Archives du blog

Une femme condamnée pour avoir dirigé une école non-déclarée et insalubre à Aulnay-sous-Bois

Des enfants de trois à six ans étaient pris en charge, pour leur proposer des activités de peinture, de musique ou l’apprentissage. « On leur enseignait plusieurs domaines », détaille Amara. Enseigner, comme dans une école ?, rebondit la présidente du tribunal. « Non, pas vraiment », hésite Amara. « On leur apprenait des choses, mais je n’ai pas les compétences d’enseignantes et n’en ai pas les capacités », ajoute-t-elle sans détour.

Pourtant, comme le fait remarque la présidence, le fonctionnement de l’association s’apparentait fortement à une école : des évaluations étaient proposées, le calendrier était calqué sur celui de l’Education nationale et le nom même de l’association portait la mention école. « On l’avait appelé ‘école’ sans réfléchir, mais on n’avait pas du tout cette vision », raconte Amara. Mère de plusieurs enfants, elle avance que  « tout ce que je voulais, c’était me rapprocher de mamans et m’occuper d’enfants. »

Des locaux insalubres

En juin 2020, son établissement est visité par l’inspection nationale. 48 élèves sont alors présents. Lors de la visite, un état insalubre des lieux est constaté, avec des câbles dénués à portée des enfants. Des conditions qui entrainent la fermeture immédiate des locaux.  

Des démarches de légalité ont été entamées, explique Amara. « J’ai tenté d’ouvrir un compte en banque au nom de l’association, mais cela m’a été refusé ». Dès lors, toutes les opérations de l’établissement se font en liquide. Amara déclare amasser au nom de l’association 6500 euros par mois, après déduction du loyer.

Source et article complet : Actu.fr

Vers une nouvelle grève dans les écoles le 20 janvier 2022 ?

« Nous n’avons pas été entendus« . C’est le message envoyé par la FSU, via son Karim Bacha, directeur d’une école élémentaire à l’Île-Saint-Denis et représentant du SNUipp-FSU 93. Joint par France Bleu Paris, lance un nouvel appel à la grève pour jeudi 20 janvier dans le département. « Les promesses sont largement insuffisantes, quelques masques par enseignants, éventuellement des reports des évaluations CP ou des reports des épreuves du bac de mars. Des promesses de recrutement de contractuelles dont on sait déjà qu’elles ne seront pas honorées car nous savons qu’aujourd’hui les rectorats ne parviennent pas à recruter », ajoute Karim Bacha, insatisfait des mesures annoncées après la grève massive du 13 janvier dernier.

Source et article complet : France Bleu

Le protocole sanitaire modifié à l’école pour faire face à la vague Omicron

Cet allégement intervient alors que 9202 classes sont fermées dans tout le pays, un chiffre au plus haut depuis le printemps dernier.

Tests, maintien des élèves à l’école… on fait le point sur ce qui change. 

Le cycle de tests simplifié

La principale mesure concerne les tests. Auparavant, tous les élèves devaient faire un test antigénique en cas de contamination dans leur classe, puis un autre à J+2 et un autre à J+4. Si un enfant était alors testé positif à ce moment-là, tout le cycle était à refaire pour tous. 

A présent, comme l’explique le protocole sanitaire mis à jour, « le cycle de dépistage ne redémarre que si le second cas confirmé a eu des contacts avec les autres élèves après un délai de sept jours suite à l’identification du premier cas ». 

Voici donc à quoi ressemble le schéma du dispositif : 

  • J0 : information de la survenue d’un cas confirmé ;
  • J0 : réalisation du premier test ;
  • J2 : réalisation du premier autotest ;
  • J4 : réalisation du second autotest ;
  • A compter de J7 : si un nouveau cas positif apparaît le cycle de dépistage doit être mise en œuvre (test antigénique ou PCR puis autotests)

Source et article complet : Actu.fr

Le masque obligatoire dans les écoles de Seine-Saint-Denis

Décidément, on ne voit pas le bout du tunnel avec cette pandémie de Covid. Le masque reste toujours obligatoire dans les écoles de Seine-Saint-Denis dans la mesure où le seuil de 50 cas positifs pour 100 000 habitants est toujours franchi. Le discours du président Emmanuel Macron n’augure rien de bon pour celles et ceux qui veulent tourner définitivement la page de cette épidémie inédite depuis 1920.

Aulnay En Commun s’inquiète de la situation sanitaire dans les écoles

Monsieur le Maire,

Nous souhaitons attirer votre attention sur la situation sanitaire de nombreuses écoles de notre ville. Des parents d’élèves, des agent.e.s communaux-ales et des enseignant.e.s nous ont informées de leurs inquietudes et incompréhensions quant au non respect du protocole sanitaire, alors que nous subissons la seconde vague de propagation de la Covid -19.

Nous avons pu constater par nous-mêmes des manquements dans plusieurs groupes scolaires.

Il s’agit principalement de problèmes d’entretien des locaux. Les employees de la société AMG, malgré leur investissement et toute leur bonne volonté, n’arrivent pas à réaliser le travail supplémentaire engendré par le renforcement du protocole sanitaire.

Elles sont très fatiguées et certaines souffrent de tendinites en raison des gestes répétitifs. Pour assurer pleinement la sécurité sanitaire des enfants et du personnel éducatif, elles ont besoin de renforts et de matériels supplémentaires. Il semblerait que le délégataire soit prêt à renforcer les effectifs, à condition que la ville fasse un avenant au marché initial.

Nous partageons des preoccupations de la communauté éducative d’Aulnay-sous-Bois et appuyons les revendications du personnel d’entretien, en cette période anxiogène de crise sanitaire.

Nous savons que le protocole sanitaire s’impose a toutes les collectivités territoriales et qu’il engendre des dépenses supplémentaires non négligeables sur le budget communal.

Nous savons aussi que les agent.e.s communaux-ales se sont fortement mobilisées pour nettoyer de nombreuses écoles en !’absence des personnels de la société AMG, ce qui ne sera pas sans consequence pour leur état de sante si cela devait se reproduire.

Par conséquent, ii serait inconcevable de fermer les yeux sur ces problématiques pour des raisons budgétaires.

Vous réaffirmant notre détermination à faire que toutes les écoles d’ Aulnay-sous-Bois bénéficient du meilleur, nous vous prions de croire, Monsieur le Maire, à l’assurance de nos sincères salutations.

Source : Communiqué Aulnay En Commun

Hadama Traoré exige des travaux d’urgence à l’école Croix Saint-Marc à Aulnay-sous-Bois

Le mouvement LREEM a été contacté par des parents d’élèves de l’école Croix Saint Marc. L’état de vétusté des lieux interpelle les parents au sujet de l’entretien de l’établissement..

Nous nous faisons écho des parents pour vous remonter ce point afin que le nécessaire puisse être effectué. L’idée étant d’améliorer les conditions d’accueil des enfants fréquentant l’école Croix Saint-Marc. 

L’école islamique illégale cachée d’Aulnay-sous-Bois racontée par des voisins

C’était une école clandestine, non déclarée, totalement illégale. À Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), 43 enfants, âgés de trois à six ans étaient scolarisés dans le plus grand secret. Fermée en janvier dernier, cette école, voisine d’une mosquée était officiellement une association, dispensant des cours d’apprentissage de l’Islam. En réalité, les enfants y étaient scolarisés quatre jours par semaine. En caméra cachée, les riverains témoignent anonymement de ces allers-retours : « Tous les matins, jusqu’à l’après-midi vers les 16h. C’était toute la semaine. Ça se voyait, les gosses jouaient dans la cour. »

« Personne ne pouvait savoir »

En janvier, un contrôle de la préfecture démasque l’établissement. L’école est soupçonnée d’enseigner une vision fondamentaliste de l’école. « Personne ne pouvait savoir, sauf les services de l’état qui ont fait une enquête, qu’en fait ces enfants au lieu d’avoir un enseignement à domicile, tous les matins étaient emmenés par leur parent dans un lieu qu’ils appelaient école, où ils avaient un programme qui n’avait rien à voir avec le programme de l’éducation nationale« , explique Bruno Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois. En deux ans, près de six établissements clandestins ou hors contrat auraient été fermés.

Source : FraceInfo

Microsoft lance son école pour demandeurs d’emploi à Aulnay-sous-Bois

Microsoft France a annoncé l’ouverture en novembre d’une Ecole Cloud. Sa première promotion accueillera 20 à 24 apprentis, en priorité des personnes se trouvant en marge du marché de l’emploi. Vous pouvez postuler, la sélection n’ayant pas encore été faite…

« N’ayez pas peur. » Pas de doute, Agnès Van de Walle connaît ses classiques. Quand on demande à la directrice de l’entité Partenaires et start-up de Microsoft France, ses conseils aux chômeurs qui hésiteraient à rejoindre la première Ecole Cloud Microsoft en France, qui va voir le jour mi-novembre à Aulnay-sous-Bois, elle cite spontanément le pape Jean-Paul II.

« Notre école est ouverte à tous, reprend-elle, et, contrairement à ce que beaucoup pensent, les métiers du numérique sont extrêmement accessibles. Pas besoin d’avoir un Bac + 5 ou de sortir d’une école d’ingénieurs, il n’y a ni critères de niveau ni prérequis pour entrer. Le plus important, c’est de s’intéresser à l’informatique, d’avoir l’esprit vif, d’avoir envie d’apprendre, de se former car, dans le numérique, on apprend tout le temps, on se forme en continu. Tout change tellement vite… »

Une formation très attendue par un secteur en manque de main-d’œuvre

Surtout pour les ignares en informatique qui ont très vaguement entendu parler de « cloud ». Un terme (signifiant « nuage » en anglais) qui recouvre l’ensemble des solutions de stockage à distance. Quèsaco? Les données, au lieu d’être stockées sur des disques durs, sont disponibles sur des serveurs et accessibles par Internet. Un système de plus en plus répandu parmi les entreprises et en passe de devenir indispensable, Covid oblige, avec le développement tous azimuts du télétravail et du e-commerce.

Ce type de formation, certifiante, est donc très attendu par tout un secteur en pénurie de main-d’œuvre. En France, en 2019, il y a eu 46 000 projets d’embauches dans le numérique tandis que, sur la même période, 68 % des sociétés spécialisées n’arrivaient pas à recruter.

Pour postuler, cliquer ici : https://simplon.co/formation/ecole-cloud-microsoft-by-simplon-parcours-developpeur-se-cloud/331

Source et article complet : Le Parisien

Bruno Beschizza s’inquiète du refus des équipes éducatives d’accueillir des élèves à Aulnay-sous-Bois

Le Maire Bruno Beschizza interpelle l’Inspection Académique de Créteil concernant le refus des équipes éducatives d’accueillir les enfants dans plusieurs groupes scolaires de la Ville d’Aulnay-sous-Bois.

Dans la lettre accessible en cliquant sur l’image ci-contre, le groupe scolaire du Gros Saule est particulièrement concerné.

Emilie Garcia, directrice de maternelle à Aulnay-sous-Bois, s’exprime sur la réouverture des écoles le 2 juin

Rouvrir des écoles d’ici mardi, cela semble impossible pour cette directrice de maternelle d’Aulnay-Sous-Bois, élue du SNUipp FSU, Emilie Garcia. « Si on se projette sur la semaine du 8, là ça pourrait être envisageable s’il y a les ressources pour faire le ménage, s’il y a les ressources humaines pour accueillir les élèves en termes d’enseignants », énumère-t-elle. « Cela fait beaucoup de si… »

Source et article complet : Europe 1

%d blogueurs aiment cette page :