Archives du blog

Hadama Traoré s’attaque à Jean Messiha, l’un des leaders du Rassemblement National

Hadama Traoré, fer de lance du mouvement La Révolution Est En Marche (LREEM), a porté plainte contre Jean Messiha, l’un des leaders du Rassemblement National et très présent sur les plateaux de télévision.

Une audience de fixation est prévue le ,jeudi 10 septembre 2020 à 13h30 au tribunal de grande instance de Paris (17ème chambre).

Il s’agit là pour Hadama Traoré, alias Black Alinsky, d’un combat titanesque contre l’un des cadres du RN les plus habiles en communication. Hadama Traoré espère s’appuyer sur ce combat pour préparer sa campagne aux présidentielles 2022.

Hystérie à propose du racisme anti-blanc, selon le Rassemblement National Île-de-France

Les crises de nerf ont été immédiates :

  • Seul le vice-président Karam a parlé d’or : oui, le racisme anti-blanc existe            dans le sport, dans le football.
  • François Kalfon, élu socialiste, a pris en exemple les victoires de l’équipe de France de football en Coupe du monde et la diversité de cette équipe pour affirmer que le racisme anti-blanc n’existe pas. Une victoire black, blanc, beurre, selon lui. Personne n’a compris ce qu’il disait !
  • Céline Malaisé, élue Front de Gauche : selon elle le racisme anti-blanc n’existe pas car le racisme est nécessairement systémique : passé colonial, donc racisme étatique. Elle a également parlé de la discrimination des personnes africaines à l’embauche. Céline Malaisé a par ailleurs contesté l’étude scientifique de l’INED rapportant que 1 Français sur 7 s’est déclaré victime de racisme anti-blanc.
  • Bénédicte Monville, élue écolo, a tenu les mêmes propos que Madame Malaisé affirmant que le racisme anti-blanc est un fantasme des fascistes, qu’il n’existe pas et que ce sont les personnes d’origine africaines qui sont victimes de racisme : le « blanc » ne peut jamais être victime de racisme.
  • Othman Nasrou, Président du groupe Les Républicains : selon lui le racisme anti-blanc relève du débat national, l’amendement du RN relatif à la lutte contre le racisme anti-blanc est un torchon. « L’ethnicisation du débat l’horripile ». Il ne faut pas parler de ce sujet, car il fait le jeu du Front national : « c’est un piège dans lequel il ne faut pas tomber dans cette assemblée ».
  • Béatrice Lecouturier, élue UDI : selon elle, le Rassemblement national n’a pas changé et il montre son vrai visage à travers cet amendement, il essaye de « se refaire une virginité » ; « Vous n’êtes pas fréquentables», dit-elle.
  • Benoit Hamon, élu socialiste, a demandé à l’exécutif s’il partageait les propos de Monsieur Karam, vice-président du Conseil régional, ce dernier affirmant que le racisme anti-blanc est une réalité, mais qu’il n’est pas l’unique racisme. Ce à quoi l’exécutif sous la direction de Monsieur Baudet a affirmé qu’il s’en tenait à la réponse de Monsieur Karam, car elle faisait office de réponse de l’exécutif.

Nous, du RN, n’aurions pas le droit de parler du racisme, encore moins du racisme anti-blanc. La démence s’est emparée des rangs de la gauche mais surtout de la prétendue « droite ».

Nous parlerons toujours des épreuves des français, le racisme anti-blanc en est une, il nous trouvera toujours devant sa route, comme nous serons toujours devant la route des élus de la fausse droite alliant la lâcheté au conformisme des élus de gauche.

Source : communiqué des élus RN Île-de-France envoyé à la rédaction

%d blogueurs aiment cette page :