité collective. Aujourd’hui, on nous annonce que c’est une chimère. Pourtant, plusieurs pays notent que la vaccination totale ne permet pas d’enrayer ni de protéger, même si on note une baisse des cas graves. BunisessTravel, qui n’est pas un site complotiste, en parle dans un article
  • L’Inde, mais aussi l’Afrique du Sud et d’autres pays, semblent avoir réussi à endiguer le variant Delta et ce, malgré un faible taux de vaccination. Certes il y a eu des restrictions fortes, mais aujourd’hui ces pays sortent du confinement et des traitements – qui ne sont pas des vaccins – ont été appliqués avec semble-t-il assez de succès

Il est trop tôt pour parler des effets des vaccins sur l’organisme, même si des effets secondaires ont été reconnus et que d’autres sont sous étroite surveillance. Il est fort probable qu’il n’y ait rien. Mais pour de nombreux sceptiques, c’est surtout l’efficacité qui est loin d’être parfaite qui est mise en cause. Le vaccin contre la fièvre jaune est efficace à 100%. Le vaccin contre la grippe saisonnière protégeait les personnes vulnérables mais n’empêchait pas les non-vaccinés de vivre.

Si les actions des « anti-vax », propos à connotation négative pour désigner celles et ceux qui sont contre les vaccins, agacent, il faut tenir compte de la fragilité d’une partie de la population, le choc de l’annonce de ce pass sanitaire (qui était il y a encore quelques mois moqué par plusieurs membres du gouvernement), et la fin d’un certain mode de vie. Bien entendu, de nombreux propos complotistes peuvent prêter à sourire, mais il est préférable de combattre sur le plan de la science les instigateurs de ces complots plutôt que les personnes qui les défendent et qui manquent de recul.

Enfin, ne sombrons pas dans la division et dans un conflit aussi inutile que stérile. Laissons libre à chacun de choisir en son âme et conscience, ne faisons pas de paternalisme ou de critiques dérisoires. Dans cette histoire il y a :

  • Ceux qui profitent de cette situation et qui tirent les ficelles pour s’enrichir ou gagner en influence
  • Les idiots utiles qui se croient intelligents mais qui ne voient pas qu’ils sont manipulés, et qui ne gagnent rien au final
  • Tous les autres qui ne veulent qu’une chose : vivre pour eux et pour leur famille

Cette situation sans précédent est très dure à supporter pour certains qui se voient même ostracisés par une partie de leur famille. Ne jugeons pas, il sera temps de faire le bilan dans quelques années où celles et ceux qui se sont trompées pourront faire leur auto-critique.

Galère sur le RER B aujourd’hui à Aulnay-sous-Bois, le variant Delta va t-il se propager ?

@Fathi

Que l’on soit vacciné ou non, le variant Delta se transmet grâce à la promiscuité et aux espaces clos. Avec la nouvelle galère du RER B à Aulnay-sous-Bois, la photo ci-contre montre que ce variant a toutes les chances de se transmettre.

Le simple déclenchement du système d’alarme a provoqué ce chaos.

La Seine-Saint-Denis donne 640 000 masques à la Tunisie, frappée par le variant Delta Covid-19

Face à la détresse des Tunisiens, frappés de plein fouet par le variant Delta, un élan de solidarité s’est mis en place en Seine-Saint-Denis. Citoyens, associations et élus se sont mobilisés. Et grâce notamment au conseil départemental, 640 000 masques chirurgicaux et 14 400 blouses ont été donnés, ce mercredi, à l’ambassade de Tunisie à Paris.

« Je salue votre soutien et cet élan de solidarité, insiste Mohamed Karim Jamoussi, l’ambassadeur de Tunisie en France. On essaie d’accélérer la campagne de vaccination en Tunisie car c’est la clé. Mais en parallèle, on essaie aussi de renforcer les équipements et le matériel de nos institutions. »

La situation sanitaire en Tunisie est très inquiétante. La vidéo d’un médecin tunisien en pleurs n’a cessé de tourner et d’émouvoir les réseaux sociaux ces derniers jours. Le pays est submergé par le variant Delta. Des hôpitaux de campagne ont été montés en urgence pour faire face à la crise. « Devant la gravité de la crise tunisienne, l’émotion que cela suscite et les sollicitations nombreuses de la diaspora et de nombreuses associations », le département de Seine-Saint-Denis n’a pas pu rester muet. Il a remis officiellement, ce mercredi matin, plusieurs centaines de milliers de masques chirurgicaux et de blouses à l’ambassade de Tunisie, situé dans le VIIe arrondissement de Paris.

Source et article complet : Le Parisien

Covid-19, le terrible variant Delta frappe la ville d’Aulnay-sous-Bois

Les chiffres que nous avons en notre possession ne mentent pas : près de 1 cas sur 2 des nouveaux contaminés à Aulnay-sous-Bois le sont avec le variant Delta, autrement dit le variant Indien. Plus virulent, plus résistant aux vaccins et, par conséquent, faisant plus de victimes, le variant est en train de créer une nouvelle vague avec à la clé de nouvelles restrictions sanitaires.

Malgré les précautions prises, le masque et les gestes barrière, rien ne semble entraver la progression de ce variant.

%d blogueurs aiment cette page :