Archives du blog

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois impressionné par le chantier du centre d’exploitation des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express

Cet après-midi, j’ai eu le plaisir de visiter le chantier du centre d’exploitation des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express en compagnie de Jean-François Monteils, président de la Société du Grand Paris. Ici, le projet Val Francilia se dessine un peu plus chaque jour !

11 bâtiments sont actuellement en cours de construction à l’entrée d’Aulnay-sous-Bois, et l’on peut mesurer chaque jour l’évolution du site depuis l’autoroute A1. À terme, 400 emplois seront créés pour assurer la maintenance et l’exploitation des rames de métro.

Mais dès aujourd’hui, ce sont plus de 600 compagnons du bâtiment qui s’affairent pour construire cet immense centre afin de permettre une mise en service des lignes 16 et 17, qui desservira notamment la future gare d’Aulnay, à l’horizon 2026.

Source : Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois

 

Le second tronçon du Grand Paris Express déclaré d’utilité publique

grand-paris_pfDans le décret publié au Journal officiel le 29 décembre 2015, le second tronçon du Grand Paris Express a été déclaré d’utilité publique. Ce tronçon comprend les lignes 14 Nord, 16 et 17 Sud reliant Saint-Denis Pleyel à Noisy-Champs en passant par Le Bourget RER.

Le tronçon de 29 km desservira la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne grâce à 9 nouvelles gares (7 en correspondance). Les communes concernées par le tracé sont

  • Aubervilliers
  • Aulnay-sous-Bois
  • Champs-sur-Marne
  • Chelles
  • Clichy-sous-Bois
  • Gournay-sur-Marne
  • La Courneuve
  • Le Blanc-Mesnil
  • Le Bourget
  • Livry-Gargan
  • Montfermeil
  • Saint-Denis
  • Saint-Ouen
  • Sevran.

Source : Batiweb

Livry-Gargan bloque la signature d’un contrat à cinq villes dont Aulnay-sous-Bois

sondage_rn2_aulnay_grand_paris

Vidéo

Le conseil municipal de Livry-Gargan a décidé de ne pas valider dans sa forme actuelle le contrat pour accompagner la création du futur métro Grand Paris Express. Parmi les craintes exprimées par les élus, la forte densification exigée par l’état pour les villes traversées par cette nouvelle ligne. 20 000 logements environ sont en effet prévus dans toutes les villes bénéficiant de cette ligne.

Pour les maires des autres villes, c’est la grosse déception. Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, indique : « «Les équipes, de toutes couleurs politiques, étaient d’accord. On ne doit pas oublier la ligne 16, une avancée majeure pour désenclaver nos quartiers. ».

Source et article complet : Le Parisien

Grand Paris Express : un nouveau pilote, mais un même cap

grand_paris_expressLe changement de pilote à la tête de la Société du Grand Paris (SGP) aura-t-elle une incidence sur la construction du supermétro ? Son futur président, Philippe Yvin, s’est voulu rassurant, mardi, lors de son audition à l’Assemblée nationale, passage obligé avant l’officialisation de sa nomination.

Il a promis une « concertation très approfondie avec les élus et la participation du public » sur les 205 km de futures lignes et les 72 gares qui devront être construites d’ici 2030 : « J’entends poursuivre la méthode de M. Guyot (NDLR : son prédécesseur) », a-t-il déclaré pour éteindre toute polémique et rassurer les acteurs économiques. Ces derniers n’avaient pas caché leur inquiétude, craignant que ce nouveau casting soit synonyme de retard à l’allumage pour la mise en orbite du Grand Paris Express.

Interpellé par des élus sur des sujets sensibles

Etienne Guyot avait été nommé à la tête de la SGP par l’ex Premier ministre François Fillon (UMP). Il a donc « tenu » de nombreux mois depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir. Beaucoup d’élus lui ont rendu hommage et salué son « travail remarquable, son expertise et son dévouement pour ce projet qui vise à améliorer la vie de 12 millions de Franciliens ». Philippe Yvin, conseiller à Matignon et proche du socialiste Claude Bartolone — le président de l’Assemblée national (PS) lorgnerait sur la présidence de la future métropole du Grand Paris en 2016 –, a donc tout intérêt à montrer patte blanche pour ce dossier majeur d’intérêt général.

« Un tel projet ne peut souffrir de trop de changements dans sa gouvernance », a insisté Jacques-Alain Bénisti (UMP, Val-de-Marne). D’autres élus ont aussi voulu appuyer là où ça risque de faire mal. Yves Albarello (UMP, Seine-et-Marne) a ainsi évoqué la délicate question de « la traversée par les tunneliers de zones gypsifères. Pour éviter les effondrements, il faudra consolider, donc il y aura des surcoûts, et tout cela n’a pas été chiffré ! » Et quid des « 60 millions de tonnes de déblais qu’il faudra stocker […], la Seine-et-Marne et le Val-de-Marne étant frileux à l’idée d’accueillir tous les déblais d’Ile-de-France », a encore interrogé le député.

En attendant des réponses concrètes, ces promesses de consultation se sont déjà matérialisées par une première enquête publique sur la ligne 15 Pont-de-Sèvres – Noisy-Champs et un avis favorable rendu le 3 février.

Source et image : Le Parisien du 13/02/2014

%d blogueurs aiment cette page :