Publicités

Archives d’Auteur: Capade

Expulsion de gens du voyage à Aulnay Sud

Rue TurgotC’est un « ouf » de soulagement que poussent les voisins du 68 rue Turgot qui viennent de voir partir les squatters qui occupaient depuis de nombreux mois une maison vide dont le propriétaire n’a jamais été identifié.

 L’installation de ces gens du voyage n’a pas été empêchée malgré l’alerte donnée dans des conditions qui aurait dû permettre une remise en ordre immédiate.

 Le temps perdu en a fait perdre beaucoup ensuite pour des raisons de procédure qui devaient conduire la ville à engager un recours pour être reconnue propriétaire par défaut.

 Une hirondelle ne fait pas le printemps et un exemple comme celui-ci ne mérite pas forcément une généralisation.

 Pour autant ces « gens » n’en étaient pas moins à se conduire de façon provocatrice vis-à-vis de leur entourage au point d’être une source de stress pour leurs voisins.

Publicités

Etude sur la circulation à Aulnay-sous-Bois Sud

Capade_Sud_LogoLes analyses et commentaires que nous vous relayons proviennent d’un riverain de la rue Jean Jaurès. Nous devons renouveler la nécessité d’avoir une vision GLOBALE de la zone étudiée comprenant les villes voisines génératrices d’un flux de transit qui ne se maintient pas sur des voies de contournements constituées de route nationales et départementales.

L’étude de ce riverain est accessible en cliquant ici.

Capade Sud : commentaires sur le projet Croix Blanche

Capade_Sud_Logo Les contraintes imposées, dès la mise en place du comité de pilotage, portaient  entre autre sur l’acceptation de  l’équilibre financier de l’opération prévu dès l’origine du projet. Il semblerait à,  ce jour, qu’un certain déficit soit admis, mais quel serait le montant maximum acceptable?

Sachant déjà le coût du foncier (2 000 000€), la rétrocession de 20% des logements à un bailleur social à un montant minoré de 1000€ du m2 représente déjà dans l’exemple de 10 logements de  65 m2, un manque à gagner de 650 000 euros.

Il s’avère que ce qui était prévisible est en train de se produire quant à une forme de nécessité de construire un nombre de logements difficilement compatible avec le PLU actuel.

Quant à la promesse qui aurait été faite par le maire à l’Association Croix Blanche d’organiser un référendum pour valider le projet final, n’en ayant pas été témoin nous ne pourrons pas vérifier la réalité de cette promesse qui semble de toute façon ne plus être du tout d’actualité.

Pour autant, et  au-delà de la complexité de la question qui pourrait être posée, nous sommes d’accord pour soutenir une telle initiative, non actée par la majorité municipale, les articles 33 et 34 du Règlement Intérieur du Conseil Municipal n’ayant pas été modifiés, la simple application des textes en vigueur ne permet pas la mise en œuvre de la démarche précitée.

Nous serions incomplets si nous ne placions pas ce projet quel qu’il soit dans le contexte urbanistique de la municipalité, voir aussi l’impact du SDRIF dont l’enquête publique vient de se terminer  et qui préconise la construction annuelle de 70 000 logements sur l’ensemble de la région.

Ayant notre part de quota à prendre en considération, cette nécessité est à inscrire dans un schéma de territoire sachant que nous attendons toujours la mise en œuvre d’un PLH intercommunal.

Le projet Croix Blanche n’étant pas hors de tout, il y a lieu d’avoir un regard global qui évite le mitage en zone pavillonnaire et fait préserver, tant faire ce-peut, une qualité de vie, voire à l’améliorer

Capade Sud quelques précisions sur les comptages

Capade_Sud_LogoUn conditionnel employé sur certains blogs pour parler du trafic de transit que nous avons identifié (20 personnes) le mardi 23 avril de 7h à 9h aux dix entrées/sorties de la zone sud d’Aulnay, nous conduit à fournir certaines précisions.

Nous avons comptabilisé les entrées et sorties  en relevant les plaques minéralogiques afin de vérifier  si les véhicules « entrant » ressortaient quelques minutes plus tard.

Le calcul ayant été ramené sur 1 heure (7h30-8h30), pour cause de défection à 2 points de sortie, nous pouvons estimer que les véhicules entrés dans les 5 dernières minutes de cette plage horaire n’ont pas été comptabilisés  comme ressortant ainsi  que ceux  du pont de l’Union, d’une partie du Bd de Strasbourg  et certains de la rue Waldeck Rousseau.

Pour les raisons citées ci-dessus, le pourcentage de 40% que nous avons établi doit être augmenté  de 10% (6mn/60mn)  et de quelques points  pour les sorties non identifiées soit

                                                40 x 110% = 44% + 2 à 4% = 46/48% minimum

Et comme il a été dit, lors de la réunion publique du 22 avril dernier, que le trafic du soir était supérieur au trafic de transit du matin,  le taux  doit donc se situer au-dessus des 50%.

Quant à ce « qu’au nom de la liberté de circuler » nous ne pourrions rien faire contre le fait que les routes communales suppléent  les RN et CD   est  un pas que nous n’avons pas franchi en ce qui nous concerne.

Il n’est pas non plus dans nos objectifs d’accepter le fait de ne « pas avoir eu de chance » d’acheter dans une rue où il a été décidé de « canaliser » le trafic de transit en lieu et place de rues parallèles.

Nous avons largement matière à solidariser un mécontentement bien naturel qui ne s’éteindra que faute de combattants et d’espoir.

Philippe Grécourt : Elles sont bien loin les promesses de Gérard Ségura !

Philippe_GrecourtAlors que Paris et plusieurs grandes villes démantèlent les boulevards à sens unique pour réduire le trafic et la vitesse, la municipalité d’Aulnay-sous-bois fait tout le contraire.

En effet, Monsieur SEGURA ne se souvient pas de ses promesses électorales.

Sous couvert d’un simulacre de « démocratie participative » la municipalité s’apprête à bouleverser la circulation dans certaines rues du sud de la ville ;

  • Boulevard de Strasbourg
  • Route de Bondy,
  • Rue Jean Jaurès

La municipalité souhaite passer ces axes, actuellement en double sens, en sens unique. Pour rappel, les comptages avant et après modification ne réduisent pas du tout le nombre de véhicules dans la zone ALORS QUE C’ETAIT LA DEMANDE PREMIERE (CF le compte rendu de TRANSITEC chargé de l’étude 60K€ payé par nos impôts)

Bien que l’association CAPADE soit force de proposition pour réduire le trafic de transit dans cette zone, si l’opération devait arriver à terme, ces rues pavillonnaires vont devenir des itinéraires de délestage et des aspirateurs à voitures.

Vous qui habitez dans ces rues, venez rejoindre CAPADE SUD et CAPADE NORD afin d’empêcher ces modifications qui vont à l’encontre de la qualité de vie de nos quartiers.

Source : Communiqué de Philippe Grécourt, membre du bureau de l’association Capade Sud

Capade Sud Réunion Publique du 22 Mars Aulnay Sous Bois

Capade_Sud_LogoCOMMUNIQUE

L’association CAPADE , après son Assemblée Générale qui se tiendra

 le vendredi 22 MARS de 19 h à 20 h

 Salle DUMONT – Bd Galliéni

 organise une REUNION PUBLIQUE à  20 h sur  différents thèmes d’actualité tels que :

 

  • La concertation factice du plan de circulation
  • L’impact des nouveaux centres commerciaux sur le commerce existant
  • L’urbanisation galopante
  • Les conséquences réelles du 7ème collège
  • La sécurité et l’avenir de la police municipale

 Interviendra sur la problématique de la sécurité  Raphaël POCHET, auteur de « Un flic parachuté au cœur des cités »qui nous fera partager son vécu dans notre ville ce qui nous permettra de démarrer la soirée sur ce thème.

 La concertation factice du plan de circulation nous amènera à aborder la faillite de la démocratie participative sur Aulnay. Le nouvel exemple est l’absence de débat sur l’usine de méthanisation.

 Quant au commerce, il est grand temps que l’information soit faite sur les conséquences des prochaines ouvertures de centre commerciaux à proximité d’Aulnay (Aéroville, combattu par Gérard Ségura et Europa City, objectivement soutenu par celui-ci).

Communiqué C.A.PA.DE. Sud sur la réunion du 28 février à propos du plan de déplacement Aulnay sud

Reunion_Plan_Deplacement_Sud_AulnayToujours déçus- Jamais surpris

L’organisation de la salle du Conseil Municipal et la distribution de la parole pour soi-disant débattre de la circulation du Sud d’Aulnay relève d’un grand savoir-faire pour réduire au silence toute forme de contestation.

Par un personnel en nombre conséquent, les habitants étaient séparés systématiquement des voisins avec lesquels ils étaient venus, une place leur étant attribuée par tirage au sort. Les élus, quant à nous étions réunis à une table afin de bien maitriser le fait que nous étions là en « potiches » paraît-il consentantes.

Mon engagement me faisant  être conseiller municipal (indépendant) et surtout président de C.A.PA.DE. Sud, association à l’origine de ce dossier,  rendait incompatible, du point de vue des 2 maires-adjoints présents qui ont monopolisé la parole, de pouvoir  faire la moindre déclaration .

J’avais prévu de rappeler ce que voulait être la démarche à l’origine :

1 identifier la circulation actuelle  ainsi que le  trafic de transit aux heures de pointe et sur 24 heures

2 établir un cahier des charges traitant des problèmes relevés en tenant compte des projets structurants (600 logements dans la zone et un collège de 700 élèves)

3 définir les moyens à mettre en œuvre

La nuisance du trafic étant plus particulièrement celle au moment de la forte affluence, nous ne cessons de réclamer ces comptages dont on sait avec certitude qu’ils sont dans le dossier. Ces informations nous sont refusées car elles pourraient faire apparaître un pourcentage de transit nettement supérieur à celui qui nous a été transmis sur une journée.

Ce refus fausse le débat au point que les solutions sur lesquelles on voudrait nous faire travailler  tournent le dos à ce qui nous a fait demander ces études. Sans les éléments demandés nous pourrions ne pas participer aux ateliers proposés, nous ferons nous-mêmes ces comptages et nous tirerons les conclusions de ces attitudes qui n’ont rien à voir avec la démocratie participative telle que nous la concevons.

Par le fait d’être conseiller municipal indépendant et en même temps président de Capade Sud, il m’a été refusé la parole. Que Miguel Hernandez ne se réjouisse pas trop vite je ne suivrai pas son « conseil » en démissionnant de mon mandat d’élu afin d’éviter de mélanger les genres qui engendreraient de la confusion selon lui.

 Je suis avant tout un militant, aulnaysien depuis toujours, mais aussi contribuable et électeur.

Je ne choisis pas de me mettre dans une case

Alain Boulanger Président de Capade Sud

 

Communiqué C.A.PA.DE Sud sur l’usine de méthanisation

Capade_Sud_LogoA la prochaine Assemblée Générale de notre association, je ne doute pas de faire entériner notre participation à l’association CORIVUM qui tente d’obtenir toute la transparence souhaitable sur une usine de méthanisation projetée sur les villes d’Aulnay et de Blanc Mesnil.

La ville d’Aulnay étant de surcroît sous les vents dominants, il apparaît de ce fait nécessaire que les Aulnaysiens se mobilisent au titre d’un simple principe de précaution.

S’informer, savoir, s’opposer si besoin c’est tout le sens de la réunion à laquelle nous sommes conviés le

Mardi 5 mars à 18h30 Salle Léo Delibes

Rue Léo Delibes

Le Blanc Mesnil

Communiqué de CAPADE Sud concernant la réunion publique Aulnay Environnement du 8 février

Capade_Sud_LogoLe débat organisé par Aulnay Environnement le 8 février sur les transports actuels et futurs a permis à un public clairsemé, mais de qualité, de s’exprimer.

Des points de vue différents sur l’utilité ou l’inutilité du CDG express montrent que la réflexion mérite d’être poursuivie. Encore faudra-t-il que les prochains échanges, qui s’avèrent nécessaires, s’effectuent de façon courtoise et respectueuse.

La problématique, portant sur les dessertes de l’ensemble du territoire, traitée dans le cadre du Grand Paris, ne pourra pas être dissociée de certains projets urbanistiques dont les conséquences pourraient être dévastatrices pour le territoire. En général, ces nouvelles liaisons relient les pôles d’emploi des zones résidentielles et vice-versa.

Dans le cas de la gare du triangle de Gonesse, son utilité est liée à un projet du groupe Auchan qui envisage d’y réaliser un complexe de loisirs, de culture, une piste de ski et un centre commercial de 500 boutiques (2,5 fois Parinor).

Le Nord-Est parisien mérite l’attention du plus grand nombre, d’autant qu’une nouvelle collectivité verra le jour en 2013 qui sera dirigée par des représentants (communautaires) que nous élirons en 2014, le jour des élections municipales. Cette collectivité reste à constituer en fonction d’une pertinence de « projets » qui doit être prioritairement prise en considération.

Cette démarche a « achoppé » pour des raisons politiciennes au point de faire perdre à notre ville les subventions auxquelles elle aurait pu prétendre. Dans un second lieu, la mutualisation des dépenses aurait déjà porté ses fruits au plus grand bénéfice du contribuable (électeur) qui peut légitimement espérer que les services auxquels il a droit, lui coûteront moins chers. Ainsi, poser en position centrale l’aspect économique, ce n’est pas être soumis au lobbying aérien que de considérer nécessaire d’avoir une desserte de qualité entre la capitale et l’aéroport de Roissy. Les atouts de la France ne sont pas si nombreux pour que l’on puisse être des « ennemis de l’intérieur » de l’aéroportuaire et de l’aéronautique.

La perspective d’avoir, à la fin 2013, 300.000 chômeurs supplémentaires doit nous amener collectivement et individuellement à être responsable dans la construction de notre futur sachant ce qu’apporte la croissance et ce que coûte la décroissance.

Chacun, à son stade, peut apporter sa contribution à la construction d’un territoire dont les objectifs doivent être partagés puis mis en œuvre par une gouvernance commune qui éviterait bien des rivalités communales.

Le rejet presque unanime du C.D.G. Express il y a quelques années peut être reconsidéré par la libération de voies, grâce à la métropolisation, métropolisation dénoncée par les Mitryens et désirée par les Drancéens. L’abandon des trains directs à partir d’Aulnay pourrait remettre en cause les liaisons bus qui déversent 35.000 personnes venant de communes aujourd’hui mal desservies telle que Clichy-sous-Bois. Il est grand temps de donner de la cohérence à un territoire qui va devoir trouver les ressources pour rebondir après la plus que probable fermeture du site PSA.

La société civile pour commencer, mais aussi le monde associatif est bien placée par son expertise pour faire valoir ses projets.

La dernière prise de position du président de la C.C.I.P. 75 montre bien sa connaissance du territoire et sa palette de propositions pas très éloignée de la C.G.P.M.E. IDF.

Source : Communiqué CAPADE Sud

Communiqué de Capade SUD sur le commerce de proximité et sa pérennité

Capade_Sud_LogoNous avons pris comme une forme de reconnaissance de notre action en faveur du commerce que d’être entendus pendant 3 heures par la commission des engagements de la seule majorité municipale.

La pérennité du commerce de proximité, principale préoccupation qui fait consensus par ce qu’il apporte en termes de services mais aussi de lien social, est confrontée à de nouveaux modes de consommation. Les enseignes « Low cost » mais aussi le e-Commerce, symbolisé par Leclerc qui a pu s’installer sur notre ville sans permis de construire, ne sont qu’une partie des causes de la dégradation que nous constatons. Le professionnalisme des centres commerciaux montrent la voie qui n’est pas suivie en centre ville ; au moment où O’Parinor s’agrandissait de 60 boutiques son parking était augmenté de 3.000 places. A la même période, la rénovation du boulevard de Strasbourg visait à en faire une zone semi-piétonnière où, in fine, 72 places de parking ont été supprimées.

Comment penser que la situation constatée rue Anatole France ne se reproduira pas boulevard de Strasbourg ? Au-delà de la route de Pimodan, la situation est précaire mais aussi dans des quartiers décentralisés comme Aligre et le Gros Peuplier. Le fait que ces deux pôles ne soient pas intégrés dans le plan de sauvegarde des baux commerciaux démontre que celui-ci est à redéfinir afin de faire porter les efforts de la vile à des endroits stratégiques mais limités.

Une forme d’égoïsme communal amène des maires à attirer des centres commerciaux régionaux sur leur territoire sans se préoccuper de l’effet qu’ils auront sur les villes voisines alors que les études de marché prouvent, à l’évidence, une zone de chalandise extra-communale.

Notre maire, en septembre 2012, s’est opposé en CDAC à l’extension de la surface alimentaire du groupe Auchan à Tremblay (Aéroville). Cette prise de position, tout à fait louable, n’a pas été portée à la connaissance de la population et surtout des commerçants eux-mêmes. Aujourd’hui, avec 60 grands élus du nord-est parisien il réclame un autre séquençage dans la réalisation du métro du Grand Paris. Cette position, de fait, favorise la réalisation de la gare du Triangle de Gonesse et du projet du groupe AUCHAN qui ne pourrait voir le jour sans cette desserte. Il est à rappeler que cette gare en plein champs n’a aucun intérêt pour les habitants de Gonesse.

La loi de décentralisation, qui sera prochainement votée, supprimera l’amendement « Dallier » lequel, dérogeait pour le 92 93 et 94 à la loi en ne nous faisant pas obligation formelle d’avoir constitué nos intercommunalités comme pour tout le reste du territoire métropolitain,

En conséquence, dans l’urgence et peut-être aussi dans l’opacité, vont devoir être constituées ces nouvelles collectivités dont les attentes principales sont :

  • La mutualisation et la mise en œuvre de compétence provenant des villes et peut-être du département (avec le transfert de personnel ce qui ne va pas toujours de soi)
  • La constitution d’une gouvernance unique permettant de sortir des égoïsmes communaux.

Le retard qui a été pris est dû à la préoccupation que certains élus avaient en termes de la « gouvernance de la gouvernance » plus que de l’intérêt général.

Persuadés de la nécessité d’une lecture « macro » du territoire l’exemple du commerce nous conforte dans l’idée d’une réflexion commune, homogène, et complémentaire pour des villes sans véritable frontière entr’elles.

Nous étudions la possibilité d’effectuer les recours nécessaires contre la décision de la CDAC évoquée ci-dessus, démarche emblématique pour initier une réflexion à la dimension d’un territoire commun.

PS. Nous entendons que le résultat de ces investigations soit communiqué à l’ensemble des élus de cette ville afin que les conseillers municipaux ne faisant pas partie de la majorité municipale aient toutes les informations recueillies par la commission, sachant que ses membres ont des pouvoirs d’investigation que beaucoup d’élus de cette ville n’ont pas.

Source : Communiqué Capade SUD

%d blogueurs aiment cette page :