Publicités

Archives de Catégorie: Associations

Ateliers sur la circulation autour du vélo

Cet automne, l’étude sur le plan de circulation entre dans une nouvelle phase avec la mise en place d’ateliers sur les circulations douces.

Inscrivez-vous jusqu’au 20 septembre pour participer aux groupes de travail !

 Objectif : développer et faciliter la pratique du vélo à Aulnay

 

 

Publicités

Les marchés de la ville d’Aulnay-Sous-Bois fêtent la rentrée !

Cette semaine, les marchés de la ville d’Aulnay-Sous-Bois fêtent la rentrée ! Des animations et des opérations commerciales seront organisées par vos commerçants de proximité.

–>> https://www.aulnay-sous-bois.fr/…/les-marches-daulnay-sous…/

 

L’association  » Claquettes en folies » au forum des associations d’Aulnay

L’association « Claquette en folies » nous à offert, une démonstration de claquettes,

Renseignements:

Cours de claquettes – Box de danse – Ferme du Vieux Pays, 30 rue Jacques Duclos – 93600 Aulnay-sous-Bois

 

Ci dessous, la vidéo:

Démonstration de danses bretonnes au forum des associations d’Aulnay-Sous-Bois

Pour cette vidéo, je vous emmène en terre Bretonne, découvrir la vie de la grande Anne de Bretagne.

Anne de Bretagne, née le 25 ou 26 janvier 1477 à Nantes et morte le 9 janvier 1514 à Blois, est duchesse de Bretagne et comtesse de Montfort et d’Étampes et, par ses mariages, reine des Romains, puis de France, puis de nouveau reine de France et reine de Naples et duchesse de Milan

La reine est un enjeu central dans les luttes d’influence qui aboutissent après sa mort à l’union de la Bretagne à la France.en 1532. La noblesse bretonne, voulant préserver ses privilèges comme ses prérogatives, s’évertue alors à prouver par l’intermédiaire de l’historiographie régionale que sa dernière duchesse a résisté à cette annexion. Anne de Bretagne reste depuis lors dans la mémoire bretonne un personnage soucieux de défendre le duché face à l’appétit de la France. Parallèlement, elle est élevée dans la mémoire nationale comme un symbole de paix et de concorde dans le royaume dont elle a été sacrée la mère.

Le destin posthume d’Anne de Bretagne est composé d’images déformées par son histoire façonnée par les calculs politiques et les jeux de propagande. D’où la nécessité de séparer l’historiographie objective d’Anne de Bretagne de l’imaginaire collectif breton qui fait régulièrement appel à cette référence culturelle dans des supports publicitaires, des spectacles et manifestations folkloriques, et de dépasser la vision antagoniste des historiens bretons qui poursuivent avec ce personnage une mythification de leur passé, et une historiographie nationale voulant forger le mythe d’une nation française une et indivisible

Source: Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_de_Bretagne

Tout de suite, la vidéo

Les clowns du forum des associations d’Aulnay – 2eme partie

 

 

 

 

Des clowns étaient sur le forum des associations d’Aulnay.

Vous remarquerez en arrière plan, juste dèrrière les clowns, LE CLOWN MUNICIPAL, et oui, je le connais de très très près.

Il est pour moi, mon parrain, et oui…

Voici ici, le 2eme extrait de nos amis les clowns.

 

Des clowns au forum des associations d’Aulnay-Sous-Bois

Des clowns étaient présents à la 21 eme édition du forum des associations d’Aulnay, ils nous ont offert de grands moments musicaux.

Je vous offre ici une première vidéo:

 

Randonnée organisée par l’ASPE à Drancy le dimanche 15 septembre

Vous souhaitez faire un décrassage après de congés bien mérités ? L’ASPE de Drancy vous propose une randonnée dans la bonne humeur le dimanche 15 septembre.

Rendez-vous à 8h30 salle Albert Liard (12 rue Etienne Dolet, Drancy)

Inscription possible au 06.52.03.47.62 ou 06.82.17.32.55

Le CADA veut inspirer les candidats aux municipales à Aulnay-sous-Bois et critique l’action du maire sortant

Le Cada, qui revendique plusieurs centaines de sympathisants, publie 85 pages de propositions pour nourrir le débat politique.

Soulever les problèmes, mais aussi proposer des solutions « non partisanes », insiste Sylvie Billard, coordinatrice du Cercle amical démocratique aulnaysien (CADA). Cette association locale publie un « Manifeste pour servir Aulnay-sous-Bois ».

Un document de 85 pages, fruit d’une centaine de réunions, qui, à six mois des municipales, veut « nourrir » le programme des candidats. Et pourquoi pas, appuyer la création d’une liste issue de la société civile.

Les pratiques municipales épinglées

Une réunion de présentation de ce manifeste s’est tenue mercredi, devant une cinquantaine d’acteurs locaux – associatifs, entrepreneurs, habitants… – et le maire Bruno Beschizza (LR), présent malgré la visite de deux ministres ce jour-là, ainsi que d’Evelyne Demonceaux, élue d’opposition PS. Sans broncher, l’édile a écouté les membres du Cada tirer à boulets rouges sur « le manque de démocratie participative sur la ville » et les « pratiques municipales à repenser complètement ».

Mais au-delà de la critique, l’association a aussi formulé une longue liste de propositions, sur les thèmes, pêle-mêle, de la transparence municipale, de la nécessaire participation des habitants aux décisions, de la sécurité, l’emploi, l’urbanisme, l’écologie…

«Décisions concertées avec les habitants »

« Au cœur du combat du Cada : la démocratie participative, la participation des habitants à la prise de décisions », rappelle Sylvie Billard, qui regrette, s’agissant de la municipalité actuelle, « que les décisions ne soient pas assez concertées avec les habitants ».

Là-dessus, l’association propose par exemple la mise en place d’une « évaluation citoyenne de mi-mandat », qui permettrait de réorienter l’action municipale au bout de trois ans, en lien avec les conseils de quartier, de jeunesse et des seniors. Autres idées : multiplier les référendums locaux, les budgets participatifs, ou encore la création d’ateliers de coconstruction des services publics.

Source et article complet : Le Parisien

5 ans d’«Aulnay bouge»

Ces dernières semaines, nos boîtes aux lettres ont débordé de publications vantant le bilan de la municipalité (en s’appropriant souvent ce qui a été réalisé ou préparé par les équipes précédentes, comme le passage souterrain de la gare). Qu’en penser pour les domaines sur lesquels Aulnay Environnement porte sa réflexion, dans une optique de défense de l’intérêt général ?

La construction : une promesse non tenue.

Le programme de campagne de 2014 annonçait page 7: « nous nous engageons à mettre fin au bétonnage qui défigure la ville ». Chacun peut juger du respect de cette promesse. Nous laissons à cette équipe la responsabilité du terme « bétonnage ». Si cela signifie « construire », cette promesse était un leurre, car il fallait bien construire, Aulnay commençant à perdre des habitants après des décennies de quasi-immobilisme. C’est sur la promesse de ne pas  « défigurer » la ville que le manquement est le plus grave. De nombreuses constructions nouvelles en zone UD (zone de centralité et axes structurants) font fi de l’un des premiers articles du règlement du nouveau PLU : « Les constructions doivent être compatibles, notamment dans leur volumétrie, leurs matériaux et la composition des ouvertures et de l’accroche aux constructions limitrophes » (UD, 11/2).

L’urbanisme : une doctrine insensible à la qualité du paysage urbain

Si l’on promet de ne pas défigurer la ville, c’est qu’on a une conception de la « figure » de la ville. Celle-ci est au moins double : au nord, une dominance d’habitat collectif, tandis qu’au sud, c’est le pavillonnaire qui l’emporte. Mais les choses ne sont pas si tranchées, en particulier dans les « zones de centralité ». Là, le legs du passé, c’est une coexistence de pavillons et d’immeubles souvent anciens. Les ouvertures crées par les jardins des pavillons apportent verdure et lumière à nos rues souvent étroites, et c’est bien là le paysage qui fait la spécificité et le charme de notre ville. Or cette sensibilité au paysage n’existe pas : la doctrine officielle, c’est l’alignement, « la chasse aux dents creuses et la priorité donnée au cœur d’ilots ».

La grande liberté laissée aux promoteurs s’accompagne d’une indifférence à l’agrément, au confort et même à la sécurité des passants. Les Aulnaysiens souhaitent la construction en retrait : le règlement l’institue en règle. Ils refusent les balcons surplombant : le nouveau règlement les autorise (UA 6/1). Ils se plaignent de l’étroitesse de trottoirs non conformes à la réglementation nationale : jamais l’opportunité n’est saisie pour les élargir, comme cela se voit dans les communes voisines.

Un bel exemple de bétonnage : la place Abrioux

Supprimer le parking était souhaitable, mais cette grande surface claire et bétonnée sera un redoutable réverbérateur de chaleur que l’ombre de 9  petits arbres en pot ne saura compenser. Le parking souterrain qui a nécessité d’énormes travaux et perturbe la circulation de la nappe phréatique est d’abord un atout pour les promoteurs qui peuvent construire des immeubles sur des petites parcelles sans parking, alors qu’était promis en 2014 d’ « imposer la création de deux places de parking pour chaque nouveau logement » (page 17 du programme). C’est la commune qui paie : plus de 6M d’Euros ! La libération du terrain de l’ancienne perception offrait pourtant la solution bien moins onéreuse d’un parking en silo avec façade et toit végétalisés (comme à Paris !) de capacité équivalente à celui de la place. Et que dire de l’accès automobile dans un espace parcouru pas les centaines d’enfants de trois établissements scolaires !

La piscine : le choix du prestige au détriment des habitants

Alors qu’il était possible d’aménager le bassin extérieur pour permettre une continuité de l’apprentissage de la natation, le choix a été fait de tout raser pour construire un ensemble de loisirs concurrent de celui du Mesnil-Amelot. Après 5 années sans piscine, on nous annonce des tarifs supérieurs à celui de tous les bassins  des alentours. Ce que demandaient les Aulnaysiens, c’est une piscine pour apprendre à nager ! Les a-t-on consultés ? Et que dire aussi du poids à venir sur les finances communales alors qu’on a échappé de justesse à la mise sous tutelle, au prix d’un contrat léonin avec le gouvernement !

Les espaces verts : le petit jardin qui cache la grande zone industrielle

Beaucoup de battage autour des nouveaux parcs, parfois minuscules (parc Félix Fessart). Quand au parc du quartier Balagny,  il donne directement sur l’autoroute avec toutes ses nuisances sonores et est collé à un strockage en plein air de montagnes d’échafaudages. Surtout il sert d’alibi à une mutation dont on ne nous dit rien : celle d’un vaste espace vert « à vocation sportive » et autrefois en partie légué spécifiquement pour les activités de plain air du club canin. Le club a disparu (400 adhérents) avec l’espace vert, au profit d’une zone industrielle qui ne demande qu’à s’étendre. Où est ici le verdissement de la ville ?

Val Francilia : l’opacité et la désinformation

Pour une fois, mais sans avoir jamais publié les images du projet, la municipalité a consulté les habitants, (150 volontaires maximum) et leur verdict a été sans appel : le projet qui prévoit de construire sur 5 hectares du parc Ballanger et de rayer de la carte I’IME Toulouse-Lautrec est rejeté par les Aulnaysiens. A quelques mois des municipales, la volte-face s’imposait. Le cabinet d’étude serait le  seul coupable de n’avoir pas perçu l’attachement des habitants à leur parc et doit revoir son projet. Le Maire ne l’avait donc pas prévenu ?

La « Charte de l’arbre » : une année de perdue

Par une lettre au Maire datée du3 avril 2018, Aulnay Environnement demandait la création d’une commission chargée d’élaborer une Charte de l’arbre. Nous n’avons jamais eu de réponse. Voilà maintenant que la municipalité invite les Aulnaysiens à participer à un tel document. Mais notre demande reposait sur la création d’une commission mixte pérenne associant durablement les habitants à la gestion du patrimoine arboré. Cette demande sera-t-elle entendue ? Cette poussée de fièvre écologique sera-t-elle autre chose qu’une manœuvre électoraliste ?

Source : communiqué Aulnay Environnement

 

Forum des associations 2019 Le samedi 7 septembre 2019, de 10h à 19h

Le Forum des associations

aura lieu le:
Le samedi 7 septembre 2019, de 10h à 19h

Le Forum des associations, sera l’occasion de (re)découvrir la richesse du tissu associatif. Les familles pourront s’inscrire à une activité sportive, culturelle, ou autres.

 AU PROGRAMME :

Du chant choral au hip-hop, de l’escrime au judo, en passant par le folklore portugais ou la country, un espace bien être, il y en aura pour tous les goûts, toutes les envies, tous les âges.
Chaque structure tiendra un stand permettant de s’informer et de s’inscrire. Des animations sont prévues l’après-midi sur les deux scènes, culture et sport. Une chasse au trésor : jeux, énigmes, activités ludiques et éducatives… Des surprises récompenseront leurs efforts !

Rendez-vous à l’accueil du Forum pour débuter l’aventure, à partir de 6 ans.

Lieu
Ferme du Vieux-Pays, 30, rue Jacques Duclos

ENTRÉE LIBRE
CULTURE

%d blogueurs aiment cette page :