Archives du blog

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza exige la démission de Laurent Wauquiez pour sauver la droite

Selon des résultats partiels, la République en marche est en tête avec 17,86 %, devant le Rassemblement national, à 15,89 %.

Selon des résultats partiels, obtenus peu avant minuit, la Seine-Saint-Denis place La République en Marche en tête (17,86 %), devant le Rassemblement National (15,89 % ), aux élections européennes de ce dimanche. Europe Ecologie-les Verts suit de très près.

Le RN fait globalement moins bien qu’en 2014 où, avec près de 20 %, le parti de Marine Le Pen caracolait en tête loin devant l’UMP (14,7 %).

Le RN « première force d’opposition »

Dans les petites villes, notamment, le RN recule. Ainsi, à Coubron même s’il reste en tête, il dégringole de 6 points comparé à il y a cinq ans. « On voit bien que l’extrême-droite a du mal à s’implanter durablement chez nous, souligne Ludovic Toro, le maire UDI. Là, on a assisté au 3e tour des présidentielles. Dès qu’il va s’agir d’élections locales, c’est la débandade ». A Gournay, il perd 4 points et se place même derrière les écologistes. Idem à Vaujours, où il frôle les 30 %, mais reste quand même en deçà de ses résultats de 2014 (33,9 %).

Pour autant, il obtient de bons scores comme à Aubervilliers où les électeurs l’ont placé en tête (15,94 % ) LFI suit avec 15,7% et LREM (14,8%). Dans cette ville PCF, le communiste Ian Brossat récolte 9,7 %.

A Clichy, le parti lepéniste dépasse les 22 % et à Livry-Gargan, il atteint 23,27 %. « Même si les résultats confirmaient que nous sommes seconds, nous restons la première force politique d’opposition, se satisfait Sébastien Jolivet, délégué RN départemental. Les LR sont en train d’exploser et nous aurons certainement des ralliements lors des prochaines échéances. »

Pas de référendum anti-Macron

Un naufrage que Bruno Beschizza, maire LR d’Aulnay avait anticipé. Avec des résultats certes partiels, les LR obtiennent un peu plus de 5 . « Au niveau local, on sait bien qu’il faut rassembler pour être élu et non divisé or c’est ce qu’a fait Laurent Wauquiez depuis le début, regrette-t-il. Ce n’est pas très professionnel. Il faut qu’il démissionne ».

LREM peut donc se targuer d’obtenir de bons scores dans le département. « D’après les premiers résultats, on est peu ou prou sur le même niveau que le 1er tour des présidentielles, s’enthousiasme Alexandre Aïdara, délégué départemental LREM. Dans ce département, il n’y a donc pas eu de référendum anti-Macron. Nous abordons donc les futures échéances avec une certaine sérénité ».

Source et article complet : Le Parisien

Vidéo : Trois habitants d’Aulnay-sous-Bois tués dans un accident de circulation au Blanc-Mesnil

Vidéo

Il y a deux jours, un terrible accident a eu lieu au rond-point Pablo Neruda situé au Blanc-Mesnil : une voiture est rentrée en collision avec un camion.

Bilan : 3 morts, dont des enfants, et 1 blessé. Les pompiers sont rapidement intervenus sur les lieux du drame mais n’ont pu sauver les occupants de la voiture détruite.

Vous pouvez consulter la vidéo de la dés-incarcération par les pompiers en cliquant ici.

Un nouveau suicide provoque de graves perturbations sur le RER B entre Aulnay-sous-Bois et Paris

suicide_rerDe milieu d’après midi, un « incident grave de voyageur » est survenu à proximité de la Gare du Nord, paralysant le RER B entre Paris et Aulnay-sous-Bois. Depuis 17h30, le trafic ferroviaire reprenait petit à petit. De nombreux voyageurs étaient cependant pris au piège dans l’attente du retour à la normale.

Alain Boulanger aurait souhaité que les associations Aulnaysiennes soient davantage consultées sur le dossier de la nouvelle piscine

Alain_Boulanger_Casher_EpicerieSans vouloir se présenter comme des donneurs de leçons, nous n’en sommes pas moins  à  être très perplexe sur les réunions qui ont été organisées sur le projet d’une nouvelle piscine organisées par la municipalité.

Potentiellement, les 500 conseillers des 8 quartiers ont qualité pour donner leur point de vue qui se traduit trop  souvent par des critiques orchestrées assorties d’assez peu de propositions.

Nous les associations, par définition apolitiques, avons pour objectif et devoir, sans être des contrepouvoirs, de canaliser et d’assortir nos critiques de solutions. Nous devons sortir de  ces comportements peu constructifs

A ce stade des réunions d’échanges, étant donné le peu de réserves formulées contre le bassin de 50 mètres, nous devons en déduire une acceptation de fait de la proposition. Cela étant, compte-tenu du nombre extrêmement réduit d’un tel bassin son utilisation, ( Charte du Sport du CDOS 93 signée avec la ville d’Aulnay), devrait intéresser et motiver d’autres villes de Paris Terre d’Envol, pour le haut niveau de natation.  Dans le même esprit Tremblay pourrait être la ville phare pour le Hand ; Blanc-Mesnil celle du  judo, etc, …

Dans une telle démarche, nous serions à même, non seulement de changer l’image du 93 mais également de fédérer la population grâce au sport et aux manifestations sportives qui pourraient être initiées en tenant compte, ou pas, de l’éventualité des Jeux Olympiques de 2024 ;

Le sport n’est pas la seule activité à prendre en considération, mais la Charte engageant la ville doit permettre de répondre à toutes les autres demandes.

Source : communiqué d’Alain Boulanger, association CAPADE

Le mal-logement continue de s’aggraver en France

camp_roms_rn2Les situations de mal-logement se sont encore aggravées en 2013, témoigne la Fondation Abbé Pierre dans son dernier rapport annuel, en notant « des avancées » en matière de politique du logement mais « une réponse insuffisante aux besoins immédiats ». La ministre du logement Cécile Duflot a annoncé un «plan bidonville».

Quelque deux mille personnes se sont rassemblées vendredi dans un hall du Palais des expositions de la Porte de Versailles pour assister à la remise du rapport, à des tables rondes et à l’intervention de personnalités politiques, comme la ministre du Logement Cécile Duflot, qui a annoncé le lancement d’un « plan bidonvilles ». Alors que les 60 ans de l’appel de l’Abbé Pierre en faveur des sans-abri, durant l’hiver 54, sont célébrés le 1er février, la Fondation, qui a repris le flambeau du fondateur des communautés d’Emmaüs, évoque « un élargissement et une accentuation de la crise du logement », qui apparaît comme « sans précédent ». Elle estime à 3,5 millions le nombre de personnes confrontées au mal-logement, et à plus de 10 millions les personnes touchées par la crise du logement, selon Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation. On compte notamment 141.500 sans-abri, et le dispositif d’hébergement « ne permet pas de répondre à toutes les situations de précarité », note la Fondation. Les solutions de fortune (caravanes, baraques de chantier, locaux agricoles, …) « gagnent des territoires de plus en plus éloignés des villes », sans compter « la réapparition de situations que l’on croyait disparues, telles que les bidonvilles » à la périphérie des villes, dans des terrains vagues ou sous des échangeurs autoroutiers.

1,735 million de personnes en attente d’un logement social

L’accès à un logement devient complexe pour les plus modestes, « mais aussi pour de nombreux ménages insérés socialement et économiquement », note le rapport. Le marché fonctionne « comme une véritable centrifugeuse, qui sélectionne les candidats les plus solvables et refoule les autres » vers « un parc HLM qui n’est pas calibré pour répondre à l’ensemble des besoins ». Aujourd’hui 1,735 million de personnes attendent un logement social.

Le rapport met également en cause « une hausse non régulée du coût du logement », avec des loyers qui ont augmenté de 55 % en 13 ans, et une situation socio-économique qui continue de se dégrader. « La question de l’emploi est en filigrane derrière la question du logement », souligne Christophe Robert, délégué général adjoint, déplorant « l’augmentation du nombre de personnes menacées d’expulsions en lien avec la perte de leur emploi ». Mais « le logement peut également devenir un obstacle à l’emploi », dit-il, notamment s’il constitue un frein au recrutement (trop loin, dans des quartiers stigmatisés), ou à la mobilité.

Les copropriétés en difficulté, un problème majeur des vingt prochaines années

La Fondation insiste aussi sur le développement inquiétant des copropriétés en difficultés, qui constituera « un problème majeur dans les vingt prochaines années », selon M. Doutreligne. Plus d’un million de logements en copropriétés sont concernés (sur un total de 6,2 millions), et se caractérisent par un habitat dégradé, une absence de travaux et des charges rapidement trop lourdes pour les occupants.

En matière d’action gouvernementale, « 2013 a été riche en mesures concernant le logement », note le rapport, citant le plan quinquennal contre la pauvreté et le projet de loi Alur. Mais il déplore un manque de « réponses immédiates ». En fin de matinée, Cécile Duflot a annoncé le lancement d’une mission nationale pour résorber les bidonvilles qui se sont multipliés dans le pays. Elle a précisé que cette mission, qui sera dotée d’un budget et de moyens propres, sera confiée à l’Adoma (ex-Société nationale de construction de logements pour les travailleurs – Sonacotra) et sera à la disposition des nouvelles équipes municipales dès le lendemain des prochaines élections. […].

Les collectivités territoriales invitées à respecter la loi SRU

Elle souligne aussi l’ambition de construire 500 000 logements par an, dont 150 000 logements sociaux, mais « les conditions ne semblent pas remplies pour qu’elle se réalise rapidement ». La production annuelle de 2013 s’est élevée à 335 000 logements.

Enfin, alors qu’approchent les élections municipales, la Fondation invite les collectivités territoriales à respecter la loi SRU qui impose aux communes de plus de 3 500 habitants d’avoir 20% de logements sociaux, un taux relevé à 25% par la loi Duflot du 18 janvier 2013.

Source : AFP

%d blogueurs aiment cette page :