Publicités

Archives du blog

Lettre ouverte au Maire d’Aulnay-sous-Bois de Force Ouvrière concernant l’augmentation du régime indemnitaire

Monsieur le Maire,

Le personnel réuni en Assemblée Générale ce jour, à l’initiative de notre syndicat, a été informé des négociations qui ont eu lieu avec la Municipalité le 12 mars 2019 sur la revendication de revalorisation du régime indemnitaire de 200 euros.

La proposition que nous a fait Madame MAROUN de mettre en place une cellule pour faciliter l’obtention de la prime d’activité aux agents qui peuvent y prétendre a été jugée à l’unanimité des participants : HORS SUJET !!!

Ceci est une bonne initiative que nous soutenons sur le fond mais qui ne correspond pas aux attentes des agents.

Il est à noter que deux assistantes sociales s’occupent déjà de ces dossiers depuis un mois et que la prime d’activité est une mesure gouvernementale revalorisée suite au mouvement des gilets jaunes . Cette prime est conditionnée au revenu fiscal du foyer, même les plus petits salaires dont le conjoint dépasse le plafond de revenus ne pourront y prétendre.

Des promesses nous ont été faites :

  • Pour les tranches des salariés qui ne peuvent pas bénéficier de cette aide des augmentations du régime indemnitaire seront peut être octroyées au cas par cas une fois que les dossiers « prime d’activité » seront clos.

Hors sujet encore, notre revendication est une augmentation de 200 euros du régime indemnitaire pour tous !!!

Les tickets restaurants et la part mairie de la mutuelle seraient augmentés avant la fin de votre mandat, nous prenons acte car c’est une revendication que nous portons depuis de trop nombreuses années. Cela malheureusement ne concerne que les agents qui en bénéficient.

Depuis plusieurs années maintenant, le point d’indice des fonctionnaires n’augmente plus et les conditions de travail se dégradent.

Des efforts sont constamment demandés aux agents : baisse du régime indemnitaire en cas de maladie ordinaire, suppression de jours de congés, etc…

On nous culpabilise en nous tenant le discours suivant : Si la Municipalité augmente le régime indemnitaire, elle sera mise sous la tutelle du préfet ! Mais Monsieur le Maire combien d’économie la collectivité a t’elle fait années après  années ?

Le point d’indice bloqué depuis 9 ans, les suppressions de postes, le cadeau de fin d’année du personnel, la baisse de la participation de l’AEPC aux vacances des agents etc… On se moque de nous !

Les salariés de la ville, ceux dont les fins de mois commencent dès le début du mois, ceux qui peinent à payer leurs loyers, leur chauffage, certains ne mangeant plus à leur faim attendent des mesures fortes de votre part pour améliorer leur quotidien.

NOTRE REVENDICATION N’A PAS CHANGÉE FORCE OUVRIÈRE DEMANDE L’AUGMENTATION DE 200 EUROS DU RÉGIME INDEMNITAIRE POUR TOUS NOUS NE LÂCHERONS RIEN !!!

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre haute considération.

Source : lettre de Syndicat Force Ouvrière

Publicités

La dette à Aulnay-sous-Bois explose en prenant des prêts à taux variables !

154 millions d’euros, telle serait la dette d’ici 2022 si on en croit les projection de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois. Le groupe d’opposition « Rassemblement Pour Aulnay » tire la sonnette d’alarme via un tract à découvrir en cliquant sur l’image ci-contre. 

La dette augmenterait de plus de 50 millions d’euros en quelques années, et on rembourserait à peine le capital de la dette avec l’auto-financement.

Une situation qui parait bien critique sachant qu’il est fort probable que le taux d’intérêt risque d’augmenter, les taux actuels étant très bas…

Regards croisés sur la Nakba à Aulnay-sous-Bois le 22 mars et débat Amitié Palestine Solidarité

Nous vous proposons de participer à la soirée « REGARDS CROISÉS SUR LA NAKBA « 
La Nakba, « catastrophe » en arabe, s’est traduite en 1948 par l’expulsion de 750 000 femmes, hommes et enfants palestiniens et la destruction de 615 villages.
Aujourd’hui, la Nakba n’est pas terminée.

Le processus de nettoyage ethnique mené par Israël continue.

Pour en débattre, nous invitons Eléonore Merza-Bronstein et Fadwa Khader pour un regard croisé sur la colonisation israélienne.
 

Espérant vous voir à la soirée du 22 mars prochain qui se poursuivra après le débat par un buffet solidaire et une animation musicale.

 
Bien solidairement,
 

La construction Verrechia du centre gare nord à Aulnay-sous-Bois : quelques informations

Rue A.France …sur la gauche de la photo, vous voyez la construction Verrechia ! Non ?

Si cette construction imposante en plein centre ville dans un secteur déjà bien surchargé a laissé à la fois les Aulnaysiens, et malheureusement les associations concernées sans peu de réaction, ce qui est surprenant devant l’euphorie urbanistique aulnaysienne, la place Abrioux monopolisant les énergies,  les riverains, eux, en subissent les conséquences mais patience dans 18 à 24 mois, ce sera terminé laissant place à une concentration supplémentaire, à des structures publiques un peu plus surchargées,  à une circulation accrue, à un soleil aux oubliettes…etc

Rappel : 20 mètres de haut, 6 étages en bordure de voirie …davantage ce n’était pas possible, 79 logements à l’origine mais passés discrètement à 89 logements en avril 2018, certainement plus rentable… 

Depuis 3 semaines, le constructeur a monopolisé une partie de la voirie de la rue F.Herbaut, supprimant ainsi de nombreux stationnements comme dans la rue A.France afin de disposer d’ appareils, de buses… ? pas techniciens en la matière  qui chaque nuit pompe l’eau du chantier, bonjour la tranquillité…juste destinée aux riverains…

Vue de la rue F.Herbaut (en face rue A.France)

De plus, les interstices qui étaient apparus sur la rue F.Herbaut suite aux fondations d’environ 4/5 mètres de profondeur ont été goudronnées afin d’être cachées …mais certainement sans importance ?

On ne nous dit pas tout…car les riverains concernés au plus près de telles nuisances n’ont jamais eu la moindre information sur les modalités de cette construction, une   opacité totale.. . ?  Ne serait-ce pas une obligation de tenir informé les habitants qui subissent, pourtant la démocratie participative n’a jamais été autant à l’ordre du jour, mais à Aulnay… ?   

Suite au prochain numéro.

Un collectif de riverains

Mathilde Levesque, professeure de lettres du lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois, estime les agresseurs comme non responsables

Vidéo

Mathilde Levesque est une professeure de lettres reconnue du lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois. Très proche de ses élèves avec lesquels elle s’amuse des nouveaux mots inventés (cf « lol est aussi un palindrome), Madame Levesque a, dans une vidéo affirmé que les agresseurs sont souvent des victimes qui ne sont pas responsables de leurs actes et qui sont le reflets de pulsions et d’émotions. 

Madame Levesque estime qu’il ne faut pas aller dans la surenchère de la violence et que l’habileté rhétorique  permettrait de surpasser cette violence et amener l’agresseur à réfléchir.

Si un jour vous êtes agressé dans la rue, le RER ou même chez vous, essayez donc des jeux d’esprit et des répliques bien placées pour transformer votre agresseur en partenaire.

pour visionner la vidéo, cliquer sur l’image ci-contre ou ci-dessous.

Benjamin Giami, l’homme qui pourrait faire trembler Bruno Beschizza à Aulnay-sous-Bois ?

Il n’est de secret pour personne que Benjamin Giami lorgne plus que jamais sur la place de Maire à Aulnay-sous-Bois. Depuis son ralliement à Emmanuel Macron et son départ forcé de la majorité municipale menée par Bruno Beschizza (LR), Benjamin Giami, qui a fait de la politique son cheval avec un long parcours à Sciences Po, ne cesse d’être sur le terrain.

Celui qui incarnait la droite dure à Aulnay-sous-Bois, celui qui avait soutenu Gérard Gaudron même pendant les moments difficiles et qui avait soulevé une partie de la ville contre un projet d’implantation d’immeubles en lieu et place de l’ancien centre des impôts avenue de la Croix Blanche, a mis un peu d’eau dans son vin. Aujourd’hui président du groupe d’opposition LREM-Agir! à Aulnay-sous-Bois, le jeune politique a su rallier à lui l’ancien homme de confiance de Bruno Beschizza, Mohamed Ayyadi (également conseiller départemental de la Seine-Saint-Denis), Leila Abdellaoui (ancienne alliée de Gérard Ségura, maire PS d’Aulnay de 2008 à 2014) et Karine Fougeray (ancienne alliée d’Ahmed Laouedj, PRG).

Benjamin Giami aura fort à faire dans une ville quadrillée par les militants de Bruno Beschizza. Pourtant, le jeune homme politique plein d’ambition ne lésine pas sur les moyens et multiplie les rencontres pour adhérer à sa cause, et construire une opposition à Bruno Beschizza, que beaucoup pensent intouchable. Jusqu’où iront les alliances autour de Benjamin Giami ? Des déçus de la droite qui viendrait gonfler ses rangs ? Des centristes non représentés qui souhaiteraient une politique sociale et solidaire plus prononcée ? Des socialistes qui souhaitent faire barrage à LR au sein d’une coalition élargie ? Il faudra attendre les annonces les prochains mois pour en savoir plus et déterminer si les démarches de M. Giami portent ses fruits.

On sait aujourd’hui qu’une autre liste citoyenne va se mettre en place à Aulnay avec l’association VME en soutien de taille. Benjamin Giami arrivera t-il à trouver suffisamment de colistiers – et de colistières – pour conduire sa liste face à Bruno Beschizza ? Quid des soutiens de Billel Ouadah (candidat LREM malheureux en 2017), de Marc Masnikosa (qui ne cache pas son affection pour Bruno Beschizza) et de Jean-Marc Enouf, qui ne cache pas lui non plus ses ambitions ?

La campagne à Aulnay-sous-Bois s’annonce palpitante…

Sarah et Laurianne promettent le vrai amour à Aulnay-sous-Bois avec Matrimonline

Deux Aulnaysiennes ont créé « Matrimonline », un site de rencontres qui vérifie les profils des utilisateurs en demandant des documents d’identité. Une première en France.

« Sur les sites de rencontres, ces messieurs ont régulièrement tendance à se rajeunir d’au moins dix ans. Du coup, le premier rendez-vous débute… par un mensonge ! » Pour en finir avec les profils flous, voire faux, qui pullulent sur les Meetic, Tinder et autres Adopte un mec, Sarah Ronceray, une entrepreneuse d’Aulnay-sous-Bois, lance une application de rencontre qui vérifie, documents d’identité et entretiens Skype à l’appui, les informations déclarées par les utilisateurs.

Déjà une centaine d’inscriptions

Plus d’une centaine de personnes sont déjà inscrites sur « Matrimonline », outil unique en France, créé à 100 % dans les locaux de la pépinière d’entreprises d’Aulnay-sous-Bois. Son slogan : « True love (NDLR : le vrai amour) ».

L’idée a germé dans l’esprit de Sarah quand elle était, il y a quelques années, gérante d’une agence physique de rencontre, dans l’Essonne : « Les trois quarts de ma clientèle étaient des déçus des sites Internet de rencontres ! Ce que vient encore de montrer une étude de l’UFC-Que choisir, révélant que seuls 39 % des usagers de ce type de portails sont satisfaits. Les mécontents jugent que cela manque de sérieux. »

Fin 2017, Sarah est acceptée à la pépinière de la Maison de l’emploi d’Aulnay. C’est là qu’elle rencontre Laurianne, qui devient son associée. Leur plateforme est lancée à la rentrée dernière.

« Sans mensonges ni faux profils » promet le site de rencontres Matrimonline, une start-up du 93.LP/T.P.

Les profils vérifiés avant d’être diffusés

« Ce qui est révolutionnaire, c’est la vérification des infos en six points, via l’espace de téléchargement de documents », résume Sarah.

Premier point : les membres doivent fournir une copie de carte d’identité – pour la date de naissance, la nationalité – ou un titre de séjour valable.

Pour la situation matrimoniale : acte de naissance, livret de famille, ou même courrier d’avocat, en cas de divorce. « Le PDG de Meetic a récemment écrit dans un livre que sur son site, 10 % des hommes se déclarent mariés… alors qu’au bas mot, ils sont 30 % », note l’entrepreneuse.

Autre élément de vérification : la photo. « Sur beaucoup de sites, certains utilisent la photo d’un autre, voire d’une star. Même la ministre Brune Poirson a vu sa photo usurpée sur Tinder », s’amuse Sarah. Qui demande donc aux utilisateurs de se prendre en photo avec une pancarte affichant : Matrimonline puis de la télécharger sur le site dans la foulée – permettant de valider l’authenticité de l’image.

Un justificatif de domicile permet de valider la localisation des usagers, et s’agissant de la profession, le site demande, au choix, un numéro Kbis, un bulletin de salaire, ou un profil Linkedin.

Pour permettre des rencontres sérieuses

Des préalables « essentiels » pour se lancer dans des rencontres sérieuses. Car Sarah – qui a rencontré son époux sur… Meetic – en est persuadée, quitte à paraître fleur bleue : « En majorité, les gens cherchent une relation durable, pas un coup d’un soir ! »

Aujourd’hui, son site rassemble un peu plus de femmes que d’hommes, âgés de moins de 40 ans, et une bonne partie sont chefs d’entreprise à Paris. Le 93 a plus de mal à suivre. « Un Parisien sur deux est célibataire. En Seine-Saint-Denis, c’est beaucoup moins », analyse Sarah. Qui espère aussi que son site saura séduire les habitués de sites communautaires, « qui sont aussi en recherche de sérieux, et pour qui la valeur de mariage est importante ».

Bientôt payant

Pour l’instant disponible sous forme de site Web, en application avant la fin de l’année, Matrimonline doit devenir payant avant cet été. L’abonnement coûtera 34,90 € – avec différentes options payantes, dont du coaching pour réussir sa première rencontre.

Et la start-up du 93 ne craint pas les géants du milieu. « Meetic ou Tinder ne contraindront jamais à leurs membres à donner autant d’éléments d’identité, juge Sarah. Ils misent sur le volume. Nous, sur la qualité ! »

Source, image et article complet : Le Parisien

Soirée Paella le samedi 23 mars Club de Tennis de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois

Il reste encore 10 places pour la soirée Paëlla qui se déroulera le samedi 23 mars à partir de 19h au club house.

Participation : 15€ pour les adultes et 8€ pour les enfants.

Si vous êtes intéressés, inscrivez-vous vite en envoyant un SMS à Marine au 06.03.67.23.53.

Hasta luego amigos!

Manifestation devant le cirque Zavatta à Aulnay-sous-Bois ce dimanche pour protéger les animaux

Vidéo

Paris Animaux Zoopolis demande une loi pour en finir avec l’emprisonnement des animaux  dans les cirques en France.

Quand ? Dimanche 17 mars à 14h30

Où ?  devant le Sébastien Zavatta au vélodrome à Aulnay-sous-Bois.

Paris Animaux Zoopolis avait déjà manifesté à Aulnay-sous-Bois pour demander au Maire de se positionner. La Mairie autorise régulièrement la venue de cirques avec animaux sauvages.

L’attente angoissée d’une sœur d’une femme djihadiste et de son enfant en Syrie pour un retour à Aulnay-sous-Bois

@Le Monde

A Aulnay-sous-Bois, Sarah attend le retour de sa sœur et de son neveu âgé de 5 ans, actuellement dans le camp d’Al-Hol, en Syrie.

A Aulnay-sous-Bois, la chambre de Mohamed (tous les prénoms ont été modifiés) est presque terminée. Il ne manque plus que lui. A la hâte, Sarah a repeint les murs en blanc et commandé un lit superposé. Surtout, elle a acheté une myriade de jouets pour son neveu qu’elle n’a jamais vu, mais dont elle sait tout. Elle espère son arrivée, elle ne sait trop quand.

Mohamed est né à Mossoul, un 12 novembre 2015, la veille des attentats de Paris et Saint-Denis. Il a aujourd’hui 3 ans et n’a connu que la guerre. Pendant deux ans, sa mère, Soraya, une Française de 35 ans originaire des Hauts-de-Seine, l’a trimballé avec elle entre l’Irak et la Syrie au gré des avancées et des reflux de l’organisation Etat islamique (EI). Le 4 février, la mère et son fils ont fini par rejoindre, avec la petite Zayneb, une orpheline de 5 ans adoptée par Soraya, le camp kurde d’Al-Hol, dans les collines du nord-est syrien, avec l’espoir d’être rapatriés par l’Etat français, laissant derrière elle quatre années de vie sous le califat.

Source, image et article complet : Le Monde

 

%d blogueurs aiment cette page :