Archives du blog

L’interdiction des masques artisanaux agace professeurs et parents en Seine-Saint-Denis

Ce lundi, l’obligation de porter un masque de catégorie 1 – le plus filtrant – pour lutter contre le Covid-19 et ses variants est entrée en vigueur dans les écoles. Une mesure « trop compliquée à appliquer », de l’avis de tous.

« Comme si on n’avait que ça à faire de contrôler l’étiquette des masques des centaines de gamins qui franchissent le portail de l’école chaque jour… » Parole amère d’une directrice d’école de Charente-Maritime. Ce lundi matin, l’obligation de porter un masque de catégorie 1 est entrée en vigueur dans les écoles, collèges, et lycées. Objectif : limiter les contaminations au Covid-19, alors que le variant britannique, plus contagieux, se propage dans le pays. Mais la mesure, annoncée tout début février dans le protocole sanitaire renforcé, fait débat auprès des profs, des parents, et des chefs d’établissement, lassés « du cumul de dispositifs contraignants annoncés au tout dernier moment ».

Les élèves doivent désormais se doter des masques de catégorie 1. Il s’agit des masques chirurgicaux de type 1, 2 et 2R, à usage unique, à changer toutes les 4 heures et protégeant entre 95 % et 98 % des projections de gouttelettes. Cette catégorie contient également les masques en tissu réutilisables de catégorie 1, d’une durée de vie de 5 à 50 lavages selon les modèles, bénéficiant d’une efficacité de 90 %. Concrètement, cette nouvelle restriction prohibe les masques artisanaux.

Ce qui agace Émilie, une maman de 35 ans habitant en Savoie, dont le fils est en CP. Elle refuse d’acheter de nouveaux masques. « Depuis le début de la crise, on s’est mis à coudre, en respectant scrupuleusement les consignes des autorités sur la référence du tissu et le patron, pour fabriquer des masques efficaces. Et là, on nous demande de les jeter à la poubelle ? C’est du grand n’importe quoi ! » Émilie est allée toquer à la porte du directeur. « Je lui ai dit que je refusais tout bonnement de changer de masque. Il a accepté : il ne dira rien aux enfants qui ont un masque fait-maison. »

Un coût élevé pour les familles

Les consignes du ministère sont pourtant de demander à chaque famille de « s’organiser » pour se doter en masques aux normes, un « délai » ayant été accordé entre le 2 février, date du nouveau protocole, et le 8, jour de son entrée en vigueur. À ce jour, selon les chiffres de l’Education nationale, 934 classes sont fermées en France à cause du Covid-19. Un nombre faible, 0,17 % du total des classes, mais plus de deux fois supérieur à celui de la semaine précédente.

Autre souci mis en avant : le coût. Keziah, une mère de famille d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), déplore une « décision coûteuse pour les familles ». « À 2 euros le masque chirurgical qu’il faut changer toutes les quatre heures, la facture grimpe vite, surtout que j’ai trois enfants », soupire-t-elle, assurant qu’elle ferait l’effort « puisqu’il s’agit de santé des enfants ».

Source, image et article complet : Le Parisien

Distribution de masques gratuitement, en prévision du déconfinement

En prévision du déconfinement, la ville d’Aulnay-Sous-Bois  et le territoire Paris terre d’envol ont lancé une commande groupée de masques en tissus. Chaque habitant d’Aulnay-sous-Bois bénéficiera d’un masque réutilisable qui sera offert gratuitement.

  • Les modalités de distribution de ces masques seront précisées ultérieurement.
  • En aucun cas la Ville ne proposera ces masques à la vente contre le paiement d’une somme.
  • Les masques seront offerts.
  • De faux agents affirment déjà être mandatés par la mairie pour vous vendre des masques à domicile. Il s’agit d’escrocs. Soyez vigilants !

Source: Ville d’Aulnay – direct infos

Bruno Beschizza promet de protéger les habitants d’Aulnay-sous-Bois du Covid-19

Madame, Monsieur,

Notre pays est frappé par une crise sanitaire d’une extrême gravité. Face à cette pandémie historique, des mesures exceptionnelles d’urgence ont été prises par le gouvernement.

Vous pouvez compter sur moi, avec l’appui de nos agents municipaux, en parfaite collaboration avec l’État, pour protéger notre ville et l’ensemble de ses habitants, notamment les plus fragiles.

En tant que Maire, je sais que derrière ce mot, « crise sanitaire », il y a pour chacun de nous, des amis, des proches, des voisins, qui sont malades, voire malheureusement décédés. Nous ne sommes pas dans le monde virtuel des réseaux sociaux. Nous faisons face à une terrible réalité qui touche des êtres humains.

Dès l’annonce du confinement, j’ai décidé de mettre en œuvre un dispositif de crise avec les services municipaux assurant les missions essentielles à la continuité du service public et à la gestion de la crise. Ce dispositif, exceptionnel et évolutif, vise à informer, rassurer, protéger et accompagner au maximum les Aulnaysiennes et les Aulnaysiens dans cette période difficile.

Un numéro vert et une cellule municipale d’information ont été ouverts avec numéro de téléphone : 0 800 093 600. Un dispositif gratuit de portage à domicile de repas pour nos seniors a été mis en place, nous en sommes désormais à près de 400 repas livrés chaque jour. Près de 900 seniors sont appelés quotidiennement.

Je veux remercier les agents municipaux qui ont été redéployés afin de permettre le maintien des services publics essentiels dans votre quotidien.

Plusieurs brigades de médiateurs ont été mises en place dans différents quartiers de la ville afin de soutenir les forces de l’ordre dans l’application des mesures de confinement. Les zones d’activités et les établissements de santé font l’objet d’une surveillance particulière pour limiter les risques d’intrusions.

Nous avons aussi noué des contacts avec le groupement hospitalier afin d’être au rendez-vous de la nécessaire solidarité avec nos personnels soignants. Plus 12.000 masques ont été distribués par la Ville aux personnels soignants, à l’Hôpital Ballanger et l’Hôpital Privé de l’Est Parisien, aux EHPAD aux structures accueillants des personnes en situation d’handicap, aux résidences seniors, aux infirmières libérales, aux médecins de ville, aux policiers… Nous avons également distribué plus de 20.000 tubes de gel hydroalcoolique à ces mêmes acteurs.

Chaque jour, la situation évolue et il est impossible de dire à l’heure actuelle quand cette crise sanitaire prendra fin. Nous devons y faire face ensemble dans un esprit de responsabilité et de solidarité. Dans un esprit d’union nationale.

Avec une pensée toute particulière je souhaite saluer nos agents qui sont au contact des plus vulnérables avec le service des soins à domicile.

Je vous assure de la mobilisation totale et constante de la Ville d’Aulnay-sous-Bois.

Prenez soin de vous et de vos proches !

Source : Bruno Beschizza

La startup d’Aulnay-sous-Bois Makagency fabrique des masques de protection contre le Covid-19

Le talentueux fondateur de Makagency à Aulnay-sous-Bois, Mehdi Maizate, vient en aide au personnel soignant des différentes structures d’Aulnay, de Bondy et de Gonesse. Il a décidé de fabriquer bénévolement des visières de protection à l’aide de se imprimtantes 3D.

Avec une capacité de fabriquer 150 à 200 masques par jour, la jeune pousse en a déjà livré près de 300. Déjà récompensé au concours Lépine pour son support de smartphone attaché à un ordinateur, le fondateur passe l’accélérateur et souhaite participer activement à la lutte contre le Coronavirus.

Photo : Le Parisien

Projet de loi Consommation : pour rééquilibrer les pouvoirs

argentLe projet de loi Consommation a pour objectif de créer de nouveaux outils de régulation économique pour rééquilibrer les pouvoirs entre consommateurs et professionnels, rétablir une forme d’égalité des armes entre les acteurs économiques et agir sur les dépenses contraintes des Français pour libérer du revenu disponible.

Plus que jamais, à l’heure où le pouvoir d’achat est une préoccupation majeure des Français, les différents pouvoirs se mobilisent pour créer de nouveaux outils de régulation économique. Certaines des mesures ci-dessous sont contestées par l’opposition au gouvernement :

Les 9 mesures principales

Source : economie.gouv.fr

%d blogueurs aiment cette page :