Archives du blog

Stabilisation du chômage en France, une simple éclaircie ou une confirmation de reprise ?

chomage_evolutionLes chiffres de Juillet 2015 sont tombés : le chômage a, selon les statisticiens, diminués de 0,1 % si l’on n’inclut pas celles et ceux qui ont exercé une petite activité.

Alors que l’Union Européenne semble, de manière non homogène, reprendre des couleurs avec une baisse sensible du chômage depuis 2013, la France, comme quelques pays du Sud (Italie notamment), ne parvenait pas à enrayer la spirale de destruction d’emplois.

Ces chiffres annonce t-il des jours meilleurs ? Si une hirondelle ne fait pas le printemps, ces résultats moins catastrophiques que redoutés permettront surement à redonner espoir à ceux qui n’ont toujours pas retrouvé le chemin de la vie active.

Alors que le chômage en Allemagne est passé sous la barre des 5% (et il continue de chuter), reste largement au dessus des 10%.

François Hollande de son côté doit encore espérer pouvoir se représenter devant les français en 2017…ou pas.

En attendant vous pouvez consulter l’évolution du chômage en comparant la France, l’Allemagne et l’Union Européenne dans sa globalité.

La France cosmopolite compte désormais plus de 9 millions de personnes non européennes

Sarkozy_Immigration_IntegrationL’observatoire migration nous indique qu’en 2014, plus de neuf millions de personnes qui résident en France ne sont pas d’origine européenne. Ce site, qui ne cache pas sa position de droite et son hostilité à l’immigration de masse, base ses calculs sur des extrapolations parfois contestables. Pour rappel, en France, contrairement à de nombreux pays européens, il est interdit de recenser ou de produire des statistiques sur des données relatives à la race ou la religion.

Chance pour certains, coût pour d’autres, l’immigration a considérablement redessiné la carte culturelle et sociale du pays. Devenue de fait un pays cosmopolite et multiracial à l’image des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande ou de l’Afrique du Sud, la France et les français ont su combattre avec force la montée de la xénophobie et empêcher l’arrivée de l’Extrême-Droite au gouvernement (au contraire de l’Autriche, par exemple).

Pas d’émeutes anti-immigrés comme en Italie, Afrique du Sud ou Russie, même si des tensions et quelques incidents sont survenus ces dix dernières années, sans prendre pour autant ampleur nationale.

Le climat est-il devenu trop pesant pour les juifs de la Seine-Saint-Denis ?

depart-juif-de-france-vers-israelC’est ce que sous-entend un article du Parisien d’aujourd’hui. Plusieurs couples français d’obédience juive quitteraient ainsi chaque mois la Seine-Saint-Denis pour se « réfugier » en Israël, là où apparemment ils seraient plus en sécurité. Et ce malgré les menaces d’attentat et de bombardement (du Hamas au Sud ou du Hezbollah au Nord) qui planent sur ce pays.

Plusieurs villes de Seine-Saint-Denis comme le Raincy ont une communauté juive importante. Leur départ laisserait un trace tant au niveau politique, économique ou culturel.

Ce phénomène touche plus généralement la France puisque la France est devenue le premier pays d’émigration en direction d’Israël.

Quelle France dans 10 ans ?

Franc_MoisinDans le cadre du projet Quelle France dans 10 ans ?, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective et le Conseil général de Seine-Saint-Denis organisent un débat régional sur le thème : Quel modèle républicain ? 
Mercredi 13 novembre de 9h à 13h, au Conseil général de la Seine-Saint-Denis en Salle des séances.

Depuis la création de notre modèle républicain, la société est devenue plus diverse. Les discriminations et les inégalités sociales et territoriales sont de moins en moins tolérées. Les citoyens aspirent également à de nouvelles formes de participation. Il semble donc nécessaire de repenser notre « vivre-ensemble ».

Afin de recueillir la plus grande diversité d’idées et de points de vues, le Commissariat général à la stratégie et à la prospective et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis organisent un débat sur « Quel modèle républicain dans 10 ans ? »

Programme

08h45 > Accueil

09h00 > Introduction 
Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis et Jean Pisani-Ferry, Commissaire général à la stratégie et à la prospective

Présentation de la note d’introduction au débat “Quel modèle républicain ?”, par Mathilde Reynaudi, co-responsable du chantier

09h20 > Table ronde n° 1 
Le modèle républicain à l’épreuve des inégalités territoriales : comment garantir un égal accès au droit ? 
L’égalité des droits entre tous les citoyens est le fondement sur lequel s’est bâti notre modèle républicain. 
Pour faire vivre cette égalité, au-delà de sa seule proclamation, le territoire national a été maillé par les services publics et les relais institutionnels, dans tous les domaines (Éducation, Sécurité, Santé, Culture, etc…). 
Pourtant, dans un contexte de raréfaction des crédits publics et de la concentration de ces services publics d’une part, et d’accroissement des inégalités entre territoires d’autre part, force est de constater que l’égal accès aux services publics et aux droits n’est pas assuré. 
La Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre et le plus jeune de France métropolitaine, connaît ces déséquilibres plus que d’autres, en particulier au regard des besoins qui s’y concentrent. La désertification médicale, le manque de moyens dans les établissements scolaires ou le nombre élevé de chômeurs suivis par les conseillers de Pôle Emploi sont autant d’indicateurs de disparités qui ne permettent pas de répondre correctement aux besoins des citoyens de ce territoire spécifique. 
La question est donc posée à notre modèle républicain de son adaptation au recouvrement des inégalités sociales et territoriales, identifié depuis le début des années 1980 dans les programmes de la politique de la ville, notamment.

Saïd Hammouche, fondateur de Mozaïk RH, Cabinet de recrutement et de conseil spécialisé dans la promotion des chances et de la diversité, Xavier Vuillaume, médecin-directeur du centre de santé d’Aubervilliers, membre du groupe de travail de la conférence de lutte contre la pauvreté, Christine Thiebot, proviseure du Lycée Jacques Brel à La Courneuve,Mathilde Reynaudi, chargée de mission au Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Échanges avec la salle

11h00 > Table ronde n° 2 
Démocratie locale et citoyenneté : le modèle républicain peut-il encore faire société ? 
La Seine-Saint-Denis incarne, plus que d’autres, la diversité, et il s’y rencontre et s’y développe une multiplicité d’identités individuelles et collectives qui questionnent l’identification automatique à un corps social homogène. En ce sens, la Seine-Saint-Denis peut apparaître comme un laboratoire de la société française de demain. 
Dans le même temps, l’État ne peut plus, à lui seul, élaborer les réponses à toutes les attentes. Il doit travailler avec de nombreux échelons locaux, acteurs sociaux et privés. 
L’enchevêtrement de ces différentes responsabilités contribue à une certaine perte de lisibilité et de confiance dans les administrations et les services publics, alors même que la non-résorption des inégalités accroit les attentes vis-à-vis de la puissance publique. 
Sur le plan politique, on constate une certaine désaffection vis-à-vis de l’action comme du personnel politique, la difficulté à enrayer durablement le chômage mettant à mal la confiance dans l’action publique. 
Pour autant, cette défiance croissante n’empêche pas de nouvelles formes de participation et de nouvelles solidarités d’émerger. Nombreux sont en effet les individus qui souhaitent s’engager au-delà ou à la place du vote et prendre part aux processus de décision collective. 
La France a ainsi cherché à adapter son modèle de participation démocratique. La décentralisation, l’obligation pour les communes les plus importantes de mettre en place des instances de démocratie locale comme les conseils de quartier on inscrit dans la loi ces évolutions. 
Quelles formes prennent ces types spécifiques de participation citoyenne ? Comment le modèle républicain peut-il accompagner ces nouvelles exigences démocratiques pour faire société, au-delà des instances de démocratie locale désormais traditionnelles comme les conseils de quartier ?

Leyla Arslan, co-auteure de l’essai Organisez-vous ! Construire la participation politique dans les quartiers populaires,Mohamed Mechmache, co-auteur d’un rapport commandé par François Lamy sur la participation des citoyens et fondateur de l’association AC Le Feu, Marie-Cécile Naves, chargée de mission au Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Échanges avec la salle

Conclusion et témoignage avec Daniel Goldberg, Député de Seine-Saint-Denis.

Quel modèle républicain dans 10 ans ?

 Quand : Mercredi 13 novembre de 9h à 13h 
  : Conseil général de Seine-Saint-Denis – Salle des séances 
www.strategie.gouv.fr

%d blogueurs aiment cette page :